Forum de partage sur la spiritualité, l'éveil de l'âme conscience et harmonie

Forum de discussion sur la spiritualité pour la rencontre et le partage dans l'éveil spirituel de la conscience, bouddhisme zen, lithothérapie meditation et citation.
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Humour spirituel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 21 ... 37  Suivant
AuteurMessage
PASCALEY
Membre
avatar

Date d'inscription : 01/09/2012
Nombre de messages : 125
Féminin
Poissons Chat
Age : 54
Ville : saint paul

MessageSujet: Re: Humour spirituel   Lun 7 Oct 2013 - 21:49

Rappel du premier message :



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

AuteurMessage
Figaro
Membre


Date d'inscription : 28/02/2016
Nombre de messages : 8086
Masculin
Capricorne Rat
Age : 44
Ville : Chez toi

MessageSujet: Re: Humour spirituel   Mar 9 Aoû 2016 - 9:27

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Humour spirituel   Mer 10 Aoû 2016 - 11:55

Un moine zen vivait avec son frère borgne et idiot. Un jour, alors qu'il devait s'entretenir avec un théologien fameux, venu de loin pour le rencontrer, il se trouva dans l'obligation de s'absenter. Il dit alors à son frère :
"Reçois et traite bien cet érudit ! Surtout ne lui dit pas un mot et tout ira bien !"
Le moine quitta alors le monastère. Dès son retour, il alla promptement retrouver son visiteur
"Mon frère vous a-t-il bien reçu ?" s'enquit-il. Plein d'enthousiasme, le théologien s'exclama :
"Votre frère est absolument remarquable. C'est un grand théologien."
Le moine surpris bégaya :
"Comment ?... mon frère... un théologien ?...

- Nous avons eu une conversation passionnante, reprit l'érudit, uniquement en nous exprimant par geste. je lui ai montré un doigt, il a répliqué en m'en montrant deux. je lui ai alors répondu, comme c'est logique, en lui montrant trois doigts, et lui m'a stupéfait en arborant un poing fermé qui concluait le débat...
Avec un doigt, je professais l'unité de Bouddha. De deux doigts il a élargit mon point de vue en me rappelant que Bouddha était inséparable de sa doctrine. Enchanté par la réplique, avec trois doigts je lui signifiait : Bouddha et sa doctrine dans le monde. Il eut alors cette sublime réplique, en me montrant son poing : Bouddha, sa doctrine, le monde, tout cela fait un. La boucle était bouclée."

Quelque temps plus tard, le moine alla retrouver son borgne de frère :
"Raconte moi ce qui c'est passé avec le théologien !
- C'est très simple, dit le frère. Il m'a nargué en me montrant un doigt pour me faire remarquer que je n'avais qu'un oeil. Ne voulant pas céder à la provocation, je lui retournai qu'il avait la chance, lui, d'en avoir deux. Il s'obstina, sarcastique : "de toute façon, à nous deux cela fait trois yeux." Ce fut la goutte qui fit déborder le vase. En lui montrant mon poing fermé, je le menaçais de l'étendre sur-le-champ, s'il ne cessait ses insinuations malveillantes."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Humour spirituel   Sam 13 Aoû 2016 - 7:35

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Humour spirituel   Dim 14 Aoû 2016 - 11:36

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Humour spirituel   Jeu 18 Aoû 2016 - 12:49

:mdr) :mdr) :mdr)
Revenir en haut Aller en bas
Figaro
Membre


Date d'inscription : 28/02/2016
Nombre de messages : 8086
Masculin
Capricorne Rat
Age : 44
Ville : Chez toi

MessageSujet: Re: Humour spirituel   Mar 30 Aoû 2016 - 22:28

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kouen
Membre
avatar

Date d'inscription : 18/01/2012
Nombre de messages : 3286
Féminin
Poissons Singe
Age : 49
Ville : Bretagne

MessageSujet: Re: Humour spirituel   Ven 2 Sep 2016 - 10:29

“Un grand Maitre Zen entra dans le hall où tous ses
disciples étaient réunis pour la méditation du soir et leur dit:
“Ce soir, il y a des bonnes nouvelles et des mauvaises nouvelles.
D’abord, les mauvaises nouvelles: Il n’y a pas de bonnes nouvelles!
Maintenant, les bonnes nouvelles :
Vous n’aurez pas à écouter les mauvaises nouvelles”.


:jap:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Figaro
Membre


Date d'inscription : 28/02/2016
Nombre de messages : 8086
Masculin
Capricorne Rat
Age : 44
Ville : Chez toi

MessageSujet: Re: Humour spirituel   Ven 2 Sep 2016 - 10:30

Laughing :171878[1]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kouen
Membre
avatar

Date d'inscription : 18/01/2012
Nombre de messages : 3286
Féminin
Poissons Singe
Age : 49
Ville : Bretagne

MessageSujet: Re: Humour spirituel   Ven 2 Sep 2016 - 10:31

Dans un village, le roi décide de marier sa fille.
Il organise alors une énorme fête près du lac aux caïmans et il dit aux hommes du village :
- « Je donne ma fille en mariage à celui qui va traverser le lac aux caïmans à la nage … »
Sa phrase n'est même pas terminée que le vieux Koffi est déjà en train de se bagarrer avec les caïmans dans le lac. C'est une lutte à mort. Après un combat sanglant de plusieurs minutes, le vieux Koffi arrive à sortir du lac. Trempé et amoché de partout, il se dirige droit vers le Roi qui tout étonné lui dit :
- « Mon vieux Koffi, une promesse est une promesse, je te donne ma fille en mariage. »
Le vieux Koffi répondit :
- « Je veux pas de ta fille ».
Le Roi étonné dit :
- « Ok je te donne 200 millions alors ?"
Le vieux Koffi répondit encore :
- « Non, je veux pas d'argent !!! »
Tout le monde est étonné….
Le Roi demanda :
- « Qu'est-ce que tu veux alors ?!? »
Et le vieux Koffi répondit :
- "Je cherche celui qui m'a poussé dans le lac !!

Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Figaro
Membre


Date d'inscription : 28/02/2016
Nombre de messages : 8086
Masculin
Capricorne Rat
Age : 44
Ville : Chez toi

MessageSujet: Re: Humour spirituel   Ven 2 Sep 2016 - 10:33

Hi hi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kouen
Membre
avatar

Date d'inscription : 18/01/2012
Nombre de messages : 3286
Féminin
Poissons Singe
Age : 49
Ville : Bretagne

MessageSujet: Re: Humour spirituel   Ven 2 Sep 2016 - 10:37

Wink

cat
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Humour spirituel   Ven 2 Sep 2016 - 10:57

Excellent!
Revenir en haut Aller en bas
Figaro
Membre


Date d'inscription : 28/02/2016
Nombre de messages : 8086
Masculin
Capricorne Rat
Age : 44
Ville : Chez toi

MessageSujet: Re: Humour spirituel   Ven 2 Sep 2016 - 11:00

Si vous avez les seins qui tombent, faites-vous refaire le nez, ça détourne l'attention.

Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Humour spirituel   Ven 2 Sep 2016 - 11:45

Il y avait une fois un cobra qui vivait dans un champ où il semait la terreur, attaquant et mordant toute personne qui osait traverser son domaine.
Vint un jour à passer un savant yogi qui, grâce à la puissance de son mantra, put tenir le serpent à distance. Il en profita pour lui enseigner la non-violence et lui expliqua que tous les êtres étant comme lui d'essence divine il devait respecter la vie. Comme il voyait que le cobra était convaincu et n'attaquerait désormais plus personne, le yogi passa son chemin. Les hasards de ses pérégrinations ramenèrent un jour notre Sage dans les parages du champ où vivait le cobra et, qu'est-ce qu'il y découvrit ? Un pauvre serpent tout efflanqué, plein de plaies, l'œil terne et la mine morose.
– Que t'est-il arrivé ? demanda-t-il.
– Comme tu m'avais enseigné la non-violence, je me suis scrupuleusement abstenu de mordre les passants. Pendant un certain temps ils faisaient encore un détour pour ne pas traverser mon champ. Puis bientôt il se sont aperçus que je n'étais plus dangereux, alors ils ont pris l'habitude de couper au court par ici, puis certains ont commencé par me donner des coups de bâton, ensuite ils se sont mis à me lancer des pierres et finalement ils ont réussi à me mettre dans le triste état où tu me vois.
– Imbécile, reprend le Yogi, je t'avais interdit de mordre mais pas de siffler !








Quelqu'un vit, un soir de pleine lune, Mulla Nasrudin qui cherchait quelque chose sur le sol :
– Qu'as-tu perdu Mulla ?
– Ma clé, dit le Mulla. Il se mirent alors tous :les deux à genoux
– Mais, au fait es-tu sûr de l'avoir laissé tomber ici ?
– Non, mais dans ma maison .
– Alors, pourquoi est-ce ici que tu la cherches ?
– Il fait bien plus clair ici que dans ma maison !




Il y avait dans un petit "schteytl" de Pologne un Rabbin qui était si sage que l'on venait de partout pour le consulter. Au point que monsieur Rothchild lui même avait entendu parler de lui et l'avait invité à dîner pour Hanouka fête qui, comme chacun sait, se trouve en hiver.
Monsieur Rothchild avait bien fait les choses, la table était recouverte d'une magnifique nappe brodée, les assiettes étaient de fine porcelaine, les verre de cristal de Bohème et les couverts de vermeil.
Le gefilte fisch était délicieux et au dessert, comble de raffinement, il y avait des fraises. Pas impressionné pour un zlotinotre Rabbin dégustait ses fraises. Monsieur Rothchild lui dit :
– " Tu vois ce que tu mange rebbe ? "
– " Bien oui, ce sont des fraises "
– " Et en plein hiver, ça ne t'étonne pas ? "
– " Oh ! tu sais Monsieur Rothchild, chez moi, dans mon village, il y en a déjà au mois de juin " 
Revenir en haut Aller en bas
Kouen
Membre
avatar

Date d'inscription : 18/01/2012
Nombre de messages : 3286
Féminin
Poissons Singe
Age : 49
Ville : Bretagne

MessageSujet: Re: Humour spirituel   Ven 2 Sep 2016 - 12:03

merci pour vos partages, c'est trop marrant  !!

sunny
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Humour spirituel   Ven 2 Sep 2016 - 12:16

Allez alors pour toi:


Il était une fois un homme qui, de toute sa vie, n'avait jamais fait que de bonnes actions : il n'avait jamais manqué à la Charité, il ignorait aussi bien le mensonge que la médisance, encore bien moins aurait-il calomnié son prochain, sa générosité était légendaire, s'emparer du bien ou de la femme d'autrui ne lui était jamais arrivé. Un type parfait vous dis-je.
À sa mort, cela va de soi, il monte tout droit au paradis, à la porte (parait-il, étroite) duquel l'attendait Monsieur Saint Pierre en personne:
– Entrez mon brave, je vous en prie, lui dit le Saint Gardien de l'Eden. Malgré cette invite amicale, malgré la somme des bonnes actions de toute une existence, notre homme ne parvenait pas à passer par la porte étroite. Il avait mis toutes ses actions méritoires dans deux grosses valises qu'il s'obstinait à ne pas vouloir lâcher. 
  
  
 






LA PATIENCE DE HILLEL
La patience et la longanimité de Hillel étaient proverbiales. Jamais on n'avait vu ce savant Docteur de la Loi se mettre en colère et on affirmait que personne ne serait capable de l'irriter Au cours d'une conversation au café, Yakubovitch paria avec Rosenbaum que, lui, il parviendrait à le faire sortir de ses gonds.
Afin de mener son projet à bien Yakubovitch choisit un après midi de vendredi sachant bien que Rabbi Hillel serait particulièrement occupé par les préparatifs de Shabbat. Le Rabbin venait à peine de commencer à faire sa toilette lorsqu'il entendit une voix particulièrement désagréable qui criait :
– " Est-ce que Hillel est chez lui ? " Or Hillel étant Nassi, c'est à dire au plus haut niveau de la hiérarchie religieuse d'Israël, c'était là une manière spécialement inconvenante pour s'adresser à lui.
Cependant Rabbi Hillel ne se montra nullement offensé de cette impertinence. S'étant enveloppé dans son manteau il pria aimablement le visiteur d'entrer dans sa maison. Ce dernier prétendant avoir une question d'extrême importance à poser au rabbin, lui en posa une tout à fait farfelue concernant un point de détail des Ecritures. Demande à laquelle Hillel répondit avec la plus grande amabilité. Yakubovitch partit alors en claquant la porte sans même avoir pris la peine de dire ni merci ni au revoir. Rabbi Hillel venait à peine de se remettre à sa toilette que Yakubovitch revient sans crier gare et, s'adressant au Rabbin lui dit : Ah ! j'avais oublié, il y a autre chose qui me turlupine, pourrais-tu m'éclairer ? "
– Je te félicite de vouloir t'instruire, répond calmement Rabbi Hillel, je t'en prie pose ta question
Et, c'est une nouvelle demande d'explication sur un point tout à fait secondaire des écritures. Nouveau départ de Yakubovitch, toujours en ne disant ni au revoir ni merci et toujours en claquent la porte.
Le Nassi s'était à peine remis à sa toilette que notre importun refait irruption dans la maison et pose à Hillel une nouvelle question encore plus farfelue que les deux premières et à laquelle le sage Rabbin répond, toujours avec la même gentillesse, après avoir complimenté son visiteur pour sa soif de savoir.
Décontenancé, Yakubovitch s'écrie :
– J'ai encore des tas de questions à te poser, il faut que tu me répondes immédiatement.
– Comme tu voudras mon frère, lui répond Hillel, je suis heureux de ton désir de savoir, je ferai de mon mieux pour t'éclairer.
– Es-tu bien Hillel le Nassi ? Car c'est à lui et à aucun autre que je veux parler,
– Oui mon ami, je suis Hillel.
– Eh bien, reprend le visiteur, qui perdait patience, si tu es Hillel, je souhaite qu'il n'y ait pas en Israël beaucoup d'hommes qui te ressemblent,
– Et pourquoi donc ? Demande le Rabbin avec sa sérénité coutumière, t'aurais-je causé quelque dommage ?
– Oui certes, répond Yakubovitch, j'avais parié que je parviendrais à te mettre en colère et tu viens de me faire perdre mon pari ! Hillel ne put s'empêcher de s'esclaffer :
– Ne vaut-il pas mieux que tu aies perdu ton pari que moi même ne tombe en péché de colère en perdant ma patience?
LE MOINE SCULPTEUR
Il y avait dans un monastère un moine très doué pour la sculpture. Dans une bûche de pommier (c'est un bois si agréable à travailler et qui sent tellement bon) il avait taillé une magnifique statue de la Vierge Marie, d'une telle beauté, d'une si grande finesse que l'évêque en personne avait tenu à l'en féliciter personnellement.
– Oh ! C'était très facile, répondit modestement le moine, je me suis contenté de retirer ce qui était en trop.



L'ODEUR ET LE SON
Il me revient en mémoire un fabliau du Moyen Âge que j'ai étudié à l'école il y a pas mal d'années :
Un vagabond qui n'avait pour tout viatique qu'un quignon de pain à moitié sec, passant devant la boutique d'un rôtisseur, eu l'idée de s'arrêter a proximité pour le manger de manière à profiter, tout en mastiquant son croûton, de l'appétissante odeur des viandes en train de cuire.
Cela déplut fort au maître des lieux qui prétendit faire payer au vagabond le fumet de ses rôtis. Celui-ci refusa alléguant que, de toute manière, les vapeurs de la cuisine s'évanouissaient dans l'atmosphère et se trouvaient ainsi perdues pour tout le monde .
La querelle s'envenimant on alla chercher un juge réputé pour sa sagesse et son équité (ceci n'est pas précisé dans le fabliau, mais je crois savoir qu'il s'agissait de Monsieur Saint Yves en personne et que c'est la raison pour laquelle il est devenu le Saint Patron des avocats). Après avoir pris connaissance de la cause de la contestation, il demanda au vagabond :
– " As-tu de l'argent ? "
Celui-ci sortit de sa bourse l'unique piécette d'argent qu'elle contenait.
Le juge la prend la fait sonner sur le pas de la porte du rôtisseur et lui dit :
– " Il a assaisonné son pain du parfum de ta viande, sois payé du son de sa pièce " et il rendit l'argent à son propriétaire.



DRUKPA KUNLEY ET LA CONFESSION DES MOINES
Drugpa Kunley, un grand Yogi tibétain du XIVème siècle visitait un monastère le jour de la confession générale des moines. Après avoir assisté à ladite confession, i1 alla dans la cour du monastère et se mit à danser d'une manière assez inhabituelle : Il contournait soigneusement les petites pierres alors qu'il enjambait joyeusement les plus grosses
– Qu'est-ce donc que cette étrange façon de danser ? lui demanda un moine.
– Elle n'est pas plus bizarre que votre façon de vous confesser, répondit Kunley. Dans leVinaya, la règle des moines, le Bouddha a précisé qu'il existe des fautes graves et d'autres moins importantes, vous vous êtes plus particulièrement attachés à confesser les secondes alors que vous sembliez ignorer les premières. C'est ce qui a inspiré ma danse.
MIRACLE
Rebbe, est -ce que tu crois aux miracles ?
- Oui bien sûr;
– Crois-tu que moi, Sarah, épouse de Yakubovitch, tailleur rue des Rosiers, je pourrais faire un miracle ?
– Non, seul l'Éternel notre Dieu, béni soit Son Saint Nom, peut faire des miracles.
– Même un tout petit miracle, tu crois que je ne pourrais pas ?
– Non, non, Sarah, pas possible.
– Pourtant Rebbe, tu sais que si 1' on laisse tomber une tartine de confiture c' est toujours du coté de la confiture qu'elle tombe, et bien moi, Sarah, ce matin en préparant le déjeuner de Moschele, mon fils, j 'ai laissé tomber la tartine et elle est tombée avec la confiture en haut.
– Sarah, ce n' est pas un miracle : tu avais seulement mis la confiture du mauvais côté.
LA COLÈRE
Dans une grotte des contreforts de l'Himalaya vivait un yogi qui ne s'était jamais mis en colère. Or, par suite d'une avalanche, la route conduisant à un pèlerinage célèbre avait été déviée et passait depuis peu à proximité de la grotte qui abritait notre sage. Sachant que le plus beau des dons est celui du Saint Dharma, notre anachorète avait placé non loin de l'entrée de son domicile une pancarte avec écrit : "Ici vit un homme qui ne s'est jamais mis en colère" et parfois, venait un pèlerin qui lui demandait un enseignement sur les moyens de se débarrasser de la funeste tendance à se laisser aller au courroux, car il est dit dans un sermon du Bhagavat [url=http://jigme.chez-alice.fr/blagues.htm#Le B](1)[/url]qu'un seul instant de colère peut être suffisant pour annuler les mérites accumulés pendant des années de bonnes actions. Alors le sage yogi, patiemment, expliquait combien il est important de garder en toutes circonstances le contrôle de son mental. Il expliquait des modes de respirations relaxantes, selon lui, capables d'enrayer instantanément tout commencement d'irritation. Jusqu'au jour où sa réputation devint telle qu'il y eu de plus en plus de pèlerins à venir solliciter ses enseignements.
Aux premiers il répondit patiemment, avec la plus grande gentillesse, puis dès qu'ils partaient, il reprenait le cours de la méditation interrompue par leur visite.
Les suivants furent reçus avec courtoisie mais avec un peu moins de patience. Et ainsi toute la journée à chaque fois que le yogi croyait pouvoir revenir à sa pratique méditative se présentait un nouveau solliciteur : "Swamiji,(2) ayez la bonté de m'enseigner comment il faut faire pour ne plus jamais me laisser emporter par la colère ".
Et il fallait recommencer le même discours en essayant de conserver tout son sang froid. Comme le soir tombait et que le yogi se proposait de préparer son modeste repas arriva encore un voyageur :
– "Swamiji... "
– " Mais non de D... Shiva, allez vous me foutre la paix à la fin ! "
Et voila, seul dans sa grotte depuis des années, loin de tout et de tous avant que l'avalanche conduise à détourner la route du pèlerinage, contre qui aurait-t-il eu l'occasion de se fâcher ? 
 






Alors, il est bientôt fini ce stage himalayen ?


(Dessin de Francis Saillart)


Citation :
LES FRUITS DU PARADIS
Il était une fois une femme qui avait entendu parler des fruits du Paradis; et elle les convoitait. Cette femme demanda à un Derviche que nous appellerons Sabar :
– " Que dois-je faire pour trouver les fruits du Paradis, afin d'atteindre la connaissance immédiate ?
– " Ce que tu as de mieux à faire répondit le derviche, c'est étudier avec moi. Sinon il te faudra courir le monde, résolument et parfois, dans l'inquiétude et la fièvre. "
Elle le quitta et alla frapper à la porte d'Arif le Connaissant ; puis elle rencontra Hakim le Sage, et Majzoub le Fou, et Alim le Savant, et bien d'autres encore... Elle chercha ainsi pendant trente ans... Un jour enfin, elle entra dans un jardin et vit l'Arbre du Paradis. Ses branches portaient des fruits éclatants. Un homme se tenait auprès de l'Arbre. Elle reconnu Sabar, le derviche.
– "Pourquoi ne m'as tu pas dit, quand je t'ai rencontré, que tu étais le Gardien des fruits du Paradis ?
– " Tu ne m'aurais pas cru alors. D'autre part, sache que l'Arbre ne donne des fruits qu'une fois tous les trente ans et trente jours. "




Citation :
LE RÊVE DE TCHOUANG TSEU
Tchouang Tseu a écrit : " Cette nuit j'ai rêvé que j'étais un papillon. Suis-je un homme qui a rêvé être un papillon ou bien un papillon qui rêve en ce moment qu'il est un homme ? "
Aussi étrange que ceci puisse paraître, il n'y a aucun moyen, logiquement irréfutable, de prouver que je suis en ce moment, un homme qui a rêvé être un papillon et non le contraire.
On pourra m'opposer le témoignage des autres. Qui peut prouver qu'ils ne font pas aussi partie de mon rêve de papillon qui croit être un homme ?








Pour illustrer cette impossibilité qu'il y a à exprimer la Vérité ou l'Absolu avec des mots humains, les Sages de l'Inde utilisent volontiers la parabole des trois aveugles et de l'éléphant :
Trois aveugles s'interrogent sur ce que peut bien être un éléphant. Finalement passe un homme qui, n'étant pas aveugle, les conduit au près du pachyderme afin que, le palpant, ils puissent en avoir une idée.
– J'ai compris dit celui qui touche une patte : un éléphant c est comme un gros pilier;
– Pas du tout ! répond celui qui tâte la trompe, c'est une sorte de serpent ;
– Vous n'avez rien compris dit celui qui avait en main la queue de l'animal, c'est une espèce de corde.




Un jour ou il neigeait dru sur le "schteytl" ( un village juif de Pologne) Srulek rendit visite à son ami et voisin C'hlaskl qui était aveugle. C'hlaskl demande à Srulek :
– Dis moi comment c'est la neige ?
– La neige c'est blanc et c'est froid.
– Froid je sais, mais blanc, comment c'est ?
– C'est comme un cygne. Un cygne c'est un oiseau blanc. Ah, bien mais je ne vois toujours pas.
Alors Srulek a une idée de génie : il imite avec son bras et sa main la forme du cou du cygne, prend la main de l'aveugle et lui fait tâter cette imitation approximative de l'oiseau.
– Maintenant j'ai compris, s'écrie l'aveugle ravi, je sais comment c'est la neige.
A quelque jours de là Srulek rencontre un ami qui est allé au Canada et qui lui rapporte que là-bas il a vu des cygnes noirs. " Oÿ, vaÿ ! pense Srulek comment vais-je pouvoir expliquer la neige à C'hlaskl maintenant ?
*
Revenir en haut Aller en bas
Kouen
Membre
avatar

Date d'inscription : 18/01/2012
Nombre de messages : 3286
Féminin
Poissons Singe
Age : 49
Ville : Bretagne

MessageSujet: Re: Humour spirituel   Ven 2 Sep 2016 - 12:57

merci Ludo I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
wb35
Membre
avatar

Date d'inscription : 11/11/2012
Nombre de messages : 7991
Masculin
Sagittaire Chat
Age : 54
Ville : pas si loin

MessageSujet: Re: Humour spirituel   Mar 13 Sep 2016 - 14:59

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Figaro
Membre


Date d'inscription : 28/02/2016
Nombre de messages : 8086
Masculin
Capricorne Rat
Age : 44
Ville : Chez toi

MessageSujet: Re: Humour spirituel   Jeu 15 Sep 2016 - 14:10



Si je pouvais choisir un modèle, je voudrais celui-ci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Figaro
Membre


Date d'inscription : 28/02/2016
Nombre de messages : 8086
Masculin
Capricorne Rat
Age : 44
Ville : Chez toi

MessageSujet: Re: Humour spirituel   Sam 17 Sep 2016 - 20:27

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Humour spirituel   Sam 17 Sep 2016 - 23:39

@wb35 a écrit:
:mdr) :mdr) :mdr) :mdr)
Revenir en haut Aller en bas
Totem
Membre
avatar

Date d'inscription : 06/03/2013
Nombre de messages : 16114
Féminin
Bélier Chèvre
Age : 62
Ville : la voie lactée

MessageSujet: Re: Humour spirituel   Dim 18 Sep 2016 - 17:21

Le barbecue à l’extérieur Laughing

C’est la seule cuisine qu’un « vrai » homme fera.
Quand un homme se porte volontaire pour faire ce type de cuisine, la chaîne des événements suivants est alors actionnée :1. La femme va à l’épicerie.
2. La femme prépare la salade, les légumes et le dessert.
3. La femme prépare la viande pour la cuisson, la place sur le plateau avec les ustensiles nécessaires et l’apporte à l’homme qui est étendu à coté du barbecue en train de prendre une bière.
4. L’homme place la viande sur la grille.
5. La femme va à l’intérieur mettre la table et vérifier la cuisson des légumes.
6. La femme revient à l’extérieur pour dire à son mari que la viande est en train de brûler.
7. L’homme enlève la viande de sur la grille et l’apporte à la femme.
8. La femme prépare les assiettes et les apporte sur la table.
9. Après le repas, la femme dessert la table et fait la vaisselle.
10. L’homme demande à la femme si elle a appréciée de ne pas faire de cuisine.Et devant son air ennuyé, il en conclut que les femmes ne sont jamais satisfaites.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Totem
Membre
avatar

Date d'inscription : 06/03/2013
Nombre de messages : 16114
Féminin
Bélier Chèvre
Age : 62
Ville : la voie lactée

MessageSujet: Re: Humour spirituel   Dim 18 Sep 2016 - 17:32

Le Poulet

La scène : un poulet au bord d’une route. Il la traverse.
La question est : Pourquoi le poulet a-t-il traversé la route ?

Tous les plus grands de ce monde se sont penchés sur le sujet et ont dit :

RENE DESCARTES : Pour aller de l’autre côté.
PLATON : Pour son bien. De l’autre côté est le Vrai.
ARISTOTE : C’est la nature du poulet de traverser les routes.
KARL MARX : C’était historiquement inévitable.
CAPITAINE JAMES T. KIRK : Pour aller là où aucun autre poulet n’était allé auparavant.
HIPPOCRATE : En raison d’un excès de sécrétion de son pancréas.
MARTIN LUTHER KING JR. : J’ai la vision d’un monde où tous les poulets seraient libres de traverser la route sans avoir à justifier leur acte.
MOISE : Et Dieu descendit du paradis et Il dit au poulet :  » Tu dois traverser La route ». Et le poulet traversa la route et Dieu vit que cela était bon.
RICHARD M. NIXON : Le poulet n’a pas traversé la route, je répète, le poulet n’a JAMAIS traversé la route.
NICOLAS MACHIAVEL : L’événement important c’est que le poulet ait traversé la route. Qui se fiche de savoir pourquoi ? La fin en soi de traverser la route justifie tout motif quel qu’il soit.
SIGMUND FREUD : Le fait que vous vous préoccupiez de la raison pour laquelle le poulet a traversé la route révèle votre fort sentiment d’insécurité sexuelle latente.
BILL GATES : Nous venons justement de mettre au point le nouveau Poulet ChikenXP-SP3, qui ne se contentera pas seulement de traverser les routes, mais couvera aussi des œufs, classera vos dossiers importants, etc…
BOUDDHA : Poser cette question renie votre propre nature de poulet.
GALILEE : Et pourtant, il traverse.
ERIC CANTONA : Le poulet, il est libre le poulet. Les routes, quand il veut il les traverse.
CHARLES DE GAULLE : Le poulet a peut-être traversé la route, mais il n’a pas encore traversé l’autoroute !
JACQUES CHIRAC : Parce que je n’ai pas encore posé mon veto sur la route.
L’EGLISE DE SCIENTOLOGIE : La raison est en vous, mais vous ne le savez pas encore. Moyennant la modique somme de 1500 Euros par séance, plus la location d’un détecteur de mensonges, une analyse psychologique nous permettra de la découvrir.
BILL CLINTON : Je jure sur la constitution qu’il ne s’est rien passé entre ce poulet et moi.
EINSTEIN : Le fait que ce soit le poulet qui traverse la route ou que ce soit la route qui se meuve sous le poulet dépend uniquement de votre référentiel.
ZEN : Le poulet peut vainement traverser la route, seul le Maître connaît le bruit de son ombre derrière le mur.
JEAN-PIERRE RAFFARIN : Le poulet n’a pas encore traversé la route, mais le gouvernement y travaille.
JEAN ALESI : Je ne comprends pas, théoriquement, le poulet il avait le temps de passer.
NELSON MONTFORT : J’ai à côté de moi l’extraordinaire poulet qui a réussi le formidable exploit de traverser cette superbe route:  » Why did you cross the road ?  »  » Cot cot !  » « eh bien il dit qu’il est extrêmement fier d’avoir réussi ce challenge, ce défi, cet exploit. C’était une traversée très dure, mais il s’est accroché, et… »
RICHARD VIRENQUE : C’était pas un lapin ? On m’aurait donc mentit ?
ORANGINA ROUGE : PASKEEEEEEUUUUUHHHH
KEN LE SURVIVANT : Peu importe, il ne le sait pas mais il est déjà mort.
JEAN-CLAUDE VANDAMME : Le poulet la road il la traverse parce qu’il sait qu’il la traverse, tu vois la route c’est sa vie et sa mort, la route c’est Dieu c’est tout le potentiel de sa vie, et moi Jean-Claude Super Star quand je me couche dans Timecop quand le truck arrive je pense à la poule et à Dieu et je fusionne avec tout le potentiel de la life de la road ! Et ça c’est beau !
FOREST GUMP : COURS POULET COURS !!!
STALINE : le poulet devra être fusillé sur le champ, ainsi que tous les témoins de la scène et 10 autres personnes prises au hasard, pour n’avoir pas empêché cet acte subversif.
GEORGE W. BUSH : Le fait que le poulet ait pu traverser cette route en toute impunité malgré les résolutions de l’ONU représente un affront à la démocratie, à la liberté, à la justice. Ceci prouve indubitablement que nous aurions dû déjà bombarder cette route depuis longtemps. Dans le but d’assurer la paix dans cette région, et pour éviter que les valeurs que nous défendons ne soient une fois de plus bafouées par ce genre de terrorisme, le gouvernement des états-Unis d’Amérique a décidé d’envoyer 17 porte-avions, 46 destroyers, 154 croiseurs, appuyés au sol par 243000 G.I. et dans les airs par 846 bombardiers, qui auront pour mission au nom de la liberté et de la démocratie, d’éliminer toute trace de vie dans les poulaillers à 5000 km à la ronde, puis de s’assurer par des tirs de missiles biens ciblés, que tout ce qui ressemble de près ou de loin à un poulailler soit réduit à un tas de cendres et ne puisse plus défier notre nation par son arrogance.
Nous avons décidé qu’ensuite ce pays sera généreusement pris en charge par notre gouvernement, qui rebâtira des poulaillers suivant les normes de sécurité en vigueur, avec à leur tête, un coq démocratiquement élu par l’ambassadeur des états Unis. En financement de ces reconstructions, nous nous contenterons du contrôle total de la production céréalière de la région pendant 30 ans, sachant que les habitants locaux bénéficieront d’un tarif préférentiel sur une partie de cette production, en échange de leur totale coopération.
Dans ce nouveau pays de justice, de paix et de liberté, nous pouvons vous assurer que plus jamais un poulet ne tentera de traverser une route, pour la simple bonne raison, qu’il n’y aura plus de routes, et que les poulets n’auront plus de pattes. Que Dieu bénisse l’Amérique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aloah
ModérateurChatBox
avatar

Date d'inscription : 01/11/2014
Nombre de messages : 4257
Féminin
Bélier Chat
Age : 78
Ville : De passage sur Terre

MessageSujet: Re: Humour spirituel   Dim 18 Sep 2016 - 19:13

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Figaro
Membre


Date d'inscription : 28/02/2016
Nombre de messages : 8086
Masculin
Capricorne Rat
Age : 44
Ville : Chez toi

MessageSujet: Re: Humour spirituel   Jeu 22 Sep 2016 - 14:33

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Humour spirituel   

Revenir en haut Aller en bas
 
Humour spirituel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 37Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 21 ... 37  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de partage sur la spiritualité, l'éveil de l'âme conscience et harmonie :: Forum spiritualité et forum ésotérisme sur le partage de l'éveil :: Discussion, rencontre, partage, écoute, dialogue :: Humour spirituel-
Sauter vers:  
Spirit Partage - Forum spiritualité de rencontre Montpellier et autre ville
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit