Forum de partage sur la spiritualité, l'éveil de l'âme conscience et harmonie

Forum de discussion sur la spiritualité pour la rencontre et le partage dans l'éveil spirituel de la conscience, bouddhisme zen, lithothérapie meditation et citation.
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Acceuillir la souffrance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Acceuillir la souffrance   Mer 16 Jan 2013 - 19:14

Rappel du premier message :

Bonjour,

J'ai toujours cherché, comme beaucoup d'ailleurs, à me débarrassé de la souffrance, mais je me rend compte aujourd'hui, que je ne cherche plus à m'en débarrassé, mais a la vivre, d'ailleurs je ne cherche pas à la vivre, je la vie déjà, çà peut paraitre fou, mais c'est comme ça.

Je ne la vois plus comme une vilaine chose, qui ne cherche qu'a faire mal, mais je la vois, non je ne la vois pas, je la vie, je comprend maintenant, qu'avant j'avais peur de souffrir, et plus j'en avais peur, et plus sa présence était grandissante et écrasante.

Que c'est bon de vivre la souffrance, je me réjouit de la vivre.

La vie, c'est incroyable, c'est incroyable d'avoir un cadeau aussi beau, c'est tellement magique, préservé la en votre cœurs, et accepté tous ce qu'elle offre, il n'y a rien qui puisse être plus beau, même si elle prend la forme de la souffrance.

Comment peut-on être aussi loin de ce que l'on est ?

En n'acceptant pas la vie, ou en acceptant que ce qui nous semble bon, mais la vie n'a n'y bon, n'y mauvais côté, la vie est, et il ne suffit que vivre, tout le reste c'est du bla bla.

Alors accepté la, et retrouvé vous, retrouvons nous.

Coeur ! Coeur !  Coeur !  Coeur !  Coeur !  Coeur !  Coeur !
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Acceuillir la souffrance   Sam 9 Fév 2013 - 23:06

Kezoen a écrit:
@Lux a écrit:

J'ai toujours cherché, comme beaucoup d'ailleurs, à me débarrassé de la souffrance

Refuser de Souffrir, c'est refuser de comprendre.

sunny

Oui et non, elle peut également devenir une complaisance, et dans cette optique elle deviens dangereuse à long terme, même si l'inspiration qu'elle procure peut être révélatrice, encore faut-il s'en détacher et y resté objectif, dans le cas contraire elle deviens destructive.

Refuser de souffrir, c'est être subjectif à sa souffrance, accepté de souffrir c'est devenir objectif à sa souffrance et alors la souffrance disparait laissant place à la prise de conscience, et alors commence seulement le "travail" dans la pratique.

Il n'y a pas de bon, n'y de mauvais schéma, le tout est de resté conscient des choses et d'avancer à son rythme, si l'on refuse de souffrir, c'est que l'on est pas prêt à comprendre, mais ce n'est pas un échec, juste qu'il y a encore de la route à faire, c'est la seul chose a gardé à l'esprit dans une tel situation, et non pas de se mettre la pression pour passé à un niveau "supérieur", car c'est à cet instant précis que sa deviens dangereux, car le risque et de perdre pied et de s'ajouté encore et encore de la souffrance jusqu’à épuisement, de creusé son propre trou encore et encore.

La spiritualité est à double tranchant, autant elle tend vers l'éveil et la conscience, autant elle tend vers l'insomnie et l'inconscience.
Revenir en haut Aller en bas
bourgeon
Membre
avatar

Date d'inscription : 03/12/2012
Nombre de messages : 208
Féminin
Vierge Serpent
Age : 63
Ville : Le monde esprit

MessageSujet: Re: Acceuillir la souffrance   Mer 13 Fév 2013 - 1:20

la souffrance est selon mon expérience nécessaire au corps.
tout comme le jeune enfant tombe pour assurer son équilibre , le corps "tombe" pour assurer sa santé

L'enfant apprend à se relever après chaque chute , le corps doit donc aussi apprendre à se "relever" après chaque chute
mais , et c'est ici le gros "hic" de nos vies, les médicaments ont tout faussé .... les cerveaux ne fabriquent plus les anti douleurs et ne nous soignent plus ; mais sans doute la vie nous a-t-elle appris les conséquences de telle ou telle molécule sur le corps

on apprend un peu le corps comme on apprend un peu la mécanique d'une voiture quand celle-ci tombe en panne

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hidraya
Membre


Date d'inscription : 03/10/2012
Nombre de messages : 3363
Masculin
Lion Singe
Age : 49
Ville : Barcelone

MessageSujet: Re: Acceuillir la souffrance   Mer 13 Fév 2013 - 11:37

@bourgeon a écrit:
la souffrance est selon mon expérience nécessaire au corps.
tout comme le jeune enfant tombe pour assurer son équilibre , le corps "tombe" pour assurer sa santé

L'enfant apprend à se relever après chaque chute , le corps doit donc aussi apprendre à se "relever" après chaque chute
mais , et c'est ici le gros "hic" de nos vies, les médicaments ont tout faussé .... les cerveaux ne fabriquent plus les anti douleurs et ne nous soignent plus ; mais sans doute la vie nous a-t-elle appris les conséquences de telle ou telle molécule sur le corps

on apprend un peu le corps comme on apprend un peu la mécanique d'une voiture quand celle-ci tombe en panne


Je le pense aussi Bourgeon. sunny
Il faut réapprendre a se connecter avec ses corps pour le connaître et sentir par soi même où il y a problème, pour pouvoir se soigner seul. On peut ainsi aussi agir en préventif. sunny
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
brindeseigle
Membre
avatar

Date d'inscription : 01/02/2013
Nombre de messages : 2212
Féminin
Bélier Rat
Age : 45
Ville : Au centre : les pieds sur Terre, la tête dans les étoiles

MessageSujet: Re: Acceuillir la souffrance   Mer 13 Fév 2013 - 11:39

Bonjour Hidraya,

ça va mieux?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hidraya
Membre


Date d'inscription : 03/10/2012
Nombre de messages : 3363
Masculin
Lion Singe
Age : 49
Ville : Barcelone

MessageSujet: Re: Acceuillir la souffrance   Mer 13 Fév 2013 - 12:29

Merci Brindeseigle, il faut faire ce qu on a a faire, et c est surtout ce qui me permet de guérir vite. Donc hop là, debout, des gens m attentent. C est aussi simple que ca. Le mental a un grand pouvoir quand on sait le contrôler. sunny
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
amme
Membre
avatar

Date d'inscription : 14/04/2011
Nombre de messages : 832
Féminin
Vierge Rat
Age : 44
Ville : france

MessageSujet: Re: Acceuillir la souffrance   Lun 18 Fév 2013 - 22:46



Le P. Maurice Bellet répond à la question "Souffrir a-t-il un sens ?"

"Si l'on parle de la souffrance, ce doit être avec un infini respect.
l y a une impudeur à disserter sur la souffrance, qui est intolérable. Cette impudeur, on la rencontre, entre autres, hélas, chez les chrétiens, quand ils pensent avoir dans leur foi de quoi "répondre" à cette question-là.

Mais la souffrance n'est pas une question. La souffrance souffre. Et celui qui est dedans, je crois qu'il attend d'abord qu'on l'en soulage, et pas qu'on la lui explique. Jésus, quand il rencontrait des malades, les guérissait ; il ne leur parlait pas avec abondance du sens de la maladie. Si donc on ose parler de la souffrance, ce doit être avec un infini respect. On n'a d'excuse que si, en ce qu'on dit, quelqu'un trouve soulagement. C'est beaucoup espérer.


La souffrance demande à être entendue
La souffrance est un aspect de la vie humaine qui tient à la vie même. Maladie, deuil, faim, discordes, agonies... et cachées et d'autant plus impitoyables. La solitude. Le manque d'amour. Le sentiment d'impasse. La terrible déprime. Triste constance de nos douleurs. Et pourtant, changement, au moins dans la façon dont elle est perçue aujourd'hui. J'en vois deux traits.
D'abord la souffrance cesse d'être muette. Ce qui s'exige et se répand de plus en plus, c'est la possibilité offerte au souffrant de dire sa souffrance, c'est-à-dire de ne pas être emmuré en elle. Rôle capital de l'écoute.
L'écoute doit être compatissante, sans doute, mais pas complaisante : elle reconnaît l'autre, si dolent qu'il soit, infirme, impuissant, défait, comme sujet, et sujet de sa parole. Elle lui donne cette première dignité qui lui permet (s'il le peut) d'être en face de sa souffrance, au lieu de s'engloutir en elle.


La souffrance doit être combattue
C'est lié au second thème : la souffrance doit être combattue, absolument. Il y a une volonté de soigner, et de soigner pour guérir.
Mais il y a aussi une volonté, de plus en plus efficace, d'éliminer la douleur : il y a maintenant des médecins de la douleur et l'on sait le développement des soins palliatifs. L'affaire dépasse le domaine de la santé. On veut mettre fin aux souffrances de la guerre, de l'humiliation, de la faim bien sûr, du travail trop dur... ou du chômage. Guerre à la souffrance, sous toutes ses formes.
Mais ce qui se trouve exclu aussi, c'est tout langage (ou toute pratique) qui se présente comme acceptation de la souffrance.
Certes, il faut bien accepter ce qu'on ne peut ôter ; mais l'attitude première d'acceptation paraît détestable et injuste. Par exemple, et spécialement chez les chrétiens, le thème de la souffrance rédemptrice, l'identification aux souffrances du Sauveur, porter sa croix, etc. Ce langage là peut aller jusqu'à se réjouir de la souffrance, à y voir le signe d'une prédilection divine - puisque Dieu a conduit son Fils jusqu'à la croix. "Il faut que Dieu vous aime beaucoup pour qu'il vous éprouve autant" - cela s'est dit.
Eh bien, c'est un langage qui "ne passe plus", ou bien difficilement, y compris chez les chrétiens. On n'a que faire du "sens de la souffrance". On veut que ça cesse, un point c'est tout. Et si Dieu permet, comme on dit, que ça ne cesse point, ce n'est plus une consolation, ou du moins un motif de résignation, c'est plutôt la cause d'une difficulté de relation avec Dieu!


La part d'ombre de ce qui est vivant
Pourtant, il demeure que la souffrance fait partie de la vie humaine. Autant il est suspect de disserter sur le sens de la souffrance, autant il reste vrai que le pur et systématique refus de la souffrance mène à l'impasse. Il n'y a pas d'existence humaine sans renoncement, sans "castration" même, pour reprendre le mot de Françoise Dolto, évoquant ces passages que le petit d'homme doit faire pour advenir à lui-même.
Et qui pourrait ignorer qu'il n'y a pas d’œuvre, de création vraie sans les douleurs de l'enfantement? La femme peut enfanter sans douleur (éliminons la souffrance !). Mais quelle mère, quels parents ont pu élever des enfants sans qu'à un moment ou un autre ces enfants aient été leur douleur? Il n'y a pas de relation humaine, y compris d'amour, spécialement d'amour, qui puisse éviter les tensions, les malentendus ou même le déchirement.


Il y a bien une tendance, en notre société, à éliminer cela même. Mais, paradoxalement, tous ceux qui travaillent contre la douleur, soignants, thérapeutes, gens engagés dans la lutte contre l'injustice, la guerre, etc., tous ceux-là connaissent la présence de ces souffrances. Et dans leur propre vie. À commencer par la souffrance de ne pouvoir faire mieux qu'ils ne font. Mais ce sont, si j'ose dire, des souffrances immanentes à la vie ; elles sont comme l'ombre inévitable de ce qui est vivant. Or, il est des souffrances d'autre nature, qui sont de pures destructions, des échecs massifs, des ruines de vies. Je les qualifierai d'inextricables: parce qu'il n'y a pas d'issue, parce qu'on y est enfoncé dans l'impossible, dans l'invivable.


Des régions où la parole est morte
Ce n'est pas seulement à cause de ceci ou cela, car c'est toujours en relation avec celui qui pâtit, sa personnalité, son histoire, son assurance ou sa détresse intérieures: le même échec qui pour l'un est un épisode, voire un tremplin, est pour l'autre une chute dans une ténèbres sans fond.
Quiconque a un peu d'expérience sait à quel point le "thérapeute" peut être impuissant : c'est à chacun de sortir du gouffre, s'il y est tombé, et nul ne peut ici juger autrui ni décider pour lui. Au surplus, il y a des situations si violentes (camps de la mort, horreurs des guerres civiles, tortures, famines...) qu'on se demande comment il se trouve des êtres humains pour y "tenir". Ils ont toute notre admiration. Mais les autres ? Tous ceux qui, même tirés de là, gardent une blessure si profonde que la ténèbre finit par gagner la partie, comme chez ce religieux brésilien, torturé en son pays, réfugié en France parmi ses frères - et suicidé ? Qui osera dire une parole sur lui ? Qui peut dire quoi que ce soit sur les camps d'extermination ? C'est la région du silence, du grand silence. Ici, la parole est morte.
C'est pourquoi l'idée que ce résidu résistant de la souffrance - que le soin et la lutte pour la justice n'atteignent pas - pourrait être le lieu où s'entende enfin une parole qui ose dire le sens de ce sur quoi nous sommes sans pouvoir, cette idée-là risque de paraître à nos contemporains particulièrement insupportable. (...)"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sr2
Membre
avatar

Date d'inscription : 05/12/2011
Nombre de messages : 69
Masculin
Bélier Chèvre
Age : 38
Ville : Paris

MessageSujet: Re: Acceuillir la souffrance   Mer 20 Fév 2013 - 16:18

Bonjour,
La souffrance est très présente dans cette réalité.
Elle se manifeste violemment chaque jour dans le monde (guerre, maladie, violence, problème relationnel etc..). Mais au départ, la souffrance n'est pas violence.

Elle nait de la dissonance qui résulte de l'inéquation entre la nature de ce que nous sommes et de ce que je crois être c'est à dire l'idée que nous nous faisons sur nous même.
Chacune de nos douleurs est un révélateur de cet état. Elle est la manifestation du non alignement de mon égo à la vérité. C'est avant tout un choc de réalité.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Acceuillir la souffrance   Mer 20 Fév 2013 - 19:06

Ouh que c'est bien dit :jap: . Décidément, ces maudites "idées" sont partout, et si on ne souffre pas des siennes, on peut se faire éclabousser à noyer sous le poids de celles qui sont à l'extérieur et qui n'appartiennent au bout du compte réellement à personne. C'est à elles qu'on appartient ou non, ou encore à moitié puisqu'elles autorisent la demi-mesure contrairement à la Nature.
Revenir en haut Aller en bas
sr2
Membre
avatar

Date d'inscription : 05/12/2011
Nombre de messages : 69
Masculin
Bélier Chèvre
Age : 38
Ville : Paris

MessageSujet: Re: Acceuillir la souffrance   Mer 20 Fév 2013 - 22:39

Nada_Karana a écrit:
Ouh que c'est bien dit :jap:
Merci
Il y aurait tant à dire concernant la souffrance mais rien qui ne puisse être véritablement compris sans en faire soit même l'expérience.
Je finirais juste sur ce point. Chaque fois que nous connaissons la souffrance c'est que nous alimentons une vision erronée de ce que nous sommes. Par l'égo, nous nous identifions à l'extérieur de l'être jusqu'à penser être celui-ci. Plus je prend de la distance sur le Soi, plus je m'éloigne de la source de vie (l'amour). Aussi plus je considère l'égo et son mental comme seule vision acceptable plus je m'éloigne de notre véritable nature.
Si je souffre c'est que je sépare ce qui est unit dans l'amour. Je m'illusionne en alimentant la définition de cet "autre" qui, en vérité, n'existe pas. Il n'est qu'un reflet de ce que j'ignore sur nous-même.


Dernière édition par Alaka le Mer 20 Fév 2013 - 22:42, édité 1 fois (Raison : Absence de pseudo dans le cadre de citation.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Acceuillir la souffrance   Jeu 21 Fév 2013 - 0:53

Dommage que ça reparte sur de l'infondé à la mode, c'était plutôt bien parti...
Mais il est Vrai aussi que ça peut partiellement se passer ainsi pour celles et ceux qui sont assujettis aux programmes et n'ont pas fait le moindre pas pour en sortir, ne pouvant concevoir un seul instant la nécessité absolue de le faire.
En effet, les "clones mentaux" ne peuvent qu'être des miroirs les uns pour les autres, formes se reflétant dans les surfaces planes, lissées et uniformes des uns et des autres qui sont tous "polis" par le même papier de verre occulte et à la fois flagrant.

Quant à l' "amour" et à l' "autre", aucun des deux ne saurait souffrir de la moindre définition à moins d'être totalement faux et donc inexistant ailleurs que dans une forme crée de toutes pièces pour je ne sais quelle raison. Et le faux tout comme le Vrai, pour atteindre une globalité, doit inévitablement passer par chacune des individualités, en même temps ou séparément, peu importe puisque le résultat est toujours le même et que le temps n'existe pas pour les idées mais seulement pour leurs hôtes.

Bref, comme tu le dis on ne peut plus justement, "Il y aurait tant à dire concernant la souffrance mais rien qui puisse être véritablement compris sans en faire soi-même l'expérience." D'ailleurs pour ma part, si je me souviens bien, je me suis déjà prononcé à ce sujet.
J'ajouterai juste une chose: qu'on s'identifie ou non, qu'on se sente important ou totalement insignifiant en connaissance de cause et en toute sincérité, on peut aussi souffrir en toute lucidité, par exemple d'être con-damné à tremper dans une "soupe populaire" corrosive et en totale inadéquation avec le principe d'individualité, à ne pas confondre avec la personnalité.

Il serait d'ailleurs intéressant d'ouvrir un topic sur les programmations ainsi que les possibilités et impossibilités REELLES de s'en extraire sans nuire ni subir de nuisances, sans parler des nécessités ( ou plutôt en en parlant Smile ) de discerner et conserver celles qui sont "utiles" ou "évolutives" plutôt que le contraire.
Revenir en haut Aller en bas
kores
Membre
avatar

Date d'inscription : 19/04/2012
Nombre de messages : 1281
Masculin
Taureau Chien
Age : 47
Ville : Sud-Ouest

MessageSujet: Re: Acceuillir la souffrance   Jeu 21 Fév 2013 - 5:53

@bourgeon a écrit:
la souffrance est selon mon expérience nécessaire au corps.
tout comme le jeune enfant tombe pour assurer son équilibre , le corps "tombe" pour assurer sa santé

L'enfant apprend à se relever après chaque chute , le corps doit donc aussi apprendre à se "relever" après chaque chute
mais , et c'est ici le gros "hic" de nos vies, les médicaments ont tout faussé .... les cerveaux ne fabriquent plus les anti douleurs et ne nous soignent plus ; mais sans doute la vie nous a-t-elle appris les conséquences de telle ou telle molécule sur le corps

on apprend un peu le corps comme on apprend un peu la mécanique d'une voiture quand celle-ci tombe en panne



N'est ce pas plutôt la douleur dont il s'agit, un des outils permettant d'apprendre la vie ?

Pour la souffrance, celle qui est profonde est qui correspond au doute, à la peur, à l'égarement et à la peine du coeur etc..., je la vois aussi ainsi que d'autres comme la conséquence d'un manque de foi et d'une méconnaissance de la vie.

En tout cas s'il y a bien un chose qui a pu m'aider dans ce monde, c'est de reconnaître le sens du plan physique et de la vie incarnée, au regard d'une évolution qui s'appréhende sur un cycle dépassant de loin une simple et unique vie terrestre.
J'ai aussi incrusté en moi cette conviction : celui qui est sans poids et sans voie.
Donc quelque part, j'ai pu me réjouir d'avoir du poids à porter, c'est à dire en gros cette distorsion entre mon désir d'être dans un monde beaucoup plus évolué et celui qu'il est en réalité.
Et relever le poids afin de retrouver la joie de vivre et un travail de tous les jours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sr2
Membre
avatar

Date d'inscription : 05/12/2011
Nombre de messages : 69
Masculin
Bélier Chèvre
Age : 38
Ville : Paris

MessageSujet: Re: Acceuillir la souffrance   Jeu 21 Fév 2013 - 7:48

Citation :
Dommage que ça reparte sur de l'infondé à la mode, c'était plutôt bien parti

@Nada_Karana
Peux-tu développer ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aimelavie
Membre
avatar

Date d'inscription : 15/03/2014
Nombre de messages : 740
Masculin
Cancer Buffle
Age : 32
Ville : Lille

MessageSujet: Re: Acceuillir la souffrance   Dim 7 Déc 2014 - 14:40

Coeur !

   Après m'être coincé le pouce dans une porte, j'ai souffert pendant un jour et demi d'un état disproportionné face à la réalité de la chose. Je me suis aperçu grâce à une intervention extérieure que je refusais cette douleur. En agissant et en réintégrant le doigt dans le corps, cela s'en est allé. Une expérience anodine en apparence mais en fait très riche.




   La maîtrise amène la souffrance. Il y en a deux sortes : le contrôle et la cohérence. Le contrôle est l'outil de l'homme ordinaire, c'est la sécurité qui l'empêche d'aller au-delà. La cohérence correspond à celui qui ne fixe pas la maîtrise et se fond dans l'être.

sunny

   La volonté grossière est aveugle à la vie et ne reconnaît pas le pénible. Elle souffre d'ignorance et dans une moindre mesure du difficile. La volonté subtile réclame le mal comme une nourriture appréciable. Aussi, une aiguille des plus fines transperce l'esprit affûté. Cependant, cela relève une difficulté particulière, celle de l'acceptation.
   La femme ou l'homme en éveil suit la loi du changement, elle ou il se situe parfois en haut, resplendissant d'un joyeux épanouissement, parfois en bas, se ternissant d'un chagrin délicat. C'est pourquoi l'acceptation participe activement à la croissance personnelle. Pour s'élever, il faut se voir descendre, encore et encore.  
   En général, face à une situation difficile, nous cherchons une porte de sortie. Mais, ne voyons-nous pas que l'expérience est elle-même une ouverture ? Lorsque l'on s'assagit, l'écart s'étrécit entre haut et bas. La porte est perçue. Pourtant, la difficulté persiste car elle s'associe à l'ascension dans une manifestation de plus en plus fine.

sunny  sunny

   La souffrance révèle des aspects incompréhensibles par l'intellect. Celui-ci analyse mais ne sait pas résoudre. Il n'accède pas à la synthèse nécessaire pour vivre la réalité dans la simplicité, le concret. L'effort consiste donc à entrer sincèrement dans l'expérience. Cependant, la difficulté réside dans la non-intervention mentale.
   Pour comprendre la souffrance en profondeur, nous devons travailler sur l'acceptation. Or la pensée-émotion nous empêche constamment de pénétrer les couches superficielles de l'être. De plus, comprendre le processus ne réduit pas entièrement la distance à la douleur.
   La cause du cycle de souffrance est sans nulle doute le rejet : ne pas savoir accueillir en soi ce qui est. Cela crée une défense agressive, une tentative pour libérer l'énergie. S'il n'y a pas de mode permettant l'expression, c'est l'auto-destruction. Alors comment procéder ?

sunny  sunny  sunny

   Lorsque nous sommes emplis du pouvoir de l'éveil, la souffrance rappelle à l'intégrité. La puissance est grisante, et le mental a tôt fait de s'immiscer dans l'expérience. Une situation désagréable permet d'éprouver la barrière psychique. Celle-ci peut être transcendée pour réaliser la source véritable du mal.
   Le meilleur moyen que je connaisse pour accepter la souffrance c'est d'agir. L'action coupe le mental et repose le corps à sa place. Si ce dernier vit intensément le rejet, alors il est impossible de contrôler quoi que ce soit. Ajoutons que se regarder induit une distance plus grande encore avec la douleur.
   Choisissons donc une action centrée qui ramène l'énergie éparpillée. En mobilisant tout le corps, chaque émotion réintègre son espace. Et lorsque la globalité est reconnue, la souffrance cesse. C'est simple, mais difficile à effectuer seul du fait de la saisie personnelle systématique. Il est intéressant dans ce cas de se faire manipuler ou de pratiquer une activité développant l'être.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raphaëla
Membre
avatar

Date d'inscription : 08/04/2014
Nombre de messages : 677
Féminin
Gémeaux Rat
Age : 57
Ville : Champfleury

MessageSujet: Re: Acceuillir la souffrance   Lun 8 Déc 2014 - 23:22

ô combien ton post me Parle ... AimelaVie ...
Merci!
Tu décris parfaitement ce que moi j'entends par ce que j'appelle "Vivre l'Amen" ... un Agir et Être ...

Tu es bien le premier que je rencontre qui est capable d'écrire ce genre de choses :"La volonté subtile réclame le mal comme une nourriture appréciable." Merci!!!
Je rejoins aussi pleinement ceci :"Pour s'élever, il faut se voir descendre, encore et encore. "





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://justedesfruitscueillis.blogspot.fr/
erell
Membre
avatar

Date d'inscription : 29/09/2014
Nombre de messages : 8614
Féminin
Sagittaire Dragon
Age : 40
Ville : en chemin...

MessageSujet: Re: Acceuillir la souffrance   Mar 9 Déc 2014 - 2:11

@Raphaëla a écrit:
ô combien ton post me Parle ... AimelaVie ...
Merci!
Tu décris parfaitement ce que moi j'entends par ce que j'appelle "Vivre l'Amen"  ... un Agir et Être ...

Tu es bien le premier que je rencontre qui est capable d'écrire ce genre de choses :"La volonté subtile réclame le mal comme une nourriture appréciable." Merci!!!
Je rejoins aussi pleinement  ceci :"Pour s'élever, il faut se voir descendre, encore et encore. "






:jap: :jap: :jap:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
did
Membre
avatar

Date d'inscription : 11/01/2014
Nombre de messages : 4234
Masculin
Vierge Serpent
Age : 51
Ville : Planéte Terre

MessageSujet: Re: Acceuillir la souffrance   Mer 10 Déc 2014 - 17:46

"La volonté subtile réclame le mal comme une nourriture appréciable."

- Aime la vie -

Je n'irai peut être pas jusqu'à dire "réclame", mais ce que tu dis me fait penser a une parole - totalement inacceptable par l'entendement ordinaire - de sri nisargadata maharaj.
Un jour, quelqu'un parlait de la douleur physique comme d'une entrave qui le plongeait dans des mauvaises pensées - ce qui est souvent mon cas.

Il avait répondu un truc du genre : si vous n'opposiez aucune résistance au travail qui, dans votre corps, engendre la douleur, elle pourrait vous conduire vers la béatitude.

Je pense personnellement que Nisargadata Maharaj avait réalisé le Soi, c'est du moins l'impression que m'a donné la lecture de son livre. Alors c'est quand même délirant de voir jusqu'où ça va de se trouver dans cet état de conscience "réalisé": même les douleurs physiques peuvent devenir l'occasion d'agrandir la béatitude. D'un sens c'est cohérent avec un état d'unité ou l'ombre ne saurai aller sans la lumière, et aller dans un sens nous amène forcément dans l'autre aussi.

Donc je pense que c'est vrai. 

La volonté subtile ne réclame peut être pas le mal, mais quand il vient elle est capable de l'aimer comme tout le reste.

Aime toute la vie ?

C'est beau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Totem
Membre
avatar

Date d'inscription : 06/03/2013
Nombre de messages : 14497
Féminin
Bélier Chèvre
Age : 62
Ville : la voie lactée

MessageSujet: Re: Acceuillir la souffrance   Mer 10 Déc 2014 - 17:51

@did a écrit:



Il avait répondu un truc du genre : si vous n'opposiez aucune résistance au travail qui, dans votre corps, engendre la douleur, elle pourrait vous conduire vers la béatitude.

.

C'est tout à fait vrai... :jap:

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loup-blanc
Membre
avatar

Date d'inscription : 09/02/2014
Nombre de messages : 753
Masculin
Poissons Chat
Age : 42
Ville : Sirius

MessageSujet: Re: Acceuillir la souffrance   Mer 10 Déc 2014 - 20:54

La souffrance est souvent due à quelque chose.

Pour expérience : J'ai passé plusieurs fois sous les couteaux des neurochirurgiens qui m'ont opéré à plusieurs reprises pour une maladie rare... L'épilepsie m'en a fait voir des vertes et des pas mûres (l'appartement a subi également surtout le mobilier)...

Donc la souffrance est un apprentissage de la matière...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aimelavie
Membre
avatar

Date d'inscription : 15/03/2014
Nombre de messages : 740
Masculin
Cancer Buffle
Age : 32
Ville : Lille

MessageSujet: Re: Acceuillir la souffrance   Jeu 11 Déc 2014 - 15:54

@Did

   Tu reprends à raison le terme " réclamer ". A priori, la souffrance n'est pas une demande personnelle. Et pourtant ... En observant en moi pourquoi ce mot est apparu, je comprends que c'est celui qui me convient le mieux. Cela, ce que je suis dans le monde conditionné, aspire à la souffrance qui révèle. Toute peine est expérience et toute expérience est pénible. Cela peut choquer, mais je ne parle pas dans cette intention, c'est ce que je vis là où je suis. J'utilise " je " pour signifier mon ressenti mais " je " ne décide pas des situations. Aussi aspirer peut remplacer réclamer car cela se produit, point.

   Je vais citer le sage auquel tu te réfères avec d'excellents à propos.

" Tout est parce que vous êtes." Sri Nisargadata Maharaj

   Loup écrit : " La souffrance est souvent due à quelque chose. " Bouddha explique que l'expérience est souffrance et que celle-ci provient d'une cause. Notre travail est de révéler cette dernière et de nous libérer de l'illusion. " Tout est parce que vous êtes " ajoute Maharaj. J'ai compris ceci ce qui m'a beaucoup aidé. C'est du domaine de la connaissance car cela s'inscrit dans l'esprit et dans le corps.
   Je suis la source de ce monde et n'ai pas besoin de m'éloigner ou de me rapprocher de quoi que ce soit. Cette vie me permet d'éprouver ma relation avec l'extérieur et l'intérieur. En me balançant autour de l'axe, je retrouve l'équilibre, là où rien ne bouge. C'est ce que décrit Sri Nisargadata Maharaj, les phénomènes arrivent, il ne m'arrive rien.
   Une modification de perception bouleverse le monde. Je vois ce que je vois parce que je suis. Deux compréhensions en résultent. L'une est que ce qui se présente est en parfait accord avec mon existence actuelle, ma personnalité, ma connaissance, mon désir. L'autre est que le monde vit grâce à mon regard. Aussi, si je suis détaché, les phénomènes se produisent de la manière la plus juste possible car je n'interviens pas en tant qu'ego. Ainsi, la souffrance.


" C'est en vous imaginant séparé que vous avez créé le fossé. Vous n'avez pas à le traverser. Il vous suffit de ne pas le créer. " Sri Nisargadata Maharaj

   C'est l'origine de la souffrance. En remontant la dichotomie, je m'aperçois que c'est la séparation qui crée les joies et les peines. L'individu est une facette de la dualité. C'est l'expérience que j'ai vécu en m'amochant le doigt. J'étais séparé mentalement. Or la difficulté de " Il vous suffit de ne pas le créer " m'a déstabilisé.
   C'est d'une conn**** affligeante et pourtant, pendant un instant, j'ai vu le gap qui m'éloignait de la réalité. Il n'existe pas de mots pour décrire la douleur éprouvée pas tant physique que globale. Car c'est bien tout l'individu qui s'est trouvé concerné, d'où la sensation de malaise. Mais cette totalité est désassemblée, les différentes pièces désemboitées. Le comprendre ne permet pas d'en guérir, il faut aller plus loin dans la conscience.
   Par ce vécu, j'ai saisi la distance actuelle énorme avec ce que je suis. Ce fut une peine qui m'a fait grandir. Je suis devenu petit, très petit et grâce à une succession de telles chutes, je deviens grand, immense. Et je crois que parce que je suis prêt à vivre de telles souffrances, la vie me les apporte. C'est un sentiment inexplicable mais beaucoup comprendront comme la douleur est apaisante, riche et pleine de connaissance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Acceuillir la souffrance   Jeu 11 Déc 2014 - 16:39

Bonjour M Wink,

J'ai bien lu tes post et les reponses apportées sur ce dernier , je me suis déjà coincée le doigt, la douleur est arrivé tellement forte , tellement soudaine que je n'ai su pleurer sur le coup , mon coeur battait dans celui là , ce qui m'a étonnée et sur le coup, j'ai oublier  cette dernière un bref instant ... toute concentré aux battement qui se placaient là .. la douleur est revenue quand j'y repensé , je venais de presque me le casser  mais bon, un petit desinfectant , un petit arrête de faire des manières et un pansement plus tard et ca allais beaucoup mieux .. cela m'a auss appris_ avec les autres souffrances à appliquer le principes , sans creuser beaucoup plus loin sur l'instant ... bien sûr , je ne comprend pas tout ce qui est dit sur ce pots , certains termes  me sont abstrait et je me dis en écrivant cette phrase .
.
Est que l'on peut rendre la souffrance si abstraite que celle -ci nous fait avancer dans une certaine direction toute murée ... sans beaucoup de jour pour la faire sortir ..?

Doit t-on lui lâcher la bride ou simplement l'abandonner , celle ci nous suivrait telle pas comme un bon chien fidele .. toujours disponible et fringuant  pour un ti tour avec nous ?  ce que j'ai appris avec ce genre de compagnon , c'est qu el'on ne peut l'ignorer , certe de ne pas faire dormir avec nous et trop lui accorder d'attention..

Enfin faut il attendre sa belle mort en l'observant de loin ? ou au contraire s'en occuper avec attention et une certaine douceur pour apaiser sa propension à nous coller ?
Revenir en haut Aller en bas
Ksyrium
Membre


Date d'inscription : 25/10/2014
Nombre de messages : 399
Masculin
Scorpion Dragon
Age : 40
Ville : Vers les neiges eternelles...

MessageSujet: Re: Acceuillir la souffrance   Jeu 11 Déc 2014 - 17:47

Quand on souffre vraiment, c'est la que l'on se sent le plus vivant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lyra
Membre
avatar

Date d'inscription : 18/08/2014
Nombre de messages : 839
Féminin
Balance Chat
Age : 41
Ville : Rimouski, Qc

MessageSujet: Re: Acceuillir la souffrance   Jeu 11 Déc 2014 - 18:02


En ce moment, je souffre terriblement.
C'est la première fois de ma vie que je me sens dans cet état. Je pleure en vous écrivant, car je traverse l'épreuve à froid complètement.
Ma fin d'année 2014, je la trouve difficile émotionnellement. Très très difficile.
Merci d'être là.
Lyra.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loup-blanc
Membre
avatar

Date d'inscription : 09/02/2014
Nombre de messages : 753
Masculin
Poissons Chat
Age : 42
Ville : Sirius

MessageSujet: Re: Acceuillir la souffrance   Jeu 11 Déc 2014 - 18:40

Salut Lyra, ce sont des énergies qui bousculent notre corps...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
porte
Membre
avatar

Date d'inscription : 08/02/2014
Nombre de messages : 3852
Masculin
Lion Serpent
Age : 63
Ville : Pays de Loire

MessageSujet: Re: Acceuillir la souffrance   Jeu 11 Déc 2014 - 18:46

@Ksyrium a écrit:
Quand on souffre vraiment, c'est la que l'on se sent le plus vivant.



*RE: Pas plus que dans la joie et que de la souffrance tu enlèves le masque grimaçant...

La souffrance revêt bien des attributs, et c'est au-delà de ces oripeaux qu'il faut regarder, puis entrer dans son coeur pour le...réchauffer de ce que la vie dans la Vie recèle de joie qui n'est plus vue et ressentie.

Une tête est posé sur un cou que l'on peut toujours redresser,
Que l'on soit debout ou couché ce qui voit de l'intérieur ne nous a jamais quitté.

L’incompréhension que cache la souffrance ne peut à terme perdurer, car au-delà de la souffrance se tient Rédemption.



Fraternellement :petitcoeur)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
porte
Membre
avatar

Date d'inscription : 08/02/2014
Nombre de messages : 3852
Masculin
Lion Serpent
Age : 63
Ville : Pays de Loire

MessageSujet: Re: Acceuillir la souffrance   Jeu 11 Déc 2014 - 18:51

@lyra a écrit:

 En ce moment, je souffre terriblement.
 C'est la première fois de ma vie que je me sens dans cet état. Je pleure en vous écrivant, car je traverse l'épreuve à froid complètement.
 Ma fin d'année 2014, je la trouve difficile émotionnellement. Très très difficile.
 Merci d'être là.
 Lyra.


*RE: Ce qui parle à travers la souffrance est ce qui n'a pas été entendu en nous. Tel ce voyageur qui fait fi de ce qui l'averti...mais en vain. Ainsi l'on apprend dans la peine comme dans la joie. L'homme averti devient sage, mais non dépourvu d'esprit intrépide.

Ceci, car nous vivons dans une période où la sagesse est un risque...drunken

Fraternellement :petitcoeur)


Dernière édition par porte le Ven 12 Déc 2014 - 10:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Acceuillir la souffrance
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de partage sur la spiritualité, l'éveil de l'âme conscience et harmonie :: Forum spiritualité et forum ésotérisme sur le partage de l'éveil :: Psychologie et développement personnel-
Sauter vers:  
Spirit Partage - Forum spiritualité de rencontre Montpellier et autre ville
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit