Forum de partage sur la spiritualité, l'éveil de l'âme conscience et harmonie

Forum de discussion sur la spiritualité pour la rencontre et le partage dans l'éveil spirituel de la conscience, bouddhisme zen, lithothérapie meditation et citation.
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Acceuillir la souffrance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Acceuillir la souffrance   Mer 16 Jan 2013 - 19:14

Rappel du premier message :

Bonjour,

J'ai toujours cherché, comme beaucoup d'ailleurs, à me débarrassé de la souffrance, mais je me rend compte aujourd'hui, que je ne cherche plus à m'en débarrassé, mais a la vivre, d'ailleurs je ne cherche pas à la vivre, je la vie déjà, çà peut paraitre fou, mais c'est comme ça.

Je ne la vois plus comme une vilaine chose, qui ne cherche qu'a faire mal, mais je la vois, non je ne la vois pas, je la vie, je comprend maintenant, qu'avant j'avais peur de souffrir, et plus j'en avais peur, et plus sa présence était grandissante et écrasante.

Que c'est bon de vivre la souffrance, je me réjouit de la vivre.

La vie, c'est incroyable, c'est incroyable d'avoir un cadeau aussi beau, c'est tellement magique, préservé la en votre cœurs, et accepté tous ce qu'elle offre, il n'y a rien qui puisse être plus beau, même si elle prend la forme de la souffrance.

Comment peut-on être aussi loin de ce que l'on est ?

En n'acceptant pas la vie, ou en acceptant que ce qui nous semble bon, mais la vie n'a n'y bon, n'y mauvais côté, la vie est, et il ne suffit que vivre, tout le reste c'est du bla bla.

Alors accepté la, et retrouvé vous, retrouvons nous.

Coeur ! Coeur !  Coeur !  Coeur !  Coeur !  Coeur !  Coeur !
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Acceuillir la souffrance   Jeu 17 Jan 2013 - 12:01

La souffrance ne doit pas être chassée, on ne doit pas feindre la non-souffrance. On ne doit pas s'en débarrasser car alors on est dans la lutte, et elle nous reviendra un re.ou l'autre en pleine fi
Le meilleur moyen de se libérer de la souffrance est de l'accepter inconditionnellement, dans l'instant, par l'intériorisation au sein même de cette souffrance.
Ainsi, la souffrance est toujours là, mais "qui" souffre? La réponse à cette question, qui ne peut être qu'intérieure et issue de l'expérience directe, en est la clé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Acceuillir la souffrance   Jeu 17 Jan 2013 - 14:53

@fleurbleue a écrit:
La souffrance coule dans les veines et n'a que faire de ces longues tirades et sermons.

C'est vrai, dans l'instant de la souffrance, mais après, lire parfois d'autres avis, d'autres vécus, permet de la comprendre

@fleurbleue a écrit:
Je déplore l'absence d'émotion et de sensation dans vos propos que je ressens comme des leçons bien apprises, mais absolument pas comprises.
Personnellement, j'ai, comme d'autres ici, comme toi, bien appris ma leçon. Si les livres m'ont aidée a acquérir un savoir théorique, c'est par le vécu que j'ai réellement compris et appris.

Je crois qu'il n'est pas nécessaire de vivre toutes les formes de souffrance pour comprendre et je crois que la réponse de Jeshua résume bien toutes les causes et formes de la Souffrance, même si cela semble froid et très théorique.
Comme le dit Hidraya, nous souffrons TOUS. Quelque soit la forme, la Souffrance Est la Souffrance.
On peut souffrir le martyr physiquement et être totalement en paix et sans souffrance psychique. Car c'est pour cette dernière que je mets une majuscule. Elle a été mon véritable Maître.
Beaucoup ici ont vécu la souffrance physique ou psychique, et la vivent encore. Ceux pour qui elle est nouvelle trouveront, je l'espère dans toutes les réponses de ce post, celle(s) qui les aidera à guérir. Peut-être pas dans leur corps (certaines maladies ou accident laissent des lésions irréparables) mais dans leur esprit.

@Lux a écrit:
Que c'est bon de vivre la souffrance, je me réjouit de la vivre.
C'est peut-être cette phrase qui risque de choquer ceux qui souffrent et sont encore dans la Souffrance de la souffrance Hum Hum... Very Happy

Anubis a écrit:
Sinon... Tu ne serais pas masochiste par hasard ??? Rire Rire Rire
Si tu n'apprends pas bien tes leçons , Lux.... :fs:

Citation :
L'éclat de la lumière qu'un être est capable de tirer de soi en se meurtrissant aux silex de la route se mesure à l'épaisseur de la nuit, à la profondeur des abîmes dans lesquels il peut avancer sans sombrer.

Raymond Abellio - "Les yeux d'Ezéchiel sont ouverts


Selon le vécu de chacun, le chemin de la Vie est plus ou moins difficile à arpenter. Il est des évènements qui laissent certaines personnes dans un état de détresse émotionnelle, alors qu'ils n'auront que peu d'impact à long terme sur d'autres.
Une maladie incurable sera endurée avec sérénité par l'un alors qu'un simple bras cassé suscitera une grande souffrance pour l'autre.
Dans tous les cas ce n'est pas une voie à rechercher, mais à vivre, seulement si la Vie nous l'impose.

Ludovic2 a écrit:
Ainsi, la souffrance est toujours là, mais "qui" souffre? La réponse à cette question, qui ne peut être qu'intérieure et issue de l'expérience directe, en est la clé.
sunny



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Acceuillir la souffrance   Jeu 17 Jan 2013 - 17:22

Citation :
C'est peut-être cette phrase qui risque de choquer ceux qui souffrent et sont encore dans la Souffrance de la souffrance

Alors qu'il la dépasse.

Citation :
Si tu n'apprends pas bien tes leçons , Lux....

Dominatrice Sharifa Laughing Laughing Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Charles
Membre
avatar

Date d'inscription : 08/02/2010
Nombre de messages : 2375
Masculin
Scorpion Dragon
Age : 28
Ville : Lyon

MessageSujet: Re: Acceuillir la souffrance   Jeu 17 Jan 2013 - 18:42

Je ne voudrais pas confondre douleur et souffrance, car une douleur peut être agréable quand on l'observe, et une foi intégrée, elle disparaît. Elle peut faire passer beaucoup d'évolution, et le but je pense est de nous faire lâcher un peu prise sur un sujet particulier, ou dumoins qui nous pousse à y prêter intention.
Il en est de même avec une situation ou une personne qui nous agace, quand on diffuse on se sent mieux et la personne parle blablabla, et finalement quand elle part on regretterais presque que ce soit fini.

Je vois bien un cercle comme ça:

Intégrer l'information d'évolution:

Souffrance - Jouissance
Résister - Lâcher prise
Combattre, fuir - Entrer, avancer, confiance
Forme - Etre

Chacun à une tolérance relative tant qu'au degré de souffrance que de la jouissance, c'est sur que ça fait relativiser les choses, peut être que les faibles sont ceux qui connaîtrons le plus tôt la force absolue (à l'opposer de la relative ici), à moins qu'ils se contentent de côtoyer de l'insignifiant. Bien qu'il soit possible qu'il n'y est rien de souffrant ou d'apeurant, tout l’intérêt est de le démontrer en pratique.

Je ne dois surement pas me rendre compte de notre potentiel, et dans le noir je me visualise peut être terrifié sur une planche suspendu en équilibre dans le vide, le mode survie(ego) toujours actif, alors que quand on allume le lumière je suis peut être dans un champs.
Si je me rappelle même que intellectuellement bien que l’intention sois sans forme, de notre nature divine, je réalise que nous ne somme pas digne de souffrir, et permet d'"accepter le changement", de lâcher l'insignifiant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Acceuillir la souffrance   Ven 18 Jan 2013 - 13:29


Bonjour à vous tout.

Voici un lien utile qui a abode en autre la souffrance et le bonheur.

http://www.forme-sante-ideale.com/comment-etre-heureux-quand-souffre-2/

Bisous
Revenir en haut Aller en bas
Jeshua
Membre
avatar

Date d'inscription : 22/12/2011
Nombre de messages : 369
Masculin
Sagittaire Chat
Age : 65
Ville : Canada

MessageSujet: Re: Acceuillir la souffrance   Ven 18 Jan 2013 - 18:02

@fleurbleue a écrit:
Les règles énoncées ci-dessus par Jeshua sont complètement fausses, car absentes de toute humanité.

Aucun esprit humain ne choisit de s'incarner par rapport au degré de souffrance qu'il devra subir.

Et il n'existe aucune règle de ce genre en matière d'incarnation.

L'esprit humain choisit de s'incarner pour ce qu'il a à y gagner, pas pour ce qu'il a à perdre (ou souffrir).

L'impulsion est trop forte pour permettre un regard en arrière.

Et Dieu n'est pas un marchand.

Bonjour Fleur Bleue,

Seul ceux qui ont souffert peuvent comprendre ceux qui sont souffert . Si nous venons au cheminement spirituel c'est parce que chacun et chacune de nous ont souffert dans leurs vies.

Il y a des choses que j'ai écrites ici qui peuvent dépasser les croyances de certaines personnes. L'important n'est pas de croire n'y d'adhérer à tout ce que j'ai écrit mais bien les utiliser comme un tremplin pour avancer. Et dans cette utilisation on apprend à discerner.
L'essence du chemin spirituel c'est de transformer la souffrance en joie. Et on ne peut transformer cette souffrance en joie qu'en se pardonnant à soi-même.

Dans l' Amour du Très haut


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Acceuillir la souffrance   Ven 18 Jan 2013 - 18:14


@Jeshua a écrit:
Seuls ceux qui ont souffert peuvent comprendre ceux qui ont souffert . Si nous venons au cheminement spirituel c'est parce que chacun et chacune de nous ont souffert dans leurs vies.


J'aurais tendance à penser la même chose. Puisque nous avons nous-mêmes fait l'expérience de la souffrance.

Tandis que quand tout va bien, généralement le chemin spirituel est souvent négligé.
Par contre lorsque nous y avons mis notre petit doigt...

Bisous
Revenir en haut Aller en bas
fleurbleue
Membre
avatar

Date d'inscription : 24/02/2012
Nombre de messages : 169
Féminin
Gémeaux Dragon
Age : 41
Ville : Pyrénées-Orientales

MessageSujet: Re: Acceuillir la souffrance   Ven 18 Jan 2013 - 23:05

Personnellement, ma souffrance est physique, et je ne peux pas l'éviter.
La souffrance morale, j'ai eu mon lot aussi, mais comparé aux contraintes physiques, elle passe en arrière plan d'office.
Donc, je peux compatir, mais je ne m'attarde pas dessus. C'est mon parcours jusqu'ici.
Aussi, j'ai du mal à comprendre pourquoi un individu choisit de lui donner autant d'importance dans sa vie. C'est tellement simple à résoudre le subjectif.

J'ai du mal aussi à comprendre pourquoi Sharifa s'accroche à penser que la douleur est un Maître.
Tu l'a posté sur mon journal et j'y ai réfléchi. Cette pensée a finit pas m'être insupportable, tout autant que m'est insupportable le post de Jeshua.
Mais quoiqu'il en soit, si la douleur avait été mon Maître, je ne serais pas là pour en parler.

Ces propos sont trop ambigus.

Mis à part çà, je n'ai pas besoin de Maître, et libre, je me sens très bien, même en portant ma croix, ou mon boulet, comme on veux.

Cà va très loin de donner autant d'importance à la souffrance, qui n'est qu'une facette de la vie, et doit rester à sa place.
C'est à chacun de la dominer, et non de survivre dans ses chaînes.

Je respecte les parcours de Sharifa, Hidraya ou Anubis, dont je ne doute pas qu'ils sont sincères, mais de mon parcours, je suis arrivée à d'autres conclusions, qui sont très éloignées de celles de Jeshua.

Sur le post de Jeshua plus haut sur le karma, je suis entièrement pas d'accord.
Pour moi, la souffrance n'a aucun rôle dans le karma. Elle n'existe pas à ce niveau là.

L'incarnation est liée à une évolution personnelle.

La souffrance aurait un rapport avec l'égo dans l'incarnation ?
Mais lorsqu'un esprit se désincarne, l'égo logiquement s'évapore tout seul.

Désincarné, l'égo n'a pas plus de consistance que la souffrance. Ce sont des restes qui, s'ils subsistent dans l'émotion, quelques instants intermédiaires peu calculables dans l'espace temps de cet entre deux mondes, ne peuvent avoir qu'une infime influence sur la future incarnation.

L'esprit poursuit son but par son incarnation, et la souffrance n'est qu'un accessoire avec lequel il devra faire. La souffrance est tellement étrangère à l'esprit qu'il ne s'en rappelle même pas. Elle ne peux pas s'incarner avec lui.

Donc à lui de la remettre à sa place lorsque incarné il la rencontre, pour quelque raison qu'elle se présente.

Ce n'est pas la souffrance qui est un Maître, à moins de vouloir consciemment échouer dans son parcours, et vouloir lui faire porter le chapeau (ou vouloir le faire croire aux autres).

La souffrance est toujours extérieure, et de ce fait, ne doit absolument pas être un Maître.

Les raisons de la souffrance sont autres que dans le Karma.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Acceuillir la souffrance   Ven 18 Jan 2013 - 23:19

Bonjour à toi Fleurbleue,

je suis touché par ton message.
Moi personnellement, je ne peux savoir en réalité quelle est la nature de la souffrance.
Mais je ne résiste pas à l'envie de citer Maître Philippe de Lyon:

"Notre esprit a déjà des milliers et des milliers d’existences successives. Les peines, les souffrances que nous avons sont des dettes que nous avons contractées dans des existences antérieures. Nous pouvons obtenir, soit par la prière soit en devenant meilleurs, du soulagement ; mais, pour obtenir la rémission de notre dette, n’y comptez pas, car il est dit : » L’enfant paiera les dettes du grand-père ».

Vous n’irez pas au Ciel sans avoir payé toutes vos dettes.(22-1-1902)

Quand nous avons fait le mal, il reste derrière nous ou à côté de nous. Or, comme faire le mal nous oblige à refaire le même chemin, nous le retrouvons en repassant, grossi par notre première défaillance et plus difficile à vaincre."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Acceuillir la souffrance   Ven 18 Jan 2013 - 23:46

Hé bien... Pour des adeptes d'expérience plutôt que de citations et suppositions à l'éclairage plus que douteux, quelle "chute"...
Que l'on soit comme le chili, con car né, ou comme certains ongles patriotes, un car nation, ou encore comme nos supposés ancêtres atlantes ou hommes-poissons, pas nés (de la dernière pluie), il y a de la friture sur la ligne et ça sent l'amer.
Naître ou ne pas naître, telle est la question qui ne nous appartient jamais à l'heavy dance, jusqu'à ce qu'on "danse avec les clous" quand ça sent le souffre-rire Very Happy .
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Acceuillir la souffrance   Ven 18 Jan 2013 - 23:48

@fleurbleue a écrit:

J'ai du mal aussi à comprendre pourquoi Sharifa s'accroche à penser que la douleur est un Maître.
Tu l'a posté sur mon journal et j'y ai réfléchi. Cette pensée a finit pas m'être insupportable, tout autant que m'est insupportable le post de Jeshua.
Mais quoiqu'il en soit, si la douleur avait été mon Maître, je ne serais pas là pour en parler.

Ces propos sont trop ambigus.

[/color]


Lorsque Sharifa te dit que la douleur est un maître, je pense qu'elle sous entend que la douleur comporte une leçon au delà de la douleur. Et ce, pour y retenir de la sagesse.

C'est en cela que la douleur peut être un Maître.

Bisous
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Acceuillir la souffrance   Ven 18 Jan 2013 - 23:54

Nada_Karana a écrit:
Hé bien... Pour des adeptes d'expérience plutôt que de citations et suppositions à l'éclairage plus que douteux, quelle "chute"...
Que l'on soit comme le chili, con car né, ou comme certains ongles patriotes, un car nation, ou encore comme nos supposés ancêtres atlantes ou hommes-poissons, pas nés (de la dernière pluie), il y a de la friture sur la ligne et ça sent l'amer.
Naître ou ne pas naître, telle est la question qui ne nous appartient jamais à l'heavy dance, jusqu'à ce qu'on "danse avec les clous" quand ça sent le souffre-rire Very Happy .

Ben le problème Nada c'est que expérimenter la souffrance et affirmer que l'on connaît sa nature, sa raison d'être, c'est très différent, le 1er point je peux dire, le reste............ça me dépasse!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Acceuillir la souffrance   Ven 18 Jan 2013 - 23:59

Ah... Ca sent donc le souffre rance maintenant Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Acceuillir la souffrance   Sam 19 Jan 2013 - 0:00

@fleurbleue a écrit:
Personnellement, ma souffrance est physique, et je ne peux pas l'éviter.
...

La souffrance est toujours extérieure, et de ce fait, ne doit absolument pas être un Maître.

Les raisons de la souffrance sont autres que dans le Karma.

Comment expliquer les enfants qui naissent avec un cancer ?

Ma petite nièce est décédée d'un cancer il y a deux mois. Elle était âgée de 4 ans.

Personnellement, je pense que notre karma nous suit d'incarnation en incarnation.
Seuls nos corps physique et émotionnel sont détruits lors des transitions de nos diverses incarnations, pas nos autres corps.

Bien sûr ceci n'engage que moi.


Bisous

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Acceuillir la souffrance   Sam 19 Jan 2013 - 0:13

Fleurbleue, d'après toi, les maladies ça "s'attrapent", ou nous nous rendons sensibles aux Maladies ?

"La souffrance est toujours extérieure, et de ce fait, ne doit absolument pas être un Maître".

Car quand je lis ce passage là, j'ai l'impression que tu subis la douleur, sans y prendre ta part de responsabilité. Le pourquoi ? Qu'elle est la cause de cette douleur ?

Il me semble que tu t'es uniquement centrée sur la douleur. Comme si la cause te serait étrangère. Un peu comme le fait que les maladies, ça "s'attrapent" selon l'avis de beaucoup de gens.

Je pense que rien n'est dû hasard dans la vie.

Sans vouloir me montrer indiscrêt, peux-tu nous dire la nature de cette douleur ?

Car les douleurs peuvent revêtir beaucoup de formes diverses. Même si la douleur reste égale à elle-même.

Bisous
Revenir en haut Aller en bas
fleurbleue
Membre
avatar

Date d'inscription : 24/02/2012
Nombre de messages : 169
Féminin
Gémeaux Dragon
Age : 41
Ville : Pyrénées-Orientales

MessageSujet: Re: Acceuillir la souffrance   Sam 19 Jan 2013 - 2:56

Je sais bien, Anubis, que si Sharifa parles ainsi, c'est parce que cette épreuve lui a apporté une sagesse. Si elle m'a parlé ainsi, c'était pour m'apaiser.

Mais pour moi, c'est différent, peux-être parce que çà a été très violent, que çà fait un moment et que suis un peu conditionnée depuis un petit bout de temps. Je sais que çà ne va pas s'arranger, et que je devrais m'adapter que çà me plaise ou non.
Donc, on ne se contente pas d'à peu près et de voilage en voilage, on a déjà vécu comme elle quelque voilage, et on en est revenue, et on en a marre.

Là, c'est bon, la réalité, je peux l'attraper par les cornes, je suis fin prête pour le faire. Et il le faut bien.

Et c'est justement pour çà que j'ai décidé que ce ne serait pas le fondement de ma vie. Que j'existais derrière tout çà.

Si Maître Philippe de Lyon a écris ces paroles, c'est simplement parce qu'il doutait. Et douter est humain, mais on ne peux pas se baser sur ces doutes-là.

Si le Christ s'est incarné tel qu'il l'a été, et s'il a laissé au delà de lui ce message unique, c'est parce qu'il a ignoré la souffrance et ne s'est pas interrogé sur ses causes.

A aucun moment Jésus ne crains de souffrir, à aucun moment ne doute, ni cherche sa part de responsabilité dans sa souffrance. Il n'a pas à le faire. Son père ne le juge pas à ce moment là, et l'a jugé assez fort pour l'incarner et pour supporter ces épreuves.

C'est justement cette absence de crainte, cette absence de culpabilité, cette confiance et cet amour en son créateur, malgré les souffrances infligées (pas par le créateur mais par les autres), qui ont permis à son message de traverser les siècles, et de rester unique dans l'histoire de l'humanité.

C'est le plus beau message d'amour jamais transmis, qui résonne toujours à ce jour.

Qu'importe les souffrances.

Christ par sa passion, enlève les pêchés du monde, et non les siens propres dans une précédente vie.

Ta petite nièce n'a pas porté les souffrances qu'elle a commis elle-même, ni ses parents dans une précédente vie. Elle a porté les souffrances d'autres personnes, canalisées sur elle, et qui ne pouvaient pas s'en libérer autrement. C'est tout à son honneur d'avoir pu porter tout çà avec elle. Avec tout mon respect et toute ma compassion.

C'est toute la différence avec les préceptes du karma. Ni l'égo, ni l'individu ne traverse l'au-delà.

Il ne reste que des parties qui se fondent à d'autres parties, pour au final se fondre à la lumière unique.

Cà a été pareil pour moi. J'ai vécu la mort accidentelle d'une autre personne. Mais après çà, je vis ma vie, puisque je suis en vie.

Elle s'est posée sur moi, comme un corbeau, 5 ans avant, m'envoyant les images de sa mort accidentelle, et me disant que comme elle, j'allais mourir accidentellement à 21 ans.
J'avais 16 ans, et tout le monde s'en rappelle parce qu'on mangeait avec des amis à la maison. Suis tombée dans les pommes parce que je m'étais coupée le doigt en tranchant du saucisson. Me suis réveillée un instant après en disant que je mourrais à 21 ans renversée par une voiture.

A 21 ans, une voiture est arrivée dans la mienne à fond en sens inverse sur la voie rapide, derrière un pont, pas possible d'éviter, ni d'anticiper;
A 100 km en 205 de l'époque, en choc frontal, mon corps a été très cassé, le coeur s'est arrêté.

Mais ... les secours ont été efficaces, et quand j'étais entre les deux, j'ai été aidée, et entre autres, d'un part je savais que mon corps était difficilement viable et que ce serait difficile, d'autre part, ce corbeau me demandait de rester en vie pour elle, parce que elle, à ma place, avait fait un choix qu'elle regrettait.

Donc j'ai ré-enfilé mon corps, tout en constatant que physiquement, c'était pas gagné. Mais je me suis bagarrée, et elle m'a aidée. Je ne pense pas que je serais restée en vie toute seule. Elle était bien plus déterminée que moi.

Aujourd'hui, 15 ans après, les séquelles physiques sont toujours dangereuses et éprouvantes pour moi, et çà ressemble à chaque fois à un sursis à renégocier, avec celui qui a permis tout çà.

Le seul prix que je paie est celui d'assumer d'avoir consciemment voulu rester en vie dans un corps trop cassé. Pas d'avoir précédemment fait du mal, ni celle avant moi fait du mal aussi. Ce n'est pas plus compliqué.

Que je sois sage et soumise ou pas ne changeras rien à rien.

C'est aussi une forme de sagesse que de pouvoir accepter cette condition humaine, en rire et la défier en permanence.

A chacun de la vivre à sa manière, mais donner des leçons pour accepter l'inacceptable, je pense être assez expérimentée en la matière pour m'abstenir et respecter le chemin que chacun a choisi de parcourir.

Espérant, Anubis, t'avoir répondu.

Amicalement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Acceuillir la souffrance   Dim 20 Jan 2013 - 10:09

Lorsque je dis que la Souffrance est un Maître pour moi, c'est parce que j'ai appris :
la patience, la tolérance, l'amour, la compassion. Tout cela d'abord envers moi-même, et seulement après envers les autres. Et j'ai appris surtout à accepter le "présent" de l'instant, même quand il est amer.
Je n'aime pas le mot "soumission" et la souffrance ne dirige pas ma vie, pourtant de fait, aujourd'hui je ne peux plus faire ce que je faisais hier et la douleur physique, en dictant parfois les actes que je peux ou non poser, dirige bel et bien, d'une certaine façon, ma vie ! Et peu m'importe d'où elle vient, ce qui compte est la façon de la vivre. Pourtant la comprendre m'a parfois aidée à laisser s'en aller les douleurs "collatérales" et à retrouver un certain équilibre dans ce corps rapiécé.

@fleurbleue a écrit:
Je sais bien, Anubis, que si Sharifa parles ainsi, c'est parce que cette épreuve lui a apporté une sagesse. Si elle m'a parlé ainsi, c'était pour m'apaiser.
Peut-être ai-je voulu m'apaiser moi-même, car la colère qu'il y avait dans tes mots est entrée en résonnance avec la mienne.
Je n'écris pas ce en quoi je crois, mais ce que je vis. Peut-être que l'écrire m'aide à me souvenir de tout ce que j'ai déjà traversé pour pouvoir accepter l'inacceptable du présent.
Pour cela je te remercie, fleurbleue
ainsi que tous les autres qui ont témoigné
:jap:
Revenir en haut Aller en bas
fleurbleue
Membre
avatar

Date d'inscription : 24/02/2012
Nombre de messages : 169
Féminin
Gémeaux Dragon
Age : 41
Ville : Pyrénées-Orientales

MessageSujet: Re: Acceuillir la souffrance   Mer 23 Jan 2013 - 23:39

La fin justifie les moyens,
Et la résilience ne fait pas partie de nos âges et des énergies dont elles regorgent.
La sagesse résulte souvent de l'abandon de toute barrière de sécurité.
Affronter et négocier, qu'importe le prix à payer.

Décollez tout çà de votre être profond !!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Acceuillir la souffrance   Lun 28 Jan 2013 - 3:43

Revenir en haut Aller en bas
Loryan
Modérateur
avatar

Date d'inscription : 29/10/2009
Nombre de messages : 3444
Masculin
Vierge Chien
Age : 46
Ville : Lorraine

MessageSujet: Re: Acceuillir la souffrance   Lun 28 Jan 2013 - 13:57

Le sujet écrit par Lux me semble si important, tant c'est une question qu'on ne peut jamais éviter dans la vie.
Je ne dirais pas que tout est souffrance, loin de là, mais juste qu’elle se rappelle à nous sans qu'il n'y ai d’explication de temps, de périodicité ou de douleur à formuler.
Elle est là plus ou moins longue à certains évènements et ce qui me semble évident c'est que la conscience cherche à l'éviter ou à y mettre fin.
De là il peut s'en suivre un travail intérieur, une évolution.. ou rien, libre à chacun. Cependant si la souffrance peut provoquer l'ouverture de la conscience, cela ne signifie nullement que l’ouverture de la conscience nécessite la souffrance, c'est à mon sens un abus formulé par des réflexions mentales ou sado-masochistes en provenance directe d'un égo en mal de classement spirituel.

C'est vrai qu'il y a souvent confusion sur les mots entre la douleur, la souffrance, le malheur ou d'autre mots du même genre.
Peut-être tout simplement parce que c'est lié, et parce qu'on ne peut pas réellement quantifier ou qualifier tous ces mots qui nous affectent.
Oui ils peuvent-être physique, émotionnels, mentaux, spirituels, dans un ensemble où il est d'ailleurs rarement possible de les discerner, mais quelle importance cela a-t-il pour la personne concernée ?
Dans mon expérience de la souffrance que ce soit la mienne ou celle des autres, on ne la comprends jamais vraiment, on peut juste dire "j'ai mal" ou "tu as mal".
Quoiqu'on est vécu on sera toujours mal placé pour affronter la souffrance d'autrui.

Combien de fois me suis-je retrouvé devant des personnes en souffrance sans trop savoir quoi dire, quoi faire et parfois même en jugeant dans mes pensées du bien fondé de cette souffrance ou encore de la "stupidité" de s'y complaire.

Combien de fois me suis-je retrouvé dans des souffrances parfois aussi débiles que dangereuses en ayant si bien conscience que personne ne pourrait vraiment rien y changer... parce que la cause d'une souffrance et si souvent une focalisation particulière et que seule une action sur cette cause semble souhaitée.
- la douleur physique qu'on veut voir disparaitre
- le handicap, l'infirmité, ou la maladie qu'on voudrait voir disparaitre
- le mal d'amour qu'on voudrait voir résolu
- la résurrection d'une personne chère décédée
- un gain d'argent pour soigner une montagne de dettes
- un merci pour une reconnaissance
- etc...

Bien sur ce ne sont que des faits.. très souvent des interprétations du mental qui ne parvient pas à sortir de son tourbillon de pensées, ou qui refuse d'accepter les faits.
Mais accepter quoi ?
Y a rien a accepter....la vie est un chemin où il est nécessaire de mettre un pied devant l'autre ou de se laisser choir, c'est le choix en apparence cruel qui nous est proposé, peu importe la souffrance ressentie.
On compatit devant ceux qui posent genou à terre, on pleurent ceux qui ne se relève pas, on ignore ceux qui marchent, et on admire ceux qui se relèvent.
C'est un peu cynique mais n'est-ce pas ainsi ?

La souffrance est très certainement une illusion, mais illusion sérieuse dans un monde qui de toute façon est une illusion puisque lui même une interprétation de nos sens.
Mais allez dire ça à quelqu'un qui souffre, et regardez ceux qui vous le dise quand vous souffrez...

Pour moi la souffrance est intime, elle en concerne que soi, et il n'y a que soi qui peut y trouver une solution.
Peut-être y a-t-il un message, un secret, un éveil a y trouver... oui peut--être avec le recul des périodes ou la souffrance est au passé, mais au jour le jour quand elle est là il faut l'écouter et tenter de la soigner... comme on peut.

Et quand on a le rôle des "autres", celui des spectateurs de la souffrance d'autrui... je crois qu'il n'y a qu'une chose à faire sur ce chemin caillouteux si on en est capable...
Celui de prendre par les épaules la personne genou à terre et contribuer à l'aider à se relever quand le poids de sa souffrance est trop lourd pour elle.
Tout le monde peut affronter sa souffrance... mais parfois on a besoin d'un petit coup de pouce... un sourire, une main, une parole.

Quant à savoir pourquoi l'affronter... à chacun sa réponse.
La mienne est que ce sont les nuages qui apportent la pluie nécessaire à la fertilité de la terre et que derrière les nuages temporaires il y a toujours le soleil.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Yves
Membre
avatar

Date d'inscription : 13/12/2007
Nombre de messages : 1807
Masculin
Cancer Rat
Age : 57
Ville : Var

MessageSujet: Re: Acceuillir la souffrance   Lun 28 Jan 2013 - 15:26

@Loryan a écrit:


Quant à savoir pourquoi l'affronter... à chacun sa réponse.
La mienne est que ce sont les nuages qui apportent la pluie nécessaire à la fertilité de la terre et que derrière les nuages temporaires il y a toujours le soleil.


:jap: Magnifique... sunny
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spiritualite-laique.forumsactifs.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Acceuillir la souffrance   Lun 28 Jan 2013 - 15:29

@Loryan a écrit:
Le sujet écrit par Lux me semble si important, tant c'est une question qu'on ne peut jamais éviter dans la vie.
Je ne dirais pas que tout est souffrance, loin de là, mais juste qu’elle se rappelle à nous sans qu'il n'y ai d’explication de temps, de périodicité ou de douleur à formuler.
Elle est là plus ou moins longue à certains évènements et ce qui me semble évident c'est que la conscience cherche à l'éviter ou à y mettre fin.
De là il peut s'en suivre un travail intérieur, une évolution.. ou rien, libre à chacun. Cependant si la souffrance peut provoquer l'ouverture de la conscience, cela ne signifie nullement que l’ouverture de la conscience nécessite la souffrance, c'est à mon sens un abus formulé par des réflexions mentales ou sado-masochistes en provenance directe d'un égo en mal de classement spirituel.

C'est vrai qu'il y a souvent confusion sur les mots entre la douleur, la souffrance, le malheur ou d'autre mots du même genre.
Peut-être tout simplement parce que c'est lié, et parce qu'on ne peut pas réellement quantifier ou qualifier tous ces mots qui nous affectent.
Oui ils peuvent-être physique, émotionnels, mentaux, spirituels, dans un ensemble où il est d'ailleurs rarement possible de les discerner, mais quelle importance cela a-t-il pour la personne concernée ?
Dans mon expérience de la souffrance que ce soit la mienne ou celle des autres, on ne la comprends jamais vraiment, on peut juste dire "j'ai mal" ou "tu as mal".
Quoiqu'on est vécu on sera toujours mal placé pour affronter la souffrance d'autrui.

Combien de fois me suis-je retrouvé devant des personnes en souffrance sans trop savoir quoi dire, quoi faire et parfois même en jugeant dans mes pensées du bien fondé de cette souffrance ou encore de la "stupidité" de s'y complaire.

Combien de fois me suis-je retrouvé dans des souffrances parfois aussi débiles que dangereuses en ayant si bien conscience que personne ne pourrait vraiment rien y changer... parce que la cause d'une souffrance et si souvent une focalisation particulière et que seule une action sur cette cause semble souhaitée.
- la douleur physique qu'on veut voir disparaitre
- le handicap, l'infirmité, ou la maladie qu'on voudrait voir disparaitre
- le mal d'amour qu'on voudrait voir résolu
- la résurrection d'une personne chère décédée
- un gain d'argent pour soigner une montagne de dettes
- un merci pour une reconnaissance
- etc...

Bien sur ce ne sont que des faits.. très souvent des interprétations du mental qui ne parvient pas à sortir de son tourbillon de pensées, ou qui refuse d'accepter les faits.
Mais accepter quoi ?
Y a rien a accepter....la vie est un chemin où il est nécessaire de mettre un pied devant l'autre ou de se laisser choir, c'est le choix en apparence cruel qui nous est proposé, peu importe la souffrance ressentie.
On compatit devant ceux qui posent genou à terre, on pleurent ceux qui ne se relève pas, on ignore ceux qui marchent, et on admire ceux qui se relèvent.
C'est un peu cynique mais n'est-ce pas ainsi ?

La souffrance est très certainement une illusion, mais illusion sérieuse dans un monde qui de toute façon est une illusion puisque lui même une interprétation de nos sens.
Mais allez dire ça à quelqu'un qui souffre, et regardez ceux qui vous le dise quand vous souffrez...

Pour moi la souffrance est intime, elle en concerne que soi, et il n'y a que soi qui peut y trouver une solution.
Peut-être y a-t-il un message, un secret, un éveil a y trouver... oui peut--être avec le recul des périodes ou la souffrance est au passé, mais au jour le jour quand elle est là il faut l'écouter et tenter de la soigner... comme on peut.

Et quand on a le rôle des "autres", celui des spectateurs de la souffrance d'autrui... je crois qu'il n'y a qu'une chose à faire sur ce chemin caillouteux si on en est capable...
Celui de prendre par les épaules la personne genou à terre et contribuer à l'aider à se relever quand le poids de sa souffrance est trop lourd pour elle.
Tout le monde peut affronter sa souffrance... mais parfois on a besoin d'un petit coup de pouce... un sourire, une main, une parole.

Quant à savoir pourquoi l'affronter... à chacun sa réponse.
La mienne est que ce sont les nuages qui apportent la pluie nécessaire à la fertilité de la terre et que derrière les nuages temporaires il y a toujours le soleil.




:jap:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Acceuillir la souffrance   Sam 2 Fév 2013 - 13:07

@Lux a écrit:

J'ai toujours cherché, comme beaucoup d'ailleurs, à me débarrassé de la souffrance

Refuser de Souffrir, c'est refuser de comprendre.

sunny
Revenir en haut Aller en bas
Hidraya
Membre


Date d'inscription : 03/10/2012
Nombre de messages : 3363
Masculin
Lion Singe
Age : 49
Ville : Barcelone

MessageSujet: Re: Acceuillir la souffrance   Sam 2 Fév 2013 - 13:48

Kezoen a écrit:


Refuser de Souffrir, c'est refuser de comprendre.

sunny

Ça me plait... sunny
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Acceuillir la souffrance   Sam 2 Fév 2013 - 14:53

@Hidraya a écrit:
Kezoen a écrit:


Refuser de Souffrir, c'est refuser de comprendre.

sunny

Ça me plait... sunny

Moi ça ne me plait pas du tout mais j'ai appris à accepter.

Merci à toi.

sunny
Revenir en haut Aller en bas
 
Acceuillir la souffrance
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de partage sur la spiritualité, l'éveil de l'âme conscience et harmonie :: Forum spiritualité et forum ésotérisme sur le partage de l'éveil :: Psychologie et développement personnel-
Sauter vers:  
Spirit Partage - Forum spiritualité de rencontre Montpellier et autre ville
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit