Forum de partage sur la spiritualité, l'éveil de l'âme conscience et harmonie

Forum de discussion sur la spiritualité pour la rencontre et le partage dans l'éveil spirituel de la conscience, bouddhisme zen, lithothérapie meditation et citation.
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Jusqu’où nos changements sont-ils durables et profonds ? .....

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aloah
ModérateurChatBox
avatar

Date d'inscription : 01/11/2014
Nombre de messages : 4258
Féminin
Bélier Chat
Age : 78
Ville : De passage sur Terre

MessageSujet: Jusqu’où nos changements sont-ils durables et profonds ? .....   Dim 6 Aoû 2017 - 12:22

Jusqu’où nos changements sont-ils durables et profonds ?

Tout dépend de ce que vous appelez changement.
Adaptation de comportement ou saut à un niveau de conscience différent ?

Denis Marquet, qui a fondé l’un des premiers cabinets de consultation philosophique, nous répond.

Nouvelles Clés: Le monde actuel nous presse de changer, et même de muter. Comment s’articu­lent, selon vous, nos petits changements progressifs et nos mutations globales ?

Denis Marquet : Il s’agit d’abord de savoir si l’on parle d’une modification de com­portement ou d’un changement plus profond. Je dirais que la première relève de la psycho­thérapie et le second de la spiritualité. Ils ont un point commun négatif : tous les deux travaillent sur la person­nalité.

Or, la personnalité, le moi, est un système de défense qui s’est construit pour nous protéger contre quelque chose que nous n’avons pas envie de rencontrer à l’intérieur de nous-même, notre « ombre », constituée de nos souffrances d’origine.

« Vouloir changer sa per­sonnalité » est donc a priori toujours un leurre : la volonté fait en effet partie du moi, dont le but est justement de nous empêcher de descendre en profondeur, à l’endroit même où pourrait se jouer une réelle transformation.

Le problème des changements brusques, quand ils ont lieu, c’est qu’ils vous mettent en prise directe avec votre inconscient, votre refoulé, les expériences pénibles, qui peuvent remonter à des niveaux très archaïques, ce qui a souvent l’effet inverse de celui recherché : ça consolide votre système de défense — ou bien ça donne de dange­reuses décompensations. Alors qu’en changeant « à petits pas », vous allez beaucoup moins effrayer votre moi et éventuellement, réussir à modifier vos compor­tements.

Cela dit, votre personnalité de base, elle, demeurera la même. Maintenant, s’il est question d’éveil au sens spirituel, pour accéder à un niveau supérieur de conscience, la problématique se complexifie, parce qu’a­lors il n’est plus ques­tion de modifier votre moi, mais de le faire disparaître, ce qu’il n’accepte évidemment pas ! Cela vous apporterait pourtant beaucoup de compassion et de joie, mais votre système de défense serait anéanti et ce dernier ne peut accepter de se saborder lui-même. Entre un moi très marqué et un moi dissout, il y a tous les degrés d’éveil.

Vous dites qu’un être éveillé est sans défense ?
Toute l’histoire de la spiritualité le dit : un être réalisé est sans carapace, sans système de protection du moi, puis­qu’il n’a plus de moi. Cela ne veut pas dire qu’il soit sans force et ce qu’il dégage suffit souvent à décourager les attaques. De toute façon, ce que nous craignons de l’extérieur correspond surtout à ce que nous craignons à l’intérieur.

Ce sont ces vulnérabilités qu’il s’agit de travailler — à petites doses, pour modifier le moi, en psychothérapie ; à hautes doses pour le faire disparaître, dans la recherche spirituelle. Mais le moi est rusé. Il prétend vouloir changer, pour ne surtout pas avoir à le faire. Et plus il a une mauvaise image de lui-même, plus il est cadenassé. Une personne mal dans sa peau se trouve donc très coincée. C’est pourquoi, en tant que thérapeute, je suggère que la première chose, pour pouvoir changer, est de s’accepter tel qu’on est, c’est- à-dire paradoxalement d’arrêter de vouloir changer et d’abandonner toutes les bonnes résolutions que l’on se trimballe sans les réaliser.

Est-ce pour cela que beaucoup de grands chan­gements passent en réalité par une crise non voulue, maladie, divorce, faillite, deuil …
Voilà. Que se passe-t-il dans une grande crise ? Vous y rencontrez brutalement ce que, jusque-là, vous avez inconsciemment toujours tout fait pour éviter. Du coup, votre système de défense devient inutile et disparaît de lui-même. C’est pour faire un travail de fond, la tâche du psychothérapeute consiste souvent à vous amener à vivre, dans votre intériorité, aussi en douceur que possi­ble, exactement le même type d’expérience que celle que vous ferait vivre une crise.

Il n’y a pas d’autre solution pour obtenir un vrai changement.
Partant de là, je dirais :

1°) la voie des « petits pas » marche à tous les coups

2°) de temps en temps, vous pouvez aller un peu plus vite, grâce à un accompagnement

3°) mais aucun changement profond ne se produira sans une rencontre avec la souf­france dont votre personnalité a justement pour but de vous protéger — ce dont les magazines grand public n’aiment pas beaucoup parler : c’est trop pénible à entendre.

Quel exemple donneriez-vous d’un changement impossible parce que remettant en cause le moi ?
Prenez simplement nos comportements alimentaires, qu’on nous demande tant de changer aujourd’hui. Les modifier sera facile pour une personne chez qui ils se sont cristallisés sans raison profonde, mais impossible, ou très difficile, pour quelqu’un qui joue sa vie dans son rapport à la nourriture, parce qu’il a été traumatisé à ce niveau, par rapport à sa mère, après sa naissance, dans sa petite enfante, etc. Pour une telle personne, toute remise en cause de sa façon de se nourrir, fût-elle diététiquement convaincante, le confronterait à de la terreur.

Je crois donc que, derrière l’opposition un peu dog­matique « petits pas ou grand saut », le fond du problème est que, pour le même comportement, certains ont besoin d’un travail de fond et d’autres non. Ainsi, les TCC (thérapies cognitivo-comportementales), si fières à juste titre de leur rapidité, ou certaines hypnothérapies qui obtiennent des changements en une seule séance, ne marchent que si les comportements qu’elles veulent modifier ne s’enracinent pas dans une défense vitale du moi. Sinon, on ne fait au mieux que déplacer le symptôme. Dans les cas lourds, il faut donc se livrer à un travail plus profond et plus long, psychanalytique ou pas.

Si notre personnalité est un masque qui nous a permis, après la naissance, de supporter la souffrance de la séparation originelle, retirer ce masque revient à raviver une insupportable déchirure …
Apparemment, oui. Mais en entrant dans cette souffrance, nous nous offrons une chance de nous apercevoir qu’il ne s’agit pas d’une souffrance, mais du cœur même de notre être.

Comment faisons-nous pour prendre notre réalité même pour une blessure ?
C’est un grand mystère. Mais c’est aussi une question de gestion.

Dans la dépres­sion, vous êtes menacé par la totalité de la souffrance ori­ginaire, c’est-à-dire par une vacuité terrible. Précipité dedans sans préparation, vous pouvez être englouti. Mais si vous tombez dans le même vide avec quelques outils, vous pouvez vivre l’expérience du plus grand éveil possible. Le vide terrifiant se révèlera comme votre vraie nature : une ouverture de désir et de disponibilité à tout.

Autrement dit, notre personnalité est un masque, mais elle donne des pistes …
Elle est traversée par la vérité de l’être, qui n’est pas une identité, mais une spontanéité désirante. C’est ce que, dans les Dialogues avec l’ange, on appelle la « tâche » : cette dynamique qui vous permet d’aller vers ce pour quoi vous existez. Votre passion. Ce qui passionne quelqu’un peut être traversé de dimensions pulsion­nelles qui l’alourdissent, travestissant la fécondité du désir en façon infantile de combler des manques.

Mais cela reflète quand même bien le désir essen­tiel qui fonde cette per­sonne. Certes, il existe des gens que leur person­nalité a complètement écartés de la vérité même de leur être. Mais la plupart des personnalités restent en résonance avec l’être profond.

Et donc, oui, elles donnent des pistes. Avec ce résultat étonnant en cas d’éveil : après une traversée du vide (crise, dépression, ascèse, discipline de vie), on peut fort bien revenir vers les mêmes passions qu’auparavant, mais de façon métamorphosée : non plus pour combler un manque de façon pulsionnelle, mais dans la plénitude d’une fécondité créative assumée.

Comment intégrer dans cette fresque les récits de satoris résolument inattendus ?
Les chrétiens parlent de la grâce …

Nous n’avons parlé que des obstacles à la grâce et des façons possibles de les écarter. On ne peut parler que de ça. La suite, l’éveil, la grâce, le satori, en soi, est chaque fois une expérience singulière, de l’ordre de l’unique, dont on ne peut rien dire, par définition. On ne peut donc parler que la face négative de l’éveil, pas de sa face positive. L’intéressant, c’est de se demander quelle cause a disparu, qui m’empêchait d’accéder à tout cela.

Denis Marquet (extrait du numéro 64 de la revue “Nouvelles Clés”)
http://chronophonix.blogspot.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Jusqu’où nos changements sont-ils durables et profonds ? .....   Mar 8 Aoû 2017 - 3:12

Il faudrait avertir ce type qu'un Être humain est composé d'essence, également; cela pourrait éveiller chez lui un début de compréhension de l'être. Ce qui n'est pas le cas, loin s'en faut.

Hélas..!


Fol


Ps: Désolé Aloah, je déteste critiquer un texte que tu nous soumets; mais là, c'est trop..!

FlF
Revenir en haut Aller en bas
Aloah
ModérateurChatBox
avatar

Date d'inscription : 01/11/2014
Nombre de messages : 4258
Féminin
Bélier Chat
Age : 78
Ville : De passage sur Terre

MessageSujet: Re: Jusqu’où nos changements sont-ils durables et profonds ? .....   Mar 8 Aoû 2017 - 10:59

Citation :
Comment intégrer dans cette fresque les récits de satoris résolument inattendus ?
Les chrétiens parlent de la grâce …

Nous n’avons parlé que des obstacles à la grâce et des façons possibles de les écarter. On ne peut parler que de ça. La suite, l’éveil, la grâce, le satori, en soi, est chaque fois une expérience singulière, de l’ordre de l’unique, dont on ne peut rien dire, par définition. On ne peut donc parler que la face négative de l’éveil, pas de sa face positive. L’intéressant, c’est de se demander quelle cause a disparu, qui m’empêchait d’accéder à tout cela.
Fol : Il me semble que là ... il y a ce que tu suggères ... sunny ::800770
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
la girouette
Membre


Date d'inscription : 28/07/2017
Nombre de messages : 412
Masculin
Taureau Cheval
Age : 39
Ville : Où je veux....

MessageSujet: Re: Jusqu’où nos changements sont-ils durables et profonds ? .....   Mer 9 Aoû 2017 - 11:27

Texte intéressant sur le point de la souffrance. je voulais justement ouvrir un topic sur ce sujet: quelle est votre attitude par rapport à la "souffrance"?
Souffrance qu'on évite, mais qui, sur certaines voies, ont une importance capitale.
C'est un peu le "dragon" qui protège l’entrée de la caverne. Et qu'il faut un jour ou l'autre prendre à bras le corps si on veut avancer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur X
Membre
avatar

Date d'inscription : 16/06/2010
Nombre de messages : 10279
Masculin
Capricorne Singe
Age : 48
Ville : système solaire

MessageSujet: Re: Jusqu’où nos changements sont-ils durables et profonds ? .....   Mer 9 Aoû 2017 - 13:36

Denis Marquet a écrit:
Or, la personnalité, le moi, est un système de défense qui s’est construit pour nous protéger contre quelque chose que nous n’avons pas envie de rencontrer à l’intérieur de nous-même, notre « ombre », constituée de nos souffrances d’origine.

Hum , ce texte est intéressant , mais il y a une mauvaise compréhension , ou plutôt une habitude dans la psychologie spirituelle , d'opposer la personnalité à l'essence , à l'être , et faire de cette personnalité une protubérance expliquée par des causes néfastes , on à du mal à comprendre que la personnalité est quelque choses de naturel dans le développement des l'être humain , elle croit aux même titre que la corps , et aucune des interactions de l'être que nous sommes avec ses différentes fonctions comme le mental , la psychomotricité , et les émotions , ne lui serait possible , la personnalité n'est pas là pour
" nous protéger contre quelque chose que nous n'avons pas envie de rentrer à l'intérieur de nous " , elle est édifiée par cet " intérieur " car c'est son seul moyen d'interagir avec le monde et lui-même .

Pour en revenir au sujet , la personnalité est quelque chose d'acquit , des programmes d'empreint que nous imitons nécessaires à l'interaction avec nos fonctions , elle évolue , s'étoffe , s'affine , se modifie et change , c'est juste un système d'exploitation , et il est vrai que toutes les fameuses techniques spirituelles d'évolution ne font que jouer sur ce créneaux , l'essence , l'être lui-même n'est pas facile à atteindre directement , il à sa propre évolution souvent arrêtée par facilité et paresse et surtout parce que nous sommes très tôt identifiés à notre personnalité et que nous préférons interagir avec ce monde que d'évoluer intérieurement , comme je l'ais déjà écrit pour la plupart des êtres et surement nous même , l'essence s'est arrêté de grandir entre 4 et 10 ans , mais possèdent une personnalité sophistiquée qui permet l'interaction et l'existence fonctionnelle que nous connaissons .

L'évolution intérieure serait de reprendre en main l'évolution de cet être infantile en l'aidant à se désidentifier de sa personnalité qu'il prend pour lui-même , cela passe par la conscience de soi , l'approche de cette conscience qu'il possède , c'est une question complexe que nous pouvons qu'approcher en théorie , les vraies écoles qui pourraient nous guider dans ce sens sont très rares et les être évolués qui pourraient vraiment nous aider le sont encore plus , love .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
la girouette
Membre


Date d'inscription : 28/07/2017
Nombre de messages : 412
Masculin
Taureau Cheval
Age : 39
Ville : Où je veux....

MessageSujet: Re: Jusqu’où nos changements sont-ils durables et profonds ? .....   Mer 9 Aoû 2017 - 16:17

Il y a tout de même une opposition s'il y a identification comme tu dis à la personnalité, qui vient du mot "masque" en latin (personae) je crois. S'"identifier" à la personnalité revient à oublier l'essence. Et à croire que le masque que nous revêtons pour interagir avec le monde est nous-mêmes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur X
Membre
avatar

Date d'inscription : 16/06/2010
Nombre de messages : 10279
Masculin
Capricorne Singe
Age : 48
Ville : système solaire

MessageSujet: Re: Jusqu’où nos changements sont-ils durables et profonds ? .....   Mer 9 Aoû 2017 - 18:26

Hum , oui , c'est-ce que je développe dans mon poste , et non rien ne s'oppose à l'éveil à part le sommeil , et ces deux états de conscience sont naturels chez l'être humain , les vrais raisons pour lesquelles nous dormons sont individuelles et sont décrites nul part , nous devons les découvrir , love .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
la girouette
Membre


Date d'inscription : 28/07/2017
Nombre de messages : 412
Masculin
Taureau Cheval
Age : 39
Ville : Où je veux....

MessageSujet: Re: Jusqu’où nos changements sont-ils durables et profonds ? .....   Mer 9 Aoû 2017 - 18:39

Ne crois-tu pas qu'il y a une raison fondamentale commune aux "endormis" que nous sommes, malgré la multitude d'apparences ou de modalités qu'elle peut revêtir?
Notamment en lien avec l'attention qui est constamment happée par les phénomènes quels qu'ils soient?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur X
Membre
avatar

Date d'inscription : 16/06/2010
Nombre de messages : 10279
Masculin
Capricorne Singe
Age : 48
Ville : système solaire

MessageSujet: Re: Jusqu’où nos changements sont-ils durables et profonds ? .....   Mer 9 Aoû 2017 - 19:31

Hum , la raison fondamentale réside dans le fait que l'être humain possède une conscience relative , car elle est volontaire tout comme peut l'être l'attention , c'est à dire soumise à notre volonté propre , il existe bien sur d'autre états mécaniques comme le rêve éveillé qui nous offre une certaine existence , mais la conscience de soi qui est un état volontaire reste en potentiel en chacun malgré tout , et parfois même des événements extérieures viennent toucher notre essence et nous sort un moment de notre hypnose , love .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurora
Membre
avatar

Date d'inscription : 01/12/2015
Nombre de messages : 1087
Féminin
Taureau Buffle
Age : 44
Ville : Sainte-Sophie

MessageSujet: Re: Jusqu’où nos changements sont-ils durables et profonds ? .....   Mer 9 Aoû 2017 - 19:41

C'est juste ma perception ou c'est une façon redoutablement polie de dire:

"Celui qui est endormi l'est parce qu'il le veut bien"  

??
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur X
Membre
avatar

Date d'inscription : 16/06/2010
Nombre de messages : 10279
Masculin
Capricorne Singe
Age : 48
Ville : système solaire

MessageSujet: Re: Jusqu’où nos changements sont-ils durables et profonds ? .....   Ven 11 Aoû 2017 - 13:58

Hum , je ne sais pas si cela relève d'une redoutable politesse , mais cela voudrais plutôt dire : " Celui qui est éveillé l'est parce-qu'il le veut bien . " , on ne saurait être coupable de la nature de notre conscience , le sommeil , le rêve éveillé sont des états naturels , comme le sont d'autres état plus conscient , se sentir coupable de dormir entraîne l'identification et ne nous aide pas à nous éveiller , à être présent à nous-même , personne ne souhaite dormir , si l'on pouvait faire autrement , non pas que cela ne nous soit pas possible de nous éveiller , mais si c'était une chose facile on ne serait pas sur ce forum à en débattre , love .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
la girouette
Membre


Date d'inscription : 28/07/2017
Nombre de messages : 412
Masculin
Taureau Cheval
Age : 39
Ville : Où je veux....

MessageSujet: Re: Jusqu’où nos changements sont-ils durables et profonds ? .....   Ven 11 Aoû 2017 - 14:28

"personne ne souhaite dormir": pas si sûr, il y a un certain "plaisir" dans tout ce jeu. Si on "dort" c'est qu'effectivement qu'une partie de nous a cédé au sommeil, un peu comme quand le matin je sais que je dois me lever mais qu'une force me dit "recouche-toi", je peux me faire violence pour me lever, ou bien céder à cette douce envie de sommeil tranquillisant....
Dans les moments où je me perd dans cette absence de moi-même, il y a un moment où je sens quelque chose qui m'entraîne de la vigilance vers la non-vigilance, et je peux sentir personnellement que quelque chose en moi a décidé de céder. Et oui, c'est très difficile, comme le matin quand tout en mon être crie "dors tu viens juste de t'endormir" et que ma raison essaie de dire "faut que tu te lèves quand même tu commences à 5h"..... Une partie de nous, qu'on le veuille ou non, "amie" s'"identifier" comme tu dis aux plaisirs et déplaisirs, au jeun que l'on joue. C'est le symbole pour moi du "chant des sirènes".
Alors que je témoignais de cela en groupe, le "maître" me cite un Maître connu qui disait pour résumer cela: "Vous, putain!".
J'ai compris ce que cela voulait dire aussitôt: notre attention a t-il dit est une putain qui cède aux premières avances venues (les "identifications", ce que j'appellerai plutôt les projections: projection de soi-même sur les phénomènes perçus) Il ne faisait pas dans la délicatesse, je vous l'accorde. mais pour sortir de notre torpeur, je crains fort que la délicatesse soit bien inutile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur X
Membre
avatar

Date d'inscription : 16/06/2010
Nombre de messages : 10279
Masculin
Capricorne Singe
Age : 48
Ville : système solaire

MessageSujet: Re: Jusqu’où nos changements sont-ils durables et profonds ? .....   Ven 11 Aoû 2017 - 16:14

Hum , l'amour c'est toujours délicat et psychologue , et sans amour on ne s'éveille pas , mais il peut bien entendu exister d'autres points de vues sur la questions , love .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Jusqu’où nos changements sont-ils durables et profonds ? .....   Ven 11 Aoû 2017 - 17:48

Amour?
C'est difficile, la difficulté c'est qu on évolue et peut-être pas l'autre alors que devient la relation dans le temps? Il faut autre chose, être charpentier et construire un toit, par exemple, ou élever des enfants, que sais-je?

Dormir? J'en rêverais...

P...tain? Pourquoi pas mais il ne faut pas y consacrer toute sa vie non plus, au plaisir charnel je veux dire, sinon on se mésestime. On s'estime pour ce qui se passe au dessus non?
Revenir en haut Aller en bas
did
Membre
avatar

Date d'inscription : 11/01/2014
Nombre de messages : 4621
Masculin
Vierge Serpent
Age : 52
Ville : Planéte Terre

MessageSujet: Re: Jusqu’où nos changements sont-ils durables et profonds ? .....   Sam 12 Aoû 2017 - 10:40

Denis Marquet a écrit :" Mais en entrant dans cette souffrance, nous nous offrons une chance de nous apercevoir qu’il ne s’agit pas d’une souffrance, mais du cœur même de notre être.  "

" Le Pouvoir suprême est lui-même directement présent sous toutes les formes ou Il est adoré. Appelez-le a grand cris, Lui seul. Le Pouvoir suprême ne peut pas rester indifférent a l'affliction de Ses enfants. C'est le même Un qui porte des coups si durs et qui console par son étreinte amoureuse"

Ma Ananda Moyi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Jusqu’où nos changements sont-ils durables et profonds ? .....   Sam 12 Aoû 2017 - 10:58

@did a écrit:
Denis Marquet a écrit :" Mais en entrant dans cette souffrance, nous nous offrons une chance de nous apercevoir qu’il ne s’agit pas d’une souffrance, mais du cœur même de notre être.  "

" Le Pouvoir suprême est lui-même directement présent sous toutes les formes ou Il est adoré. Appelez-le a grand cris, Lui seul. Le Pouvoir suprême ne peut pas rester indifférent a l'affliction de Ses enfants. C'est le même Un qui porte des coups si durs et qui console par son étreinte amoureuse"

Ma Ananda Moyi.

Oui Ma Ananda Moyi parle de Dieu, n'ayons pas peur des mots Wink
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jusqu’où nos changements sont-ils durables et profonds ? .....   

Revenir en haut Aller en bas
 
Jusqu’où nos changements sont-ils durables et profonds ? .....
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de partage sur la spiritualité, l'éveil de l'âme conscience et harmonie :: Forum spiritualité et forum ésotérisme sur le partage de l'éveil :: Psychologie et développement personnel-
Sauter vers:  
Spirit Partage - Forum spiritualité de rencontre Montpellier et autre ville
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit