Forum de partage sur la spiritualité, l'éveil de l'âme conscience et harmonie

Forum de discussion sur la spiritualité pour la rencontre et le partage dans l'éveil spirituel de la conscience, bouddhisme zen, lithothérapie meditation et citation.
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Dieu et la science

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 14 ... 25, 26, 27 ... 31  Suivant
AuteurMessage
vertgandazert
Membre
avatar

Date d'inscription : 27/01/2016
Nombre de messages : 1811
Masculin
Poissons Buffle
Age : 69
Ville : Nantes

MessageSujet: Dieu et la science   Lun 30 Oct 2017 - 8:51

Rappel du premier message :

Le célèbre romancier Dan Brown, vient de publier son dernier roman:
"origines".
Il y déclare entre autres que la science n'a plus besoin de l'hypothèse de Dieu, pour expliquer les origines de l'Univers, ni les nôtres, via celles du vivant.
Il reprend la thèse du dernier livre du grand physicien Stephen Hawking , pour qui la gravité suffit à expliquer, l'origine du big bang.
Personnellement, je suis tenté de voir dans ces écrits une réponse au fondamentalisme religieux .
La science est toujours prise à témoin et surtout en otage, par les dogmes athée ou religieux, c'est dommage.

"Un peu de science éloigne de Dieu, beaucoup en rapproche"
Evidemment si l'on peut répondre cela à Dan  Brown, c'est plus difficile de le faire avec Stephen Hawking.

Et vous qu'en pensez vous?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

AuteurMessage
Ezepeth
Membre
avatar

Date d'inscription : 13/02/2015
Nombre de messages : 738
Masculin
Sagittaire Chien
Age : 23
Ville : La Lune

MessageSujet: Re: Dieu et la science   Jeu 26 Avr 2018 - 1:09

@Pèlerin, le 3e principe de la thermodynamique dit qu'au zéro absolu, l'entropie, autrement dit le désordre, est nul.
On peut en déduire que l'ordre est également l'absence de vie.
La vie se trouve en un juste milieu, entre ordre et désordre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eumolpe
Membre
avatar

Date d'inscription : 02/03/2017
Nombre de messages : 710
Masculin
Gémeaux Coq
Age : 37
Ville : Petite

MessageSujet: Re: Dieu et la science   Jeu 26 Avr 2018 - 2:07

Moui, de plus le Chaos est l'état primordial duquel les dieux eux-mêmes sont tirés. Il est donc le premier générateur de vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezepeth
Membre
avatar

Date d'inscription : 13/02/2015
Nombre de messages : 738
Masculin
Sagittaire Chien
Age : 23
Ville : La Lune

MessageSujet: Re: Dieu et la science   Jeu 26 Avr 2018 - 4:06

Et on peut également remarquer que plus l'entropie d'un milieu augmente , plus l'information concernant ce milieu diminue. Conclusion l'information que l'on peut tirer de l'univers ne peut que diminuer, autrement dit, la somme globale des transformations de la matière dans l'univers la rend de moins en moins prévisible, de moins en moins déterministe. 
Il existe une théorie disant que la matière, selon son degré de subtilité, est soumise à un nombre différent de lois.
La conscience, une matière fine, est soumise à très peu de lois, elle est moins déterministe que le corps, qui est une matière lourde, soumis à de nombreuses lois.
Cette théorie dit que chaque transformation est soit évolutive (la matière gagne en liberté), soit involutive (la matière perd en liberté, redevient soumise à plus de lois qu'auparavant). 
Tout comme en physique, il est dit que lors d'une transformation, la matière, forcément, augmente ou perd en entropie (une transformation sans changement d'entropie n'existe je crois que dans la theorie). Mais la physique dit aussi que l'entropie totale ne fait qu'augmenter. 
Peut on en conclure que tout comme l'entropie, la conscience totale ne fait qu'augmenter, que la matière globale tends vers l'évolution, vers le non déterministe ? Pas sûr que les deux soient liés, mais ça reste intéressant à étudier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dieu et la science   Jeu 26 Avr 2018 - 7:58

@vertgandazert a écrit:
Figaro, non ce n'est pas exactement de même nature, la vitesse de la lumière:"c" est l'une des constantes de la nature, il y en a une vingtaine.
Comme la masse de l'électron, la constante de structure fine, etc...
L'entropie d'un système se calcule par différentes formules dont celle de "Bolzam", ce n'est pas une constante, elle est fonction de la matière du système et d'autres paramètres.
Ce n'est pas elle qui est constante, c'est son sens.

Oui, exactement, l'entropie est une fonction d'état, c'est pourquoi je peine à croire qu'elle soit une loi universelle. C'est certainement une question de lexique ou d'ignorance. Ceci dit, cette fonction d'état est par trop nébuleuse, et ne serait applicable qu'en tenant compte de certains paramètres. Bref, je vais faire confiance aux physiciens et astrophysiciens, dont le labeur passé et présent est incontestable. Entre parenthèses, puisque votre sujet aborde également Dieu, nous pourrions dire que la chair est réversible. Qu'en dites-vous ?
Revenir en haut Aller en bas
vertgandazert
Membre
avatar

Date d'inscription : 27/01/2016
Nombre de messages : 1811
Masculin
Poissons Buffle
Age : 69
Ville : Nantes

MessageSujet: Re: Dieu et la science   Jeu 26 Avr 2018 - 9:58

@Figaro,je pense que l'entropie est bien une loi universelle, elle est décrite par des équations mathématiques précises, mais effectivement les paramètres de ces équations sont changeants.
En théorie ces équations sont réversibles, mais en pratique l'on constate des résultats qui eux ne le sont pas, par exemple:
Les échanges thermiques se font toujours du chaud vers le froid, jamais l'inverse.
Quand vous mélangez du lait avec du café, vous ne pouvez pas revenir à l'état initial.
Je prends ces exemples simples, pour répondre à votre question, à mon avis non la chair n'est pas réversible.
Mais il peut y avoir différents états de chair?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dieu et la science   Jeu 26 Avr 2018 - 10:28

@vertgandazert a écrit:
@Figaro,je pense que l'entropie est bien une loi universelle, elle est décrite par des équations mathématiques précises, mais effectivement les paramètres de ces équations sont changeants.
En théorie ces équations sont réversibles, mais en pratique l'on constate des résultats qui eux ne le sont pas, par exemple:
Les échanges thermiques se font toujours du chaud vers le froid, jamais l'inverse.
Quand vous mélangez du lait avec du café, vous ne pouvez pas revenir à l'état initial.
Je prends ces exemples simples, pour répondre à votre question, à mon avis non la chair n'est pas réversible.
Mais il peut y avoir différents états de chair?

Je fais référence ici au corps, au vôtre, à celui de ma voisine, au mien, etc. Pour le mystique chrétien, il existe bel et bien une réversibilité du corps lorsque ce dernier ressuscite. Je vous épargne les références bibliques. Evidemment, cela ne peut être démontré par des équations.

P.S En fait, cela touche tous les êtres qui croient en Jésus-Christ; nul besoin d'être un mystique.
Revenir en haut Aller en bas
Totem
Membre
avatar

Date d'inscription : 06/03/2013
Nombre de messages : 17454
Féminin
Bélier Chèvre
Age : 63
Ville : la voie lactée

MessageSujet: Re: Dieu et la science   Jeu 26 Avr 2018 - 11:34

Figaro a écrit:
Je fais référence ici au corps, au vôtre, à celui de ma voisine, au mien, etc. Pour le mystique chrétien, il existe bel et bien une réversibilité du corps lorsque ce dernier ressuscite. Je vous épargne les références bibliques. Evidemment, cela ne peut être démontré par des équations. [/color]

P.S En fait, cela touche tous les êtres qui croient en Jésus-Christ; nul besoin d'être un mystique.

Il y a une énergie qui n’est pas la nôtre, qui descend sur nous. Il y a un être éternel et en cette énergie réside la réalité. Le mental qui est libre de toute expérience est comme un vaisseau, il peut recevoir « cela ». Quand l’esprit et le cerveau sont complètement silencieux, sans aucun mouvement (…), alors dans cette immobilité, la totalité de l’esprit ira plus avant dans le voyage pour recevoir ce qui n’est pas mesurable au moyen du temps, ce qui n’a pas de nom, l’éternel, l’immortel.

Khrishnamurti
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cornalin
Membre
avatar

Date d'inscription : 24/05/2017
Nombre de messages : 265
Masculin
Capricorne Cheval
Age : 39
Ville : Montréal

MessageSujet: Re: Dieu et la science   Jeu 26 Avr 2018 - 18:17

[...] Alors, ainsi que vous le découvrirez, l'esprit devient extraordinairement silencieux et immobile, et le cerveau aussi. Je me demande si vous avez jamais observé votre propre cerveau en fonctionnement, si le cerveau a jamais pris conscience de lui-même en action ? Si vous avez été conscient de la sorte, sans choix, négativement, vous avez pu voir que le cerveau bavarde interminablement, qu'il se parle à lui-même ou parle de quelque chose, accumulant le savoir et le mettant en réserve. Il est sans cesse en action : consciemment, aux niveaux supérieurs ; et aussi, en profondeur, dans les rêves, les insinuations, les suggestions d'idées, etc. Il est constamment mouvant, changeant, agissant, jamais immobile. Et il est nécessaire que l'esprit, le cerveau soient complètement, suprêmement silencieux, immobiles, sans contradiction ni conflit. Autrement, il y aura inévitablement projection d'illusions. Mais, quand l'esprit et le cerveau sont complètement silencieux, sans aucun mouvement, toutes formes de vision, d'influence et d'illusion ayant été absolument éliminées, alors, dans cette immobilité, la totalité de l'esprit ira plus avant dans le voyage, pour recevoir ce qui n'est pas mesurable moyen du temps, ce qui n'a pas de nom : l'éternel, l'immortel. [...]

Extrait de la Neuvième Causerie de Krishnamurti le 24 Septembre 1961 à Paris.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vertgandazert
Membre
avatar

Date d'inscription : 27/01/2016
Nombre de messages : 1811
Masculin
Poissons Buffle
Age : 69
Ville : Nantes

MessageSujet: Re: Dieu et la science   Jeu 26 Avr 2018 - 22:20

:jap:
Je crois que ce programme qui anime le corps et lui donne conscience et accès à l'esprit est immortel et hors de notre espace temps .
De nombreuses tradition ésotériques ou religieuses, en parlent depuis l'antiquité et même avant.
Curieusement en cette époque matérialiste, la science admet aujourd'hui la possibilité d'un continuum de la conscience.
Après, je ne sais pas avec quelle enveloppe corporelle ou pas se fait cette continuité?
Certains parlent de corps plus ou moins denses plus ou moins éthérés?
Comme le "périsprit", cher aux spirites?
:jap:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cornalin
Membre
avatar

Date d'inscription : 24/05/2017
Nombre de messages : 265
Masculin
Capricorne Cheval
Age : 39
Ville : Montréal

MessageSujet: Re: Dieu et la science   Ven 27 Avr 2018 - 4:03

@vertgandazert a écrit:
Après, je ne sais pas avec quelle enveloppe corporelle ou pas se fait cette continuité?
Certains parlent de corps plus ou moins denses plus ou moins éthérés?
Comme le "périsprit", cher aux spirites?
:jap:

J’ai seulement lu quelques informations ici et là d’Allan Kardec, mais oui ce qu’il entend par périsprit du peu que j’en sais semble aller en ce sens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azaël
Membre
avatar

Date d'inscription : 01/10/2017
Nombre de messages : 2100
Masculin
Scorpion Rat
Age : 45
Ville : καρδία

MessageSujet: Re: Dieu et la science   Ven 27 Avr 2018 - 5:13

Einstein a démontré l'équivalence entre la matière et l'énergie.
La matière étant un état particulier de l'énergie.
Nous sommes peut-être en train d'identifier un troisième état de l'énergie que l'on nomme "information" et qui préexistait aux deux autres.
Avec là encore une équivalence information-énergie-matière.
Le corps de la résurrection de Jésus n'est je pense pas le même que le corps physique (Jésus refuse qu'on le touche avant s'être monté auprès du Père etc.)
Allan Kardec effectivement suggère que l'état spirituel va vers un corps de plus en plus éthéré.
A la lumière des connaissances actuelles on peut aisément traduire cela par un corps retournant vers "l'information" en passant par l'énergie.
Les esprits se donnent des formes "par habitude" puis, plus ils évoluent, moins cela est nécessaire je crois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azaël
Membre
avatar

Date d'inscription : 01/10/2017
Nombre de messages : 2100
Masculin
Scorpion Rat
Age : 45
Ville : καρδία

MessageSujet: Re: Dieu et la science   Ven 27 Avr 2018 - 9:39

L'idée existait peut-être, et je te remercie de me l'apprendre, mais lui l'a démontré :
e=m.c2

Envoyé depuis l'appli Topic'it
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dieu et la science   Ven 27 Avr 2018 - 11:35

Ce que je trouve remarquable dans le domaine scientifique, c'est le travail communautaire et la transmission des savoirs entre chercheurs. C'est un aspect que l'on retrouve dans l'histoire de la philosophie et dans l'histoire de la littérature. Je pense que ce dernier touche à peu près tous les domaines. L'être humain tisse des ponts. Autrement dit, Einstein ne serait certainement pas Einstein, qui fut effectivement le premier à écrire la célèbre formule ci-dessus, sans le travail de tous ceux qui l'ont précédé.
Revenir en haut Aller en bas
Totem
Membre
avatar

Date d'inscription : 06/03/2013
Nombre de messages : 17454
Féminin
Bélier Chèvre
Age : 63
Ville : la voie lactée

MessageSujet: Re: Dieu et la science   Ven 27 Avr 2018 - 12:46

@Azaël a écrit:

Avec là encore une équivalence information-énergie-matière.
Le corps de la résurrection de Jésus n'est je pense pas le même que le corps physique (Jésus refuse qu'on le touche avant s'être monté auprès du Père etc.)
.

C'est ce qu'on appelle le corps de gloire.....
Nous sommes comme des poupées gigognes. A l'intérieur du corps physique se trouvent d'autres corps plus éthérés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cornalin
Membre
avatar

Date d'inscription : 24/05/2017
Nombre de messages : 265
Masculin
Capricorne Cheval
Age : 39
Ville : Montréal

MessageSujet: Re: Dieu et la science   Ven 27 Avr 2018 - 20:01

Pour ceux qui connaissent peut-être les écrits Bon Po, il semble y avoir pas mal de similitude d’avec le contenu spirite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pèlerin
Membre
avatar

Date d'inscription : 19/02/2013
Nombre de messages : 443
Masculin
Vierge Singe
Age : 61
Ville : Montreal

MessageSujet: Re: Dieu et la science   Sam 28 Avr 2018 - 16:00

@Ezepeth a écrit:
@Pèlerin, le 3e principe de la thermodynamique dit qu'au zéro absolu, l'entropie, autrement dit le désordre, est nul.
On peut en déduire que l'ordre est également l'absence de vie.
La vie se trouve en un juste milieu, entre ordre et désordre.

Tout dépend de ce qu'on entends par ordre et désordre. Dans l'optique de la thermodynamique on pourrait dire que le vide est l'ordre absolu et que par opposition la vie tend vers une entropie maximale, allant du vide à la plénitude, à la chaleur qui chasse le froid, la lumière qui rempli les ténèbres ... Tu as raison de dire que le vie se situe quelquepart entre ordre et désordre. Esprit et matière sont les deux extrêmes d'une même réalité et leur entropies respectives sont inversement proportionnelles, c'est-à-dire que plus l'entropie de l'aspect matière d'un courant de vie est faible et plus l'entropie de son aspect esprit sera élevée. En d'autres termes l'énergie circule librement du haut vers le bas lorsque la matière cesse d'y faire obstruction.

Evidemment le modèle thermodynamique s'intéresse seulement à l'aspect matière de la réalité et ne se préoccupe que de l'énergie propre au plan physique, limitant son champs d'expertise à l'horizontal. Or l'énergie en question circule selon l'axe vertical et peut être considérée, par rapport au plan horizontal qui la reçoit, comme venant de l'extérieur du système. Je crois que ce principe s'applique aussi bien à l'échelle macrososmique que microcosmique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vertgandazert
Membre
avatar

Date d'inscription : 27/01/2016
Nombre de messages : 1811
Masculin
Poissons Buffle
Age : 69
Ville : Nantes

MessageSujet: Re: Dieu et la science   Sam 28 Avr 2018 - 20:05

@pèlerin bonjour,

Oui au départ l'entropie ne s'intéressait qu'à l'aspect matière et énergie, mais avec la mécanique quantique et la physique de l'information, certains se disent depuis Shannon, que l'entropie doit concerner aussi l'information et s'appliquer ainsi à l'échelle microscopique, voici un point dans l'article suivant:
"La bataille entre mécanique quantique et thermodynamique a commencé : à la recherche d’un quatrième principe ?
par Bernard Dugué
mardi 12 février 2013
Un cercle restreint de physiciens est en quête d’unification, pour ne pas dire d’universalité ou à défaut de transversalité. Dans ce milieu où l’imagination est reine, on sent depuis quelques années un frémissement. Les trois grandes théories de la physique sont scrutées, analysées, examinées sous toutes les coutures afin d’y déceler quelques propriétés nouvelles ou bien de les combiner pour faire apparaître des possibilités inédites. Ces trois théories ont été élaborées entre la fin du 19ème siècle et le début du 20ème. Ce sont la thermodynamique, devenue mécanique statistique, la cosmologie relativiste et la mécanique quantique. Pour être complet, il faudrait ajouter l’électromagnétisme et la question du champ radiatif qui émarge en fait sur les trois grands ensembles théoriques. Pour parler vulgairement, ça se fritte entre spécialistes et notamment lors de la confrontation des théories, surtout lorsqu’on met en face la mécanique quantique et la cosmologie. Comme on le sait, un peu de thermodynamique s’est immiscée mais faute de jouer les arbitres, c’est le doute qui a été semé. Du coup, il en reste quelques acquis obtenus avec la thermodynamique des trous noirs, comme la conception holographique suggérée par Leonard Susskind et la question de l’information qui ne se perd pas et qui reste disponible, sans qu’on sache comment y accéder. Les ésotéristes y verront une allusion aux dossiers akashiques mais cela ne fait pas avancer la question. Pour l’instant, la gravité semble perdre son statut de force fondamentale. Alors que des pistes inédites sont proposées par le brillant physicien quantique Vlakto Vedral qui lors d’un entretien avec son homologue Paul Davies confiait qu’il réfléchissait aux questions fondamentales lors de nuits insomniaques (ce qui m’arrive parfois également)
Dans un article de synthèse paru récemment (New Scientist, oct. 2012, p. 30), Vedral fait le point sur la place de la thermodynamique dans le champ théorique de la physique, tout en suggérant quelques pistes développée dans son livre Decoding Reality publié en 2010 (OPU). Il rappelle la naissance de cette discipline pour transformer la chaleur en énergie mécanique et sa fameuse seconde loi énoncée en 1824 par Carnot. L’histoire des sciences sait combien cette notion d’entropie qui s’accroît a suscité des interrogations, débats et interprétations. Progressivement, l’entropie a été associée à la notion d’ordre et de désordre, puis à celle d’information. Clausius pensait déjà à la dispersion de l’énergie. Alors qu’en 1900, Planck propulsa la physique dans une direction qui, si elle avait été appréciée par ses prédécesseurs, aurait été jugé inconcevable. Autant que pourra l’être la future théorie du Tout qu’envisage l’auteur de l’article qui par ailleurs s’en est expliqué lors d’une conversation avec son confrère Paul Davies. Mais avant de conjecturer sur l’univers, il est bon de situer le contexte. Vedral souligne alors un point épistémologique qui semble-t-il n’a pas une grande importance pour les physiciens. Si la mécanique quantique et la cosmologie relativiste ont bouleversé la physique, la seconde loi est restée de marbre. Si bien qu’en 1915, Eddington lançait une boutade aux « nouveaux physiciens » en les avertissant que si leurs avancées théoriques étaient amenées à remettre en cause cette seconde loi, eh bien il ne donnait pas cher de leur avenir, promis aux désillusions et humiliations.
Maintenant, on sait que la seconde loi a « résisté » mais aussi, comme l’expose Vedral, que la thermodynamique est devenue une mécanique statistique avec de profondes connivences avec la théorie de l’information. Mais pour ma part, je préfère rester prudent quant à l’intérêt des travaux de Shannon pour comprendre l’univers et la nature. Si l’intérêt épistémologique est problématique, le rôle heuristique de l’information a été indéniable. Si je comprends bien la pensée de Vedral, l’application pratique de la thermodynamique est triviale mais le développement de cette théorie se place dans l’horizon d’une théorie de l’information et de l’énergie qui d’une part, dépasse les résultats de Shannon et d’autre part, pourrait transcender les deux grands édifices du 20ème siècle, méca Q et cosmologie. La thermodynamique du 20ème siècle pourrait alors servir de guide pour une super théorie universelle de l’information élaborée au 21ème siècle. Mais attention à ne pas prendre l’information pour une notion triviale. Au passage, je rappelle les pistes proposées par Davies qui lui aussi, place l’information au centre d’un dispositif théorique censé expliquer les origines de la vie (voir précédemment).
Vedral paraît assez perspicace lorsqu’il évoque des êtres capables de réduire l’entropie dans l’environnement et donc de lui conférer un certain ordre. Son idée étant que l’information peut devenir une puissance. Qui pour être opérationnelle a dû accumuler beaucoup d’information, qui sait comment les choses étaient et qui sait comment elles peuvent devenir. Dans doute un lien avec la « substance cognitive » et quelques connivences avec mes recherches ainsi que la piste de Davies sur la vie émergeant lorsque l’information se hiérarchise. Je crois que des convergences de pensée se précisent et que quelques scientifiques sont lancés dans le « graal » de l’information dans l’univers. L’avenir dira s’il faut prendre des distances avec la méca Q et la relativité pour une super théorie comme cela est suggéré dans le New Scientist. Une théorie dont le point de départ serait cette formule de gravée à Vienne sur la tombe de Boltzmann et qui selon Vedral serait l’une des plus belles et des plus profondes de toute la science. S = k . log W. Avec le W désignant le nombre de complexion. Cette formule mérite une triple critique. D’abord la constante k qui n’est pas si fondamentale car elle dépend de la température, paramètre contenant un arbitraire puisque son unité, le Kelvin, varie selon qu’on la prenne avec l’échelle Celsius ou Fahrenheit (le zéro étant alors 273 K ou bien 430 K). On comprend alors que calculée avec l’échelle F, k n’a plus la même valeur, mais le produit k. T reste constant. Ensuite, W ne possède pas une signification physique précise, puisque ce paramètre désigne des possibilités de réalisation d’une configuration. Par ailleurs, si W correspond au nombre de complexion des molécules dans un gaz, il faut prendre en compte les vitesses possibles, ce qui donne une entropie infinie dans le cas d’un spectre de vitesse continu. Ces petits détails nous amènent vers une considération épistémologique assez subtile. En fait, le dilemme de l’entropie infinie est levé dès lors que l’on considère, conformément au principe fondamental de la méca Q, que les états des atomes sont quantifiés et donc discontinus. Ce qui suggère que la physique quantique serait plus « fondementale » que la thermodynamique.
Vedral fait remarquer que les probabilités utilisées en physique classique et en mécanique quantique n’ont pas du tout le même statut. Dans le premier cas, la subjectivité est impliquée puisque les probabilités évoluent en fonction de la connaissance du système qui s’accroît si bien qu’elles représentent ce qu’on connaît ou à l’inverse ce qu’on ignore. Quand on lance une pièce de monnaie, la probabilité de un demi représente l’ignorance de l’issue de l’expérience. On peut interpréter la probabilité en statistique comme un nombre indiquant la quantité d’information nécessaire pour décrire le système, cette quantité mesurant alors notre ignorance lorsque l’étude du système est impossible, comme par exemple connaître l’état de chaque molécule de gaz. Mais en mécanique quantique, les probabilités émergent comme une incertitude ontologique inhérente au fonctionnement du monde. Ce qui signifie que les probabilités quantiques sont « objectives », propres à l’objet ; elles ne peuvent être « levées » en gagnant plus d’information. Au contraire, la loi de l’entropie n’a pas de fondements objectifs solides selon Vedral, elle répond à des situations empiriques et marque une relative impuissance du physicien. Mais et c’est là toute l’astuce, la théorie de l’entropie prend une tournure différente dès lors que la mécanique quantique s’invite dans le dispositif théorique. Ainsi, les probabilités sont susceptibles d’acquérir un fondement plus objectif. Ce qu’on peut traduire en disant que la « nouvelle thermodynamique » imaginée par Vedral parle plus du monde réel que du sujet qui essaie de tirer des informations de ce monde. Cette voie semble fascinante et prometteuse pour interpréter les « racines informationnelles » du réel. On n’est pas très loin de la métaphysique. L’information pressentie comme un donné ontologique universel. Et le secret de l’univers, c’est à la fois la question de l’information mais aussi de la manière dont elle circule, autrement dit, l’énergie et finalement, on retrouve l’énigme ontologique à peine dévoilée par Aristote, la forme et la matière. Et au 21ème siècle, la forme et l’énergie qui dans un contexte classique (macroscopique), fait entrer en jeu cette étrange quantité qu’est l’entropie, qui est de même dimension que l’énergie si on la multiplie par T.
A la suite des réflexions proposées par Vedral, on se demandera quelle est la signification d’une super théorie de l’information. Ce qui suppose qu’on sache exactement interpréter ces notions d’entropie, de température, d’information, d’action. En ligne de mire, un éventuel quatrième principe de la thermodynamique. Peut-être faut-il passer de l’autre côté du phénomène, du miroir, pour trouver ce monde d’information dont au final, nous ne percevons qu’une figure projetée sur un écran, bref, la caverne de Platon revisitée. Au final, nous ne connaissons pas les secrets ultimes de l’univers et le défi lancé par Vedral traduit ce déficit de connaissance qu’on trouve dans les trois grandes branches de la physique théorique. C’est donc une affaire très intéressante qu’il faut suivre mais dont l’issue n’est pas garantie car la super thermodynamique risque bien de finir comme la théorie des cordes, c’est-à-dire comme un objet mathématique découplé du réel.
Ou alors de révolutionner la physique car la piste d’un calculateur quantique universel se dessine."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vertgandazert
Membre
avatar

Date d'inscription : 27/01/2016
Nombre de messages : 1811
Masculin
Poissons Buffle
Age : 69
Ville : Nantes

MessageSujet: Re: Dieu et la science   Dim 29 Avr 2018 - 10:47

Je reviens sur la fin de cette communication, pour la commenter:


"Et au 21ème siècle, la forme et l’énergie qui dans un contexte classique (macroscopique), fait entrer en jeu cette étrange quantité qu’est l’entropie, qui est de même dimension que l’énergie si on la multiplie par T.
A la suite des réflexions proposées par Vedral, on se demandera quelle est la signification d’une super théorie de l’information. Ce qui suppose qu’on sache exactement interpréter ces notions d’entropie, de température, d’information, d’action. En ligne de mire, un éventuel quatrième principe de la thermodynamique. Peut-être faut-il passer de l’autre côté du phénomène, du miroir, pour trouver ce monde d’information dont au final, nous ne percevons qu’une figure projetée sur un écran, bref, la caverne de Platon revisitée. Au final, nous ne connaissons pas les secrets ultimes de l’univers et le défi lancé par Vedral traduit ce déficit de connaissance qu’on trouve dans les trois grandes branches de la physique théorique. C’est donc une affaire très intéressante qu’il faut suivre mais dont l’issue n’est pas garantie car la super thermodynamique risque bien de finir comme la théorie des cordes, c’est-à-dire comme un objet mathématique découplé du réel.
Ou alors de révolutionner la physique car la piste d’un calculateur quantique universel se dessine."
Evidemment, les physiciens savent cela, alors la plupart essaient d'actualiser le darwinisme matérialiste, pour le remettre dans ce nouveau contexte, comme expliqué ici:
"https://dailygeekshow.com/physicien-idee-revolutionne-raison-origine-vie-terre-science/
Du point de vue de la physique, il existe une différence essentielle entre les êtres vivants et les amas d’atomes de carbone inanimés. Les premiers ont tendance à beaucoup mieux capturer l’énergie de leur environnement et dissiper cette énergie sous forme de chaleur. Jeremy England, 31 ans, professeur adjoint à l’Institut de technologie du Massachusetts, a dérivé une formule mathématique afin d’expliquer cette capacité. La formule, basée sur des lois de physique établies, indique que quand un groupe d’atomes est entraîné par une source d’énergie externe (comme le soleil ou des carburants chimiques) et entouré par un bain de chaleur (comme l’océan ou l’atmosphère), il se restructure progressivement afin de dissiper de plus en plus d’énergie. Cela pourrait signifier que dans certaines conditions, la matière acquiert inexorablement l’attribut physique associé à la vie."

Oui admettons, mais alors il faut s'interroger sur ces fameuses conditions, non ?
Et justement à mon avis c'est là que l'information entre en action, c'est elle qui porte le programme de la vie et rend la matière vivante.
Peut être que la matière, en particulier l'atome de carbone n'attendait que cela, mais sans nier l'importance de la matière, elle n'est que le récepteur d'un programme, qui se manifeste et s'exprime à travers elle, exactement comme un poste de télé permet de recevoir et de transmettre un film une émission.
M. Jérémy  England, ne fait que constater, la qualité du récepteur matériel, cela ne nous dit rien sur l'origine du programme, c'est juste une tentative d'actualisation du darwinisme, aux dernières découvertes de la physique.
Il y a équivalence entre l'énergie et l'information, les deux peuvent inverser l'enropie d'un système, c'est cela l'important et l'apparition  de la vie en est le plus bel exemple.
La matière se désorganise toujours plus vers la ruine, la vie, tant qu'elle est vivante suit exactement le chemin inverse, parce qu'elle capte de l'énergie et de l'information.
D'oû provient cette information? d'une conscience, forcément et c'est bien cela qui dérange les matérialistes.
pèlerin, je crois que l'énergie se déplace sur les plans horizontaux, l'information et la conscience sont sur des plans verticaux, imaginaires, dirait on en mathématiques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vertgandazert
Membre
avatar

Date d'inscription : 27/01/2016
Nombre de messages : 1811
Masculin
Poissons Buffle
Age : 69
Ville : Nantes

MessageSujet: Re: Dieu et la science   Dim 29 Avr 2018 - 19:05

@Ezepeth a écrit:
Et on peut également remarquer que plus l'entropie d'un milieu augmente , plus l'information concernant ce milieu diminue. Conclusion l'information que l'on peut tirer de l'univers ne peut que diminuer, autrement dit, la somme globale des transformations de la matière dans l'univers la rend de moins en moins prévisible, de moins en moins déterministe. 
Il existe une théorie disant que la matière, selon son degré de subtilité, est soumise à un nombre différent de lois.
La conscience, une matière fine, est soumise à très peu de lois, elle est moins déterministe que le corps, qui est une matière lourde, soumis à de nombreuses lois.
Cette théorie dit que chaque transformation est soit évolutive (la matière gagne en liberté), soit involutive (la matière perd en liberté, redevient soumise à plus de lois qu'auparavant). 
Tout comme en physique, il est dit que lors d'une transformation, la matière, forcément, augmente ou perd en entropie (une transformation sans changement d'entropie n'existe je crois que dans la theorie). Mais la physique dit aussi que l'entropie totale ne fait qu'augmenter. 
Peut on en conclure que tout comme l'entropie, la conscience totale ne fait qu'augmenter, que la matière globale tends vers l'évolution, vers le non déterministe ? Pas sûr que les deux soient liés, mais ça reste intéressant à étudier.

Ezepeth, je salut votre remarque, en vous répondant tardivement, ainsi qu'à pelerin.

Je crois effectivement que la conscience totale de l'Univers ne fait qu'augmenter et que c'est elle qui ainsi compense en correspondant à l'augmentation naturelle de l'entropie.
Voici des infos et des liens qui font état de ce miracle:
"Il y a aussi de plus en plus de jeunes physiciens qui se tournent vers la « physique de l’Information« , qui comprennent désormais l’univers et la vie en termes d’information et non plus de particules matérielles.
D’un côté, depuis le temps que la notion d’Information – et donc de conscience – existe en physique (près d’un siècle !), on pourrait se demander pourquoi elle n’est pas déjà davantage connue du grand public… De l’autre, il faut bien reconnaître que l’être humain a la mauvaise habitude de s’accrocher avec force à ce qu’il connait. Il peine à changer sa façon de voir le monde. Ainsi, le matérialisme et l’ancienne pensée fait encore « sérieux » auprès du plus grand nombre – bien qu’elle ait maintenant des décennies de retard intellectuel et scientifique…
POURQUOI LA CONSCIENCE N’EST-ELLE PAS PLUS CONNUE ?
Les anciens grecs décrivaient déjà la Conscience, en tant que champ d’Information, il y a presque 27 siècles (le « Monde des Idées » de Pythagore, que l’on retrouve dans le mythe de la caverne de Platon). Depuis un siècle, et surtout depuis une quinzaine d’années, les physiciens se tournent à nouveau vers l’Information, en tant que matériau de base du réel.
On ne compte plus les scientifiques de renom, souvent nobelisés, qui expliquent que l’on ne peut désormais plus se passer de l’idée de « conscience » en science.
Quelle que soit la direction dans laquelle pourront se développer nos concepts futurs, l’étude approfondie du monde extérieur conduit à la conclusion que le contenu de la conscience est la réalité ultime.
Eugene Wigner, Prix Nobel de Physique
Il est pourtant plus facile, pour le conférencier, scientifique ou pédagogue lambda, de faire du populisme en flattant l’ignorance et l’immobilisme – le côté grégaire de l’humain.
Une astuce rhétorique facile consiste à répéter ce que son auditeur connait déjà, ceci afin qu’il soit rassuré et qu’il apprécie d’autant le (soi-disant) spécialiste : « le monde est matériel », « notre cerveau nous permet d’être conscient », « la conscience n’est qu’une illusion chimique » ou encore « notre conscience ne peut rien, car nos automatismes inconscients dirigent notre vie »… (et autres affirmations que l’on sait aujourd’hui fausses, voyez tout en bas de l’article).
L’auditeur, satisfait d’entendre le spécialiste affirmer ce qu’il sait déjà (et que tout le monde répète depuis si longtemps), n’a pas besoin de réfléchir davantage et en conclut que ce spécialiste est « vraiment quelqu’un de bien »… puisqu’il pense comme lui !
Avec un peu de mauvaise foi, le soi-disant spécialiste pourrait même omettre ou falsifier des citations ou connaissances existantes afin de décrédibiliser la nouveauté – quitte à renforcer l’immobilisme et l’ignorance. Tant pis : s’il peut ainsi être apprécié et assurer sa place dans la société…
Depuis la nuit des temps, c’est une technique malheureuse très utilisée en politique comme en science, car elle cumule deux bienfaits pour les hommes de pouvoir : garder le public dans l’ignorance (donc garder le pouvoir) et se faire aimer.
Notre instinct grégaire, qui nous attire vers « ce qui est déjà connu » est le premier écueil en formation – et on en prévient nos élèves en Hypnose :
« Si je vous explique ce que vous savez déjà, vous en conclurez que je suis quelqu’un de bien – puisque je dis des choses « vraies »… c’est-à-dire des choses que vous savez déjà… Mais alors, pourquoi vous former ?… Alors, je crains de vous annoncer beaucoup de choses que vous ignorez, qui vous feront douter et que vous aurez envie de vérifier.
C’est pour cela que vous êtes là… Alors, cela vous demandera un effort : ouvrir votre esprit pour accueillir la nouveauté et calmer votre esprit profond, ancestral – celui qui maintient votre système tel quel, jusqu’à présent, et empêche tout changement – car cette part de vous, le cerveau reptilien, le « critique » en vous, se battra pour refuser toute idée nouvelle, comme le système immunitaire rejette une protéine étrangère ! »
C’est à ce prix que l’on apprend. La nouveauté caresse une autre facette de vous-même : votre intelligence supérieure (pas celle qui apprend par coeur, mais celle qui aime comprendre la vie) et votre conscience. Ce qui est le plus élevé en vous et qui vous pousse à avancer…
Bien sûr, notre cerveau archaïque, préhistorique, est encore très puissant – c’est pourquoi les publicitaires et politiciens axent sur lui leurs techniques de communication, afin de déclencher des réflexes peu contrôlables… et il est certain que, pour vous plaire, je devrais plutôt flatter cet instinct en vous, plutôt que le brusquer avec des nouveautés !
Patricia d’Angeli et moi, en formations comme en consultations, avons pourtant plutôt l’habitude de « secouer » les personnes qui souhaitent apprendre et changer de vie à nos côtés.
Patricia le dit bien : « Je ne secoue l’arbre que parce que je sais qu’il a un potentiel, qu’il porte des fruits ! » On ne secoue pas un arbre dont on n’attend ou n’espère rien… Remuer quelqu’un, c’est lui témoigner de l’estime et de la confiance. C’est savoir qu’il a de la valeur et qu’il peut découvrir le moyen de l’exprimer.
Ainsi, la prochaine fois que vous ressentez du plaisir à l’écoute d’un discours rassurant, en politique, comme en science ou même en psychologie (ou en hypnose) : interrogez-vous !
Quelle part de vous ressent ce plaisir ? Est-ce que cela vous rassure ou vous calme ? Est-ce ce qui est stable en vous, ce qui a peur du changement et est heureux de bien rester là, bien accroché à l’ancien ?… Ou, au contraire, ce qui est instable, comme la marche : un déséquilibre perpétuellement rattrapé… Quelque chose qui fait un peu peur, qui peut paraitre compliqué ou difficile, comme tout ce qui est nouveau – mais auquel on peut aussi s’habituer… Car, ce qui n’avance pas finit par disparaître dans le passé et l’oubli. Alors, autant se lancer !
On ne devrait lire que les livres qui nous piquent et nous mordent. Si le livre que nous lisons ne nous réveille pas d’un coup de poing sur le crâne, à quoi bon le lire ?
Franz Kafka
ET LA CONSCIENCE, ALORS ?
Bien des gens confondent encore les termes « conscience » et « conscient » (parfois volontairement). Et il faut dire que peu de choses les encourage à faire la distinction…
Il existe pourtant tellement de documents, de recherches, d’explications et de livres à ce sujet… Mais il est vrai qu’il faut encore « sortir du moule », délaisser l’ancien modèle du monde pour partir à la découverte d’un univers parfois très scientifique – au risque de s’y perdre… mais aussi d’apprendre plein de choses !
Il faut dire que la notion de « conscience » est expliquée par la physique, davantage que par la psychologie… Le philosophe des sciences Karl Popper expliquait que, depuis des siècles, les découvertes de la science « dure » (maths, physique, etc.) mettaient environ 100 ans à passer dans les sciences « douces » (médecine, psychologie, etc.).
Après l’idée d’Inconscient, c’est exactement ce qui se passe aujourd’hui avec la Conscience – et, avec elle, la notion d’Information : elles ont fait leur apparition en science au début du XXème siècle, en physique quantique, et nous commençons tout juste à appliquer ce savoir, au XXIème siècle !
Ayant consacré toute ma vie à la science la plus rationnelle qui soit, l’étude de la matière, je peux vous dire au moins ceci à la suite de mes recherches sur l’atome : la matière comme telle n’existe pas ! Toute matière n’existe qu’en vertu d’une force qui fait vibrer les particules et maintient ce minuscule système solaire de l’atome. Nous pouvons supposer sous cette force l’existence d’un Esprit intelligent et conscient. Cet Esprit est la matrice de toute matière.
Max Planck, père fondateur de la Physique Quantique
La matière n’est essentiellement que du vide, rien de plus ; elle ne possède absolument aucune substance. Ce que l’on peut dire de plus sensé au sujet de toute cette matière sans substance, c’est qu’elle est assez semblable à une pensée ; c’est comme de l’information concentrée
Jeffrey Satinover, physicien
Les physiciens modernes démontrent que les forces qui déterminent notre univers ne tiendraient pas dans le temps sans une structure « non-locale » (hors de l’espace et du temps) comme la Conscience.
Pour avoir une matière qui fonctionne de façon sensée, nous avons besoin d’une coordination qui n’est pas matérielle et qui est insensible à l’espace et au temps
Antoine Suarez, physicien
La cohérence qui caractérise le vivant provient d’un système d’information en-dehors de notre espace-temps, auquel la conscience nous connecte
Philippe Guillemant, physicien
En plus des états de veille, de sommeil et de rêve, il y a la conscience pure. C’est l’état de conscience humain le plus simple, un état de conscience sans limite, silencieux et profondément établi, où l’esprit s’identifie au champ unifié de toutes les lois de la nature et le ressent infiniment.
John Hagelin, physicien quantique
J’explique longuement ce qu’est la conscience (et l’Information) dans mes livres sur l’Hypnose Humaniste. « L’Hypnose Humaniste pour les nuls » (c’est la collection ! n’ayez pas peur !) est le plus simple à comprendre à ce sujet, puis crescendo celui des éditions Trédaniel, et enfin le « gros » livre blanc des éditions IFHE… Vous y trouverez quantité de citations et d’expériences scientifiques.
Mon cerveau est juste un récepteur. Il existe dans l’univers un coeur duquel nous obtenons connaissance, force, inspiration. Je n’ai pas pénétré les secrets de ce coeur, mais je sais qu’il existe.
Nikola Tesla
Un article sur la Conscience (à lire et à écouter) est aussi disponible sur internet, bien qu’il soit plus ancien.
Je ne vais donc pas répéter ici ce qui a déjà été écrit, mais vous donner divers liens pour débuter votre exploration. Vous allez comprendre que « la conscience » ou « votre conscience » est ce que vous appelez « Vous » – mais que cela n’a rien à voir avec le fait d’être conscient (les yeux ouverts, avec vos pensées et vos ressentis).
Votre conscience est constituée d’informations. C’est ainsi à la fois un champ qui structure et donne forme à toutes choses… et donc à vous-même… Et c’est également ce qui vous « donne conscience », par définition : ce qui vous permet d’être conscient.
La Conscience est un champ et ce champ ne correspond à aucun des champs physiques connus, comme l’électromagnétisme, la gravitation, etc. Il n’est pas descriptible en terme d’aucun évènement physique observable.
Benjamin Libet, neurophysicien
Lorsque vous dites : « JE vois » ou « JE ressens » ou même « JE ne ressens plus rien » ou « JE ai perdu conscience » ou « JE me suis évanoui », la Conscience est le « JE » dont vous parlez. C’est « Vous », tout simplement.
Le caractère non-physique de la prise de conscience subjective – qui comprend les sentiments de spiritualité, de créativité, de volonté consciente et d’imagination – n’est pas directement descriptible ou explicable par la seule preuve physique. Les phénomènes mentaux de la conscience ne sont ni explicables, ni réductibles aux connaissances que nous pouvons avoir en matière d’activités des cellules nerveuses. Vous pourriez vous immerger dans un cerveau (…) vous n’y observeriez pas le plus petit phénomène mental caractérisant la conscience subjective. Seul le témoignage d’un individu vivant et éprouvant ce phénomène aurait la faculté de vous éclairer en la matière.
Benjamin Libet, neurophysicien
Milton Erickson lui-même, bien qu’il n’ait eu aucune idée de ce qu’est la Conscience (ce n’était ni dans ses préoccupations, ni dans ses compétences), avait remarqué que « Il est différent d’être simplement conscient, au sens habituel, et conscient d’être inconscient » (lorsque la personne est en état d’hypnose et qu’elle s’en rend compte : son esprit conscient est bien « ailleurs », mais il reste une part d’elle qui veille).
Les anciens hypnotiseurs appelaient ainsi « Ego Observer » (observateur de soi-même ou observateur caché) cette mystérieuse facette protectrice de nous-même.
Par exemple, c’est la même part de nous qui sait que vous rêvez : sans elle, vous ne sauriez pas ce que signifie « rêver » ou « un rêve » !… Pourtant, les scanners montrent bien que, pendant le sommeil, votre « conscient » (fonction de perception) est désactivé, comme en hypnose d’ailleurs… Donc : qu’est-ce qui est toujours conscient à ce moment-là ?
Réponse simple et intuitive : « Vous » ! Et c’est vrai !
Sauf que c’est un « Vous » bien plus vaste que vous ne l’imaginez… qui vous structure, qui coordonne vos fonctions biologiques, vos processus inconscients (et peut même les modifier ou les stopper), toutes vos pensées comme vos émotions. Tout !
La Conscience est ainsi la strate de vous-même la plus importante, et de très loin. Si vous deviez réaliser un travail de changement sur vous-même, la Conscience serait le plus haut niveau fondateur ou directeur de vous-même.
En 2009, le neurophysicien Yann Cojan et l’équipe du prof. Patrick Vuillemier, de l’Université de Médecine de Genève, ont étudié la paralysie hypnotique. Au cours d’une séance d’hypnose, l’activité cérébrale du sujet était enregistrée par IRMf. Ils ont montré que, malgré la suggestion de paralysie, les intentions motrices – mais pas l’exécution – étaient préservées. Ainsi, l’hypnose n’agit pas en inhibant la préparation du mouvement, mais son exécution. C’est ce que les neurophysiciens décrivent en expliquant que « la Conscience a un droit de véto » (Libet, 1981) : elle peut laisser agir notre « automate intérieur » (notre Inconscient) ou le bloquer si besoin.
On voit qu’en hypnose, la Conscience qui dirige (ou bloque) l’Inconscient est celle de l’hypnothérapeute. Mais lorsque nous sommes seul et que nous retenons, par exemple, notre envie de croquer un second morceau de chocolat (ou autre gourmandise !)… c’est bien notre Conscience personnelle qui retient une impulsion inconsciente, liée ici à notre cerveau reptilien.
Comme on sait également que notre petit esprit conscient n’arrive qu’avec un décalage de 0,5s. après l’impulsion cérébrale, inconsciente, nous ne pouvons retenir consciemment une impulsion inconsciente. Mais grâce à notre Conscience, nous ne sommes pas des robots, car celle-ci est bien au-delà de l’Inconscient lui-même. C’est ainsi la seule a pouvoir le diriger, le soigner ou le réharmoniser.
Notez qu’il est difficile de trouver ailleurs que dans les livres de Benjamin Libet lui-même le récit complet des expériences qui montrent le décalage de 0,5s de notre cerveau (admis par tous) et la présence « invisible » de la Conscience, seule capable de stopper cette impulsion. Ce fait mesurable est « oublié » dans la plupart des articles sur internet, cela même sur de prestigieux sites scientifiques, que cette donnée n’arrange apparemment pas… Par contre, la place est faite aux détracteurs matérialistes et l’expérience de Libet est parfois même citée à l’envers, tronquée, pour prouver l’inexistence de notre libre-arbitre ! Le pauvre Libet doit se retourner dans sa tombe… La science ne serait-elle objective que lorsqu’elle le veut bien ?
En Hypnose dissociante (classique ou éricksonienne), c’est à l’hypnothérapeute d’agir sur l’Inconscient, le bloc psychique automatique du patient… Tout un langage et toute une technicité ont été développés pour cela, afin d’intervenir sans risque – mais cela reste un travail en aveugle (puisque inconscient).
En Hypnose Humaniste, l’hypnothérapeute aide la personne à « gagner en conscience », c’est-à-dire à faire correspondre son « petit esprit conscient » (celui qui n’arrive que trop tard, après l’impulsion inconsciente) avec sa plus grande Conscience (celle qui peut piloter l’Inconscient). La personne ainsi placée à la source d’elle-même, dans son « vraiment elle » prend alors conscience (littéralement !) de ce qui coince et peut alors, avec l’aide et les conseils techniques du thérapeute, faire ce qui lui semble bon pour aller mieux.
POUR ALLER PLUS LOIN !
Selon votre intérêt, vous voudrez peut-être seulement apprendre à utiliser votre Conscience, sans vous préoccuper du « pourquoi et comment ». C’est ce que font beaucoup d’hypnothérapeutes, spécialisés en Hypnose Humaniste (la forme d’Hypnose qui travaille avec la Conscience) et leurs patients. Il n’est pas obligatoire de savoir comment la voiture fonctionne pour la faire rouler et voyager avec !
La Conscience, en tant que champ, vous permet d’accéder à des ressources bien au-delà des limites de votre Inconscient – ce qui facilite d’autant la thérapie ou le coaching (habituellement fait à travers les filtres distordants de l’Inconscient et, en plus, par un thérapeute extérieur).
Les êtres vivants savent puiser des informations directement dans le vide quantique, un champ d’information incommensurablement plus vaste que notre réalité. Ils sont même les créateurs de leur propre réalité depuis ce champ de potentiels.
Philippe Guillemant, physicien
Votre Conscience vous aide également à vous reconnecter à vous-même, aux autres et à la nature qui nous entoure. La vie ! Rien qu’en cela, son aide est précieuse. Cela vous (re)donne votre place de créateur de votre réalité… de votre existence.
Il n’y a pas d’univers extérieur qui soit indépendant de ce qui se passe en vous
Fred Alan Wolf, physicien
Maintenant, si vous êtes plutôt curieux, voici quelques liens complémentaires à ce que vous pourrez trouver dans mes livres.
A propos de l’Information en physique : www.larecherche.fr
L’équipe de recherche en physique de l’information quantique (EPIQ) de l’Université de Sherbrooke
Un échange de messages, sur un forum scientifique (Futura Sciences)…
Voici une vidéo du physicien de l’Information français, Philippe Guillemant, très intéressante (nous avons peu de spécialistes français, profitez-en !) :

Si vous êtes courageux, voici un texte plus technique…
Une conférence du physicien Antoine Suarez (et sa présentation)…
La théorie de l’onde-pilote, qui redonne sa place à la fonction Psi (le champ qui correspond à la Conscience)… Merci David Bohm !
Voici une vidéo qui présente l’utilisation de notre conscience élargie, comme on le fait en Hypnose Humaniste. Olivier Chambon étant, d’ailleurs, un grand fan de cette pratique :

Moins facile à suivre, une rapide présentation du physicien Antoine Suarez, en français :

Et, si vous voulez aller encore plus loin, voici deux sites d’information (c’est le cas de le dire !) en anglais :
www.informationphilosopher.com
www.quantumphil.org

Un être humain est une partie du tout que nous appelons « Univers »… une partie limitée dans le temps et dans l’espace. Il fait l’expérience de lui-même, de ses pensées et de ses sentiments comme séparés du reste – une sorte d’illusion de sa conscience. Cette illusion est comme une prison pour nous, nous limitant à nos désirs personnels et à n’avoir de l’affection que pour les quelques personnes qui nous sont les plus proches. Nôtre tâche doit être de nous libérer de cette prison en élargissant notre cercle de compassion afin d’embrasser toutes les créatures vivantes, la totalité de la nature et sa beauté
Albert Einstein
Le visible émerge de l’invisible, la matière de la conscience
et le temps est tissé d’éternité
Antoine Suarez, physicien
-oOo-
* Réponses : « Le monde est matériel » : et non, car tout ce qui est solide, liquide ou gazeux ne représente que 0,4% de l’univers complet (ou 5% si on compte les matériaux indétectables par nos sens) – « Notre cerveau nous permet d’être conscient » : également faux, car aucune conscience n’a pu être située dans le cerveau. On pense aujourd’hui qu’il s’agit d’un champ extérieur qui nous interpénètre : la Conscience – « La conscience n’est qu’une illusion chimique » : encore faux, car on peut mesurer son impact sur une expérience physique (voyez dans les liens ci-dessus) – « Notre conscience ne peut rien, car nos automatismes inconscients dirigent notre vie » : toujours faux, il s’agit d’une confusion avec « le conscient » (au masculin), notre fonction de perception, qui n’a rien à voir avec notre conscience, tout comme une caméra, un micro et un écran tactile ne sont pas ce qui perçoit le monde, mais les instruments qui permettent à quelqu’un (vous, la Conscience) de percevoir le monde…

Source: http://olivier-lockert.com/2015/07/08/notre-conscience-cle-majeure-de-notre-vie/
Ce contenu a été publié dans Humaniste, Hypnose, Psycho, Sciences, Video par Olivier Lockert, et marqué avec conscience, conscient.
10 réflexions au sujet de « Notre Conscience… Clé majeure de notre vie ! »

C'est long excusez moi, mais c'est important :jap:

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eumolpe
Membre
avatar

Date d'inscription : 02/03/2017
Nombre de messages : 710
Masculin
Gémeaux Coq
Age : 37
Ville : Petite

MessageSujet: Re: Dieu et la science   Dim 29 Avr 2018 - 19:48

Versgrandésert a écrit:
Les anciens grecs décrivaient déjà la Conscience, en tant que champ d’Information, il y a presque 27 siècles (le « Monde des Idées » de Pythagore, que l’on retrouve dans le mythe de la caverne de Platon).
Le monde des idées n'est pas la conscience. La conscience n'a jamais existé pour les grecs anciens, c'est une notion qui doit avoir trois siècles d'existence à tout casser.
Vous êtes vraiment le génie de la désinformation, on sait que ça sert votre petit prosélytisme visant à nous faire croire que le matérialisme (dont vous ne connaissez visiblement rien non plus) est en retard, dépassé ou pas gentil, mais bon on s'aperçoit vite que c'est vous qui n'êtes pas trop à jour, hormis sur les oeuvres de fiction biensûr. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Totem
Membre
avatar

Date d'inscription : 06/03/2013
Nombre de messages : 17454
Féminin
Bélier Chèvre
Age : 63
Ville : la voie lactée

MessageSujet: Re: Dieu et la science   Dim 29 Avr 2018 - 21:52

@Eumolpe a écrit:

Le monde des idées n'est pas la conscience. La conscience n'a jamais existé pour les grecs anciens, c'est une notion qui doit avoir trois siècles d'existence à tout casser.

Tu peux nous dire ce que les Anciens Grecs mettaient à la place de la conscience.?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vertgandazert
Membre
avatar

Date d'inscription : 27/01/2016
Nombre de messages : 1811
Masculin
Poissons Buffle
Age : 69
Ville : Nantes

MessageSujet: Re: Dieu et la science   Lun 30 Avr 2018 - 9:59

@Totem,la philosophie grecque est suffisamment riche et complexe pour lui faire dire ce qui arrange chacun.
Mais en l'occurrence, il me semble évident que ce qui anime "le pseudo intellectuel "Eumolpe",c'est la contradiction, pour la contradiction afin de se rassurer et de flatter son égo.
Vu la faiblesse de ses arguments il se sent obligé de sous entendre l'insulte à mon égard.
Pauvre petit, je ne peux que vous plaindre et vous redire d'aller jouer ailleurs.
J'ai bien conscience, que ce que je dis ne peut que vous déplaire, excusez moi, mais ce ne sont pas vos remarques puériles qui peuvent me faire changer d'avis, bien au contraire.
Ce forum mérite mieux que des querelles d'égo aussi ridicules qu'infantiles.
Il est assez vaste et riche, pour que chacun y trouve ce qui l'intéresse, c'est ce que je vous souhaite,  :bisous) bonne journée :BJR004:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dieu et la science   Lun 30 Avr 2018 - 11:04

Vertgandazert,

Je vais vous donner une information sur la philosophie antique, libre à vous de l'accepter ou non. Vous ne pouvez pas philosophiquement parlant tisser ce lien entre les Idées et le champ d'information, ou ce que vous nommez Conscience. Il ne s'agit pas ici de prendre parti pour l'un ou pour l'autre, mais comme l'a souligné Eumolpe, l'Idée n'est point la Conscience. Je vous invite à lire la philosophie platonicienne.
Revenir en haut Aller en bas
vertgandazert
Membre
avatar

Date d'inscription : 27/01/2016
Nombre de messages : 1811
Masculin
Poissons Buffle
Age : 69
Ville : Nantes

MessageSujet: Re: Dieu et la science   Lun 30 Avr 2018 - 12:32

@Figaro,je me suis contenté de reprendre une série de citations et d'interrogations de scientifiques actuels à propos de la conscience, dont effectivement celle ci:

"POURQUOI LA CONSCIENCE N’EST-ELLE PAS PLUS CONNUE ?
Les anciens grecs décrivaient déjà la Conscience, en tant que champ d’Information, il y a presque 27 siècles (le « Monde des Idées » de Pythagore, que l’on retrouve dans le mythe de la caverne de Platon). Depuis un siècle, et surtout depuis une quinzaine d’années, les physiciens se tournent à nouveau vers l’Information, en tant que matériau de base du réel.On ne compte plus les scientifiques de renom, souvent nobelisés, qui expliquent que l’on ne peut désormais plus se passer de l’idée de « conscience » en science.Quelle que soit la direction dans laquelle pourront se développer nos concepts futurs, l’étude approfondie du monde extérieur conduit à la conclusion que le contenu de la conscience est la réalité ultime."
Eugene Wigner, Prix Nobel de Physique

Si ce physicien prix Nobel se croit autorisé à écrire ceci, vous pensez bien que je ne suis pas qualifié pour en débattre.
Mais focaliser sur cette citation, c'est un moyen mesquin de polluer le débat en le détournant sur l'interprétation d'un détail, c'est la méthode habituelle des cuistres et autres sophistes.
Cela ne m'intéresse pas.
L'important c'est bien la Conscience comme élément fondamental de l'univers.
Et croyez moi cela change tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dieu et la science   Lun 30 Avr 2018 - 12:47

Eh bien, ce physicien devrait se contenter d'exercer dans son domaine. Je vous le répète, pour les Grecs, et plus particulièrement pour Platon, l'Idée n'est pas la Conscience. On peut être prix Nobel et se tromper.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dieu et la science   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dieu et la science
Revenir en haut 
Page 26 sur 31Aller à la page : Précédent  1 ... 14 ... 25, 26, 27 ... 31  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de partage sur la spiritualité, l'éveil de l'âme conscience et harmonie :: Spiritualité et science - Physique quantique-
Sauter vers:  
Spirit Partage - Forum spiritualité de rencontre Montpellier et autre ville
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit