Forum de partage sur la spiritualité, l'éveil de l'âme conscience et harmonie

Forum de discussion sur la spiritualité pour la rencontre et le partage dans l'éveil spirituel de la conscience, bouddhisme zen, lithothérapie meditation et citation.
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Postez vos "histoires zen" et autres histoires de Sagesse.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Postez vos "histoires zen" et autres histoires de Sagesse.   Mer 10 Aoû 2016 - 11:57

Rappel du premier message :

Le maître se promène dans le potager en compagnie de trois disciples après une longue séance de méditation, quand tout à coup, le plus jeune se dirige vers les salades, et écrase sous sa semelle une limace. Le deuxième disciple, sourcils froncés lui dit :

"Tu as eu tord d'écraser cette limace, car quand bien même il s'agit d'un animal trés primaire, c'est néanmoins une forme de vie, et la vie est sacrée et doit donc être respectée. "

et se tournant vers le maître : " N'est-ce pas maître ? "

et le maître lui répond : " Oui, tu as raison. "

Le premier disciple, réagissant avec verdeur, lui rétorque :

" Sans doute cette limace est respectable, mais elle mange nos salades, et ces salades sont notre seule source d'alimentation en cette saison. J'ai donc bien agit en défendant une vie plus évoluée que celle de cette limace : la notre. "

et se tournant vers le maître : " N'est-ce pas maître ? "

et le maître lui répond : " Oui, tu as raison. "

Intervient alors le troisième disciple, plus mûr et plus avancé dans l'étude des processus mentaux :

"Mais maître, le deuxième disciple vous a dit une chose, et vous lui avez répondu qu'il avait raison. Puis le premier disciple vous a dit le contraire, et vous lui avez aussi dit qu'il avait raison. Or on ne peut pas donner raison à une chose et en même temps à son contraire !?"

et le maître lui répondit : " Oui, tu as raison. "
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Postez vos "histoires zen" et autres histoires de Sagesse.   Lun 15 Aoû 2016 - 9:21

Excellent tout ça!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Postez vos "histoires zen" et autres histoires de Sagesse.   Lun 15 Aoû 2016 - 9:23

Le disciple d’un soufi de Bagdad, assis dans un recoin d’une salle d’auberge, surprit la conversation de deux inconnus. Il comprit à les entendre que l’un d’eux était l’Ange de la Mort.
« J’ai plusieurs visites à faire dans cette ville au cours des trois prochaines semaines « , dit l’Ange à son compagnon.
Terrifié, le disciple se dissimula autant qu’il put et se tint coi jusqu’à leur départ.
Il appliqua alors toutes les ressources de son intelligence à résoudre ce problème : comment échapper à une possible visite de l’Ange de la Mort ? « Le mieux, se dit-il finalement, est de quitter Bagdad et d’aller me mettre à l’abri très loin d’ici. » Il loua le cheval le plus rapide qu’il put trouver et donna de l’éperon jour et nuit sur la longue route qui va de Bagdad à Samarcande.
Entre-temps l’Ange de la Mort avait rencontré le maître soufi. Ils parlèrent de différentes personnes.
« Au fait, dit l’Ange, où est ton disciple untel ?
– Il devrait se trouver quelque part dans Bagdad, dit le maître, sans doute dans un caravansérail : il consacre ses journées à la contemplation.
– Tiens ! c’est curieux, dit l’Ange, parce qu’il est sur ma liste. Regarde, voici son nom : je dois le prendre dans quatre semaines à Samarcande. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Postez vos "histoires zen" et autres histoires de Sagesse.   Lun 15 Aoû 2016 - 9:52

Revenir en haut Aller en bas
Alaka
Modérateur
avatar

Date d'inscription : 17/02/2011
Nombre de messages : 12862
Féminin
Capricorne Buffle
Age : 43
Ville : Terre

MessageSujet: Re: Postez vos "histoires zen" et autres histoires de Sagesse.   Lun 15 Aoû 2016 - 13:09

"Sur les bords d'un lac tranquille, trois amis vivaient en paix. Deux hérons cendrés nommés Tching et Tchang, et une dame tortue d'un âge avancé, Pi-Houan.

Or un été, ils connurent une sécheresse terrible.
Une période de famine s'annonçait. Un soir, les trois amis tinrent conseil :
"Nous devons partir vers le nord, déclara Tching, il faut nous envoler loin d'ici dès demain !

- Allons voir des cieux nouveaux", dit Tchang

Mais une voix coupante l'interrompit brutalement :
"Et moi ! ! s'exclamait Pi-Houan, indignée. Comment vais-je partir ?"

Les deux hérons se regardèrent, contrits. C'est vrai, se dirent-ils, nous ne pouvons laisser ici notre vieille amie, qui serait vouée à une mort certaine. Mais comment l'emmener ?
"Il faut trouver une solution", dit Tching.

Ils tinrent conciliabule.
- Chère vieille amie, je suis d'accord avec vous, mais comment vous transporter ? Il s'agit d'un long voyage ! soupira Tching.
- Et vous êtes lourde, dame Pi-Houan, plaisanta Tchang. Je me souviens, l'été dernier, quand vous vous êtes posée sur mon pied ! Aïe...
- J'ai peut-être une solution, dit Tching, nous pourrions couper un solide bâton, nous le tiendrions, Tchang et moi, chacun par un bout, Pi-Houan le mordrait en son milieu...
- Bravo, fit Tchang. C'est une idée remarquable, et dame Pi-Houan ne nous rompra pas la tête avec son bavardage !"
"Dame Pi-Houan, insista Tching, surtout n'ouvrez pas la bouche, nous volerons à haute altitude, et malgré votre carapace, si vous tombiez, vous vous briseriez les reins !"
La tortue acquiesça d'un hochement de tête.

Une heure plus tard, les trois amis s'envolaient. Au milieu de l'après-midi, des paysans qui travaillaient dans les champs aperçurent leur étrange équipage : "Voyez cette tortue, comme elle est intelligente ! s'exclamèrent-ils. Elle se fait transporter par deux hérons !"

Pi-Houan se garda bien de répondre, mais, tout en mordant le bâton avec énergie, elle savourait les compliments.

Les deux hérons poursuivaient leur vol régulier, mais la fatigue commençait d'engourdir leurs ailes. Ils avaient hâte de trouver une rivière, un lac paisible, près duquel se poser.

Comme ils passaient au-dessus d'une prairie, des petits bergers les montrèrent du doigt. Dame Pi-Houan, qui ne se lassait pas des compliments, tendit l'oreille :
"Regardez ces deux hérons, disait un jeune garçon, ils emmènent cette balourde de tortue, sans doute pour agrémenter leur repas du soir, comme ils sont intelligents !
- Stupides bergers, vous n'y comprenez rien !" voulut s'écrier Pi-Houan. Mais à peine avait-elle ouvert la bouche qu'elle lâchait le bâton, et s'écrasait sur le sol, la carapace éclatée.

Le sage, dit le maître du Zen, accueille d'un coeur égal la flatterie ou le mépris. Nul ne peut nous agresser moralement sans notre consentement, c'est nous qui ouvrons les écluses au chagrin. Aucune injure ne pouvait faire lâcher prise à la tortue. L'insulte, le mépris, l'anathème représentent l'opinion de celui qui les profère, c'est son problème, pas le nôtre. Il se peut au demeurant que le blâme soit justifié, nous l'acceptons comme tel. Qui est parfait ? Il se peut aussi qu'il soit erroné, partial, injuste, nous le laissons dans la bouche de celui qui l'a prononcé. Notre paix, notre destin sont entre nos mains. "Entre nos dents", bougonne le fantôme de la tortue."



_________________
हलका माया

"La seule façon d'accomplir est d'être..." Lao Tseu.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Postez vos "histoires zen" et autres histoires de Sagesse.   Lun 15 Aoû 2016 - 13:59

:jap: :jap: :jap: :jap: :jap: :jap: :jap: :jap:
J'aime beaucoup!
Revenir en haut Aller en bas
Starchild*Light
Membre
avatar

Date d'inscription : 01/04/2015
Nombre de messages : 1924
Féminin
Capricorne Tigre
Age : 30
Ville : Source Universelle

MessageSujet: Re: Postez vos "histoires zen" et autres histoires de Sagesse.   Mar 16 Aoû 2016 - 19:53




Graines de rêves
Auteur: Jorge Bucay

Dans le silence de ma réflexion je perçois tout mon monde intérieur comme si c'était une graine, d'une certaine manière petite et insignifiante, mais également chargée de possibilités. … Et je vois dans ses entrailles le germe d'un arbre magnifique, l'arbre de ma propre vie en train de se développer.

Dans sa petitesse, chaque graine contient l'esprit de l'arbre qu'elle sera plus tard.

Chaque graine sait comment devenir un arbre en tombant sur une terre fertile, en absorbant les sucs qui la nourrissent, en étendant les branches et le feuillage, en se couvrant de fleurs et de fruits, pour pouvoir donner ce qu'ils ont à donner. Chaque graine sait comment réussir à être un arbre.

Et les graines sont aussi nombreuses que le sont les rêves secrets.

En nous d'innombrables rêves attendent le moment de germer, de faire des racines et de naître, de mourir en tant que graines… pour se transformer en arbres.

Des arbres magnifiques et orgueilleux qui à leur tour nous disent, dans leur solidité,  d'écouter notre voix intérieure, d'écouter la sagesse de nos graines de rêves.

Eux, les rêves, indiquent le chemin par toutes sortes de symboles et de signes, dans chaque fait, à chaque instant, parmi les choses et les personnes, dans les souffrances et les plaisirs, dans les triomphes et les échecs. Le rêve nous apprend, endormis ou éveillés, à nous voir, à nous écouter, à prendre conscience.

Il nous montre la voie par des pressentiments fugitifs ou des éclairs d'aveuglante lucidité. Et ainsi nous grandissons, nous nous développons, nous évoluons…

Et un jour, alors que nous avancerons dans cet éternel présent que nous appelons «la vie», les graines de nos rêves se transformeront en arbres, et déploieront leurs branches qui, telles des ailes gigantesques, traverseront le ciel, unissant d'un seul trait notre passé et notre futur .

♥♥♥



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alaka
Modérateur
avatar

Date d'inscription : 17/02/2011
Nombre de messages : 12862
Féminin
Capricorne Buffle
Age : 43
Ville : Terre

MessageSujet: Re: Postez vos "histoires zen" et autres histoires de Sagesse.   Mer 28 Sep 2016 - 9:13



Le poids d’un mot


Miragah était un chercheur spirituel sincère. Il avait travaillé sur lui-même pendant de longues années avec beaucoup de ténacité et d’ardeur, et cela lui avait permis de s’élever à un très haut niveau de compréhension spirituelle. Comme il en va pour tout ce qui est de grande valeur, il lui avait fallu payer un prix élevé et endurer des souffrances considérables pour accéder aux vérités qu’il avait découvertes, vérités qui le rendaient tristement solitaire et le faisaient se sentir un étranger dans un monde où l’intérêt des gens n’est tourné que vers les plaisirs des sens et vers l’éphémère.

D’autres aspirants lui avaient parlé d’un royaume céleste situé au sommet d’une montagne sacrée. L’accès en était très difficile, et, parmi les rares chercheurs qui s’étaient efforcés d’y parvenir, la plupart n’avaient pu, pour une raison mystérieuse, y être admis, faute de n’avoir pu résoudre une certaine énigme. Et, parce qu’ils avaient échoué, ils avaient été obligés de faire demi-tour et de redescendre là d’où ils venaient. Depuis que Miragah avait entendu parler de ce mystérieux royaume, il n’avait cessé d’être hanté par le désir de s’y rendre et il s’était fait expliquer la route qui y menait. Aussi, par une belle matinée, prit-il ce qu’il jugeait nécessaire pour le voyage, puis il quitta son logis avec la certitude de ne plus jamais y revenir.

Il marcha durant des jours et des jours, grimpant toujours plus haut par des sentiers escarpés, dans un pays aride et rocailleux. Il était fatigué et très éprouvé par la chaleur torride. Enfin, son chemin aboutit au pied de la montagne dont les flancs étaient couverts de superbes arbres verdoyants et d’où coulait une rivière dont l’eau était délicieusement fraîche. Il s’arrêta là quelques jours pour se reposer.

L’ascension promettait d’être longue, difficile et périlleuse, mais nulle autre voie ne conduisait à ce lieu de lumière. Miragah ne se découragea pas et, au terme de bien des peines et de bien des efforts, il arriva au sommet, devant un immense portail en bois. Orné de toutes sortes de sculptures sacrées et de symboles, il était si haut qu’il semblait disparaître dans les nuages qui coiffaient la crête. Une cloche était suspendue à l’un des piliers et Miragah tira la corde qui y était reliée pour la faire sonner. Le tintement qui s’en échappa était d’une telle beauté qu’il s’en émerveilla.

Quelques instants plus tard, une divinité chargée d’interdire l’accès des lieux aux indésirables ouvrit la gigantesque porte. Ayant salué Miragah avec courtoisie, elle lui demanda ce qu’il voulait. Celui-ci répondit tout aussi poliment à son salut, s’inclina trois fois, puis lui exposa sa requête. Après avoir accompli un travail assidu sur lui-même pendant de nombreuses années, il était fatigué de vivre dans un monde où ne régnait que l’ignorance spirituelle et, par conséquent, il avait entrepris le dur voyage menant à la cime de cette montagne sacrée dans l’espoir d’être admis à demeurer dans ce royaume céleste.

"Avant tout, je dois te peser, déclara la déité. Il me faut savoir si tu es assez léger spirituellement pour séjourner en un lieu aussi lumineux."

Ce disant, elle fit monter Miragah sur une balance spéciale et la régla afin de mesurer son poids spirituel. Malheureusement pour celui-ci, malgré ses longues années de pratique de la méditation et d’exercices de concentration, en dépit aussi des connaissances exceptionnelles qu’il avait acquises en chemin, il était encore trop lourd.

Tout en respectant le haut degré de compréhension spirituelle auquel il était parvenu, le gardien se vit dans l’obligation de lui refuser l’accès du pays des dieux.

"Mais pourquoi ?, s’enquit Miragah tout désolé. J’ai mené une si grande lutte avec moi-même durant tant d’années, j’ai tellement souffert ! Que dois-je faire à présent pour devenir digne d’entrer ici ?"

"Une seule chose te rend impropre à séjourner dans notre monde, lui expliqua la divinité. Il s’agit d’un mot, d’un mot bien précis que tu portes en toi et qui t’alourdit sur le plan spirituel."

"Quel est ce mot ?, demanda Miragah d’un ton suppliant. Je t’en prie, dis-le moi !"

"Je ne le peux pas, répondit la déité. Tu dois t’en retourner d’où tu viens et continuer à méditer et à travailler spirituellement sur toi-même jusqu’à ce que tu le découvres. Sans cela, tu ne seras jamais assez léger pour t’établir dans ces contrées de lumière. À plus ou moins brève échéance, ce mot te ferait retomber dans le monde auquel il appartient, ce mot qui est la cause de ton trop grand poids."

C’est ainsi que Miragah, en proie à une immense déception, s’en retourna chez lui, redescendant la montagne et traversant à nouveau les étendues désertiques. Ce trajet s’effectua plus facilement que l’aller, car il est toujours plus aisé de descendre, c’est-à-dire de se laisser entraîner par la force de gravité, que de lutter contre celle-ci pour s’élever.

Miragah travailla sur lui-même pendant longtemps encore ; il affrontait toutes sortes d’épreuves tout en continuant à pratiquer ses exercices spirituels et à méditer. Il se donnait beaucoup de mal, se refusant tout ce qu’il pensait susceptible de l’alourdir. Rechercher le mot qui était source de son malheur se révélait très ardu.

Un jour, alors qu’il était plongé dans une profonde méditation, Miragah, en un éclair, comprit quel était ce mot qui l’appesantissait. Il lui parut tellement étrange que ce simple mot eût l’incroyable pouvoir de l’alourdir et de lui occasionner ces années supplémentaires de labeur et de peine, alors qu’il était si avancé dans la connaissance spirituelle !

Ce mot, c’était : "moi".

À la seconde même où Miragah le découvrit, il fut rempli d’un étrange sentiment et une compréhension subtile se fit jour en lui. Aussitôt, le mot disparut et fut remplacé par le mot "TOI", Oh TOI, l'Infini, l'Absolu, l'Éternel, Dieu !

Au même instant, une sublime lumière enveloppa Miragah tandis qu’il était immergé dans une paix délicieuse et une félicité infinie. Et, aussitôt, il fut miraculeusement transporté dans le royaume céleste qui, d’une façon qui dépasse l’entendement, se trouvait en fait en lui."

M. Edouar
http://contespirituel.free.fr/

_________________
हलका माया

"La seule façon d'accomplir est d'être..." Lao Tseu.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
erell
Membre
avatar

Date d'inscription : 29/09/2014
Nombre de messages : 8654
Féminin
Sagittaire Dragon
Age : 40
Ville : en chemin...

MessageSujet: Re: Postez vos "histoires zen" et autres histoires de Sagesse.   Jeu 29 Sep 2016 - 21:59

Merci à vous !   :jap:  sunny




"Un fluide insaisissable coule d'une génération à l'autre. Lorsque nous développons nos antennes et apprenons à déceler partout la trace d'autres passants, d'autres humains vivants ou morts, alors notre façon d'être au monde se dilate et s'agrandit.

Je suis le témoin de la scène suivante : Un ami de longue date, Richard Baker Roshi, héritier dharma de Suzuki Roshi, et sa fille de trois ans sont installés à la table du petit déjeuner chez nous. Sophie commence avec son couteau à rayer la table. Et grâce à ce geste qui ne m'a guère enchantée, voilà que j'assiste à une leçon de transmission.

Le père arrête avec douceur la petite main.
"Halte, Sophie, à qui est cette table ?"

Alors la petite fille boudeuse :
"Je sais ! A Christiane.

- Non, mais avant Christiane !... Elle est ancienne cette table, n'est-ce pas ? D'autres ont déjeuné là...

- Oui, les parents, les grands-parents, les....

- ... Mais ce n'est pas tout !.... Avant encore... elle a appartenu à l'ébéniste qui en avait acquis le bois. Mais d'où venait-il ce bois ?... Oui, d'un arbre qu'avait abattu le bûcheron... mais l'arbre, à qui appartenait-il ?... A la forêt qui l'a protégé... Oui... et à la terre qui l'a nourri... à l'air, à la lumière, à l'univers entier... !
... Et puis, Sophie, elle appartient à d'autres... la table... à ceux qui ne sont pas encore nés et qui viendront après nous... ici même quand nous seront partis et quand nous serons morts."

Un cercle après l'autre se forme, comme après le jet d'une pierre dans un étang.

Et les yeux de Sophie aussi s'agrandissent, se dilatent.

L'hommage aux origines. Ainsi commence tout processus d'humanisation."

Christian Singer,
N'oublie pas les chevaux écumants du passé (extrait)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Postez vos "histoires zen" et autres histoires de Sagesse.   Ven 30 Sep 2016 - 11:21

Merci à vous!
Revenir en haut Aller en bas
Alaka
Modérateur
avatar

Date d'inscription : 17/02/2011
Nombre de messages : 12862
Féminin
Capricorne Buffle
Age : 43
Ville : Terre

MessageSujet: Re: Postez vos "histoires zen" et autres histoires de Sagesse.   Ven 20 Jan 2017 - 18:08

L'étoile de mer

Cet homme cheminait, le front bas, sur la plage, le long de l’océan.
De temps en temps il se penchait, il ramassait au bord des vagues, sur le sable, on ne savait quoi et le jetait au loin dans l’eau.
Un promeneur qui l’observait vint à lui, il le salua, puis :

- Que faites-vous ? lui dit-il.

- Vous le voyez, répondit l’autre, je rends à l’océan des étoiles de mer.
La marée les a amenées, elles sont restées là, sur le sable, et je dois les remettre à l’eau, sinon c’est sûr, elles vont mourir.

Le promeneur, surpris, lui dit :

- Des étoiles de mer, rien que sur cette plage, il y en a des milliers.
Et le long des côtes du monde, combien de millions de ces bêtes, que vous ne pouvez pas sauver, s’échouent tous les jours sur le sable ?
Mourir ainsi est leur destin, et vous n’y pouvez rien changer.

L’homme ramassa une étoile, la tint un instant dans la main.

- Oui, sans doute, murmura-t-il.

Et la rejetant sur les vagues :

- Mais pour elle, ça change tout.


Henri Gougaud, L’Almanach



_________________
हलका माया

"La seule façon d'accomplir est d'être..." Lao Tseu.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Athora
Membre


Date d'inscription : 11/12/2016
Nombre de messages : 700
Féminin
Sagittaire Serpent
Age : 63
Ville : Au pays du Soleil Levant

MessageSujet: Re: Postez vos "histoires zen" et autres histoires de Sagesse.   Ven 20 Jan 2017 - 20:34

Moïse et le berger

En montant au Sinaï, Moïse rencontra un jeune pâtre au visage radieux.
"Pourquoi es-tu si content?", lui demanda t-il.
Dieu doit me rendre visite aujourd'hui; aussi ai-je tué mon plus bel agneau en son honneur."
"  Tu commets une erreur, rétorqua Moïse, Dieu ne mange pas de viande."
Et il poursuivit son ascension.
Désabusé par ses paroles, le pâtre resta tout pensif, et la tristesse fit place à la joie.
Parvenu au sommet de la montagne, Moïse vit que Dieu n'était pas satisfait de son comportement envers le pâtre, et il comprit qu'il venait de commettre une lourde faute.
Alors, il redescendit rapidement vers le pâtre pour lui annoncer que le Créateur serait enchanté d'apprécier la qualité de son agneau. Puis il se cacha pour observer les faits et l'attitude du pâtre qui, rassuré, retrouva sa sérénité et s'endormit paisiblement.
Pendant ce temps, un feu descendit du ciel qui consuma l'agneau. A son réveil; le pâtre s'aperçut de sa disparition et s'écria :
"Béni soit le Seigneur qui m'a fait l'honneur de manger l'agneau que je lui avais offert avec tant de contentement.
Le feu de l'Amour qui descend en vous, dégage de votre cœur la meilleure offrande à Dieu.


  Peter Denov
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aloah
ModérateurChatBox
avatar

Date d'inscription : 01/11/2014
Nombre de messages : 4143
Féminin
Bélier Chat
Age : 78
Ville : De passage sur Terre

MessageSujet: Re: Postez vos "histoires zen" et autres histoires de Sagesse.   Sam 21 Jan 2017 - 13:15

On raconte qu’un maître éveillé zen était assis en méditation à côté d’une rivière, c’était le soir, il savourait le bruit de l’eau et celui du vent dans les arbres... Un homme s’approcha et lui demanda :
« Pouvez-vous me dire en un seul mot en quoi consiste l’essence de votre religion ? »

Le maître resta silencieux, absolument silencieux, comme s'il n’avait pas entendu la question.

L’homme demanda : « êtes-vous sourd ou quoi ? ».

Le maître répondit, « j’ai entendu votre question, et j’y ai répondu. Le silence est la réponse. Ma réponse est dans ce moment de silence ».

L’homme dit : « je ne comprends pas cette étrange réponse, pouvez-vous être plus explicite ? »

Le maître zen décida alors d’écrire sur le sable avec son doigt le mot « méditation » en petites lettres.

L’homme dit, « je peux au moins lire quelque chose maintenant, c’est déjà un peu mieux. Je peux au moins réfléchir sur le sens de ce mot. Mais, pourriez vous être encore un peu plus clair ? »

Le maître écrivit de nouveau « Méditation »,mais en plus gros caractères. L’homme commença alors à se sentir embarrassé, offensé et en colère. Il dit, « je ne comprends pas, vous écrivez de nouveau méditation ? Ne pouvez-vous pas être plus précis ?

Et le maître écrivit une nouvelle fois en lettres capitales, « MÉDITATION. »

L’homme s’exclama alors : « Mais, vous êtes fou ! »

Le maître répondit, « Je me suis déjà bien éloigné de la vérité.
La première réponse était la réponse juste, la seconde l’était déjà un peu moins, la troisième était encore plus fausse et la quatrième réponse est vraiment fausse ! » - car lorsque vous écrivez MÉDITATION en lettres capitales, vous faites de la méditation votre nouveau Dieu.

C’est la raison pour laquelle, le mot Dieu est toujours écrit avec la lettre capitale D. Quand vous souhaitez idéaliser quelque chose, le mettre sur un piédestal, vous l’écrivez en lettres capitales.

Le maître ajouta : « J’ai déjà commis une erreur. » Il effaça tous les mots inscrits sur le sable puis il dit, « S’il vous plaît, écoutez ma première réponse – c’est à ce moment là seulement que je fus dans le vrai ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Athora
Membre


Date d'inscription : 11/12/2016
Nombre de messages : 700
Féminin
Sagittaire Serpent
Age : 63
Ville : Au pays du Soleil Levant

MessageSujet: Re: Postez vos "histoires zen" et autres histoires de Sagesse.   Sam 21 Jan 2017 - 14:55

Il y avait une fois une poupée de sel qui voulut mesurer les abîmes de l'océan.
Elle emporta pour cela une ligne de sonde et un plomb.
Elle arriva au bord de l'eau et contempla le puissant Océan qui s'étendait devant elle.
Jusqu'à ce moment, elle restait toujours la même poupée de sel, et conservait son individualité propre.
Mais à peine eut - elle fait un pas de plus, à peine eut - elle posé le pied dans l'eau, qu'elle ne fit plus  qu'un avec l'Océan. Elle était perdue, il était devenu impossible de la voir! Toutes les particules de sel qui la composaient s'étaient dissoutes dans l'eau de mer. Le sel dont elle était faite provenait de l'Océan, et voila qu'il avait fait retour à l'Océan pour s'unir de nouveau avec lui.
Le "différencié" était redevenu un avec l'"indifférencié".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alaka
Modérateur
avatar

Date d'inscription : 17/02/2011
Nombre de messages : 12862
Féminin
Capricorne Buffle
Age : 43
Ville : Terre

MessageSujet: Re: Postez vos "histoires zen" et autres histoires de Sagesse.   Sam 21 Jan 2017 - 18:03

Chacun porte sa vision du monde

Il était une fois un vieil homme assis à l’entrée d’une ville du Moyen-Orient. Un jeune homme s’approcha et lui dit :

- Je ne suis jamais venu ici. Comment sont les gens qui vivent dans cette ville ?

Le vieil homme lui répondit par une question :
- Comment étaient les gens dans la ville d’où tu viens ?

- Egoïstes et méchants. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle j’étais bien content de partir, dit le jeune homme.

Le vieillard répondit : Tu trouveras les mêmes gens ici.


Un peu plus tard, un autre jeune homme s’approcha et lui posa exactement la même question.

- Je viens d’arriver dans la région. Comment sont les gens qui vivent dans cette ville ?

Le vieille homme répondit de même :
- Dis-moi, mon garçon, comment étaient les gens dans la ville d’où tu viens ?

- Ils étaient bons et accueillants, honnêtes, j’y avais de bons amis. J’ai eu beaucoup de mal à la quitter, répondit le jeune homme.

- Tu trouveras les mêmes ici, répondit le vieil homme.


Un marchand qui faisait boire ses chameaux non loin de là avait entendu les deux conversations. Dès que le deuxième jeune homme se fut éloigné, il s’adressa au vieillard sur un ton de reproche :

- Comment peux-tu donner deux réponses complètement différentes à la même question posée par deux personnes ?

- Celui qui ouvre son coeur change aussi son regard sur les autres, répondit le vieillard. Chacun porte son univers dans son coeur.

Conte du Moyen-Orient


_________________
हलका माया

"La seule façon d'accomplir est d'être..." Lao Tseu.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alaka
Modérateur
avatar

Date d'inscription : 17/02/2011
Nombre de messages : 12862
Féminin
Capricorne Buffle
Age : 43
Ville : Terre

MessageSujet: Re: Postez vos "histoires zen" et autres histoires de Sagesse.   Dim 22 Jan 2017 - 11:32


La Cithare du Bonheur

C’était un homme droit et sincère qui cherchait le chemin du bonheur et de la vérité.

Il alla un jour trouver un vénérable maître soufi dont on lui avait assuré qu’il pourrait les lui indiquer. Celui-ci l’accueillit aimablement devant sa tente et, après lui avoir servi le thé à la menthe, lui révéla l’itinéraire tant attendu :

"C’est loin d’ici, certes, mais tu ne peux te tromper, au cœur du village que je t’ai décrit, tu trouveras trois échoppes. Là te sera révélé le secret du bonheur et de la vérité."

La route fut longue. Le chercheur d’absolu passa maints cols et rivières. Jusqu’à ce qu’il arrive en vue du village dont son cœur lui dit très fort :
"C’est là le lieu ! Oui, c’est là !"

Hélas ! Dans chacune des trois boutiques il ne trouva comme marchandises que rouleaux de fils de fer dans l’une, morceaux de bois dans l’autre et pièces éparses de métal dans le troisième. Fatigué et découragé, il sortit du village pour trouver quelque repos dans une clairière voisine

La nuit venait de tomber. La lune remplissait la clairière d’une douce lumière. Lorsque tout à coup se fit entendre une mélodie sublime. De quel instrument provenait-elle donc ? Il se dressa tout net et avança en direction du musicien. Lorsque, stupéfait, il découvrit que l’instrument céleste était une cithare faite de morceaux de bois, des pièces de métal et des fils d’acier qu’il venait de voir en vente dans les trois échoppes du village.

A cet instant, il connut l’éveil.
Il comprit que le bonheur est fait de la synthèse de tout ce qui nous est déjà donné, et que notre tâche est d’assembler tous ces éléments dans l’harmonie.

Conte Soufi



_________________
हलका माया

"La seule façon d'accomplir est d'être..." Lao Tseu.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Athora
Membre


Date d'inscription : 11/12/2016
Nombre de messages : 700
Féminin
Sagittaire Serpent
Age : 63
Ville : Au pays du Soleil Levant

MessageSujet: Re: Postez vos "histoires zen" et autres histoires de Sagesse.   Lun 30 Jan 2017 - 6:28

Un prestidigitateur vint devant un roi faire parade de ses tours.
Après qu'il se fut éloigné à une certaine distance, le roi vit venir à lui un cavalier armé, recouvert d'ornements somptueux.
Le roi et ses courtisans essayèrent de discerner l'illusion et la vérité dans ce qu'ils voyaient.
Ils découvrirent que ni le cheval, ni les ornements n'étaient réels.
Et finalement, ils virent que le prétendu cavalier était à pied et sans cheval.
Autrement dit , Brahman est vrai, mais le monde est irréel- toute analyse le détruit.

Conte hindou
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
erell
Membre
avatar

Date d'inscription : 29/09/2014
Nombre de messages : 8654
Féminin
Sagittaire Dragon
Age : 40
Ville : en chemin...

MessageSujet: Re: Postez vos "histoires zen" et autres histoires de Sagesse.   Sam 25 Mar 2017 - 8:50



Il était une fois un vieux sage habitant dans une contrée isolée ; il possédait un cheval, son seul outil de travail et son seul moyen de communication avec ses lointains voisins. Un matin, se levant pour travailler aux champs, quelle ne fut pas sa surprise quand il se rendit compte que son cheval avait disparu. Ce n’est que bien plus tard que ses voisins vinrent lui rendre visite craignant qu’il ne lui soit arrivé quelque chose de grave. Quand ils apprirent que son cheval avait disparu, ils se mirent à le plaindre : "C’est un grand malheur pour toi ; perdre ton cheval, ton seul moyen de locomotion; tu dois être triste et désespéré".

Le sage répondit : "Il n’y a aucune raison de se désespérer, ce qui m’arrive n’est pas réjouissant bien sûr ; cela m’oblige à m’isoler un peu plus et surtout à changer mes habitudes de travail ; mais le ciel en a décidé ainsi ; est-ce un bien, est-ce un mal ? l’avenir nous le dira".

Plusieurs semaines passèrent, un matin, alors que notre vieux sage allait se rendre au champ, quelle ne fut pas sa surprise de voir son cheval de retour, qui plus est, avec une jument et une dizaine d’autres chevaux. Quand ses voisins apprirent cela, ils vinrent à nouveau lui rendre visite, et lui dirent : "Que tu es sage, vieil homme, que ta philosophie est riche ; tu avais raison l’autre jour de ne pas te morfondre lorsque ton cheval avait disparu. Tu dois être maintenant le plus heureux des hommes ; te voilà le plus riche de la contrée avec cette horde de chevaux". Le sage de répondre : "Bien sûr que je suis content ; mais ce n’est pas pour cela que je vais changer mes habitudes ou sombrer dans la facilité, je considère cela comme un don du ciel ; est-ce un bien, est-ce un mal ? l’avenir nous le dira".

Quelques semaines passèrent quand le vieil homme reçut la visite de son petit-fils ; ce garçon jeune et impétueux voulut monter l’un des chevaux sauvages ; celui-ci se cabra et le jeune homme se cassa la jambe dans sa chute. De nouveau les voisins revinrent le voir et lui dirent : "C’est encore toi qui avais raison, vieil homme ; tu avais raison de ne pas trop te réjouir de ce qui venait de t’arriver, tu es maintenant dans le malheur. A cause de toi et de tes chevaux, ton petit-fils vient de se casser la jambe. Tu dois te sentir profondément coupable". Le sage leur répondit : "J’ai été effectivement affecté par la chute de mon petit-fils, mais sans plus. Je ne suis pas maître de sa destinée, et s’il était écrit dans le grand livre que cet accident devait avoir lieu, cela aurait pu lui arriver n’importe où ailleurs ; dans le désert par exemple : c’était alors la mort assurée. Je ne me sens en aucune façon responsable, ce qui ne m’empêche pas de l’aider et de le soigner".

Sur ces entrefaites, une guerre éclate entre deux contrées rivales ; tous les jeunes furent enrôlés de force ; la violence de la bataille entraîna un terrible massacre. Seul le petit-fils en réchappa, n’ayant pas été enrôlé à cause de sa jambe cassée. Le vieux sage avait eu une nouvelle fois raison.

Conte zen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
did
Membre
avatar

Date d'inscription : 11/01/2014
Nombre de messages : 4511
Masculin
Vierge Serpent
Age : 52
Ville : Planéte Terre

MessageSujet: Re: Postez vos "histoires zen" et autres histoires de Sagesse.   Sam 25 Mar 2017 - 8:54

Oui c'est ça : les avantages ont leurs inconvénient et vis versa.
Sauf que pour vraiment vivre dans ce monde là il faut changer de logiciel mental.

Pour le télécharger cliquez ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Postez vos "histoires zen" et autres histoires de Sagesse.   Sam 25 Mar 2017 - 9:49

Merci de faire vivre ce post 😉
Revenir en haut Aller en bas
erell
Membre
avatar

Date d'inscription : 29/09/2014
Nombre de messages : 8654
Féminin
Sagittaire Dragon
Age : 40
Ville : en chemin...

MessageSujet: Re: Postez vos "histoires zen" et autres histoires de Sagesse.   Mar 11 Avr 2017 - 22:22

@Ludo le retour a écrit:
Un homme offrit à sa fille de douze ans une somme d'argent pour couper le gazon. La petite fille attaqua la besogne avec grand plaisir et le soir, toute la pelouse avait été magnifiquement tondue- c'est-à-dire, sauf un grand carré de gazon laissé long dans un coin.

Quand l'homme dit qu'il ne pouvait pas donner la somme convenue, vu que le gazon n'avait pas été coupé entièrement, la petite fille dit qu'elle était prête à laisser tomber l'argent, mais qu'elle ne couperait pas le carré en question.

Curieux de savoir pourquoi, l'homme alla vérifier le carré de gazon non coupé. Là, au beau milieu du carré était assis un gros crapaud: la petite fille n'avait pas eu le cœur de passer dessus avec la tondeuse.

Où est l'amour il y a désordre.

Un ordre parfait transformerait le monde en cimetière

:smitten)  ... belle histoire de sagesse, merci Ludo.





"Ils vont où, les oiseaux, maman, quand l’hiver revient ?

Ils se cachent au fond de leur nid ?

Ils s’envolent jusqu’au bout du ciel ?

Ils partent pour les îles ?

Dis maman : ils vont où les oiseaux ?"

L’enfant, le menton dans les paumes, regarde l’oiseau noir posé sur la fenêtre de la cuisine. Le petit animal réchauffe ses plumes au premier soleil de mars. Il déploie ses ailes, les secoue puis les replie. Il regarde sans crainte l’enfant qui l’observe. Au moindre geste inquiétant, il lui suffirait de s’envoler. Ses ailes sont sa planche de salut, elles ne lui ont jamais fait défaut. Mais il n’en aura pas besoin, il a vu le regard de l’enfant. Il sait qu’il l’aime. Il n’a rien à craindre."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
porte
Membre
avatar

Date d'inscription : 08/02/2014
Nombre de messages : 4037
Masculin
Lion Serpent
Age : 64
Ville : Pays de Loire

MessageSujet: Re: Postez vos "histoires zen" et autres histoires de Sagesse.   Mar 11 Avr 2017 - 23:12

LA RENCONTRE
Cet évènement se passe dans la nuit du 28 au 29 octobre 2007, et bien d’autres rencontres suivront, lors de l'étude de l’ouvrage « Un cours en miracles » et autres pratiques spirituelles.

Leçon 55
1.7. Je suis déterminé à voir les témoins de la vérité en moi, plutôt que ceux qui me montrent une illusion de moi-même.

Après avoir médité et intériorisé cette leçon, je suis allé me coucher. A peine allongé dans l'obscurité, il s'est produit une sorte de glissement en un lieu intemporel soudainement, où tous points de repères matériels du monde physique disparurent totalement. Pour en donner une approche plus précise, c’est comme si d’un coup, l’on était dans son corps de chair et que, instantanément, l’on se retrouvait projeté dans le soleil avec une Présence radieuse en son centre.

C’est alors dans un tout autre univers, entièrement tissé de lumière d’un blanc immaculé, que je me trouvais alors, face à la présence JE SUIS resplendissante (c’est ainsi qu’Elle se présenta), me souriant d'un amour indicible. La voici représentée par une amie artiste d'après description, intitulée "Au portail de l'éternité". Cette image ne sera jamais qu'une pâle approche de ce que nous sommes en réalité. Malgré toute sa bonne volonté artistique, elle n’a pu et cela est compréhensible, reproduire l’incommensurable, avec des moyens réduits. Enfin, ça donne une idée.

Là, à cet instant me fut révélé l’essence de notre véritable nature immortelle et éternelle, celle qui en fait n’a jamais quittée le « Royaume de Dieu ». Fascinant !
Puis je revins aussi instantanément dans le lieu terrestre où mon corps de chair vit. Je percevais toutefois encore des flammèches de lumière virevoltant autour de moi, pendant encore quelques secondes, témoins de cet évènement supranaturel.

S'en est suivi malgré mon envie de dormir le texte qui va suivre. La Présence m'enjoignant de me munir de quoi écrire. Ce que je m’empressais de faire et redescendis au rez-de-chaussée chercher le nécessaire.
Voici le premier texte qui s’en suivit cette nuit-là, suivi de beaucoup d’autres par la suite.

*Illustration 1 : « Au portail de l’éternité » (27-10-2007).



1. Laissez venir à vous le Fils de Dieu que vous êtes. L'exprimer de la façon suivante : "Je laisse venir à moi le Fils de Dieu que je suis" (puis méditer).

2. Je me laisse réaliser ici et maintenant être ce que je suis. (Fils de Dieu).

3. Saluons-en chacune et chacun ce que « JE SUIS EST » qui est en nous, accordons-nous à CELA (Dieu).

4. Par le salut qui reconnait en chacun le divin (Namasté), nous rendons et libérons ce qui nous emprisonne : se croire séparer de la SOURCE par identification à ce que nous créons au lieu d'être le Témoin-Source de ce qui EST.

5. Sachez que vous êtes la source de ce que vous êtes, réalisez-le et en le reconnaissant en vous et dans les autres, vous vous libérez et vous les libérez de l'illusion d'oubli, en rétablissant le lien commun à chacun de l'ESPRIT-SOURCE, éternelle réalité.

6. Rétablissez et renouez le fil lumineux de la conscience de ce que vous êtes en réalité. Vous aurez alors la vision du réel et non de l'imaginaire.

7. Ne laissez pas ce que vous imaginez sur vous et sur les autres, devenir réalité, car alors vous serez séparés de ce que vous êtes TOUS, en communion avec la SOURCE-JOIE, CONSCIENCE, FELICITE, PAIX, PARTAGE sans limite, aimant sans manque, entièrement, car la SOURCE est tout. Elle ne peut qu'être entière. Ce n'est pas une question de temps, c'est ici et maintenant.
Réalisez que c'est possible et vous faites un pas de géant en inversant le processus de la séparation de votre divin ESPRIT-SOURCE, votre souffle, votre vie, au-delà de la mort, dans l'éternité, l'AMOUR qui réunit.
Abolissant la notion de jugement, car reconnaissant l'autre et en voyant ce qu'il est en réalité, lui rendant le divin qu'il est, le libérant de ce qu'il croit être, qu'il n'est pas l'illusoire, ce qui disparait.


8. Nourrissons-nous en nous reliant au fil lumineux de la conscience de ce que je suis est uni au TOUT.

9. La présence JE SUIS est au-delà de toutes projections, le Témoin initial de la Source-Existence, ce qui soutient en réalité Tout ce qui est.

10. Tout ce qui unit nous rapproche de la présence JE SUIS CELA. (Fils de Dieu)

11. En reconnaissant en chacun sa divinité l'on reconnaît ce que l'on est soi-même par sa réalisation qui est union et ce qui est union, est AMOUR indifférencié et nous réunit entièrement.

11B. Donc, la reconnaissance de ce que l'on est, passe par la reconnaissance de ce que l'on n’est pas : illusoire et passager, afin de se rétablir dans ce que l'on est réellement. "NAMASTE" rétablira le courant divin en chacun de nous.

12. Pardonnons et libérons les autres de nos jugements et de nos croyances illusoires qui séparent et rendons-nous à ce que nous sommes.
Si vous le faites, les autres vous-mêmes le feront, car vous les aurez rendus à ce qu'ils sont. (Le divin JE SUIS, EXISTENCE, AMOUR, ETERNITE, SPLENDEUR). Namasté.


13. La reconnaissance de ce que vous êtes, vous rendra libre d'aimer en totalité, la TOTALITE, rien que toute la vie et elle vous sourira d'un sourire sans limite. Laissez-vous bercer par le doux chant de cela, car vous êtes CELA(Dieu) magnifiquement. Embrasez-vous d'un rire de joie éternelle, l'écho total de ce que vous êtes, imprégnez-vous-en, nourrissez-vous-en et rejoignez la PAIX intérieure (en vous-être) comme le claquement d'un drapeau au vent, celui du courant divin qui vous parcourt. C'est chouette n'est-ce pas ? C'est incroyable, et nous sommes incroyables. Pas vrai ?

14. QUI suis-je ?
Je suis la Présence Source sur terre, afin que règne le royaume de Dieu vrai, saint et parfait, libre et aimant.

15. SOYEZ bienheureux en votre bouddhéité, tel est l'état de BOUDDHA.

16. Dans le courant divin donnez est recevoir, car CELA vous donne sans restriction, sans limite, où pourrait être le manque relié à la source de tout ce qui est. C'est si simple et si énorme, si grandiose, ne laissez pas votre petitesse et vos limitations erronées se substituer à ce que vous êtes en réalité.
Laissez CELA étancher votre soif, bénissez, bénissez, bénissez, libérez, libérez, libérez.
Aimez ce que vous ressentez en CELA qui vous parle et transmettez-le.
Notre bonheur (bonne-heure) arrive, soyez-en l'expression, laissez couler ses eaux, brillamment, en « chantant dans votre jardin intérieur ». JOIE, JOIE, JOIE.
Supprimez, abolissez ce qui vous sépare de ce que vous ressentez depuis toujours, que le confus devienne clarté, que l'obscur s'efface devant l’avènement de ce que JE SUIS. Rendons-nous à nous même la présence lumineuse JE SUIS. Ainsi-soit-IL !  



Fraternellement :petitcoeur)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Postez vos "histoires zen" et autres histoires de Sagesse.   Dim 2 Juil 2017 - 7:04

La générosité du roi Shibî d’Ushinara était telle que sa réputation avait atteint les cieux. Les dieux en discutaient entre eux, se donnant mutuellement Skibî en exemple. Indra et Agni doutaient.

Un jour ils décidèrent de vérifier si cette renommée n'était pas usurpée. Agni se changea en pigeon, Indra prit la forme d'un faucon. Ils volèrent au-dessus des jardins du palais de Skibî.

Le roi était sous les orangers en fleur, assis près d'une fontaine. Le faucon dans le bleu du ciel fondit d'un trait sur le pigeon. L’oiseau traqué se réfugia sur le genou droit du monarque. Il haletait, tremblait d'effroi.

Le faucon se posa au bord de la fontaine.
- Roi, donne-moi ce pigeon, c’est ma proie, mon repas.

- Faucon, comment pourrais-je te remettre ce pigeon qui est venu prendre refuge auprès de moi ? Vois comme il a peur. Je ne peux trahir sa confiance. Il est impur de refuser sa protection, aussi impur que de tuer un brahmane ou une vache ! Celui qui abandonne le faible, le malade, le miséreux, sera lui-même abandonné quand il appellera à l'aide. Les grains qu'il sèmera ne germeront pas, les pluies n'arroseront pas son pays. Les dieux refuseront les libations sacrées qu'il versera au feu du sacrifice. Ses ancêtres seront bannis des mondes divins.

Le faucon s'irrita :
-Voilà ta générosité ? Tu protèges ce pigeon et me prives de nourriture ! Est-il au monde un être qui puisse subsister sans boire ni manger ? O roi, sans nourriture je vais mourir. Et quand je serai mort, mon épouse et mes petits périront. C’est ma chasse qui les nourrit. Ainsi, protégeant une vie, tu causes plusieurs morts. La vertu qui combat une autre vertu n'est que pure illusion. Seul importe le bien qui n'a pas d'opposé.

- Je protégerai ce pigeon, affirma le roi. Cependant, je ne souhaite pas ta mort, dis-moi ce que tu souhaites, à part ce pigeon-ci, et je te nourrirai.

- Si ce pigeon est tellement important pour toi, je ne veux aucun autre animal, rien qui soit prélevé sur ton royaume, je veux son poids de ta propre chair provenant de ce côté droit où le pigeon a pris refuge.

Le roi appela ses servantes, se fit porter une balance, puis, saisissant son poignard, il trancha dans sa cuisse une chair égale à la taille du pigeon qu'il voulait protéger. Il la pesa. Ce n'était pas assez. Le roi, sans hésitation, coupa encore de sa chair. Cependant, à chaque pesée, le pigeon s'alourdissait. Une larme surgit de l'œil gauche du roi et roula sur sa joue.

-Ah, ricana le faucon, je ne peux pas recevoir un cadeau offert à contrecœur !

- Pardonne-moi, dit le roi, je ne pleure pas le côté droit que j'ai donné. C'est le côté gauche qui se désole de ne rien pouvoir faire pour le pigeon.

- Que le côté gauche participe aussi, s'il le souhaite.

Le roi grimpa sur la balance, se tint debout sur le plateau. Aussitôt Agni et Indra reprirent leur forme divine.

Le corps du roi Shibî se retrouva intact.

- Sire, dirent les dieux, nous étions venus tester votre générosité, elle est éclatante. Vous vivrez longtemps pour le bonheur de ce royaume. Et quand l'heure sera venue, vous entrerez dans l'au-delà, avec ce corps déjà plus qu'humain puisqu'il a été offert par compassion.

Contes des sages de l’Inde
Seuil
Revenir en haut Aller en bas
Tarabuste
Membre
avatar

Date d'inscription : 23/04/2017
Nombre de messages : 634
Féminin
Lion Chat
Age : 42
Ville : Nord

MessageSujet: Re: Postez vos "histoires zen" et autres histoires de Sagesse.   Sam 22 Juil 2017 - 14:02

Un jour, un enfant pose une question à son père :

– Dis papa, quel est le secret pour être heureux ?

Ne sachant que répondre à cette interrogation, le père propose à son fils de le suivre. Ils sortent de la maison, le père sur le vieil âne et le fils suivant à pied. Les gens du village accusent :

– Son père est un père indigne ! Il monte son âne quand son fils le suit à pied !

– Tu as entendu mon fils ? Rentrons à la maison, dit le père.


Le lendemain ils sortent de nouveau, mais cette fois le père installe son fils sur l’âne et l’accompagne en tenant la bride. Les voisins disent alors :

– En voilà un fils indigne : il ne respecte pas encore son vieux père et le laisse aller à pied !

– Tu as entendu mon fils ? Rentrons à la maison, dit le père.

Le jour suivant ils s’installent tous les deux sur l’âne puis quittent la maison. Les villageois critiquent à nouveau le père et le fils :

– Ils ne respectent pas leur bête à la surcharger ainsi !

– Tu as entendu mon fils ? Rentrons à la maison.


Le jour suivant, ils partirent en portant eux-mêmes leurs affaires, l’âne trottinant derrière eux. Cette fois les gens du village y trouvèrent encore à redire :

– Voilà qu’ils portent eux-mêmes leurs bagages maintenant ! C’est le monde à l’envers !

– Tu as entendu mon fils ? Rentrons à la maison.


Arrivés à la maison, le père dit à son fils :

– Tu me demandais l’autre jour le secret du bonheur. Peu importe ce que tu fais , il y aura toujours quelqu’un pour y trouver à redire......

FAIS CE QUE TU AIMES ET TU SERAS HEUREUX !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
wb35
Membre
avatar

Date d'inscription : 11/11/2012
Nombre de messages : 7905
Masculin
Sagittaire Chat
Age : 53
Ville : pas si loin

MessageSujet: Re: Postez vos "histoires zen" et autres histoires de Sagesse.   Mer 4 Oct 2017 - 23:31

Un moine décida de méditer seul, loin de son monastère.
Il s'en fut dans une barque, au milieu du lac, jeta l'ancre, ferma les yeux et commença à méditer.
Après quelques heures de silence, il sentit soudainement le choc d'un autre bateau heurtant le sien.
Les yeux toujours fermés, il commença à respirer la colère, puis la rage.
Il ouvrit alors les yeux, prêt à hurler sur le batelier qui avait si brutalement dérangé sa méditation. Il resta bouche bée : c'était une barque vide qui avait frappé la sienne. L'embarcation s'était probablement détachée et avait dérivé.

Le moine comprit que le moindre choc de l'extérieur suffisait à ce qu'il se mette, tout seul, hors de lui. Dès lors, chaque fois qu'il rencontrait quelqu'un qui l'irritait ou provoquait sa colère, il se souvenait : « Cette colère est la mienne. L'autre n'est qu'un bateau vide. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
wb35
Membre
avatar

Date d'inscription : 11/11/2012
Nombre de messages : 7905
Masculin
Sagittaire Chat
Age : 53
Ville : pas si loin

MessageSujet: Re: Postez vos "histoires zen" et autres histoires de Sagesse.   Jeu 5 Oct 2017 - 23:48

" Un ethnologue new-yorkais reçoit un jour à Manhattan un de ses vieux amis sioux. Et comme à grand-peine ils cheminent dans la cohue des gens, des voitures hurlantes, des gyrophares policiers, bref, dans l'ordinaire boucan d'une avenue crépusculaire, le Sioux s'arrête soudain, au coin d'une rue, tend l'oreille et dit :
- Tiens, j'entends un grillon.
Son ami s'étonne.
- Un grillon ? Laisse tomber, mon vieux, tu rêves. Entendre un grillon, à New York, dans ce vacarme ?
- Attends, dit l'autre.
Il va droit à l'angle d'un mur. Dans une fente de béton poussent des touffes d'herbe grise. Il se penche, puis s'en revient. Au creux de sa main, un grillon.
- Alors ça, bafouille l'ami, abasourdi, c'est incroyable. Une ouïe fine à ce point-là, c'est un truc de sorcier, ou quoi ?
- Pas du tout, répond le Sioux. Chacun entend ce qui l'habite et ce qui importe à sa vie. Facile à démontrer. Regarde. Il sort quelques sous de sa poche et les jette sur le trottoir.
Tintements brefs, légers, fugaces. Dans la bousculade autour d'eux, tandis que les voitures, au feu du carrefour, klaxonnent, démarrent, rugissent, dix, quinze têtes se retournent et cherchent de l'oeil, un instant.
- Voilà, c'est tout, dit le Sioux. "

Henri Gougaud
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Postez vos "histoires zen" et autres histoires de Sagesse.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de partage sur la spiritualité, l'éveil de l'âme conscience et harmonie :: Forum spiritualité et forum ésotérisme sur le partage de l'éveil :: Spiritualité et ésotérisme :: Spiritualité et enseignements traditionnels-
Sauter vers:  
Spirit Partage - Forum spiritualité de rencontre Montpellier et autre ville
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com