Forum de partage sur la spiritualité, l'éveil de l'âme conscience et harmonie

Forum de discussion sur la spiritualité pour la rencontre et le partage dans l'éveil spirituel de la conscience, bouddhisme zen, lithothérapie meditation et citation.
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 En finir avec la souffrance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: En finir avec la souffrance   Lun 15 Fév 2010 - 4:06

Rappel du premier message :

"Restez présent, restez conscient. Soyez en permanence le vigilant gardien de votre espace intérieur. Il vous faut être suffisamment présent pour pouvoir observer directement le corps de souffrance et sentir son énergie. Ainsi, il ne peut plus contrôler votre pensée. "

http://vivrelibre.free.fr/textes/souffrance.html


Dernière édition par Smehen le Jeu 18 Fév 2010 - 15:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
anima
Membre


Date d'inscription : 03/01/2010
Nombre de messages : 4096
Féminin
Taureau Coq
Age : 36
Ville : dans la danse

MessageSujet: Re: En finir avec la souffrance   Jeu 18 Fév 2010 - 12:02

Loryan je pense qu'il est complémentaire comme tu dis il est là pour te montrer certaines souffrances que tu as occulté mais c'est à ton Soi d'y faire attention pour le comprendre (l'accepter) et résoudre ses blessures pour que peu à peu ce corps ne soit plus de souffrance et ainsi vous mélanger pour ne faire qu'un être bien dans ses baskets enfin c'est ce que je me dis maintenant je sais pas si c'est ça...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: En finir avec la souffrance   Jeu 18 Fév 2010 - 14:59

Aklan a écrit:
Citation :
Restez présent, restez conscient. Soyez en permanence le vigilant gardien de votre espace intérieur. Il vous faut être suffisamment présent pour pouvoir observer directement le corps de souffrance et sentir son énergie. Ainsi, il ne peut plus contrôler votre pensée.

Incroyable la prise de conscience que j'ai eu en lisant ca d'habitude je ne m'interresse pas dutout aux ecrits sprituels mais la j'en avais bien besoin je me sens completement different et ce qui est dit est bien vrai.



Si ce topic permet ne serait ce qu'une prise de conscience , il aura atteint son but.


Oui Anima , tu as bien compris ce dont il s'agit .


Loryan...


à toutes et à tous .
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: En finir avec la souffrance   Jeu 18 Fév 2010 - 15:20

@Loryan a écrit:
Peut-on faire l'analogie suivante :

Prenons un individu humain physique pour le beso....

....une sorte d'instinct de conservation. Un peu comme le ferait un parasite du corps humain physique.
Cela vous parait-il sensé ?

Oui c'est exactement ca, et si tu lis le texte integrale c'est bien ce qui est expliqué.

Les souffrances, tout comme tout type d'energie, veut survivre, elles se melangent et se condensent derriere une forme, cela devient un egregore qui s'apparente a un corps, ce n'est pas reelement un corps car on peut s'en debarasser mais on s'y identifie telement avant d'avoir cette minuscule prise de conscience qui change tout qu'il en devient veritablement une partie de nous, le mental et ses illusions
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: En finir avec la souffrance   Ven 19 Fév 2010 - 2:06

"Il faut que nous sachions que tous nos problèmes viennent du fait que nous ne réalisons pas la vérité ultime. La raison pour laquelle nous sommes toujours dans la prison du samsara est que, sous l’influence de nos perturbations mentales, nous continuons à commettre des actions contaminées. Toutes nos perturbations mentales proviennent de l’ignorance de saisie du soi.

L’ignorance de saisie du soi est la source de toute négativité et de tous les problèmes, et réaliser la vacuité est le seul moyen de l’éradiquer. Ce n’est pas facile de comprendre la vacuité, mais il est extrêmement important de faire des efforts pour la comprendre. Nos efforts seront récompensés. Le résultat ultime sera la cessation permanente de toutes nos souffrances et la félicité éternelle de la pleine illumination."

http://kadampa.org/fr/reference/la-vacuite/



Comprendre la souffrance, ce n’est donc pas seulement attribuer un sens à la souffrance en lui donnant une interprétation permettant de la justifier ou de l’expliquer. La compréhension véritable de la souffrance est immanente. Que la souffrance soit bel et présente ne veut pas dire pour autant qu’elle est nécessaire. La souffrance peut être transcendée, peut être transfigurée. On dit qu’il y existe chez l’enfant des douleurs de croissance. De la même manière, la souffrance, consciemment assumée est une épreuve de croissance intérieure qui nous invite à remonter à son origine dans l’ego. Elle est le sérieux implacable qui congédie la légèreté et l’insouciance qui nous portent à rester à la surface de nous-même, sans jamais opérer de mise en question. Quand la vie est vécue dans l’inconscience et qu’elle s’oublie, quand l’empire de l’ego la cantonne dans une sphère matérielle limité, il vient nécessairement un temps où, l’âme ne pouvant plus supporter les limites lance un appel. Un message de souffrance. Qui mérite d’être entendu.

http://sergecar.perso.neuf.fr/cours/bonheur2.htm
Revenir en haut Aller en bas
coeurdevie
Membre
avatar

Date d'inscription : 17/07/2010
Nombre de messages : 563
Féminin
Capricorne Coq
Age : 47
Ville : dieppe

MessageSujet: Re: En finir avec la souffrance   Mar 21 Sep 2010 - 9:33

En finir avec la souffrance



« La douleur et la souffrance sont inévitables tant et aussi longtemps que vous êtes identifié à votre mental, c'est-à-dire inconscient spirituellement parlant. Je fais ici surtout référence à la souffrance émotionnelle, également la principale cause de la souffrance et des maladies corporelles. Le ressentiment, la haine, l'apitoiement sur soi, la culpabilité, la colère, la dépression, la jalousie, ou même la plus petite irritation sont sans exception des formes de souffrance. Et tout plaisir ou toute exaltation émotionnelle comportent en eux le germe de la souffrance, leur inséparable opposé, qui se manifestera à un moment donné. N'importe qui ayant déjà pris de la drogue pour "décoller" sait très bien que le "planage" se traduit forcément par un "atterrissage", que le plaisir se transforme d'une manière ou d'une autre en souffrance. Beaucoup de gens savent aussi d'expérience avec quelle facilité et rapidité une relation intime peut devenir une source de souffrance après avoir été une source de plaisir. Si on considère ces polarités négative et positive en fonction d'une perspective supérieure, on constate qu'elles sont les deux faces d'une seule et même pièce, qu'elles appartiennent toutes deux à la souffrance sous-jacente à l'état de conscience dit de l'ego, à l'identification au mental, et que cette souffrance est indissociable de cet état.

Il existe deux types de souffrance : celle que vous créez maintenant et la souffrance passée qui continue de vivre en vous, dans votre corps et dans votre mental. Maintenant, j'aimerais vous expliquer comment cesser d'en créer dans le présent et comment dissoudre celle issue du passé.

La plus grande partie de la souffrance humaine est inutile. On se l'inflige à soi-même aussi longtemps que, à son insu, on laisse le mental prendre le contrôle de sa vie.

La souffrance que vous créez dans le présent est toujours une forme de non-acceptation, de résistance inconsciente à ce qui est. Sur le plan de la pensée, la résistance est une forme de jugement. Sur le plan émotionnel, c'est une forme de négativité. L'intensité de la souffrance dépend du degré de résistance au moment présent, et celle-ci, en retour, dépend du degré d'identification au mental. Le mental cherche toujours à nier le moment présent et à s'en échapper. Autrement dit, plus on est identifié à son mental, plus on souffre. On peut également l'énoncer ainsi :

PLUS ON EST À MÊME DE RESPECTER ET D'ACCEPTER LE MOMENT PRÉSENT,
PLUS ON EST LIBÉRÉ DE LA DOULEUR, DE LA SOUFFRANCE ET DU MENTAL.

Tant que vous êtes incapables d'accéder au pouvoir de l'instant présent, chaque souffrance émotionnelle que vous éprouvez laisse derrière elle un résidu. Celui-ci fusionne avec la douleur du passé, qui était déjà là, et se loge dans votre mental et votre corps. Bien sûr, cette souffrance comprend celle que vous avez éprouvée enfant, causée par l'inconscience du monde dans lequel vous êtes né.

Cette souffrance accumulée est un champ d'énergie négative qui habite votre corps et votre mental. Si vous la considérez comme une entité invisible à part entière, vous n'êtes pas loin de la vérité. Il s'agit du corps de souffrance émotionnel. Il y a deux modes d'être : latent et actif. Un corps de souffrance peut être latent 90 % du temps. Chez une personne profondément malheureuse, cependant, il peut être actif tout le temps. Certaines personnes vivent presque entièrement dans leur corps de souffrance, tandis que d'autres ne le ressentent que dans certaines situations, par exemple dans les relations intimes ou les situations rappelant une perte ou un abandon survenus dans leur passé, au moment d'une blessure physique ou émotionnelle. N'importe quoi peut servir de déclencheur, surtout ce qui écho à un scénario douloureux de votre passé. Lorsque le corps de souffrance est prêt à sortir de son état latent, une simple pensée ou une remarque innocente d'un proche peuvent l'activer.

Le corps de souffrance ne désire pas que vous l'observiez directement parce qu'ainsi vous le voyez tel qu'il est. En fait, dès que vous ressentez son champ énergétique et que vous lui accordez votre attention, l'identification est rompue. Et une dimension supérieure de la conscience entre en jeu. Je l'appelle la présence. Vous êtes dorénavant le témoin du corps de souffrance. Cela signifie qu'il ne peut plus vous utiliser en se faisant passer pour vous et qu'il ne peut plus se régénérer à travers vous. Vous avez découvert votre propre force intérieure. Vous avez accédé au pouvoir de l'instant présent.

Plusieurs corps de souffrance sont exécrables mais relativement inoffensifs, comme c'est le cas chez un enfant qui ne cesse de se plaindre. D'autres sont des monstres vicieux et destructeurs, de véritables démons. Certains sont physiquement violents, alors que beaucoup d'autres le sont sur le plan émotionnel. Ils peuvent attaquer les membres de leur entourage ou leurs proches, tandis que d'autres préfèrent assaillir leur hôte, c'est-à-dire vous-même. Les pensées et les sentiments que vous entretenez à l'égard de votre vie deviennent alors profondément négatifs et autodestructeurs. C'est ainsi que les maladies et les accidents sont souvent générés. Certains corps de souffrance mènent leur hôte au suicide.

Si vous pensiez connaître une personne, ce sera tout un choc pour vous que d'être pour la première fois confrontée soudainement à cette créature étrange et méchante. Il est cependant plus important de surveiller le corps de souffrance chez vous que chez quelqu'un d'autre.

Remarquez donc tout signe de morosité, peu importe la forme qu'elle peut prendre. Ceci peut annoncer le réveil du corps de souffrance, celui-ci pouvant se manifester sous forme d'irritation, d'impatience, d'humeur sombre, d'un désir de blesser, de colère, de fureur, de dépression, d'un besoin de mélodrame dans vos relations, et ainsi de suite. Saisissez-le au vol dès qu'il sort de son état latent.

Le corps de souffrance veut survivre, tout comme n'importe quelle autre entité qui existe, et ne peut y arriver que s'il vous amène à vous identifier inconsciemment à lui. Il peut alors s'imposer, s'emparer de vous, "devenir vous" et vivre par vous. Il a besoin de vous pour se "nourrir". En fait, il puisera à même toute expérience entrant en résonance avec sa propre énergie, dans tout ce qui crée davantage de douleur sous quelque forme que ce soit : la colère, un penchant destructeur, la haine, la peine, un climat de crise émotionnelle, la violence et même la maladie. Ainsi, lorsqu'il vous aura envahi, le corps de souffrance créera dans votre vie une situation qui reflétera sa propre fréquence énergétique, afin de s'en abreuver. La souffrance ne peut soutenir qu'elle-même. Elle ne peut se nourrir de la joie, qu'elle trouve vraiment indigeste.

Lorsque le corps de souffrance s'empare, vous en redemandez. Soit vous êtes la victime, soit le bourreau. Vous voulez infliger de la souffrance ou vous voulez en subir, ou bien les deux. Il n'y a pas grande différence. Vous n'en êtes pas conscient, bien entendu, et vous soutenez avec véhémence que vous ne voulez pas de cette souffrance. Mais si vous regardez attentivement, vous découvrez que votre façon de penser et votre comportement font en sorte d'entretenir la souffrance, la vôtre et celle des autres. Si vous en étiez vraiment conscient, le scénario disparaîtrait de lui-même, car c'est folie pure que de vouloir souffrir davantage et personne ne peut être conscient et fou en même temps.

En fait, le corps de souffrance, qui est l'ombre de l'ego, craint la lumière de votre conscience. Il a peur d'être dévoilé. Sa survie dépend de votre identification inconsciente à celui-ci et de votre peur inconsciente d'affronter la douleur qui vit en vous. Mais si vous ne vous mesurez pas à elle, si vous ne lui accordez pas la lumière de votre conscience, vous serez obligé de la revivre sans arrêt. Le corps de souffrance peut vous sembler un dangereux monstre que vous ne pouvez supporter de regarder, mais je vous assure que c'est un fantôme minable qui ne fait pas le poids face au pouvoir de votre présence.

Lorsque vous commencerez à vous désidentifier et à devenir l'observateur, le corps de souffrance continuera de fonctionner un certain temps et tentera de vous amener, par la ruse, à vous identifier de nouveau à lui. Même si la non-identification ne l'énergise plus, il gardera un certain élan, comme la roue de la bicyclette continue de tourner même si vous ne pédalez plus. A ce stade, il peut également créer des maux et des douleurs physiques dans diverses parties du corps, mais ceux-ci ne dureront pas.

Restez présent, restez conscient. Soyez en permanence le vigilant gardien de votre espace intérieur. Il vous faut être suffisamment présent pour pouvoir observer directement le corps de souffrance et sentir son énergie. Ainsi, il ne peut plus contrôler votre pensée.

Dès que votre pensée se met au diapason du champ énergétique de votre corps de souffrance, vous y êtes identifié et vous le nourrissez à nouveau de vos pensées.

Par exemple, si la colère en est la vibration énergétique prédominante et que vous avez des pensées de colère, que vous ruminez ce que quelqu'un vous a fait ou ce que vous allez lui faire, vous voilà devenu inconscient et le corps de souffrance est dorénavant "vous-même". La colère cache toujours de la souffrance.

Lorsqu'une humeur sombre vous vient et que vous amorcez un scénario mental négatif en vous disant combien votre vie est affreuse, votre pensée s'est mise au diapason de ce corps et vous êtes alors inconscient et ouvert à ses attaques. Le mot "inconscient", tel que je l'entends ici, veut dire être identifié à un scénario mental ou émotionnel. Il implique une absence complète de l'observateur.

L'attention consciente soutenue rompt le lien entre le corps de souffrance et les processus de la pensée. C'est ce qui amène la métamorphose. Comme si la souffrance alimentait la flamme de votre conscience qui, ensuite, brille par conséquent d'une lueur plus vive. Voilà la signification ésotérique de l'art ancien de l'alchimie : la transformation du vil métal en or, de la souffrance en conscience. La division intérieure est résorbée et vous devenez entier. Il vous incombe alors de ne plus créer de souffrance.

Concentrez votre attention sur le sentiment qui vous habite. Sachez qu'il s'agit du corps de souffrance. Acceptez le fait qu'il soit là. N'y pensez pas. Ne transformez pas le sentiment en pensée. Ne le jugez pas. Ne l'analysez pas. Ne vous identifiez pas à lui. Restez présent et continuez d'être le témoin de ce qui se passe en vous. Devenez conscient non seulement de la souffrance émotionnelle, mais aussi de "celui qui observe", de l'observateur silencieux. Voici ce qu'est le pouvoir de l'instant présent, le pouvoir de votre propre présence consciente. Ensuite, voyez ce qui se passe.

Le processus que je viens de décrire est profondément puissant mais simple. On pourrait l'enseigner à un enfant, et espérons qu'un jour ce sera l'une des premières choses que les enfants apprendront à l'école. Lorsque vous aurez compris le principe fondamental de la présence, en tant qu'observateur, de ce qui se passe en vous - et que vous le "comprendrez" par l'expérience -, vous aurez à votre disposition le plus puissant des outils de transformation.

Ne nions pas le fait que vous rencontrerez peut-être une très grande résistance intérieure intense à vous désidentifier de votre souffrance. Ce sera particulièrement le cas si vous avez vécu étroitement identifié à votre corps de souffrance la plus grande partie de votre vie et que le sens de votre identité personnelle y est totalement ou partiellement investi. Cela signifie que vous avez fait de votre corps de souffrance un moi malheureux et que vous croyez être cette fiction créée par votre mental. Dans ce cas, la peur inconsciente de perdre votre identité entraînera une forte résistance à toute désidentification. Autrement dit, vous préféreriez souffrir, c'est-à-dire être dans le corps de souffrance, plutôt que de faire un saut dans l'inconnu et de risquer de perdre ce moi malheureux mais familier.

Examinez cette résistance. Regardez de près l'attachement à votre souffrance. Soyez très vigilant. Observez le plaisir curieux que vous tirez de votre tourment, la compulsion que vous avez d'en parler ou d'y penser. La résistance cessera si vous la rendez consciente. Vous pourrez alors accorder votre attention au corps de souffrance, rester présent en tant que témoin et ainsi amorcer la transmutation.

Vous seul pouvez le faire. Personne ne peut y arriver à votre place. Mais si vous avez la chance de trouver quelqu'un d'intensément conscient, si vous pouvez vous joindre à cette personne dans l'état de présence, cela pourra accélérer les choses. Ainsi, votre propre lumière s'intensifiera rapidement. Lorsqu'une bûche qui commence à peine à brûler est placée juste à côté d'une autre qui flambe ardemment et qu'au bout d'un certain temps elles sont séparées, la première chauffera avec beaucoup plus d'ardeur qu'au début. Après tout, il s'agit du même feu. Jouer le rôle du feu, c'est l'une des fonctions du maître spirituel. Certains thérapeutes peuvent également remplir cette fonction, pourvu qu'ils aient dépassé le plan mental et qu'ils soient à même de créer et de soutenir un immense état de présence pendant qu'ils s'occupent de vous.

La première chose à ne pas oublier est la suivante :

TANT ET AUSSI LONGTEMPS QUE VOUS VOUS CRÉEREZ UNE IDENTITÉ QUELCONQUE À PARTIR DE LA SOUFFRANCE, IL VOUS SERA IMPOSSIBLE DE VOUS EN LIBÉRER.

Tant et aussi longtemps que le sens de l'identité sera investi dans la souffrance émotionnelle, vous sabotez inconsciemment toute tentative faite dans le sens de guérir cette souffrance ou y résisterez d'une manière quelconque. Pourquoi ? Tout simplement parce que vous voulez rester intact et que la souffrance est fondamentalement devenue une partie de vous. Il s'agit là d'un processus inconscient, et la seule façon de le dépasser est de le rendre conscient.


Réaliser soudainement que vous êtes ou avez été attaché à votre souffrance peut-être la cause d'un grand choc. Mais dès l'instant où cette prise de conscience a lieu, l'attachement est rompu.

Un peu comme une entité, le corps de souffrance est un champ énergétique qui se loge temporairement à l'intérieur de vous. C'est de l'énergie vitale qui est prise au piège et ne circule plus.

Bien entendu, le corps de souffrance existe en raison de certaines choses qui se sont produites dans le passé. C'est le passé qui vit en vous, et si vous vous identifiez au corps de souffrance, vous vous identifiez par la même occasion au passé. L'identité de victime est fondée sur la croyance que le passé est plus puissant que le présent, ce qui est contraire à la vérité. Que les autres et ce qu'ils vous ont fait sont responsables de ce que vous êtes maintenant, de votre souffrance émotionnelle ou de votre incapacité à être vraiment vous-même.

La vérité, c'est que le seul pouvoir qui existe est celui propre à l'instant présent : c'est le pouvoir de votre propre présence à ce qui est. Une fois que vous savez cela, vous réalisez également que vous-même et personne d'autre êtes maintenant responsable de votre vie intérieure et que le passé ne peut pas l'emporter sur le pouvoir de l'instant présent.

L'inconscience le crée, la conscience le métamorphose. Saint Paul a exprimé ce principe universel de façon magnifique : "On peut tout dévoiler en l'exposant à la lumière, et tout ce qui est ainsi exposé devient lui-même lumière." Tout comme vous ne pouvez vous battre contre l'obscurité, vous ne pouvez non plus vous battre contre le corps de souffrance. Essayer de le faire créerait un conflit intérieur et, par conséquent, davantage de souffrance. Il suffit de l'observer et cela suppose l'accepter comme une partie de ce qui est ce moment. »



Eckhart Tolle

Extrait de
Mettre en pratique le pouvoir du moment présent
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apsaagni
Membre
avatar

Date d'inscription : 14/02/2009
Nombre de messages : 211
Féminin
Gémeaux Chat
Age : 30
Ville : Quebec

MessageSujet: Re: En finir avec la souffrance   Mar 21 Sep 2010 - 15:53

Savoir qu'il y a des émotions que nous devons vivre pleinement pour nous en libérer est une chose, mais si nous en sommes incapable que devons nous faire? IL y a trois outils que l'égo utilise pour être sur que nous ne prenions pas le temps d'observer ces émotions;

Il y a trois types de dénis différents; la peur, la honte et l’orgueil. La peur est plutôt biologie, mais nous avons aussi des peurs émotionnelles et mentales. La honte est surtout émotionnelle, mais nous avons aussi des hontes physiques et mentales. L’orgueil est surtout mental, mais nous en avons aussi au niveau physique et émotionnel. La pire peur est celle d’avoir peur. La pire honte est celle d’avoir honte. Le pire orgueil est d’être orgueilleux de notre orgueil. Le déni face à lui-même est la source notre torture.
Quand vous allez être seul chez vous, trouvez-vous une honte et intégrez-la, observez-la. Trouvez-vous de l’orgueil et intégrez-le. Qu’est-ce que ces dénis cachent? Les émotions.


Trouvez un moment récent ou vous avez été orgueilleux, que vous avez été blessé dans votre orgueil, que vous avez essayé de protéger votre image face aux autres. Reculez de 10 ans si vous n’en trouvez pas un récent. Rappelez-vous lors de votre adolescence comme vous vouliez prouver tout à tout le monde. C’est facile de se rappeler d’un orgueil que nous avons eu. Prenez un bon respire, mettez-vous dans l’état d’être orgueilleux, ressentez et observez. En quoi cela a-t-il été utile d’être orgueilleux? Vous n’avez pas aimé cela.
Humiliez-vous vous-même avant que quelqu’un vous humilie. Devenez humble. Si vous vous faites humiliez à tour de bras c’est parce que vous n’êtes pas humble et que vous refusez la leçon que votre âme essaie de vous montrer. Arrivez à un point ou vous ne vous défendrez plus contre les humiliations extérieures, car vous serez humilié en dedans. C’est à ce moment que vous serez capable de regarder ceux qui vous insulte et voir à quel point ils ont mal et ont besoins de descendre les autres. Si ces gens-là savaient que la compassion pouvait leur amener du bonheur ils le feraient, mais ils sont ignorants. Ils ont tellement peur que vous ne les aimiez plus qu’ils vont tout faire pour faire partie de votre vie et ce, peu importe la façon.

Bref...il faut tout observer Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.apsagni.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: En finir avec la souffrance   Dim 26 Sep 2010 - 1:17

Merçi Apsaagni et CoeurdeVie , pour ces rappels .

:jap:
Revenir en haut Aller en bas
Zoso
Premiers messages spirituels
avatar

Date d'inscription : 23/09/2010
Nombre de messages : 9
Masculin
Verseau Serpent
Age : 27
Ville : In My Head

MessageSujet: Re: En finir avec la souffrance   Dim 26 Sep 2010 - 11:38

Très belle leçon Apsaagni, l'humilité apporte beaucoup.
L'humanisme est l'essence même de la vie, j'espère que les mœurs sociétales individualistes s'estomperont avec l'Amour que l'être Humain peut et a toujours pu apporter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lachapelle
Premiers messages spirituels
avatar

Date d'inscription : 26/09/2010
Nombre de messages : 8
Féminin
Sagittaire Coq
Age : 59
Ville : SENS

MessageSujet: Re: En finir avec la souffrance   Dim 26 Sep 2010 - 13:44

Bonjour à Tous

La SOUFFRANCE est une ERREUR de croyance ....
Cette suggestion se trouve écrite dans le tome 1 page 107 de conversations avec Dieu de Neale Donald WALSCH.....

La souffrance n'a rien à voir les évènements, mais plutôt avec la réaction qu'on a à leur égard...

Personnellement, j'ai mis en pratique les enseignements de Walsch, et je reconnais que cela change la Vie .......
Un détachement s'installe progressivement à partir du moment où l'on accepte de devenir le Dieu de son univers intérieur......ACCEPTER cette vérité, cela ouvre un angle de vision infini, et nous donne le pouvoir de remédier à nos blocages et divers soucis ....

Amitiés
La chapelle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: En finir avec la souffrance   Dim 26 Sep 2010 - 14:45

@lachapelle a écrit:




Un détachement s'installe progressivement à partir du moment où l'on accepte de devenir le Dieu de son univers intérieur......ACCEPTER cette vérité, cela ouvre un angle de vision infini, et nous donne le pouvoir de remédier à nos blocages et divers soucis ....

Amitiés
La chapelle


Bravo LaChapelle , belle prise de Conscience .

Tu portes bien ton pseudo , LaChapelle , comme un Temple du Dieu Vivant .

Revenir en haut Aller en bas
Agyness
Membre
avatar

Date d'inscription : 21/10/2010
Nombre de messages : 1753
Féminin
Poissons Cheval
Age : 51
Ville : Paris

MessageSujet: Re: En finir avec la souffrance   Lun 22 Nov 2010 - 9:59

Merçi Apsaagni et CoeurdeVie, je viens de lire une première fois vos propos. Je vais les relire.
Mais je crois qu'aujourd'hui, 22 novembre 2010, je ne sens pas assez de confiance en moi pour croire que faire cela est simple et demande une juste discipline mentale et de détachement.
Dites-moi si je me trompe ? S'il y a une technique, un rituel à observer ou si je peux me "soigner" par cette méthode même dans le métro sunny

@lachapelle a écrit:

Personnellement, j'ai mis en pratique les enseignements de Walsch, et je reconnais que cela change la Vie

De quoi s'agit-il ?
:bisous) à vous tous


Dernière édition par Plume le Lun 22 Nov 2010 - 11:22, édité 1 fois (Raison : correction citation)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
OUI
Membre
avatar

Date d'inscription : 18/11/2010
Nombre de messages : 297
Masculin
Bélier Singe
Age : 61
Ville : Alès gard

MessageSujet: Re: En finir avec la souffrance   Lun 22 Nov 2010 - 10:33

l'ego comme cause de peur et donc de souffrance?

mais qu'est-ce que l'ego?

la prétention d'être quelqu'un -un esprit distinct-ou quelque-chose -un corps de désir par exemple-pour l'autre?

la peur c'est d'abord la peur de n'être rien ou de perdre ces identifications imaginaires?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chantily
Membre
avatar

Date d'inscription : 14/03/2010
Nombre de messages : 1334
Féminin
Gémeaux Chien
Age : 59
Ville : Canada

MessageSujet: Re: En finir avec la souffrance   Lun 22 Nov 2010 - 14:58

Domi a cité:… l’égo n’est pas à combattre ni à rejeter, il est cet enfant qui à besoin de grandir… c’est une ‘éducation’ Combattre ou rejeter l'égo revient indéniablement à la souffrance flower
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apsaagni
Membre
avatar

Date d'inscription : 14/02/2009
Nombre de messages : 211
Féminin
Gémeaux Chat
Age : 30
Ville : Quebec

MessageSujet: Re: En finir avec la souffrance   Lun 22 Nov 2010 - 15:06

L'égo c'est vous!
L'égo est ce principe d'individualité. Si vous croyez que vous avez encore un point de vue à défendre il s'agit de votre égo, si vous avez encore des préférences il s'agit de votre égo.
Le meilleur moyen que j'ai trouvé pour enseigner ce qu'est l'égo à quelqu'un a été par l'expérience. Je me suis mise à pointé les moments ou elle était orgueilleuse.
Elle s'est donc mise à voir ses réactions, celle de" Je vais lui montrer que j'ai raison!" ou" mais MOI dans cette histoire?"

Elle a vite su reconnaître son égo, mais seulement l'expliquer ne mènera à rien, car la sagesse s'acquiert avec l'expérience.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.apsagni.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: En finir avec la souffrance   Mar 23 Nov 2010 - 3:03

@Agyness a écrit:
S'il y a une technique, un rituel à observer ou si je peux me "soigner" par cette méthode même dans le métro

La méthode , c'est s'observer , observer son fonctionnement (interne/externe) avec équanimité .


"Restez présent, restez conscient. Soyez en permanence le vigilant gardien de votre espace intérieur. Il vous faut être suffisamment présent pour pouvoir observer directement le corps de souffrance et sentir son énergie. Ainsi, il ne peut plus contrôler votre pensée. "

http://vivrelibre.free.fr/textes/souffrance.html





:coeur)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: En finir avec la souffrance   Mar 23 Nov 2010 - 8:47

Smehen a écrit:

@Agyness a écrit:
S'il y a une technique, un rituel à observer ou si je peux me "soigner" par cette méthode même dans le métro

La méthode , c'est s'observer , observer son fonctionnement (interne/externe) avec équanimité .


"Restez présent, restez conscient. Soyez en permanence le vigilant gardien de votre espace intérieur. Il vous faut être suffisamment présent pour pouvoir observer directement le corps de souffrance et sentir son énergie. Ainsi, il ne peut plus contrôler votre pensée. "

http://vivrelibre.free.fr/textes/souffrance.html


:coeur)

cheers sunny
Revenir en haut Aller en bas
Lydie66
Membre
avatar

Date d'inscription : 20/11/2010
Nombre de messages : 859
Féminin
Capricorne Chat
Age : 53
Ville : Perpignan

MessageSujet: Re: En finir avec la souffrance   Mar 23 Nov 2010 - 9:32

Bonjour,

Personnellement j'ai un discours plus terre à terre et pratique.

En fait d'après ce que j'ai lu on parle ici de notre corps astral, le corps de nos émotions qu'on peut travailler sur notre deuxième chakra.

Il ne faut surtout pas le rejeter, ni l'ignorer pareil pour l'égo (chakra du plexus) car les deux sont nécessaires pour grandir. Une fois comprise une souffrance émotionnelle qui est bien-sûr de nature égotique, le coeur s'ouvre apportant une meilleure compréhension des autres, la compassion et le pardon (chakra du coeur). D'où le message du dernier avatar sur terre, le Christ, qui est venue nous montrer ce chemin. Malheureusement il y a beaucoup de travail à faire car l'humanité dans sa grand majorité vie encore sur le mode du chakra sacré donc astral (jalousie, haine, envie ...)

On doit accepter les deux, notre corps des émotions et notre égo ou corps de la personnalité, mais bon en attendant comme on dit vulgairement on en prend plein la gueule Very Happy Puis pas culpabiliser car on joue ici le jeu du corps émotionnel :twisted:

Bien-sûr il existe des techniques spirituelles pour dépasser mais aussi des techniques très terre à terre. On peu comprendre intellectuellement une souffrance, la dépasser mais souvent notre corps physique en garde une trace et même parfois notre inconscient. Compréhension ne veut pas toujours dire libération.

Vous avez déjà les Fleurs de Bach, ainsi que toute une gamme d'élixirs floraux qui existent. Il y a des bons ostéopathes qui font ce qu'on appelle de la somato-émotionnelle, et de très bons acupuncteurs qui comme travaillent avec les énergies astrales sont tout indiqués pour donner un coup de pouce.
Au niveau Reiki II on apprend à travailler sur nos émotions et le mental. L'EFT (technique de libération émotionnelle) aide aussi à faire ce travail et permet de situer où se trouve le problème. D'autres outils existent mais je ne les connais pas personnellement.

L'humanité est sur un tournant où elle évolue très vite et on nous a donné des outils pour le faire aussi rapidement alors autant les utiliser. Cela ne veut pas dire qu'on va être des "illuminés" dans cette vie là mais on aura pas mal débroussailler le chemin à faire. Et surtout on vivra plus dans la joie, car quel bonheur de déposer ses valises. sunny

Quelqu'un de spirituel n'est pas quelqu'un de triste au contraire.
J'espère que ne n'ai pas trop choqué par ma façon de présenter les choses.

Amicalement
Lydie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.chrysalide-bien-etre.com/
Agyness
Membre
avatar

Date d'inscription : 21/10/2010
Nombre de messages : 1753
Féminin
Poissons Cheval
Age : 51
Ville : Paris

MessageSujet: Re: En finir avec la souffrance   Mar 23 Nov 2010 - 9:42

Citation :
Vous avez déjà les Fleurs de Bach, ainsi que toute une gamme d'élixirs floraux qui existent.

Concernant les fleurs de Bach, ma pharmacienne m'a conseillé de faire une "cure" de sweet chesnut" compte tenu de ce que je lui racontais de mon état actuel, avec du Rescue en prime

Qu'en penses-tu Lydie ?
:171878[1]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lydie66
Membre
avatar

Date d'inscription : 20/11/2010
Nombre de messages : 859
Féminin
Capricorne Chat
Age : 53
Ville : Perpignan

MessageSujet: Re: En finir avec la souffrance   Mar 23 Nov 2010 - 9:56

@Agyness a écrit:
Citation :
Vous avez déjà les Fleurs de Bach, ainsi que toute une gamme d'élixirs floraux qui existent.

Concernant les fleurs de Bach, ma pharmacienne m'a conseillé de faire une "cure" de sweet chesnut" compte tenu de ce que je lui racontais de mon état actuel, avec du Rescue en prime

Qu'en penses-tu Lydie ?

Le Sweet Chesnut c'est pour l'extrême angoisse, je le conseille lorsque la personne est vraiment dépressive. Si c'est ton cas oui prend. Avec le Rescue c'est impec.

Une astuce pour tout le monde, lorsqu'on est trop dans sa tête, dans ses émotions. Et du coup déconnecté de la terre Very Happy . Allez dans une biocoop ou pharmacie qui vende des Huiles Essentielles, achetez Huile essentielle de Carotte, "Daucus carota" oui oui pour les gens très spirituels c'est un indispensable et pour les dépressifs aussi car il manque cette connexion à la terre.

Vous mettez 1 goutte d'huile essentielle de Carotte 2-3 fois par jour sur votre chakra sacré (env. 2 doigts sous le nombril)

Résultat : déjà vous allez être reconnecté à notre mère terre, donc plus de vitalité au bout de quelques jours. Puis, au niveau mental vous allez voir ça va s'éclaircir et vous vous attacherez moins à des petits détails, une sensation d'avoir fait le ménage pour garder que l'essentiel.

Amicalement
Lydie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.chrysalide-bien-etre.com/
Agyness
Membre
avatar

Date d'inscription : 21/10/2010
Nombre de messages : 1753
Féminin
Poissons Cheval
Age : 51
Ville : Paris

MessageSujet: Re: En finir avec la souffrance   Mar 23 Nov 2010 - 10:07

Merci Lydie, je crois que le conseil est bon alors :bisous)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: En finir avec la souffrance   Mar 23 Nov 2010 - 10:15

Yes Agyness, le conseil que l'on t'a donné est bon Wink

:bisous)
Revenir en haut Aller en bas
Agyness
Membre
avatar

Date d'inscription : 21/10/2010
Nombre de messages : 1753
Féminin
Poissons Cheval
Age : 51
Ville : Paris

MessageSujet: Re: En finir avec la souffrance   Mar 23 Nov 2010 - 10:19

:bisous) pour ma Plume
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lesca
Premiers messages spirituels
avatar

Date d'inscription : 22/02/2011
Nombre de messages : 28
Féminin
Vierge Tigre
Age : 30
Ville : Avignon

MessageSujet: Re: En finir avec la souffrance   Mar 22 Fév 2011 - 12:28

@lachapelle a écrit:

La souffrance n'a rien à voir les évènements, mais plutôt avec la réaction qu'on a à leur égard...

On dit, en psychologie ésotérique, que toute pensée est reliée à une émotion.
Quelle que soit l'émotion, celle-ci n'est ressentie face à un évènement que si, et seulement si, cet évènement est lié pour notre esprit à une pensée.

Qu'est-ce que la souffrance? La souffrance est l'absence de plaisir.
Si la souffrance est l'absence de plaisir, est-ce à dire que dans le plaisir la souffrance est absente ?
Oui !
Il ne peut y avoir de plaisir dans la souffrance, tout comme il ne peut y avoir de souffrance dans le plaisir.

Comment échanger la souffrance pour le plaisir ?
En changeant d'état d'esprit.

Comment changeons-nous d'état d'esprit?
Eh bien, ginette (lol) ou ginou au choix, en choisissant nos pensées.

Comment ça joséphine Oo, c'est nous qui choisissons nos pensées ?
Oui oui c'est bien nous qui les choisissons.

"Je ne suis ni ce que je pense, ni ce que je ressens, je suis Cela qui pense et ressens toutes ces choses" (Shiva-Sutra)

bises =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CARBO
Premiers messages spirituels
avatar

Date d'inscription : 21/02/2011
Nombre de messages : 18
Masculin
Scorpion Dragon
Age : 52
Ville : Belgique

MessageSujet: Re: En finir avec la souffrance   Mar 22 Fév 2011 - 17:36

La souffrance est le passage pour comprendre la valeur de la vie et la défendre contre le mal.



La souffrance perceptive réveille nos émotions pour aidé une personne a ce relevé.



Sans la souffrance nous serrions anéantis par le mal, car elle nous donnent les leçons de survie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mononoké
Membre
avatar

Date d'inscription : 03/10/2009
Nombre de messages : 122
Féminin
Verseau Rat
Age : 44
Ville : Trévoux

MessageSujet: Re: En finir avec la souffrance   Mar 22 Fév 2011 - 19:22


Il me semble qu'on recherche bien souvent ce qui nous procure du plaisir, mais le plaisir ne dure pas, et pourtant on cherche à le répéter...et alors attaché à ce plaisir, lorsqu'il disparaît commence la souffrance. La recherche de plaisir n'induirait-il pas la souffrance ?idem pour l'attachement émotionnel qui porte avec lui la souffrance

Pour moi, la souffrance ne sert à rien, l'amour est là où elle n'est pas. Peut-être que la souffrance est là pour voir où est le véritable amour et où il n'est pas ?

Et c'est bien souvent, l'égo, le mental qui génèrent la souffrance avec toutes les attentes que l'on a de l'autre, de la vie...

La souffrance psychologique dure depuis des siècles, pourquoi enlève-t-on notre main lorsqu'elle est dans le feu ? et d'hôte-on pas notre esprit de la tourmente psychique lorsqu'un "danger" psychologique pointe le bout de son nez ? car il est bien difficile de voir arriver la chose, sans un minimum d'observation, de compréhension de l'esprit humain...de connaissance de soi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://espritderencontrer-a.forumactif.com/index.htm
 
En finir avec la souffrance
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de partage sur la spiritualité, l'éveil de l'âme conscience et harmonie :: Forum spiritualité et forum ésotérisme sur le partage de l'éveil :: Psychologie et développement personnel-
Sauter vers:  
Spirit Partage - Forum spiritualité de rencontre Montpellier et autre ville
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit