Forum de partage sur la spiritualité, l'éveil de l'âme conscience et harmonie

Forum de discussion sur la spiritualité pour la rencontre et le partage dans l'éveil spirituel de la conscience, bouddhisme zen, lithothérapie meditation et citation.
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Partagez | 
 

 Zéro limite (livre) - Joe vitale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
thiti124
Premiers messages spirituels


Date d'inscription: 06/07/2009
Nombre de messages: 29
Masculin
Verseau Coq
Age: 32
Ville: france

MessageSujet: Zéro limite (livre) - Joe vitale    Jeu 16 Sep 2010 - 1:11

je suis en train de relire ce bouquin qui parle de ho'oponopono.

voici un bref résumé.

Citation :
S'il semble que vous travaillez fort sans jamais atteindre vos objectifs, alors peut-être que le problème se trouve en vous.
Peut-être que les limitations qui vous tiennent en retrait sont en vous et non à l'extérieur de vous. Zéro limite présente une méthode éprouvée pour briser ces barrières et accomplir bien plus dans la vie que vous n'auriez pu l'imaginer. Cette méthode est une actualisation de l'ancien système hawaïen Ho'oponopono. Ho'oponopono est une méthodologie personnelle qui enlève les obstacles mentaux afin de libérer votre esprit qui pourra ensuite trouver des façons nouvelles et inattendues d'obtenir ce que vous souhaitez manifester dans votre vie.
Malgré sa grande simplicité, cette méthodologie fonctionne à merveille - tant professionnellement que personnellement. En collaboration avec le Dr. Ihaleakala Hew Len, maître-formateur du système moderne, Joe Vitale explique comment vous pouvez acquérir la richesse, la santé, la paix et la joie. Le Dr Vitale et le Dr Hew Len expliquent les concepts du système pour vous aider à nettoyer votre esprit des blocages subconscients afin que vous puissiez enfin obtenir ce que vous désirez vraiment de la vie. Cette méthode nettoie les croyances acquises, les pensées et les mémoires dont vous ignorez même l'existence. Ce livre est une clé qui ouvre votre vie vers un univers de nouvelles possibilités et d'accomplissement - un univers où il y a zéro limite.


source

pour ceux qui veule aller plus aller plus loin, j'ai vu qu'il y déja un sujet ici sur ho'oponopono.

merci.
je t'aime.
je suis désolé.
s'il te plais pardonne moi.

les 4 phrases clé de ho'oponopono.

edit : avec l'image du bouquin c'est mieux.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Zéro limite (livre) - Joe vitale    Jeu 16 Sep 2010 - 1:59

Merci de nous présenter ce bouquin, Thiti, il est excellent.
Je l'ai lu il y a deux ans et je le recommande à ceux qui veulent mieux "comprendre" l'essence d'ho'oponopono.
Je l'utilise assez régulièrement, dès que quelque chose m'interpelle et les situations changent toujours parce que les vibres ont changées, tout est "rectifié" et donc parfait. Ho'oponopono c'est une connexion à la fréquence Amour.



sunny
Revenir en haut Aller en bas
Nicolas
Membre


Date d'inscription: 23/07/2009
Nombre de messages: 2900
Masculin
Poissons Coq
Age: 33
Ville: Bretagne

MessageSujet: Re: Zéro limite (livre) - Joe vitale    Jeu 16 Sep 2010 - 3:13

Le titre m'interresse : Zero Limite. Allez hop hop hop dans mon panier Amazon Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.facebook.com/enzo.devilla.5
Nabilkar
Membre


Date d'inscription: 31/05/2009
Nombre de messages: 403
Masculin
Gémeaux Coq
Age: 57
Ville: Ile de france

MessageSujet: Re: Zéro limite (livre) - Joe vitale    Jeu 16 Sep 2010 - 10:34

Bonjour,
Je ne suis arrivé qu'à la moitié du livre "Zéro limite" de Joé Vitale et je confirme déjà que l'Ho'oponopono est très puissant et que ça marche merveilleusement bien aussi incroyable que ça puisse l'être. C'est simple à mettre en pratique mais au préalable il faut comprendre et accepter que tu es , je suis, nous sommes responsables à 100% de nos vies. Cela est difficile à comprendre et encore plus à accepter, mais c'est la condition pour pouvoir procéder au nettoyage des mémoires négatives qui bloquent la libération de l'esprit et accéder à notre Etre divin (notre divinité) intérieur. Et à ce moment là on est totalement dans l'instant présent (comme le dit Eckar Tolle) et tout est possible car nous sommes en zéro limite.

flower
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Zéro limite (livre) - Joe vitale    Jeu 16 Sep 2010 - 10:37

Lol Kalabra, y'a pas que le titre qui est intéressant, le bouquin aussi Very Happy

(Extraits du livre zéro limite)


Le 21/10/05, j'ai finalement eu ma première conversation avec le Dr Hew Len.[...] Je lui ai demandé de me raconter l'histoire complète de son travail de thérapeute.

Il m'a expliqué qu'il a travaillé à l'hôpital de l'État d'Hawaï durant 3 ans. L'aile où étaient gardés les malades mentaux criminels était dangereuse. Les psychologues n'y demeuraient qu'un mois. Essoufflés, les employés tombaient malades ou ils démissionnaient tout simplement. Les gens qui se rendaient dans cette aile marchaient dos au mur de peur d'être attaqués par un patient. Ce n'était vraiment pas un endroit agréable pour vivre, travailler ou à visiter.

Le Dr Hew Len m'a raconté qu'il n'a jamais rencontré les patients dans un but professionnel. Il n'a jamais eu de consultation avec eux. Il a accepté de jeter un oeil à leur dossier. Pendant qu'il les regardait, il en a profité pour travailler sur lui. Simultanément, les patients ont commencé à guérir.

Cela est devenu de plus en plus fascinant quand j'ai appris ceci :

« Après quelques mois, les patients qui étaient enchaînés ont reçu la permission de marcher librement », m'a dit le Dr Hew Len. Ceux à qui on administrait une forte dose de médicaments ont eu droit à une réduction des doses. Et ceux qui étaient considérés comme n'ayant aucune chance d'être libérés ont obtenu leur congé. »

J'étais impressionné.

Il ajoute : « En plus, le personnel a commencé à apprécier son travail. L'absentéisme et le renouvellement de personnel ont cessé. Nous avons même fini par avoir un surplus d'employés, car les patients obtenaient leur congé et le personnel s'empressait de venir travailler. Aujourd'hui, l'aile est fermée. »

C'est là que je me devais de poser la question à un million de dollars : qu'est-ce que vous avez fait comme travail sur vous qui puisse faire changer ces gens ?

« J'ai simplement nettoyé la partie de moi que j'avais en commun avec eux », m'a-t-il répondu.

Quoi ? Je n'y comprenais rien.

Le Dr Hew Len m'a ensuite expliqué que la responsabilité entière de notre vie signifie que « tout » ce qu'il y a dans notre vie – précisément parce que c'est dans notre vie – est notre responsabilité. Littéralement parlant, cela veut dire que le monde entier est votre propre création.

Ouf ! C'est difficile à avaler. Être responsable de ce que je dis et de ce que je fais est une chose. Être responsable de ce que tout le monde dans ma vie fait ou dit en est une autre.

En fait, la vérité signifie ceci : Si nous endossons la responsabilité complète de notre vie, alors tout ce que vous voyons, entendons, goûtons, touchons ou expérimentons est notre responsabilité parce que c'est notre vie.

Alors, cela signifie que les terroristes, le président des Etats-Unis, l'économie – tout ce que nous expérimentons et n'aimons pas – sont là pour nous aider à guérir.

D'une certaine manière, rien n'existe sauf à titre de projection de notre intérieur. Le problème ne provient pas des autres. Il provient de nous. Ainsi, pour les changer, il est nécessaire de nous changer nous-mêmes. Je sais que c'est difficile à comprendre, encore plus à accepter ou à vivre vraiment. Le blâme est de loin plus facile à faire que de prendre la responsabilité entière.

Toutefois, en jasant avec le Dr Hew Len, je commençais à réaliser que la guérison pour lui ou par Ho'oponopono signifie l'amour de soi. Si nous voulons nous améliorer, il est nécessaire de guérir notre vie. Si nous voulons guérir tout le monde – y compris un malade mental criminel – nous le faisons en nous guérissant nous-mêmes. J'ai demandé au Dr Hew Len comment il était arrivé à se guérir lui-même. Que faisait-il exactement quand il étudiait le dossier de ses patients ? « Je n'arrêtais pas de répéter : Je suis désolé, je t'aime, encore et encore », m'expliqua-t-il.

C'est tout ? « C'est tout ».

Il s'avère que s'aimer soi-même est la manière la plus élevée de s'améliorer. Et lorsque nous nous améliorons, nous améliorons notre monde.

Peu importe ce qui s'est passé à l'hôpital durant le temps où le Dr Hew Len y travaillait, il se tournait vers la Divinité et il demandait d'en être libéré. Il faisait toujours confiance. Et cela fonctionnait en tout temps. Le Dr Hew Len se demandait alors : « Qu'est-ce qui se passe en moi qui a pu causer ce problème et comment puis-je le rectifier en moi ? » Apparemment, cette méthode de guérison de l'intérieur vers l'extérieur est l'Identité de Soi Ho'oponopono. Il y a une version plus ancienne de cette méthode qui était fortement influencée par les missionnaires hawaïens. Elle requérait un intervenant qui aidait les gens à guérir leurs problèmes en les exprimant. Quand les gens arrivent à couper le cordon qui les relie au problème, le problème disparaît. Cependant, la méthode Identité de Soi Ho'oponopono ne nécessite pas d'intervenant. Tout se passe à l'intérieur de soi. [...]

[...]

Le Dr Hew Len n'avait pas encore de matériel sur sa méthode. Je lui ai offert de l'aide à écrire un livre mais il ne semblait pas intéressé. Tout ce qu'il y avait sur le sujet, c'est une vieille vidéo que j'ai commandée. Il m'a aussi recommandé de lire le livre The User Illusion de Tor Norretranders.

Le livre affirme que notre esprit conscient ne sait absolument pas ce qui se passe.

Norretranders écrit : « Chaque seconde, des millions de parcelles d'informations affluent vers nos sens. Toutefois, notre conscience ne peut traiter que 40 parcelles par seconde – au plus. Des millions et des millions de parcelles sont condensées dans une expérience consciente pour n'en utiliser que très peu. »

Si je comprends bien les dires du Dr Hew Len, nous n'avons absolument pas conscience de ce qui se passe dans un moment précis ; tout ce que nous pouvons faire, c'est tourner la page et faire confiance. Tout est question d'être 100% responsables de tout ce qui arrive dans notre vie : vraiment tout. Il dit que son travail consiste à faire le ménage en lui. En même temps qu'il se nettoie, le monde aussi devient plus propre parce qu'il est le monde. Tout ce qui est extérieur à lui n'est qu'une projection, une illusion.

Cela ressemble un peu aux propos jungiens qui disent que l'extérieur que nous voyons est la part d'ombre qui nous habite, mais le Dr Hew Len va bien au-delà. De son point de vue, il semble plutôt reconnaître que tout ce qui existe est un miroir de nous-mêmes ; il dit également qu'il nous appartient de réparer tout ce que nous vivons comme expérience en allant à l'intérieur de nous pour nous brancher à la Divinité. Selon lui, la seule manière de pouvoir réparer ce qui se manifeste à l'extérieur est de dire « Je t'aime » à la Divinité, qui peut aussi être appelé Dieu, la Vie, l'Univers ou tout autre appellation qui possède une vibration collective élevée. [...]


(Afin de mieux comprendre les résultats obtenus par le Dr Hew Len à l'hôpital psychiatrique, Joe Vitale prit de nouveau contact avec ce dernier....)

Extrait :

[...] Je n'avais toujours pas obtenu toute l'histoire à propos de son travail à l'asile.

Une bonne journée, je lui ai encore demandé : « Vous n'avez jamais rencontré les patients ? »

« Jamais. Je les croisais dans le corridor, mais je ne les ai jamais reçus dans mon bureau en tant que patients », a-t-il dit. Une fois, j'ai rencontré l'un d'eux et il m'a dit : « Je pourrais vous tuer vous savez ». Je lui ai répondu : « Je crois aussi que vous pourriez faire un excellent travail ».

Le Dr Hew Len a poursuivi en disant : « Quand j'ai commencé à l'hôpital de l'Etat où l'on s'occupait des malades mentaux criminels, nous avions 3 ou 4 agressions majeures entre les patients par jour. Il pouvait y avoir jusqu'à 30 patients à la fois qui s'assaillaient. Les gens étaient enchaînés, mis en isolement ou confinés dans une salle. Les médecins et les infirmiers marchaient le dos contre les murs de peur d'être attaqués. Après seulement quelques mois de nettoyage, nous avons observé une grande amélioration : il n'y avait plus d'enchaînement, plus d'isolement et les gens pouvaient aller et venir librement et faire certaines tâches ou pratiquer des sports ».

Mais qu'avait-il bien pu faire exactement pour que s'amorce cette transformation ?

« J'ai dû prendre la responsabilité entière d'avoir moi-même manifesté ce problème à l'extérieur de moi, a-t-il dit. Je devais nettoyer mes propres pensées toxiques et les remplacer par de l'amour. Il n'y avait rien de problématique chez les patients. L'erreur était en moi. »

Comme l'expliquait le Dr Hew Len, les patients et même l'aile complète ne se sentaient pas aimés. Alors, il s'est mis à aimer tout ce qui l'entourait.

« J'ai vu que les murs avaient besoin d'être repeints, m'a-t-il dit. Mais aucune peinture neuve n'adhérait aux murs. Elle pelait sur-le-champ. Ainsi, j'ai simplement dit aux murs que je les aimais. Voilà qu'un jour quelqu'un a décidé de les repeindre et la peinture y a finalement adhéré ».

Pour le moins qu'on puisse dire, cela semble étrange, mais avec lui, j'étais habitué à ce genre de discours. Puis, j'ai dû finalement me résoudre à lui poser la question qui me dérangeait le plus.

Est-ce que tous les patients ont été libérés ?

« Deux d'entre eux ne l'ont jamais été a-t-il répondu. Ils ont tous les deux été transférés ailleurs. Par contre, l'aile toute entière a été guérie. »

Puis, il a ajouté quelque chose qui m'a réellement fait comprendre la puissance de ce qu'il avait fait.

Si tu veux savoir comment cela se passait à cette époque, écris à Omaka-O-Kala Hamaguchi. Elle était travailleuse sociale quand j'y ai travaillé.

Alors je lui ai écrit et elle m'a répondu ce qui suit :

Cher Joe,

Je vous remercie de m'offrir cette possibilité. Prenez note que cette lettre est écrite en collaboration avec Emory Lance Oliveira qui a également travaillé au département avec le Dr Hew Len à titre de travailleuse sociale.

C'est moi qui ai postulé pour cet emploi nouvellement offert au département de médecine légale de l'asile d'Hawaï. Ce département était appelé Unité fermée sous sécurité intensive (UFSI). Il logeait des patients en détention qui avaient commis à plusieurs reprises un des crimes haineux ci-après mentionnés ou une combinaison de certains d'entre eux : des meurtres, des enlèvements, des agressions, des viols, des vols, des agressions sexuelles. Ils étaient également diagnostiqués comme ayant possiblement de graves désordres mentaux.

Certains de ces patients n'avaient pu être accusés au criminel pour des motifs d'aliénation mentale, alors ils devaient être détenus à l'asile. D'autres étaient des psychotiques sévères qui avaient besoin d'être soignés et, enfin, d'autres s'y trouvaient pour subir des examens et une évaluation afin de déterminer leur capacité à subir un procès (c'est-à-dire la capacité de comprendre les accusations portées contre eux et à pouvoir se défendre eux-mêmes). Quelques-uns étaient schizophrènes, d'autres bipolaires ou retardés mentalement alors que d'autres avaient reçu un diagnostic de psychopathe ou de sociopathe. Il y avait également ceux qui tentaient de convaincre la Cour qu'ils étaient des êtres supérieurs aux autres.

Ils étaient tous enfermés au département jour et nuit et ils ne pouvaient sortir que s'ils étaient menottés aux poignets, aux pieds et escortés pour un rdv médical ou une convocation à la Cour. Ils étaient en isolement la majeure partie de la journée, dans une salle verrouillée sans aucune fenêtre avec des murs et un plafond en béton et une salle de bain verrouillée. La plupart d'entre eux avaient de puissantes ordonnances de médicaments. Les activités étaient très rares.

Les « incidents » faisaient partie de la réalité quotidienne – des patients attaquaient le personnel ou attaquaient d'autres patients, s'agressaient entre eux ou tentaient de s'échapper. Les « incidents » parmi le personnel étaient aussi problématique – les employés manipulaeint les patients ; il y avait des problèmes de drogues, de congés maladie, de travail compulsif, de querelles entre employés ; de perpétuelles rotations chez les psychologues, les psychiatres et le personnel administratif ; il y avait des problèmes de plomberie et d'électricité, et cela se produisait encore et encore. Cet endroit était réellement un lieu violent, instable, déprimant et hostile. Même les plantes ne parvenaient pas à croître dans ce lieu.

Jamais personne ne s'était attendu à ce que les choses changent réellement, même après la relocalisation des locaux dans une aile de récréation clôturée.

Alors, quand un autre psychologue s'est pointé, il était facile de supposer qu'à son tour il tenterait de faire bouger les choses, s'attaquerait à mettre en pratique les règles de l'art dans le domaine, puis qu'il quitterait aussi vite qu'il était arrivé – la même rengaine quoi !

Cependant, cette fois, il s'agissait du Dr Hew Len qui, mis à part d'être pas mal sympathique, avait plutôt l'air de faire trois fois rien. Il n'a pas fait d'évaluation, d'examen ou de diagnostic ; il n'a prescrit aucun examen psychologique. Il arrivait souvent en retard et il ne participait pas aux réunions de spécialistes pour discuter des dossiers des patients ni ne contribuait à mettre à jour les dossiers des patients. A la place, il pratiquait sa méthode étrange d'Identité de Soi Ho'oponopono, afin de prendre la responsabilité à 100% de son être, tout cela en regardant seulement en lui pour pouvoir enlever les énergies négatives indésirées – la même rengaine.

Le plus étrange dans tout cela était de constater que ce psychologue avait toujours l'air à l'aise et qu'il semblait même réellement s'amuser. Il riait beaucoup, il avait du plaisir avec les patients et le personnel et il avait l'air d'apprécier sincèrement ce qu'il faisait. En retour, tout le monde semblait l'aimer et l'apprécier aussi, même s'il n'avait pas l'air de travailler fort.

Puis, les choses ont commencé à changer. Les salles d'isolement ont commencé à être inutilisées ; les patients devenaient de plus en plus responsables de leurs propres besoins et de leurs affaires ; ils ont commencé à s'impliquer dans la planification et l'implantation de programmes et de projets qui les concernaient. Le taux de médicamentation a également diminué et on a commencé à permettre aux patients de quitter le département sans restriction.

Le département s'est animé – il est devenu plus calme, plus lumineux, plus sécuritaire, plus propre, plus actif et amusant et plus productif. Les plantes se sont mises à pousser, les problèmes de plomberie ont pratiquement disparus, les incidents violents sont devenus rares au département et les employés semblaient être plus en harmonie, plus détendus et plus enthousiastes. Les problèmes de surplus d'employés et de suppression de poste ont remplacé ceux de congés de maladie et de manque d'effectifs.

Il y a deux événements précis qui m'ont marqué :

Il y avait un patient paranoïaque, victime de psychose, avec un historique de violence important qui avait blessé plusieurs personnes autant à l'hôpital qu'à l'extérieur et qui avait vécu de multiples entrées à l'hôpital. Il avait été admis au UFSI parce qu'il avait commis un meurtre. J'en avais une peur bleue. Les cheveux sur ma nuque se dressaient chaque fois qu'il était près de moi.

Un an ou deux après que soit arrivé le Dr Hew Len, j'ai aperçu ce patient marcher dans ma direction avec une escorte mais sans être menotté et à ma grande surprise les cheveux sur ma nuque ne se sont pas dressés comme auparavant. C'est comme si j'observais les choses sans jugement, même au moment où nous nous sommes croisés. Ce n'était pas ma façon habituelle de réagir. En fait, j'ai remarqué qu'il avait l'air calme. Je ne travaillais plus à ce département à ce moment-là, mais il me fallait découvrir ce qui s'y était produit. J'ai appris qu'il n'était plus en isolement et menotté depuis un moment et la seule explication qu'on m'a donné à ce sujet est que quelques employés ont pratiqué les enseignements d'Ho'oponopono que le Dr Hew Len leur avait partagé.

L'autre événement s'est produit alors que j'étais en train de regarder les nouvelles à la télé. Je prenais alors une journée de ressourcement pour me reposer du travail et relaxer un brin. On y parlait de la comparution d'un patient de l'Unité fermée sous sécurité intensive (UFSI) qui avait attenté à la pudeur d'une fillette de 3 ou 4 ans et qui l'avait tuée par la suite. Il a été hospitalisé après avoir été jugé inapte à subir un procès. Il a été examiné et évalué par de nombreux psychiatres et psychologues, lesquels ont émis une batterie de diagnostics qui allaient probablement servir à l'acquitter pour des raisons d'aliénation mentale. Ainsi, il n'aurait pas à aller en prison ; il serait probablement assigné dans l'aile la moins contraignante de l'asile avec une possibilité de libération conditionnelle.

Le Dr Hew Len avait déjà dialogué avec ce patient et, un beau jour, ce dernier a demandé au Dr Hew Len de lui enseigner le procédé ISH ; on raconte qu'en bon ancien officier de la marine qu'il était, il le pratiquait de manière constante avec beaucoup de persévérance. Voilà que ce jour-là, à la télévision, il venait d'être jugé apte à subir son procès et la Cour venait de déterminer la date de ce procès.

Alors que la plupart des autres patients et leurs avocats auraient choisi et choisiront d'ailleurs probablement toujours la défense d'aliénation mentale, ce patient, quant à lui, n'avait pas opté pour cette voie. Le jour précédent sa comparution, il a renvoyé son avocat. Et le lendemain, il s'est avancé vers le juge et il a affirmé avec humilité et regret : « Je suis responsable et je suis désolé ». Personne ne s'attendait à cela. Le juge a mis un peu de temps à réaliser ce qui venait de se passer.

A deux ou trois reprises, j'ai joué au tennis avec le Dr Hew Len et cet homme. Bien que ce patient ait été poli et courtois, j'avais des jugements. Cependant, ce jour-là, devant mon téléviseur, je n'éprouvais que de la tendresse et de l'amour pour lui et j'ai senti en même temps tout un revirement dans cette salle d'audience. La voix du juge et des avocats s'est adoucie. Les gens qui l'entouraient semblaient le regarder avec des sourires tendres. C'était vraiment un moment intense.

Alors, une bonne journée, après une partie de tennis, lorsque le Dr Hew Len a demandé si quelques-uns d'entres nous aimeraient apprendre ce fameux Ho'oponopono, j'ai sauté sur l'occasion, attendant impatiemment qu'il finisse cette partie de tennis pour commencer la formation. Depuis, il s'est écoulé près de vingt ans et j'ai encore beaucoup de respect pour avoir appris que c'était la Divinité qui agissait à travers le Dr Hew Len lors de son passage à l'hôpital de l'Etat d'Hawaï. Je suis éternellement reconnaissante envers le Dr Hew Len et envers l'étrange méthode qu'il nous a transmise.

Au fait, au cas où vous vous demanderiez ce qui s'est passé avec ce patient, il a été déclaré coupable, mais il a en quelque sorte été récompensé par le juge qui a accédé à sa demande de purger sa peine dans une prison fédérale située dans l'Etat où il résidait afin qu'il puisse ainsi se rapprocher de sa femme et de ses enfants.

Malgré les vingt ans qui se sont écoulés, ce matin, j'ai reçu un appel de la secrétaire qui travaillait à ce moment-là au département. Elle souhaitait me demander si le Dr Hew Len pouvait bientôt être disponible pour venir rencontrer les employés de l'époque, lesquels sont pratiquement tous à la retraite. La rencontre est prévue dans quelques semaines. Qui sait ce qui va en ressortir ? Mes antennes sont bien en place pour capter d'autres histoires.

Paix,

O. H.

Voilà comment cela s'est passé. Le Dr Hew Len a bel et bien accompli un miracle dans cet hôpital. En pratiquant l'amour et le pardon, il a transformé les gens qui n'avaient plus aucun espoir et qui, dans bien des cas, avaient été rejetés par la société.

C'est cela le pouvoir de l'amour.

[...]

Comme je l'ai mentionné précédemment dans le livre, j'ai écrit un autre article intitulé « Le thérapeute le plus étonnant du monde » et je l'ai envoyé sur mon blog et mon site internet.

Il a été reproduit dans le livre de David Riklan, 101 Great Ways to Improve Your Life ». Il est devenu l'article le plus largement diffusé et discuté que j'ai écrit dans ma vie. Les gens l'ont fait circuler dans leur bulletin d'information, l'ont transféré à leurs amis, l'ont envoyé à leur liste de courriels personnels et à leurs courriels d'affaires. Apparemment, son message a inspiré les gens. C'est d'ailleurs cet article qui a attiré l'attention de mon éditeur et qui m'a ensuite amené à écrire ce livre pour vous.

Toutefois, l'article n'a pas suscité l'assentiment général. Quelques personnes ne croyaient pas que quiconque, même un psychologue, puisse guérir des malades mentaux criminels enfermés dans un asile. L'une d'elles a écrit au Dr Hew Len pour lui demander une preuve. Cette personne désirait connaître les faits entourant cette expérience du Dr Hew Len à l'asile. J'en conviens, la vérité doit être révélée.

Alors, voici la réponse détaillée que le Dr Hew Len lui a offerte :

L'histoire, comme bien des histoires qui circulent, a besoin d'être clarifiée.

Il est vrai que :

1. J'ai travaillé pendant plusieurs années à l'hôpital de l'état d'Hawaï, une unité psychiatrique gérée par le département de la santé de l'état d'Hawaï, comme psychologue rémunéré.
2. De 1984 à 1987, j'y ai travaillé en psychologie, à raison de 20 h par semaine dans l'unité sous haute surveillance dans laquelle on gardait des patients masculins qui avaient commis des actes criminels tels que des meurtres, des enlèvements, de la consommation de drogue, des agressions et des voies de faits contre la personne ou contre la propriété d'autrui.
3. En 1984, quand je suis entré à l'unité sous haute surveillance comme psychologue salarié, toutes les chambres d'isolement étaient occupées par des patients violents.
4. Chaque jour, plusieurs patients devaient être attachés aux chevilles et aux poignets par des menottes en métal afin de prévenir la violence envers les autres.
5. Dans cette unité, la violence entre les patients ou entre les patients et le personnel était courante.
6. Les patients n'étaient pas impliqués personnellement dans les soins qu'on leur prodiguait ou dans leur réhabilitation.
7. Il n'y avait aucune activité ou travail de réhabilitation interne.
8. Il n'y avait aucune activité d'animation, aucune récréation ni aucun travail offert à l'extérieur de l'unité.
9. Les visites par les familles des patients étaient extrêmement rares dans cette unité.
10. Aucun patient ne pouvait sortir de l'unité sous haute surveillance sans la permission écrite d'un psychiatre et sans être menotté aux chevilles et aux poignets.
11. Le coût pour l'hébergement d'un patient typique dans cette unité s'additionnait avec les années et il en coûtait, je crois, autour de 30000 $ par année.
12. Les départs d'employés pour cause de maladie étaient extrêmement élevés sur cette aile.
13. L'environnement physique était terne et quelque peu délabré.
14. Le personnel de l'unité était composé de personnes fondamentalement merveilleuses et bienveillantes.
15. Ce que je viens de décrire est probablement caractéristique de la plupart des unités psychiatriques au pays.

Quand j'ai quitté l'unité et les bâtiments en 1987 :

1. Les chambres d'isolement n'étaient plus jamais utilisées.
2. Plus personne n'avait recours aux menottes aux poignets et aux chevilles non plus.
3. Les actes de violence étaient extrêmement rares, et lorsqu'il y en avait, ils provenaient majoritairement des nouveaux patients.
4. Les patients étaient responsables de leurs propres soins, incluant l'organisation de leur hébergement, le travail, et les services juridiques nécessaires avant de quitter l'unité et les bâtiments.
5. Des activités extérieures telles que le jogging et le tennis ont été mises en place sans avoir recours à l'approbation du psychiatre ou sans l'utilisation des menottes aux poignets et aux chevilles.
6. Des activités de travail ont débuté, comme un lave-auto, sans avoir l'approbation du psychiatre et sans utiliser les menottes aux poignets et aux chevilles.
7. D'autres activités de travail à l'unité consistaient à cuisiner des biscuits et à polir des souliers.
8. Les familles des patients ont commencé à venir les visiter.
9. Les congés de maladie chez le personnel ne constituaient plus un problème chronique.
10. L'environnement de l'unité s'est vraiment amélioré grâce à des travaux de peinture et d'entretien, mais surtout parce que les gens en prenaient soin.
11. Les membres du personnel de l'unité étaient plus enclins à soutenir les patients afin qu'ils soient 100% responsables d'eux-mêmes.
12. De l'entrée au départ de l'hôpital, le séjour des patients a été grandement écourté, passant de quelques années à quelques mois.

La qualité de vie tant chez les patients que chez le personnel s'est accrue considérablement, passant d'un climat de surveillance à un climat familial où les gens prenaient soin les uns des autres.

A titre de psychologue de l'établissement, qu'est-ce que j'ai apporté comme contribution ? J'ai appliqué l'Identité de Soi Ho'oponopono, un procédé de repentance, de pardon et de transmutation des problèmes qui se déroulait en moi consciemment ou inconsciemment avant, pendant et après chacun de mes passages à l'unité.

Je n'ai fait aucune thérapie ni consultation avec les patients de cette unité.

Je n'ai participé à aucune rencontre des employés pour étudier les dossiers des patients.

Comme psychologue de l'établissement, j'ai personnellement pris la responsabilité à 100% de nettoyer ce qui se trouvait en moi et qui m'occasionnait des problèmes. Je suis la création du « Je suis », comme toute personne et toute chose. Ce qui est imparfait, c'est la saloperie, la mémoire qui réagit et qui rejoue sous forme de jugement, de ressentiment, de colère, d'irritation et Dieu seul sait quelle autre partie de m...e peut être transportée par l'âme.

Dr Hew Len.

Source : extraits de zéro limite de Joe Vitale (Ed. Le dauphin blanc).
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Zéro limite (livre) - Joe vitale    Jeu 16 Sep 2010 - 10:41

Nabilkar a écrit:

Bonjour,
Je ne suis arrivé qu'à la moitié du livre "Zéro limite" de Joé Vitale et je confirme déjà que l'Ho'oponopono est très puissant et que ça marche merveilleusement bien aussi incroyable que ça puisse l'être. C'est simple à mettre en pratique mais au préalable il faut comprendre et accepter que tu es , je suis, nous sommes responsables à 100% de nos vies. Cela est difficile à comprendre et encore plus à accepter, mais c'est la condition pour pouvoir procéder au nettoyage des mémoires négatives qui bloquent la libération de l'esprit et accéder à notre Etre divin (notre divinité) intérieur. Et à ce moment là on est totalement dans l'instant présent (comme le dit Eckar Tolle) et tout est possible car nous sommes en zéro limite.


flower

Merci pour ton témoignage, Nabilkar sunny
Tu fais bien de souligner qu'il est important de bien comprendre cette notion de responsabilité, c'est la "condition sine qua non", effectivement, pour le fonctionnement d'ho'oponopono.
C'est ainsi qu'il est pratiqué avec le coeur (et non le mental). La compréhension est alors intégrée.


flower
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Zéro limite (livre) - Joe vitale    Jeu 16 Sep 2010 - 11:00

Encore un petit extrait ? Very Happy Enjoy !!


Tout cela était fascinant. J'étais incertain de la manière dont Ho'oponopono pouvait m'aider à guérir, moi ou des malades mentaux. Mais je continuais à écouter. Le Dr Hew Len a ensuite continué en disant que nous avions à devenir 100% responsables de notre vie – sans exception, sans excuse et sans échappatoire.
« Peux-tu imaginer si nous étions tous 100% responsables s'est-il exclamé ! Il y a 10 ans, j'ai conclu un marché avec moi selon lequel je m'offrirais un sundae au chocolat fondant – si gros qu'il me rendrait malade – si j'arrivais à passer une journée sans juger quelqu'un. Je n'ai jamais été capable d'y parvenir, mais bien que je ne tienne pas une journée entière, je suis plus souvent attentif. »
Bien ! Je venais de découvrir qu'il était humain. De mon côté, je ne suis pas blanc comme neige non plus et bien que j'aie fait beaucoup de travail intérieur, je suis encore dérangé par des gens ou des situations que je souhaiterais différents. Je suis en mesure d'être définitivement plus tolérant au sujet de la plupart des choses qui arrivent dans ma vie, mais je suis encore bien loin d'aimer totalement chacune de ces situations.

« Alors, m'a-t-il dit, comment puis-je obtenir ce résultat chez les gens – puisque nous sommes tous 100% responsables des problèmes ? Si vous désirez résoudre un problème, travaillez sur vous-même. Par exemple, si le problème se produit avec une autre personne, demandez-vous seulement ce qui se passe avec vous pour que cette personne vous dérange ? Les gens passent dans notre vie uniquement pour nous embêter. En sachant cela, vous pouvez édifier toute situation. Comment ? C'est simple, dites : « je suis désolé de ce qui arrive, s'il te plaît pardonne-moi ».

Si vous êtes un massothérapeute ou un chiropraticien et qu'une personne vous consulte pour un mal de dos, a-t-il continué à expliquer, la question à poser est la suivante : qu'est-ce qui se passe en moi qui embarrasse cette personne d'un mal de dos ? »
Cette manière de voir la vie constitue en elle-même un virage à 90°. Elle explique probablement en partie comment le Dr Hew Len a été capable de guérir tous ces malades mentaux criminels. Il n'a pas travaillé sur eux, il a travaillé sur lui-même.
Poursuivant ses explications, le Dr Hew Len a dit que sur le plan du coeur, nous sommes tous purs ; nous n'avons aucun programme ni aucune mémoire et même aucune inspiration. C'est l'état zéro. Là, il n'y a aucune limite. Au cours de notre vie, nous attrapons des programmes et des mémoires, un peu comme nous attrapons un rhume. Nous ne sommes pas vilains quand nous attrapons un rhume, mais nous devons faire ce qu'il faut pour le nettoyer. Il en est de même avec les programmes. Nous les attrapons. Quand nous observons un programme qui joue dans une autre personne nous l'avons également. La seule façon de s'en sortir est de le nettoyer. Il en est de même avec les programmes.
A chaque instant, tout individu qui veut se sortir d'un problème ou d'une maladie doit se sentir 100% responsable d'avoir créé cette situation dans sa vie. Dans le processus Ho'oponopono, l'individu implore l'amour de rectifier les erreurs en lui. Vous dites : « Je suis désolé. Pardonne-moi s'il te plaît pour tout ce qui est en moi et qui se manifeste comme un problème à l'extérieur de moi. » Ensuite, la responsabilité de l'amour est de transmuter ces erreurs intérieures qui causent le problème. »
Il a ajouté : « Selon Ho'oponopono, un problème n'est pas une épreuve, mais une possibilité.
Les problèmes ne représentent que des reprises des mémoires du passé qui nous sont montrées afin de nous donner une chance supplémentaire de voir avec les yeux de l'amour et d'agir avec inspiration.

[...]L'entière responsabilité signifie l'acceptation de tout ce qui est – même des personnes qui font partie de notre vie, de leurs problèmes aussi, parce que leurs problèmes sont également les nôtres. Ils sont dans notre vie, alors il est nécessaire également de prendre la responsabilité totale pour tout ce que ces personnes vivent aussi.
Voilà un concept qui tord un esprit ouvert et qui donne des crampes au cerveau. Pour la majorité d'entre nous, saisir l'idée de la responsabilité entière va pratiquement au-delà de ce que nous pouvons faire, alors bien peu de personnes sont prêtes à l'accepter.
Toutefois, une fois que nous l'avons acceptée, la question qui vient tout de suite après est de savoir comment nous pouvons nous transformer nous-mêmes pour que le reste du monde change également.
La seule manière éprouvée pour y parvenir est : « Je t'aime ». Cela représente le code qui déverrouille le processus de guérison. Ce code ne s'utilise que sur nous et non pas sur les autres. Souvenons-nous que leurs problèmes sont les nôtres, ainsi, travailler sur les autres ne nous aidera pas. Les autres n'ont pas besoin de guérir, mais nous, oui. Il faut nous guérir nous-mêmes. Nous sommes la source de nos expériences.
Voilà l'essence du processus Ho'oponopono.

[...] Toute inspiration provient de la Divinité ; par contre, une mémoire, quant à elle, provient d'un programme dans l'inconscient collectif de l'humanité. Un programme s'apparente à une croyance, à une programmation que nous partageons avec les autres quand nous pouvons la reconnaître en eux. Notre défi consiste à effacer tous les programmes afin de revenir à l'état zéro où l'inspiration peut naître.
Le Dr Hew Len a passé beaucoup de temps à expliquer que les mémoires sont partagées. Si nous observons quelque chose que nous n'aimons pas chez l'autre, nous l'avons aussi en nous.
Notre travail consiste alors à le nettoyer en nous. En le nettoyant en vous, il sera aussi nettoyé chez l'autre. En fait, éventuellement, il quittera aussi le monde. [...]
Le Dr Hew Len nous a fait remarquer que Ho'oponopono n'est pas facile. Il est nécessaire de s'investir. « Il ne s'agit pas vraiment d'une approche à la Mc Donald's a-t-il dit. Ce n'est pas non plus un comptoir de fast food où vous emportez votre commande. Dieu n'est pas un livreur. Il faut constamment garder l'accent sur le nettoyage, encore et encore le nettoyage.



sunny
Revenir en haut Aller en bas
lilicoach
Membre


Date d'inscription: 11/09/2010
Nombre de messages: 36
Féminin
Verseau Cochon
Age: 30
Ville: Dans le coeur

MessageSujet: Re: Zéro limite (livre) - Joe vitale    Ven 17 Sep 2010 - 9:27

Merci Plume!! J'aime beaucoup le Joe Vitale, et ca faisait un moment que j'hésitais à acheter ce livre...

C'est en effet une merveilleuse méthode pour se reconnecter à sa "responsabilité"... Mais cela nettoie-t-il vraiment les blocages intérieurs?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.vie-de-reves.org
tomtom33
Membre


Date d'inscription: 02/01/2010
Nombre de messages: 565
Masculin
Vierge Buffle
Age: 41
Ville: bordeaux

MessageSujet: Re: Zéro limite (livre) - Joe vitale    Ven 17 Sep 2010 - 10:46

Dear Lilicoach : Peut être qu'il les ramollis tout au moins... ce qui permet de les chasser plus facilement par la suite... Wink

J'avais entendu parler de cette histoire avec le ho'oponopono, je vais essayé de me procurer ce livre il a l'air très bien...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Zéro limite (livre) - Joe vitale    Ven 17 Sep 2010 - 10:57

lilicoach a écrit:

Merci Plume!! J'aime beaucoup le Joe Vitale, et ca faisait un moment que j'hésitais à acheter ce livre...

C'est en effet une merveilleuse méthode pour se reconnecter à sa "responsabilité"... Mais cela nettoie-t-il vraiment les blocages intérieurs ?

*Mode rapide faute de temps comme d'hab...
Pour ta question Lilicoach, c'est réponse positive... à condition de persévérance... toujours, toujours nettoyer... inlassablement.
Seule ton expérience te parlera correctement de toute façon...

Tomtom, il faut pas "essayer de te procurer" le livre, il faut te le procurer lol (quand on "essaye", on fait pas Wink)

Bises à Tous
sunny
Revenir en haut Aller en bas
lilicoach
Membre


Date d'inscription: 11/09/2010
Nombre de messages: 36
Féminin
Verseau Cochon
Age: 30
Ville: Dans le coeur

MessageSujet: Re: Zéro limite (livre) - Joe vitale    Ven 17 Sep 2010 - 11:17

Merci Plume!
Quelles autres méthodes existe-t-il pour libérer les blocages et mauvaises programmations?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.vie-de-reves.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Zéro limite (livre) - Joe vitale    Ven 17 Sep 2010 - 14:23

Oui , surtout , ne pas sous estimer la puissance de cette méthode .


Pour ceux qu'ils n'ont pas la possibilité de se procurer le livre (ou qui sont pressés d'en savoir plus ) suffit de taper Ho oponopono Pdf sur google pour avoir de nombreux extraits /articles au sujet de cette méthode , ils pourront l'appliquer alors aussitôt.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Zéro limite (livre) - Joe vitale    Ven 17 Sep 2010 - 14:33

lilicoach a écrit:

Merci Plume!
Quelles autres méthodes existe-t-il pour libérer les blocages et mauvaises programmations ?

Particulièrement celle-ci (que tu sembles utiliser déjà Wink) et l'énergie de la Flamme Violette - rayon du Pardon (regarde sur mon blog).
Mais restons sur ce topic dans le sujet d'ho'oponopono...



sunny
Revenir en haut Aller en bas
Kias
Premiers messages spirituels


Date d'inscription: 26/03/2011
Nombre de messages: 8
Masculin
Capricorne Serpent
Age: 24
Ville: Belgique

MessageSujet: Re: Zéro limite (livre) - Joe vitale    Mar 3 Mai 2011 - 0:02


Je viens de terminer le livre en question !

Que dire... C'est très puissant. Je pense même ne jamais avoir lu un livre aussi profond et aussi utile.


On parle de la loi de l'Attraction... Joe Vitale a d'ailleurs écrit un livre s'intitulant "Le Facteur d'Attraction"... Et bien ce n'est pas grand chose à côté de l'État Zéro.

C'est un niveau d'éveil assez élevé ! Ce n'est pas le genre de chose que l'on peut lire et maîtriser. Et pourtant... C'est très très très simple.

Par contre c'est bien le genre de livres qui nous font sentir l'énergie juste à la lecture de ces derniers.



Je vous laisse découvrir, vivre l'aventure et vous émerveiller.

Des miracles se passeront : je n'en doute pas une seconde.



Kias
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Zéro limite (livre) - Joe vitale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de partage sur la spiritualité, l'éveil de l'âme conscience et harmonie ::  ::  :: -
Marque-page social
Marque-page social Yahoo  Marque-page social Google  

Conservez et partagez l’adresse de Forum de partage sur la spiritualité, l'éveil, âme, bouddhisme, conscience et bien être zen sur votre site de social bookmarking

Conservez et partagez l'adresse de Forum de partage sur la spiritualité, l'éveil de l'âme conscience et harmonie sur votre site de social bookmarking
Spirit Partage - Forum spiritualité de rencontre Montpellier et autre ville
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit