Forum de partage sur la spiritualité, l'éveil de l'âme conscience et harmonie

Forum de discussion sur la spiritualité pour la rencontre et le partage dans l'éveil spirituel de la conscience, bouddhisme zen, lithothérapie meditation et citation.
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Eveil et philosophie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
LaPiNPiSKoPaT
Membre
avatar

Date d'inscription : 20/04/2016
Nombre de messages : 45
Masculin
Poissons Dragon
Age : 29
Ville : Anglet

MessageSujet: Eveil et philosophie   Mer 20 Avr 2016 - 19:40

Voici des extraits de la pensée d'un homme qui se pseudo-nomme Natarajan. J'aime beaucoup ses écrits. Je vous laisse juger de la pertinence et de la subtilité de ses propos.



Extraits de "Eveil et Philosophie" de Natarajan.


"Chaque instant est zazen, et dans n'importe quelles circonstances. L'idée de superposer au plan réel du temps qui passe, le premier plan de l'intention délibérée de l'observer, cela même induit une rupture dans le continu naturel de la durée. Une vraie méditation s'impose par elle-même, et en fixer l'horaire provient encore de l'orgueil du mental à se regarder dans le miroir sous son meilleur profil, ou bien il faut faire cela correctement, le cœur léger, dans de bonnes dispositions, et sans attribuer à ce moment une valeur supérieure. Sinon, quand on sort de la méditation, on s'imagine qu'on ne fonctionne plus à plein régime, et on recrée les dualités qu'on essaie d'effacer pendant la médit.

Beaucoup savent méditer parfaitement, et cela leur donne le change, mais c'est souvent comme les philosophes: sortis du dojo, du temple, du sanctuaire, ils ont des réactions génériques. Ils t'écoutent d'autant moins qu'ils se croient près de la vérité avec toutes leurs prothèses. C'est facile de créer des lieux de conscience. Par exemple, en jeûnant, on est sûr de décoller. On peut souffrir d'addictions spirituelles aussi, faire un tas de choses qui améliorent les performances, ou l'image que tu as de toi-même. Si la vanité s'en mêle, ça ne sert de rien. C'est l'humour du Divin. Il te fait porter des masques, jusqu'à ce que le plus beau, dont tu es si fier, t'apparaisse comme le pire de tous. Là, tu as une chance de passer.  "



[...]



"La seule chose dont il faut se libérer, c'est le moi qui cache le soi, c'est le moi accroché par la vie, hypnotisé par elle, se libérer, c'est juste le moyen de rendre la vie à l'Esprit, [...] Il ne guérit de rien, ne soulage de rien, il couronne tout bêtement la profondeur, parce que d'un seul coup toute l'étendue est accessible. On ne se sent plus distant de quoi que ce soit, on n'arrive plus à fabriquer de murs, et on peut se laisser aller. Mais ce laisser-aller n'est pas de la négligence, c'est sentir spontanément que tout ce qui arrive possède un sens, et on cherche beaucoup moins à contrôler, éviter ou obtenir. Que le rat ne cherche pas à devenir un aigle s'il vous plaît. L'éveil utilitariste, pour sortir de la roue des réincarnations, ou en finir avec la souffrance, c'est vraiment excrémentiel. Ne m'en parlez pas. Il n'y a pas plus de philosophie bouddhiste que chrétienne ou chinoise. Il y a de grandes fresques qui réduisent le Réel aux dimensions du mental humain, pour le meilleur et pour le pire. Il y aura toujours des personnes pour prendre le couteau par la lame, dans leur distraction ou leur précipitation."



[...]



"L'éveillé est simplement devenu pur, c'est à dire sans mélange. Il a rassemblé toutes ses motivations, ses ressacs d'ambition, ses gerbes de désirs, ses souhaits, tout l'assemblage qui va du désir au souhait d'être — au feu spirituel — tout cela est devenu la même flamme. Pour arriver là, l'éveillé a forcément souffert, mais il est bien évident que la dose diffère d'un individu à l'autre, et qu'on ne peut donc pas établir la souffrance comme une nécessité pour parvenir à la libération. Que cela ait été long ou pas, il a beaucoup donné. Il a forcément été trituré par le qui suis-je et le que dois-je, ou le puis-je me le permettre, avec tous les désirs, dont on pense parfois, à tort ou à raison, qu'ils constituent de véritables obstacles sur le chemin.

Mais ce travail dans le creuset n'a rien à voir avec ce que les hypocrites préconisent: la culture d'une qualité prépondérante qu'on développe et maîtrise, pour avoir bonne conscience et enterrer tout le reste. C'est vrai que la moitié de la philosophie, aussi bien en occident qu'en Chine ou en Inde, donne des sortes de recettes passe-partout. L'art d'avoir bonne conscience avec soi-même, en passant par une normalisation de la relation à la famille, aux institutions et à Dieu, c'est bien à cela que se résument les philosophies populaires religieuses, et même les philosophies athées. Une sorte d'opportunisme subtil, abstrait, voilà la ligne que suit l'esprit générique, l'intuition globale qu'il vaut mieux après tout faire le bien que le mal, puisque on récolte ce que l'on a semé.

Le mensonge est dans cet apprivoisement du Réel qui s'arrête immédiatement, dès que la sécurité est maîtrisée. Le moi ne plonge plus en lui-même, car il s'est identifié «correctement» aux espaces extérieurs qui menacent sa stabilité. Or, la stabilité, d'une certaine façon, c'est la mort. Il faut aller plus loin, mais à ce moment-là, plus personne ne vous encourage sauf les éveillés eux-mêmes, qui ne se contentent pas des liens familiaux, culturels, et des simagrées religieuses."



[...]



"Si le philosophe est un redresseur de torts masqué, ce n'est pas un philosophe. Il s'agit simplement de dire ce qu'on a à dire, mais même le parti pris d'attirer les autres dans sa propre vision, n'est déjà plus de la philosophie. C'est là que nous touchons à l'essence de cette discipline, puisque l'auteur habile parvient, par la maîtrise de la logique, à obtenir l'adhésion de son lecteur, sans le forcer. Telle est l'ambition de la Raison. S'imposer par elle-même, du dedans, à tout individu sincère qui cherche par la logique à découvrir des vérités éternelles. Mais la conviction intérieure logique, celle qui fait que l'on devient cartésien, hégélien, ou marxiste, ne concerne pas le moi tout entier. L'individu se sera rendu à des raisons extérieures, il aura été conquis par un infaillible système, il aura été embrigadé tout en ayant eu l'impression d'avoir participé lui-même à cet embrigadement, en adhérant parfaitement au discours. C'est finalement le même principe pour les religions, dont aucune ne peut se passer de dogmatique, ou le même principe pour le bouddhisme, des tas d'assertions sont invérifiables, et comme il n'y a rien à croire «sur parole», il faut savoir s'arrêter à ce que l'on a vraiment intégré et rejeter le reste, ou en conserver seulement l'hypothèse.

Mais l'appel intérieur de l'éveil n'est pas comparable à ce qui procure l'adhésion à un système extérieur. Le futur éveillé est donc obligé de démantibuler tous ses modes d'identification abstraits qui le rattachent à une conception politique, religieuse, ou même spirituelle de la réalité.

Ce travail est parfois initié par les philosophes, qui ne veulent rien suivre d'autre qu'eux-mêmes, mais c'est bien le mental qui finit par reprendre le dessus et leur permet seulement de fabriquer un polygone régulier, dont le nombre de faces est variable, un miroir complexe dont ils se servent pour articuler leur existence, polygone qu'ils auront eu le mérite de façonner eux-mêmes, en venant à bout des imitations. Quelqu'un qui n'a jamais jubilé de se faire une vision synthétique du Réel (comprenant sa relation au monde) ne peut pas comprendre la philosophie. Comme l'éveil, la philosophie est un état d'esprit. Qui n'aime pas s'interroger ne peut pas devenir philosophe. Qui préfère les réponses aux questions doit évoluer par une autre voie, et elles sont nombreuses. La philosophie est impitoyable: si on pratique celle d'un autre, on court à la catastrophe. Si le philosophe ne se laissait pas prendre au jeu de ce qu'il met en forme, il cesserait de reprocher à l'éveillé son manque de rigueur, manque qui est en réalité une rigueur supérieure, absorbant des opposés, incluant des paradoxes, jusqu'à forcer les structures mentales elles-mêmes à s'élargir ou se rompre."

---------------------------

Extrait du site "La lettre de Natarajan ". Je ne peux poster l'adresse pour le moment, mais il est assez simple à trouver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Totem
Membre
avatar

Date d'inscription : 06/03/2013
Nombre de messages : 16202
Féminin
Bélier Chèvre
Age : 62
Ville : la voie lactée

MessageSujet: Re: Eveil et philosophie   Mer 20 Avr 2016 - 20:38

Je connais bien les écrits de Natarajan aussi que j'ai apprécié sur mon chemin de par ses connaissances philosophiques alliées à un parcours spirituel. Je l'ai découvert tout à fait par hasard quand j'ai rapproché l'éveil et la philosophie.

J'aime bien ce passage Wink 

Mais l'appel intérieur de l'éveil n'est pas comparable à ce qui procure l'adhésion à un système extérieur. Le futur éveillé est donc obligé de démantibuler tous ses modes d'identification abstraits qui le rattachent à une conception politique, religieuse, ou même spirituelle de la réalité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LaPiNPiSKoPaT
Membre
avatar

Date d'inscription : 20/04/2016
Nombre de messages : 45
Masculin
Poissons Dragon
Age : 29
Ville : Anglet

MessageSujet: Re: Eveil et philosophie   Ven 22 Avr 2016 - 0:07

Oui, c'est ce que j'aime chez lui. Il provoque le recul de la conscience sur tout ce à quoi elle peut s'identifier. Il aide à sentir le Purusha (Soi), et à se départir de la Prakṛti (la nature, tout ce qui est extérieur au Soi)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Totem
Membre
avatar

Date d'inscription : 06/03/2013
Nombre de messages : 16202
Féminin
Bélier Chèvre
Age : 62
Ville : la voie lactée

MessageSujet: Re: Eveil et philosophie   Ven 22 Avr 2016 - 14:21

@LaPiNPiSKoPaT a écrit:
Oui, c'est ce que j'aime chez lui. Il provoque le recul de la conscience sur tout ce à quoi elle peut s'identifier. Il aide à sentir le Purusha (Soi), et à se départir de la Prakṛti (la nature, tout ce qui est extérieur au Soi)

On reconnait bien la voie Aurobindienne qu'il a suivi avec sa petite touche perso. d'ailleurs tout le monde à la sienne. Ayant trainé mes guêtres sur un forum (qui n'existe plus) où il y avait pas mal de membres dans cette voie, j'ai pu remarquer cela. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LaPiNPiSKoPaT
Membre
avatar

Date d'inscription : 20/04/2016
Nombre de messages : 45
Masculin
Poissons Dragon
Age : 29
Ville : Anglet

MessageSujet: Re: Eveil et philosophie   Sam 23 Avr 2016 - 0:11

Aurobindo est l'un des rares à savoir rendre les choses simples, abordables, et à stimuler aussi violemment le Feu de l'être. Ses paroles rendent véritablement fort, je trouve. Cette force, on la retrouve chez Natarajan qui la transmet avec autant d'efficacité, mais plus de précisions, de détails, de lumières et des descriptions plus en profondeur des mécanismes de la conscience ... leur travail se complète à merveille.

D'ailleurs j'ai visité un ashram qui était consacré à Aurobindo, à Pondichery il y a quelques années.. Ainsi que la ville d'"Auroville", qui malheureusement je pense, n'a plus grand chose à voir avec le regretté Sri. Çà tournerait presque à la secte en fait ... quel dommage. :/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Totem
Membre
avatar

Date d'inscription : 06/03/2013
Nombre de messages : 16202
Féminin
Bélier Chèvre
Age : 62
Ville : la voie lactée

MessageSujet: Re: Eveil et philosophie   Sam 23 Avr 2016 - 0:52

Personnellement la rencontre avec les écrits d'Aurobindo dont je n'ai lu qu'une petite partie a été une lumière pour moi et beaucoup de questions ont trouvé une réponse notamment dans "l'aventure de la conscience" écrit par Saptrem. Ce qui est marrant c'est que c'est tout à fait par hasard que j'ai découvert Aurobindo puis Natarajan par la suite alors que je ne faisais aucune recherche côté spirituel, en fait à l'époque je m'intéressais à la philo et la psychanalyse et psychologie. En fait je pense que tout cela est lié car en rapport avec la conscience. Il me semble avoir lu que Natarajan avait une formation littéraire assez poussée, tout comme Aurobindo d'ailleurs, mais comme tu le dis, ils ont su rendre les choses abordables et toucher pas mal d'êtres et les mener sur la voie spirituelle.

En parlant d'Auroville, je connais quelques personnes qui ont vécu là bas il y a plusieurs années déjà à l'époque où la "Mère" continuait le travail de Sri Aurobindo, mais aujourd'hui elles ont quitté Auroville parce que ça n'a plus rien à voir avec ce qu'elles ont connu......le ver est comme on dit, dans le fruit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LaPiNPiSKoPaT
Membre
avatar

Date d'inscription : 20/04/2016
Nombre de messages : 45
Masculin
Poissons Dragon
Age : 29
Ville : Anglet

MessageSujet: Re: Eveil et philosophie   Mer 27 Avr 2016 - 17:19

Ha, donc mon impression se confirme au sujet d'Auroville. Wink

Merci pour ce témoignage!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aimelavie
Membre
avatar

Date d'inscription : 15/03/2014
Nombre de messages : 752
Masculin
Cancer Buffle
Age : 32
Ville : Lille

MessageSujet: Re: Eveil et philosophie   Mer 27 Avr 2016 - 22:54

Hello  sunny ,

je me suis rendu à Auroville l'année dernière et je ne sais pas si j'avais une image préformée (probablement) mais peut-être n'y mettais-je pas trop d'espoir. J'ai découvert quelques aspects momentanés de l'endroit et des alentours en les appréciant à ma propre mesure. Dire que la ville n'est pas à la hauteur des aspirations initiales me semble peu nuancé. Par ailleurs, on voit et reçoit selon notre propre capacité. L'un aimera, l'autre sera mitigé, l'autre encore détestera.

Certains aurovillens de l'origine se sont distancés de la structure qui ne leur convient plus. Et comme dans toute entreprise, les plans sont en perpétuelle évolution. L'un des points forts d'Auroville c'est d'avoir proposé un idéal et de l'avoir rendu vivant, c'est à dire malléable depuis l'énergie du mouvement initiateur. En particulier, une communauté spirituelle s'achemine dans la construction matérielle. Et je dois dire que la structure spiralée aménage de belles surprises.

Chaque participant au projet fait don de lui-même, dans sa propre mesure. En effet, le travail pour la ville et le travail pour sa croûte sont généralement distincts. Je souligne donc l'effort des aurovilliens. Leur nombre est aujourd'hui encore réduit à quelques milliers alors qu'ils avaient prévu dépasser les cinquante mille rapidement. C'est peut-être parce que c'est loin de proposer un abri paradisiaque et qu'il faut un véritable dévouement à la tâche qu'elle soit physique, intellectuelle ou spirituelle.

J'ai vu et rencontré des gens, situations permettant de grandir. Cela n'est pas plus facile là-bas qu'ici, hormis l'acceptation plus évidente des indiens pour l'éveil et peut-être une certaine énergie qui imprime quelques lieux. Auroville comme tourbillon peut proposer une mise face à soi-même intense. Et c'est ce que toute situation du quotidien révèle. La sagesse d'Aurobindo et de Mère reste encore perceptible pour les âmes sensibles.

***

Pour revenir au texte, je désire souligner la contradiction de notre comportement. Nous aspirons à devenir plus beau, meilleur dans un domaine, plus intelligent, plus admiré et ne souhaitons pas devenir ce que nous sommes. Nous remplaçons la réalité par des objets que nous créons. Nous pensons ainsi toucher à l'essence alors que nous ne faisons que jouer avec nos propres conceptions. L'éveil est ainsi, un simple jeu de l'esprit. Je veux mais je n'obtiens pas, quelle frustration. Mais si je ne veux pas, obtiendrai-je ?

Excès et défaut épuisent l'énergie. Ils traduisent la volonté personnelle. " Je veux " et " je ne veux " pas sont des actions perturbatrices de la simple manifestation du réel. Si je veux je vais avancer, si je ne veux pas je vais stagner. Mais si je veux j'ajoute à ce qui est déjà et donc je m'en éloigne, tandis que si je ne veux pas je suis déjà. La volonté prend des aspects toujours plus subtils pour nous faire croire que nous sommes arrivés ... à ce que nous escomptions.

Sans relâche, nous devons nous détacher de toute prévision. Et sans relâche, nous devons abandonner même le détachement. Et sans relâche nous devons agir pour ne pas stagner. Et sans relâche, nous devons arrêter d'agir. Ces paradoxes traduisent la continuité du mouvement qu'est l'éveil, une action sans action. En ce sens, ce dernier se distingue d'une philosophie tout bonnement puisqu'il ne substitue pas une définition à son énergie. Si la philosophie est sagesse alors elle ne peut être que silencieuse. Parle-t-on de sagesse exercée ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LaPiNPiSKoPaT
Membre
avatar

Date d'inscription : 20/04/2016
Nombre de messages : 45
Masculin
Poissons Dragon
Age : 29
Ville : Anglet

MessageSujet: Re: Eveil et philosophie   Mer 27 Avr 2016 - 23:03

@Aimelavie a écrit:
Pour revenir au texte, je désire souligner la contradiction de notre comportement. Nous aspirons à devenir plus beau, meilleur dans un domaine, plus intelligent, plus admiré et ne souhaitons pas devenir ce que nous sommes. Nous remplaçons la réalité par des objets que nous créons. Nous pensons ainsi toucher à l'essence alors que nous ne faisons que jouer avec nos propres conceptions. L'éveil est ainsi, un simple jeu de l'esprit. Je veux mais je n'obtiens pas, quelle frustration. Mais si je ne veux pas, obtiendrai-je ?

Excès et défaut épuisent l'énergie. Ils traduisent la volonté personnelle. " Je veux " et " je ne veux " pas sont des actions perturbatrices de la simple manifestation du réel. Si je veux je vais avancer, si je ne veux pas je vais stagner. Mais si je veux j'ajoute à ce qui est déjà et donc je m'en éloigne, tandis que si je ne veux pas je suis déjà. La volonté prend des aspects toujours plus subtils pour nous faire croire que nous sommes arrivés ... à ce que nous escomptions.

Sans relâche, nous devons nous détacher de toute prévision. Et sans relâche, nous devons abandonner même le détachement. Et sans relâche nous devons agir pour ne pas stagner. Et sans relâche, nous devons arrêter d'agir. Ces paradoxes traduisent la continuité du mouvement qu'est l'éveil, une action sans action. En ce sens, ce dernier se distingue d'une philosophie tout bonnement puisqu'il ne substitue pas une définition à son énergie. Si la philosophie est sagesse alors elle ne peut être que silencieuse. Parle-t-on de sagesse exercée ?

C'est une intervention superbe. Je suis sacrément touché par la beauté de ta mise en perspective. Tu as une façon de décrire ces choses, et d'approfondir le cheminement au fil de la prose; c'est synthétique et profond, clair et subtil à la fois ! Tu décris avec beaucoup de délicatesse la manière dont la conscience trouve toujours plus de recul dans le subtil, et comment elle peut progressivement s'affirmer dans la position juste. Et tu montres avec aisance comment le mental peut élargir ses propres frontières en se jouant des dualités; en les intégrant dans un mode de compréhension plus large. J'en fais un peu beaucoup, désolé, mais je suis fan !

:171878[1]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Eveil et philosophie   

Revenir en haut Aller en bas
 
Eveil et philosophie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de partage sur la spiritualité, l'éveil de l'âme conscience et harmonie :: Forum spiritualité et forum ésotérisme sur le partage de l'éveil :: Psychologie et développement personnel-
Sauter vers:  
Spirit Partage - Forum spiritualité de rencontre Montpellier et autre ville
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit