Forum de partage sur la spiritualité, l'éveil de l'âme conscience et harmonie

Forum de discussion sur la spiritualité pour la rencontre et le partage dans l'éveil spirituel de la conscience, bouddhisme zen, lithothérapie meditation et citation.
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 L'impatience

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Ila
Membre
avatar

Date d'inscription : 17/09/2017
Nombre de messages : 1653
Féminin
Capricorne Cheval
Age : 39
Ville : Nowhere/Now-here

MessageSujet: L'impatience   Jeu 25 Jan 2018 - 21:55

Maria Fernandez-Petite/Psychologue
"Dans notre société, tout nous pousse à l’impatience, que ce soit dans notre travail, dans notre vie privée : même au moment de notre mort, nous restons impatients. L’adjectif « impatient » nous vient du mot « patire », de son origine grecque « pascho pathos » qui signifie souffrir, supporter, endurer avec l’idée de patience et de résignation. Le mot grec fait référence à l’éprouvé par rapport à ce qui est de l’ordre du faire et de l’agir. C’est ce qui nous vient du « dehors » ou du « dedans » sur lequel nous n’avons pas de prise, pas de maîtrise. Que l’impatience se dirige sur d’autres personnes qui n’effectuent pas, dans l’instant, ce que nous attendons d’eux ou que ce soit contre nous-mêmes, l’impatience nous confronte à une limite qui nous résiste et qui ne dépend pas de notre volonté.

Dans notre société, les limites sont faites pour être transgressées ; il y a même une apologie du « dépassement ». Nous sommes sans cesse poussés à nous surpasser que ce soit dans le sport, le travail ou même dans le domaine de la spiritualité, où l’on encense la transcendance. Nous pourrions penser que notre société confond le présent avec l’absolu dans lequel chacun se doit d’aller toujours plus loin, toujours plus vite sous prétexte d’occulter une réalité décevante, comme s’il tentait de nier le temps.
L’insupportable pour l’être humain est de saisir que sa « toute puissance » n’est qu’une illusion. Toute puissance à laquelle Mélanie Klein faisait déjà référence lorsqu’elle évoquait le développement de l’enfant. Dans la construction de l’ego, la toute puissance est une phase nécessaire pour le développement de l’enfant. En effet, dans le développement psychique, le fantasme tient une place prédominante. Le fantasme de la toute puissance représente un contenu particulier des besoins ou des sentiments de l’enfant qui dominent le psychisme à un moment donné. Selon Klein, toutes les pulsions, tous les sentiments et surtout tous les modes de défense sont vécus au travers du fantasme qui leur confère une vie psychique et révèlent leur intention (Klein, 1932). Dans notre société occidentale, la valorisation de l’ego – même à l’âge adulte – tient une place importante. Aussi, les gens maintiennent-ils et cultivent-ils de manière plus ou moins consciente un sentiment de toute puissance. Tout doit se dérouler comme nous l’avons décidé, au moment où nous l’avons décidé.
L’homme cultive l’illusion de pouvoir maintenir une maîtrise constante sur ce qui l’entoure. C’est le fantasme de la toute puissance qui, à nouveau, nous joue des tours. Nous pouvons concevoir aisément que ce fantasme soit élaboré par l’individu comme un mécanisme de défense. Un mécanisme de défense qui tente de faire face à une angoisse dépressive relevant d’un danger qui émane de l’organisme du fait de la pulsion de mort. C’est la peur pour cet objet inconnu qu’est la mort qui prédomine (Klein, 1948). A la crainte de l’inconnu, vient s’ajouter – aussi bien pour les patients et leur famille que pour les soignants – la peur de la séparation qui procède de la pulsion de mort. Nous pouvons donc nous demander si l’impatience ne serait pas l’un des moyens de tenter d’échapper à l’angoisse de notre finitude."

François Rosselet/Aumônier
« Il vaut mieux être complet que parfait »C.G.Jung
"Dans ce « livre chrétien des morts » qu’est « l’Ars Moriendi », l’impatience figure comme « la quatrième tentation », soit l’avant-dernière. Dans le langage médiéval, « le diable de l’impatience » fait face au « bon ange de la patience ». Cette mise en scène confère à la personne en train de mourir une position tout à fait particulière, ni tout à fait d’un côté, ni tout à fait de l’autre, à égale distance de l’un et de l’autre. Et c’est à partir de cette position médiane que le dialogue s’engage avec les deux instances. La personne qui meurt se trouve donc placée dans une tension entre l’impatience et la patience. On peut tirer de là quelques enseignements utiles pour notre pratique de l’accompagnement.

Le premier enseignement est très simple : la réalité de l’impatience existe, elle est bien là. Il est donc inutile de vouloir la nier, la supprimer ou la dévaloriser. Inutile en somme de vouloir la faire sortir du paysage de la personne en fin de vie. La prise au sérieux de cette réalité est la première tâche de l’accompagnant. Avant de porter un quelconque jugement moral, avant d’entreprendre quelque recadrage que ce soit ou avant de poser un diagnostic, si subtil soit-il, il devrait considérer que l’impatience est, à ce moment précis, la meilleure manière pour le patient de faire face à ce qui lui arrive. En effet, la seule manière d’aborder l’impatience n’est jamais de la condamner à disparaître, mais bien de la traverser ou encore de dialoguer avec elle. C’est à mon avis la position du christianisme pour qui les réalités matérielles sont toujours habitées et traversées plutôt que niées, dévalorisées ou contournées [2]
[2] En régime chrétien, on appelle cela l’incarnation.

Le deuxième enseignement du texte médiéval est, à mon sens, de nous montrer que ce diable (avec minuscule), ce petit démon personnel affecté à la seule impatience, et que cet ange affecté à la sainte patience, – que ces deux personnages ne sont pas à considérer uniquement comme des instances extérieures. Ils font aussi partie de notre intériorité, et constituent sans aucun doute des parties de nous-mêmes, qui vivent et qui coexistent en chacun de nous. C’est une tendance facile et universelle que de vouloir placer uniquement à l’extérieur de nous des tendances qui vivent, avant tout, au plus profond de notre intériorité, – trop aisé d’externaliser ainsi nos difficultés sur « l’autre qui… » –, en évitant la confrontation que cela implique entre notre propre patience et notre propre impatience, parfois si agitée… [3]
[3] Il faut reconnaître, dans ce cadre, que la théologie...

Ainsi, le troisième enseignement de « l’Ars moriendi » est de nous montrer comment l’impatience ET la patience cohabitent dans un seul et même être, pour en faire une personne complète, et riche de toutes ses contradictions. C’est dire que nous sortons de la logique du ou/ou pour entrer dans la logique du ET, la seule à même de rendre compte de la complexité de l’être humain. Ainsi donc, notre patient est tout à la fois impatient ET patient ! Et le parcours de la fin de vie devient une oscillation jamais tout à fait terminée entre ces deux pôles qui attirent et sollicitent. Un dialogue.
Car l’impatience n’est pas d’abord cet horrible défaut dont il faudrait se purifier et se débarrasser, pour accéder à un état « meilleur », mais elle est avant tout le signe de notre humanité, et de notre complexité, quand elle coexiste à chaque moment avec notre patience.
C’est seulement au prix de ce long apprivoisement avec l’impatience que nous pouvons entrer dans le chemin de la patience, ou, comme le dit « l’Ars Moriendi », entendre « l’avertissement de l’ange de la patience ». La patience se montre ici comme un cheminement, une quête dont l’impatience n’est jamais tout à fait absente. L’impatience, comme un moteur, qui nous titille et nous presse en avant. La patience comme une contemplation, qui nous met déjà dans une relation paisible et intime avec ce vers quoi nous allons. La patience, qui se manifeste non pas comme une qualité morale, résultat d’un « il faut » contraignant et lourd à porter. Mais qui est plutôt un état d’être, le fruit d’une longue et lente maturation, qui sait accepter et apprécier ce qui est, et trouver un sens à la vie qui est là."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
erell
Membre
avatar

Date d'inscription : 29/09/2014
Nombre de messages : 9193
Féminin
Sagittaire Dragon
Age : 41
Ville : en chemin

MessageSujet: Re: L'impatience   Jeu 25 Jan 2018 - 22:38

oh oui, une  belle idée, Ila, d'ouvrir un sujet sur l'impatience :jap:
je me sens pleinement concernée, cela m'intéresse aussi.
bonne fin de soirée, à demain Like a Star @ heaven :BJR004:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suara
Membre


Date d'inscription : 04/10/2017
Nombre de messages : 376
Féminin
Verseau Singe
Age : 62
Ville : Saint Hilaire Saint Mesmin

MessageSujet: Re: L'impatience   Ven 26 Jan 2018 - 4:22

Merci pour le sujet

Si je réponds à ces textes…

"Dans notre société occidentale, la valorisation de l’ego – même à l’âge adulte – tient une place importante. Aussi, les gens maintiennent-ils et cultivent-ils de manière plus ou moins consciente un sentiment de toute puissance. Tout doit se dérouler comme nous l’avons décidé, au moment où nous l’avons décidé.
L’homme cultive l’illusion de pouvoir maintenir une maîtrise constante sur ce qui l’entoure. C’est le fantasme de la toute puissance qui, à nouveau, nous joue des tours. Nous pouvons concevoir aisément que ce fantasme soit élaboré par l’individu comme un mécanisme de défense."  


De qui parle-t-on ? De Kim Kardashian ou de ses enfants ? Parce que les autres sont contraints depuis l’enfance et doivent se créer la sécurité seuls dans la tête et n’y arrivent pas toujours. Et les adultes sont pressurisés aussi, le peu d’impatience à vivre qui leur reste ils le dépensent en consumérisme pour retrouver un peu de paix et de joie.


"La personne qui meurt se trouve donc placée dans une tension entre l’impatience et la patience. On peut tirer de là quelques enseignements utiles pour notre pratique de l’accompagnement."


Très théorique, une foi qui cherche à  prouver. Un mourant à mon sens veut à la fois du repos et de l’amour. Ou alors il est encore très vaillant et dans ce cas c’est un malade, pas un mourant.

Bref je n’ai rien compris.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ila
Membre
avatar

Date d'inscription : 17/09/2017
Nombre de messages : 1653
Féminin
Capricorne Cheval
Age : 39
Ville : Nowhere/Now-here

MessageSujet: Re: L'impatience   Ven 26 Jan 2018 - 8:38

@Suara a écrit:
Merci pour le sujet

Si je réponds à ces textes…

"Dans notre société occidentale, la valorisation de l’ego – même à l’âge adulte – tient une place importante. Aussi, les gens maintiennent-ils et cultivent-ils de manière plus ou moins consciente un sentiment de toute puissance. Tout doit se dérouler comme nous l’avons décidé, au moment où nous l’avons décidé.
L’homme cultive l’illusion de pouvoir maintenir une maîtrise constante sur ce qui l’entoure. C’est le fantasme de la toute puissance qui, à nouveau, nous joue des tours. Nous pouvons concevoir aisément que ce fantasme soit élaboré par l’individu comme un mécanisme de défense."  


De qui parle-t-on ? De Kim Kardashian ou de ses enfants ? Parce que les autres sont contraints depuis l’enfance et doivent se créer la sécurité seuls dans la tête et n’y arrivent pas toujours. Et les adultes sont pressurisés aussi, le peu d’impatience à vivre qui leur reste ils le dépensent en consumérisme pour retrouver un peu de paix et de joie.


"La personne qui meurt se trouve donc placée dans une tension entre l’impatience et la patience. On peut tirer de là quelques enseignements utiles pour notre pratique de l’accompagnement."

Très théorique, une foi qui cherche à  prouver. Un mourant à mon sens veut à la fois du repos et de l’amour. Ou alors il est encore très vaillant et dans ce cas c’est un malade, pas un mourant.

Bref je n’ai rien compris.


Et bien je me reconnais assez dans ce besoin de contrôle, de maîtrise, non pas de toute puissance, mais en opposition au lacher prise. Alors l'impatience peut être comprise comme telle, ne pas savoir se laisser aller et être là, maintenant :
"notre société confond le présent avec l’absolu dans lequel chacun se doit d’aller toujours plus loin, toujours plus vite sous prétexte d’occulter une réalité décevante, comme s’il tentait de nier le temps."

Pour le 2ème texte, il fait référence aux patients en fin de vie, je ne l'ai pas mis en entier mais ce sont des personnes travaillant dans le milieu hospitalier, c'est pour ça Suara certainement que tu ne comprends pas tout, je n'aurai pas dû le couper.
"Et le parcours de la fin de vie devient une oscillation jamais tout à fait terminée entre ces deux pôles qui attirent et sollicitent. Un dialogue.
L’impatience, dans nos institutions hospitalières, peut se manifester devant la lenteur du service ou devant la mort qui tarde à venir : « Je suis impatient de me retrouver de l’autre côté », me dit André. Et cette attitude côtoie la patience devant la difficulté à se déplacer ou devant la durée du temps de la maladie : « Je suis encore là… Ce n’est pas encore le moment de partir », me dit le même André."

Quand la fin de vie s'accompagne de (grande) souffrance physique par exemple.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ila
Membre
avatar

Date d'inscription : 17/09/2017
Nombre de messages : 1653
Féminin
Capricorne Cheval
Age : 39
Ville : Nowhere/Now-here

MessageSujet: Re: L'impatience   Ven 26 Jan 2018 - 8:42

En fait, ce sont 2 avis un peu différents mais complémentaires je pense, d'une part la psy et de l'autre l'aumônier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur X
Membre
avatar

Date d'inscription : 16/06/2010
Nombre de messages : 10758
Masculin
Capricorne Singe
Age : 49
Ville : système solaire

MessageSujet: Re: L'impatience   Ven 26 Jan 2018 - 10:16

Hum , l'impatient attend deux fois plus ! , love .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'ermite
Membre


Date d'inscription : 06/04/2016
Nombre de messages : 550
Masculin
Bélier Buffle
Age : 44
Ville : Paris

MessageSujet: Re: L'impatience   Ven 26 Jan 2018 - 12:00

@Ila a écrit:
Le mot grec fait référence à l’éprouvé par rapport à ce qui est de l’ordre du faire et de l’agir. C’est ce qui nous vient du « dehors » ou du « dedans » sur lequel nous n’avons pas de prise, pas de maîtrise... l’impatience nous confronte à une limite qui nous résiste et qui ne dépend pas de notre volonté.
Je trouve que c'est inexact. On n'est jamais totalement impuissant. Sur le monde extérieur oui, bien évidemment, mais dans notre monde intérieur (le seul qui compte en définitive) nous pouvons beaucoup.

A partir du moment où l'on peut observer cette impatience, que l'on peut se positionner en tant qu'observateur de cette "énergie" en soi, on a toujours le choix d'y participer ou pas. Participer n'est pas forcément le mot adéquat, mais il y a bien quelque chose de cet ordre. Participer, adhérer volontairement ou involontairement.
Par la négative, on peut parler de lâcher-prise. Lâcher-prise à cette interaction, à ce lien entre "l'impatience objet" et l'observateur.
En lâchant-prise, on ne laisse plus cette énergie influer sur notre vie.

Lâcher-prise avec l'impatience n'est pas forcément quelque chose de très facile ; c'est un comportement tellement ancré dans nos fonctionnements que s'en détacher demande un effort (qui n'en est pas un)

De même qu'il ne faille pas être impatient d'être impatient, c'est à dire avoir conscience d'être dans l'impatience et de vouloir s'en détacher à tout prix. La volonté dans ce cas est contre-productive. Dans ce contexte en fait, ce qui manque est l'acceptation.
Accepter, pour lâcher-prise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elea
Membre
avatar

Date d'inscription : 03/01/2016
Nombre de messages : 2008
Féminin
Vierge Cochon
Age : 34
Ville : Vie

MessageSujet: Re: L'impatience   Ven 26 Jan 2018 - 12:23

On est impatient lorsque notre désir/ notre objectif est en avance sur sa réalisation. Si j'attends c'est que je ne suis pas synchrone avec les évènements autour de moi, et que je dois surement ralentir pour m'aligner à mon rythme naturel.
Ce qui peut donner, à la file d'attente en caisse d'un magasin: "est ce que je n'aurais pas oublié de peser mes tomates?"
"Est ce que j'ai bien fait d'éviter de croiser Micheline?" "Est ce que la petite mamie à côté de moi n'aurait pas besoin que je l'aide à décharger son caddy?".
L'attente ne serait-elle pas là pour nous signifier que nous manquons à quelque chose?

Bon je sais pas si on peut adapter ça à toutes les situations, mais c'est une idée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
porte
Membre
avatar

Date d'inscription : 08/02/2014
Nombre de messages : 4592
Masculin
Lion Serpent
Age : 64
Ville : Pays de Loire

MessageSujet: Re: L'impatience   Ven 26 Jan 2018 - 12:29

Impatiens (impatiens), une plante d'ombre

L’impatiens est une plante herbacée aussi très connue sous la nomination de balsamines, patiences ou impatiences. Poussant de manière sauvage dans les luxuriantes forêts de l’Afrique tropicale en particulier la Nouvelle-Guinée, les balsamines sont nanties de tiges vertes pleines, ainsi que charnues, elles sont riches en sèves et sont facilement cassantes.
Foisonnantes, les feuilles de petite taille et de forme ovale sont lisses au toucher et présentent des bords quelquefois dentelés ou lisses. Affichant des tons jaunes, violet, blanc ou rose, les fleurs légèrement courbées épousent parfaitement la forme d’un sabot.
Il convient de rentrer l'impatiens avant les premiers gels hivernaux qui l'anéantiront. 

*Allier nature végétale et nature humaine. 

Il n'y a pas d'impatience sans patience. La paix les confondra.  drunken

Fraternellement  :petitcoeur)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ila
Membre
avatar

Date d'inscription : 17/09/2017
Nombre de messages : 1653
Féminin
Capricorne Cheval
Age : 39
Ville : Nowhere/Now-here

MessageSujet: Re: L'impatience   Ven 26 Jan 2018 - 12:37

@L'ermite a écrit:
@Ila a écrit:
Le mot grec fait référence à l’éprouvé par rapport à ce qui est de l’ordre du faire et de l’agir. C’est ce qui nous vient du « dehors » ou du « dedans » sur lequel nous n’avons pas de prise, pas de maîtrise... l’impatience nous confronte à une limite qui nous résiste et qui ne dépend pas de notre volonté.
Je trouve que c'est inexact. On n'est jamais totalement impuissant. Sur le monde extérieur oui, bien évidemment, mais dans notre monde intérieur (le seul qui compte en définitive) nous pouvons beaucoup.

A partir du moment où l'on peut observer cette impatience, que l'on peut se positionner en tant qu'observateur de cette "énergie" en soi, on a toujours le choix d'y participer ou pas. Participer n'est pas forcément le mot adéquat, mais il y a bien quelque chose de cet ordre. Participer, adhérer volontairement ou involontairement.
Par la négative, on peut parler de lâcher-prise. Lâcher-prise à cette interaction, à ce lien entre "l'impatience objet" et l'observateur.
En lâchant-prise, on ne laisse plus cette énergie influer sur notre vie.

Lâcher-prise avec l'impatience n'est pas forcément quelque chose de très facile ; c'est un comportement tellement ancré dans nos fonctionnements que s'en détacher demande un effort (qui n'en est pas un)

De même qu'il ne faille pas être impatient d'être impatient, c'est à dire avoir conscience d'être dans l'impatience et de vouloir s'en détacher à tout prix. La volonté dans ce cas est contre-productive. Dans ce contexte en fait, ce qui manque est l'acceptation.
Accepter, pour lâcher-prise

En fait j'ai interprété ce passage dans le sens où c'est la peur de ne pas avoir le contrôle sur certaines choses qui amène cette impatience.

Je te rejoins sur ce que tu dis, l'acceptation à la base pour débloquer le reste.
Merci de ton intervention Smile

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ila
Membre
avatar

Date d'inscription : 17/09/2017
Nombre de messages : 1653
Féminin
Capricorne Cheval
Age : 39
Ville : Nowhere/Now-here

MessageSujet: Re: L'impatience   Ven 26 Jan 2018 - 12:40

@Elea a écrit:
On est impatient lorsque notre désir/ notre objectif est en avance sur sa réalisation. Si j'attends c'est que je ne suis pas synchrone avec les évènements autour de moi, et que je dois surement ralentir pour m'aligner à mon rythme naturel.
Ce qui peut donner, à la file d'attente en caisse d'un magasin: "est ce que je n'aurais pas oublié de peser mes tomates?"
"Est ce que j'ai bien fait d'éviter de croiser Micheline?" "Est ce que la petite mamie à côté de moi n'aurait pas besoin que je l'aide à décharger son caddy?".
L'attente ne serait-elle pas là pour nous signifier que nous manquons à quelque chose?

Bon je sais pas si on peut adapter ça à toutes les situations, mais c'est une idée.

Et nous pouvons être impatient sans avoir cette attente. Par exemple, dans une journée lambda, j'ai la fâcheuse habitude d'être trop speed dans mes actes, je me dépêche par impatience d'accéder à l'action suivante. Alors là aussi, je devrais ralentir le rythme pour prendre conscience de chaque étape, aussi simple soit elle, et ne pas faire la course.
Comment peut-on l'interpréter selon toi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ila
Membre
avatar

Date d'inscription : 17/09/2017
Nombre de messages : 1653
Féminin
Capricorne Cheval
Age : 39
Ville : Nowhere/Now-here

MessageSujet: Re: L'impatience   Ven 26 Jan 2018 - 12:41

@Professeur X a écrit:
Hum , l'impatient attend deux fois plus ! , love .

Clair, double peine !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elea
Membre
avatar

Date d'inscription : 03/01/2016
Nombre de messages : 2008
Féminin
Vierge Cochon
Age : 34
Ville : Vie

MessageSujet: Re: L'impatience   Ven 26 Jan 2018 - 13:08

@Ila a écrit:
@Elea a écrit:
On est impatient lorsque notre désir/ notre objectif est en avance sur sa réalisation. Si j'attends c'est que je ne suis pas synchrone avec les évènements autour de moi, et que je dois surement ralentir pour m'aligner à mon rythme naturel.
Ce qui peut donner, à la file d'attente en caisse d'un magasin: "est ce que je n'aurais pas oublié de peser mes tomates?"
"Est ce que j'ai bien fait d'éviter de croiser Micheline?" "Est ce que la petite mamie à côté de moi n'aurait pas besoin que je l'aide à décharger son caddy?".
L'attente ne serait-elle pas là pour nous signifier que nous manquons à quelque chose?

Bon je sais pas si on peut adapter ça à toutes les situations, mais c'est une idée.

Et nous pouvons être impatient sans avoir cette attente. Par exemple, dans une journée lambda, j'ai la fâcheuse habitude d'être trop speed dans mes actes, je me dépêche par impatience d'accéder à l'action suivante. Alors là aussi, je devrais ralentir le rythme pour prendre conscience de chaque étape, aussi simple soit elle, et ne pas faire la course.
Comment peut-on l'interpréter selon toi ?

A moi il m'arrive d'être impatiente d'aller dormir pour pouvoir au plus vite prendre mon petit déjeuner  Laughing.

Sinon, dans le cas de la course en avant, ça peut être un manque de présence au moment présent par anticipation donc par trop d'activité du mental. Etre présent dans l'ici et maintenant c'est aussi se confronter à soi-même et peut-être que le mental veut fuir cette confrontation. Ca peut être autre chose mais je suis pas sur qu'en définir la cause soit la solution pour ralentir. Comme tu disais, prendre conscience de chaque étape, retrouver son rythme naturel, porter de l'attention à la nature de nos gestes, à nos pensées, émotions et sensations qui émergent...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shani-Ys
Membre
avatar

Date d'inscription : 30/10/2013
Nombre de messages : 5827
Féminin
Scorpion Chèvre
Age : 38
Ville : Sud

MessageSujet: Re: L'impatience   Ven 26 Jan 2018 - 14:10

@Elea a écrit:


A moi il m'arrive d'être impatiente d'aller dormir pour pouvoir au plus vite prendre mon petit déjeuner  Laughing.
Ah c'est marrant je l'ai vécu ça du temps où les petits déjeûner de vacances en famille était un moment privilégié de partage en plus de brunchs succulents...

Sinon mon impatience a mué grâce à Chronos (Saturne dans mon thème)...

A force d'attendre en me languissant ce que d'autres avaient déjà acquis comme naturel à leur cadre de vie, j'ai appris à goûter l'absence comme une présence.

A cela la frustration répétée dès l'enfance a qq chose de bon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lux
Membre
avatar

Date d'inscription : 16/06/2016
Nombre de messages : 588
Masculin
Capricorne Coq
Age : 36
Ville : L'inconnu

MessageSujet: Re: L'impatience   Ven 26 Jan 2018 - 14:22

Impatience Impatience... que dire de ceux qui ceux font attendre Idea

SNCF double attente de prevu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ila
Membre
avatar

Date d'inscription : 17/09/2017
Nombre de messages : 1653
Féminin
Capricorne Cheval
Age : 39
Ville : Nowhere/Now-here

MessageSujet: Re: L'impatience   Ven 26 Jan 2018 - 14:36

@Elea a écrit:
@Ila a écrit:
@Elea a écrit:
On est impatient lorsque notre désir/ notre objectif est en avance sur sa réalisation. Si j'attends c'est que je ne suis pas synchrone avec les évènements autour de moi, et que je dois surement ralentir pour m'aligner à mon rythme naturel.
Ce qui peut donner, à la file d'attente en caisse d'un magasin: "est ce que je n'aurais pas oublié de peser mes tomates?"
"Est ce que j'ai bien fait d'éviter de croiser Micheline?" "Est ce que la petite mamie à côté de moi n'aurait pas besoin que je l'aide à décharger son caddy?".
L'attente ne serait-elle pas là pour nous signifier que nous manquons à quelque chose?

Bon je sais pas si on peut adapter ça à toutes les situations, mais c'est une idée.

Et nous pouvons être impatient sans avoir cette attente. Par exemple, dans une journée lambda, j'ai la fâcheuse habitude d'être trop speed dans mes actes, je me dépêche par impatience d'accéder à l'action suivante. Alors là aussi, je devrais ralentir le rythme pour prendre conscience de chaque étape, aussi simple soit elle, et ne pas faire la course.
Comment peut-on l'interpréter selon toi ?

A moi il m'arrive d'être impatiente d'aller dormir pour pouvoir au plus vite prendre mon petit déjeuner  Laughing.

Sinon, dans le cas de la course en avant, ça peut être un manque de présence au moment présent par anticipation donc par trop d'activité du mental. Etre présent dans l'ici et maintenant c'est aussi se confronter à soi-même et peut-être que le mental veut fuir cette confrontation. Ca peut être autre chose mais je suis pas sur qu'en définir la cause soit la solution pour ralentir. Comme tu disais, prendre conscience de chaque étape, retrouver son rythme naturel, porter de l'attention à la nature de nos gestes, à nos pensées, émotions et sensations qui émergent...

Pareil pour le petit-dèj ^^

En fait je savais que j'étais speed mais je n'avais jamais pris conscience que j'enchaînais les actions dans le but d'être déjà à la prochaine. Du coup, aujourd'hui ça m'a fait ralentir un peu, sans forcer.
C'est vrai que je cherche toujours une cause à tout, c'est trop parfois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
(Con)Science
Membre
avatar

Date d'inscription : 02/11/2015
Nombre de messages : 845
Masculin
Verseau Cheval
Age : 28
Ville : Nantes

MessageSujet: Re: L'impatience   Ven 26 Jan 2018 - 15:02

Comme tu le dis Ila, nous sommes toujours focaliser sur l'action suivante.
Cela rejoins un peu le fait de vivre le "moment présent", quand on porte l'attention uniquement à ce que nous sommes entrain de faire, l'impatience disparait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ila
Membre
avatar

Date d'inscription : 17/09/2017
Nombre de messages : 1653
Féminin
Capricorne Cheval
Age : 39
Ville : Nowhere/Now-here

MessageSujet: Re: L'impatience   Ven 26 Jan 2018 - 15:06

Oui ça je le comprends bien, mais en plus (me concernant) je fais les actions rapidement, alors que je pourrais juste penser à l'après, non en plus j'en rajoute une couche en me dépêchant, j'ai l'impression de manquer de temps alors que j'en ai vu mes journées.
Quand je marche c'est pareil, c'est de façon pressée alors que rien ne presse, je ne prends jamais le temps alors que je l'ai, c'est très contradictoire scratch

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'ermite
Membre


Date d'inscription : 06/04/2016
Nombre de messages : 550
Masculin
Bélier Buffle
Age : 44
Ville : Paris

MessageSujet: Re: L'impatience   Ven 26 Jan 2018 - 15:11

@Ila a écrit:
Oui ça je le comprends bien, mais en plus (me concernant) je fais les actions rapidement, alors que je pourrais juste penser à l'après, non en plus j'en rajoute une couche en me dépêchant, j'ai l'impression de manquer de temps alors que j'en ai vu mes journées.
Quand je marche c'est pareil, c'est de façon pressée alors que rien ne presse, je ne prends jamais le temps alors que je l'ai, c'est très contradictoire  scratch

Si tu introspectes, tu trouveras certainement une énergie qui te pousse à l'action "frénétique". Ce fut mon cas pour le moins.
En prendre conscience est déjà un premier pas.
L'accepter pleinement en sera un deuxième, mais ce pas fut difficile pour moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
porte
Membre
avatar

Date d'inscription : 08/02/2014
Nombre de messages : 4592
Masculin
Lion Serpent
Age : 64
Ville : Pays de Loire

MessageSujet: Re: L'impatience   Ven 26 Jan 2018 - 15:13

@(Con)Science a écrit:
Comme tu le dis Ila, nous sommes toujours focaliser sur l'action suivante.
Cela rejoins un peu le fait de vivre le "moment présent", quand on porte l'attention uniquement à ce que nous sommes entrain de faire, l'impatience disparait.


*Ce que nous sommes en train de faire n'est pas l'instant présent, même en y prêtant attention, ces actes se situent toujours dans le temps. Vérifier pour voir...le mental doit être immobile, il me semble... Rolling Eyes lorsque ceci est devenu naturel, le mental étant un outil devant être à terme maîtrisé et utile en tant que tel, un champ libre s'ouvre à la conscience qui s'élargit alors et le Présent est visible et saisissable,nous saisissant par Lui-même en communion.

Ce n'est plus le "moi" qui agit, il y a interaction avec autre chose... drunken

Il se décline en trois phases.

Fraternellement  :petitcoeur)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ila
Membre
avatar

Date d'inscription : 17/09/2017
Nombre de messages : 1653
Féminin
Capricorne Cheval
Age : 39
Ville : Nowhere/Now-here

MessageSujet: Re: L'impatience   Ven 26 Jan 2018 - 15:19

Ça me paraît fou de ne jamais avoir pensé regarder de ce côté, je me disais juste "je suis speed c'est comme ça" sans creuser + oO
Bon après j'ai une certaine énergie naturelle mais ça ne devrait pas me "nuire", c'est qu'il y a un déséquilibre.
Merci de ton témoignage Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
(Con)Science
Membre
avatar

Date d'inscription : 02/11/2015
Nombre de messages : 845
Masculin
Verseau Cheval
Age : 28
Ville : Nantes

MessageSujet: Re: L'impatience   Ven 26 Jan 2018 - 15:25

Quand tu t'en rends compte, peut être peux tu essayer de focaliser ton attention sur la tâche que tu réalises.

@porte, je comprends bien ce que tu veux dire, c'est pour ça que j'ai mis "un peu".
Bien sur ce n'est pas vivre dans l'instant présent à proprement parler que de focaliser son attention, mais cela peut permettre de se recentrer, et éviter de toujours passer du coq à l'âne.
Et je trouve ça toujours plus gratifiant de réaliser quelque chose "en conscience". Plutôt que faire sa tâche au plus vite et passer vite à une autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'ermite
Membre


Date d'inscription : 06/04/2016
Nombre de messages : 550
Masculin
Bélier Buffle
Age : 44
Ville : Paris

MessageSujet: Re: L'impatience   Ven 26 Jan 2018 - 15:36

@(Con)Science a écrit:
Quand tu t'en rends compte, peut être peux tu essayer de focaliser ton attention sur la tâche que tu réalises.
sur la respiration aussi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lux
Membre
avatar

Date d'inscription : 16/06/2016
Nombre de messages : 588
Masculin
Capricorne Coq
Age : 36
Ville : L'inconnu

MessageSujet: Re: L'impatience   Ven 26 Jan 2018 - 16:04

@Ila a écrit:
Oui ça je le comprends bien, mais en plus (me concernant) je fais les actions rapidement, alors que je pourrais juste penser à l'après, non en plus j'en rajoute une couche en me dépêchant, j'ai l'impression de manquer de temps alors que j'en ai vu mes journées.
Quand je marche c'est pareil, c'est de façon pressée alors que rien ne presse, je ne prends jamais le temps alors que je l'ai, c'est très contradictoire  scratch


C'est ce qui s'appel, vivre à 200 à l'heure
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lux
Membre
avatar

Date d'inscription : 16/06/2016
Nombre de messages : 588
Masculin
Capricorne Coq
Age : 36
Ville : L'inconnu

MessageSujet: Re: L'impatience   Ven 26 Jan 2018 - 16:06

@Ila a écrit:
Ça me paraît fou de ne jamais avoir pensé regarder de ce côté, je me disais juste "je suis speed c'est comme ça" sans creuser + oO
Bon après j'ai une certaine énergie naturelle mais ça ne devrait pas me "nuire", c'est qu'il y a un déséquilibre.
Merci de ton témoignage Smile

T'es équilibrée, arrête de te prendre la tête pour rien
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'impatience   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'impatience
Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de partage sur la spiritualité, l'éveil de l'âme conscience et harmonie :: Forum spiritualité et forum ésotérisme sur le partage de l'éveil :: Psychologie et développement personnel-
Sauter vers:  
Spirit Partage - Forum spiritualité de rencontre Montpellier et autre ville
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit