Forum de partage sur la spiritualité, l'éveil de l'âme conscience et harmonie

Forum de discussion sur la spiritualité pour la rencontre et le partage dans l'éveil spirituel de la conscience, bouddhisme zen, lithothérapie meditation et citation.
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
anipassion.com
Partagez | 
 

 Prendre conscience de ses souffrances

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Prendre conscience de ses souffrances    Lun 2 Fév 2015 - 20:00

Bonjour,


ce petit  post suite à une reflexion que je me fais ( he oui ca arrive Wink ) , en fait , je me cache beaucoup ayant peu de souffrir mais ce que je n'ai pas remarqué c'est que c'est en moi qu'elle est .
Il m'a fallu du temp pour en parler , pour bien la comprendre..;
La faire sortir n'est certainement pas pour demain , ou pour ce qui reste à vivre .mais j'ai le temp maintenant que je peux la regarder avec beaucoup moins d'appréhension  cheers
J'ai souffert d'être rejettée à l'ecole, dans ma famille, dans mes relations sociales  , le besoin d'affection tait si grand...mais peu à peu , je l'ai occultée , me cachant derrière une carapace dans laquelle celle -ci n'a fait que te taper pour ressortir ...
Je lui ai ouvert les portes et j'ai discutée avec :
mais d'où tu viens , pourquoi c grand vide que tu creuse en moi ? ont été mes premières questions
il existera differentes explications j'en ai trouver certaines ce qui n'empêche pas celle ci d'être toujours là ... ( elle est pénible )

Peut être que dans ce topic , il y en aura d'autres bien au chaud aussi et que celui-ci les aidera à trouver la clef pour s'en delivrer ...et pourvoir la regarder en face sans peur .

Bonne soirée bisous  
Revenir en haut Aller en bas
Néhémyo
Membre
avatar

Date d'inscription : 30/10/2013
Nombre de messages : 4588
Féminin
Scorpion Chèvre
Age : 37
Ville : Sud

MessageSujet: Re: Prendre conscience de ses souffrances    Lun 2 Fév 2015 - 20:16

Tiens regarde Terra, en synchronicité, j'ai reçu ça sur mon mur FB. Je me suis demandé sur le coup, pourquoi je le lisais car je ne lis jamais ce genre de texte.
Apparemment c'est pour toi que je l'ai reçu.

Jyotananda Sathyam:



La RÉALITÉ du PASSÉ c'est quand il se re-PRÉSENTE à tous les jours.

À chaque instant peut resurgir de tout notre bagage inconscient, de nos jardins secrets et de nos archives camouflées dans des tiroirs fermés à clé... des fragments, des racines qui ont germé, un trop plein accumulé dans un coin qui ne peut que forcer vers la sortie, etc...

« Les blessures réelles, les racines non entretenues, les sentiments encore vivants... tout cela continue son mouvement de vie, donc de décomposition, de croissance ou de pourriture... Même et surtout si l'on ferme les yeux!
Mieux vaut faire la PAIX avec son PASSÉ, avec la vie qui bat partout plutôt que de l'enterrer vivante et faire comme si... »

~~ AVIS: voici le texte que vous n’avez probablement pas envie de lire! ~~

Faire la PAIX avec son PASSÉ nécessite qu’il soit PRÉSENT et qu’on puisse atteindre la RACINE (en matière ou en énergie)!

Au risque de raviver en vous la braise d’un conflit que vous préférez ignorer ou d’ouvrir un tiroir d’archives que vous vous efforcez d’effacer de votre mémoire… je vais mettre le pied, ou une plutôt une plume, aussi délicate que pointue cependant, dans ce jardin oublié où pourrissent et se meurent très lentement des expériences abandonnées, des relations rompues, des secrets enfouis, des peines et des souffrances ignorées.

Je ne peux que secouer vivaimant les voiles de nos inconsciences.
Ces inconsciences qui font croire qu’il s’agit de poser les gestes suivants pour régler un présent désagréable, une relation souffrante ou un passé inconfortable :

~ mettre fin à une relation
~ couper le contact et fuir une situation que l’on considère menaçante
~ jeter, rejeter, toutes traces présentes d’un passé souffrant
~ éloigner la source (une personne ou une substance) que l’on croit être toxique pour nous
~ laisser le passé derrière soi

Facile de clamer que ce sont des façons d’aller de l’avant, de se libérer et de s’alléger. Cela n’est pas complètement faux mais ce n’est qu’une impression apparente en surface. C’est une illusion qui tôt ou tard nous rattrape. La pilule qui n’aura traité que le symptôme… un jour, elle cessera de faire effet et de cacher le mal agissant en profondeur.

Le PASSÉ ne disparaît pas par MAGIE!

Tout ce que vous ferez de « négatif » avec votre passé et envers les gens (qui ne sont que des déclencheurs) que vous choisirez de laissez derrière… ne disparaitra pas parce que vous l’avez éloigné. Telle est votre volonté mais la réalité est autre chose.

Non seulement tout le dommage qui a été fait et toute blessure qui a été infligée ou reçue, continue d’exister mais elles poursuivent leurs conséquences néfastes dans le souterrain de votre vie, de votre inconscient et de votre corps … la dégradation se poursuivra à votre insu puisque vous ne voulez plus en être témoin, donc ressentir et concentrer vos énergies à guérir ce qui émergeait… attirant votre attention sur une zone intérieure en besoin de soins, de guérison, d’amour.

Facile de raser la mauvaise herbe… plus exigeant d’extirper les racines! Mais si on ne le fait pas, ce sera à recommencer, ailleurs, plus tard … avec une autre personne, dans une autre situation … le temps que la racine du mal retrace son chemin jusqu’à la surface de votre vie … en un passé redevenu « présent ».

Aller jusqu’à la racine d’une souffrance, d’un inconfort, d’une blessure pour qu’elle guérisse --plutôt que de ne plus nous faire souffrir momentanément – nécessite temps, bienveillance et profondeur.

On peut bien déménager et ne pas laisser sa nouvelle adresse mais, cela ne règle pas à la source. En plus, cela ajoute à l’inconfort ressenti… la crainte d’être retracé.

Partir avec violence, agression ou dualité … ne permet pas de FAIRE LA PAIX AVEC SON PASSÉ!
Cela ne fait qu’ajouter à la pression que l’on met dans le chaudron avant de mettre le couvert et de croiser ses doigts pour que cela n’explose pas.

QUOI FAIRE ?

Si l’action que vous choisissez de poser n’entraîne pas un état profond en vous mais juste un soulagement en superficie … c’est un signe. Si vous vous sentez encore prêt, prête à réagir, sur le qui vive et pas « en paix » avec la situation ou la personne concernée… c’est signe que vous n’avez pas été à la source, que rien n’est réglé en profondeur.

Mieux vaut vous attendre à devoir plonger plus profond la prochaine fois, prendre le temps de réparer les pots cassés, de soigner les blessures avant qu’elles ne s’aggravent, en soi et chez l’autre. Bien sûr, on est pas responsables de tous les dommages et blessures mais on peut toujours mettre un baume sur une plaie même si on ne l’a pas entraînée volontairement.
Imaginez quand on parle des VIES ANTÉRIEURES…

Rappelons-nous aussi que si nous n’arrivons pas à régler dans la paix et l’amour nos conflits et différends présents … comment pourrons-nous régler ceux du passé qui sont encore et sans cesse réactivés. Car, il faut se rendre compte que plus on se réclame de pouvoir et de liberté en étant conscient et universel … plus on doit assumer et se responsabiliser quant à ce à quoi l’on a contribué à créer. Reconnaître que l’on est concerné par ce qui a été accumulé afin justement de cesser d’en accumuler.

Oui, le passé est passé mais la vie qui est mouvement, elle, continue de passer … chargée de ce qu’on aura mis dedans.

© Jyotananda Sathyam
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Itxaso
Membre
avatar

Date d'inscription : 09/03/2014
Nombre de messages : 2187
Féminin
Bélier Tigre
Age : 43
Ville : le monde

MessageSujet: Re: Prendre conscience de ses souffrances    Lun 2 Fév 2015 - 20:41

Merci Laam pour le texte que tu proposes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Itxaso
Membre
avatar

Date d'inscription : 09/03/2014
Nombre de messages : 2187
Féminin
Bélier Tigre
Age : 43
Ville : le monde

MessageSujet: Re: Prendre conscience de ses souffrances    Lun 2 Fév 2015 - 21:16

Courage Terra! :383570gif Bisous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur X
Membre
avatar

Date d'inscription : 16/06/2010
Nombre de messages : 9523
Masculin
Capricorne Singe
Age : 48
Ville : système solaire

MessageSujet: Re: Prendre conscience de ses souffrances    Mar 3 Fév 2015 - 11:50

Hum , on ne prend conscience que de soi-même , si la souffrance est un aspect inhérent à notre êtreté s'y identifier ce n'est pas en prendre conscience , il faut faire la différence entre la souffrance inutile qu'on entretient car elle nous donne le sentiment subjective d'exister à travers elle , et la souffrance volontaire inhérente à toute volonté d'éveil , love .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aimelavie
Membre
avatar

Date d'inscription : 15/03/2014
Nombre de messages : 741
Masculin
Cancer Buffle
Age : 32
Ville : Lille

MessageSujet: Re: Prendre conscience de ses souffrances    Mar 3 Fév 2015 - 12:04

Terra : " J'ai souffert d'être rejetée "

   Un classique. Nous pouvons plonger dans le passé pour trouver une situation à l'origine de l'angoisse. Hypnose, lying, EMDR, EFT, ... Pour l'être humain reconnaître c'est accepter.

Laam : " Faire la PAIX avec son PASSÉ nécessite qu’il soit PRÉSENT et qu’on puisse atteindre la RACINE (en matière ou en énergie)! "

   Prendre conscience de l'énergie en soi. Emotions, pensées sont enracinées sous une forme plus ou moins palpable. Parfois, nous pouvons mettre une étiquette précise sur la cause de nos maux, d'autres fois non. Il est seulement important de sentir le malaise pour pouvoir y travailler. Certaines souffrances sont d'ailleurs trop importantes pour être abordées de front. On peut les comparer à des méduses ou des sirènes qui peuvent captiver au point de nous immobiliser et nous mener à notre perte.

   Une grosse partie des peurs est inconsciente et ne remonte en surface que par épisodes. En repérant le cycle des ces apparitions, nous pouvons mettre en place un processus d'acceptation. L'observation de soi suffit à calmer les tensions intérieures puisque dans cette approche l'engrenage psychique cesse son travail. La connaissance de soi est donc la meilleure médecine. En comprenant, le fonctionnement psychologique et émotif nous ne laissons plus la roue tourner librement. L'affolement passé disparaît puisqu'il n'est plus alimenté.

   Souvent l'expérience de la souffrance est nécessaire car elle permet d'en révéler la substance. Ainsi revivre un passé difficile réactive une énergie qui demande à être reconnue. Le simple fait d'exprimer son ressenti est un soulagement. Nous donnons à la peine matière pour s'écouler et puis nous nous détachons de cette mémoire, physiquement et mentalement. Il faut peut-être des années car d'autres couches se révèlent l'une après l'autre. Dans la persévérance, l'amour de soi.

sunny
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
erell
Membre
avatar

Date d'inscription : 29/09/2014
Nombre de messages : 8614
Féminin
Sagittaire Dragon
Age : 40
Ville : en chemin...

MessageSujet: Re: Prendre conscience de ses souffrances    Mer 4 Fév 2015 - 9:37

Bonjour Terra, ProfX, saryou, tous... :BJR004:

"Guérir de la blessure d'abandon"
de Daniel Dufour
aux Editions de L'homme

Je fais un "copier_coller" d'un extrait du livre ci-après. C'est un livre  très intéressant qui peut aider, entre autres dans le cas qui te préoccupe, Terra.

Belle journée à vous... sunny


Extrait du livre :


Être son propre guérisseur

La voie médicale non institutionnelle va par conséquent s'attacher à aider la personne souffrante à mettre en œuvre deux actes distincts mais complémentaires, qui sont, par ordre:

éteindre, c'est-à-dire faire taire son mental pour se situer ici et maintenant;
reconnaître, ressentir et exprimer ses émotions.
Nous aborderons ces deux volets de façon détaillée un peu plus loin, mais soulignons déjà certains avantages de cette voie.

Elle responsabilise la personne face à la maladie dont elle souffre. Ce point me semble être la particularité essentielle de cette approche. Responsabiliser la personne revient à lui dire que sa maladie n'est pas venue "comme ça", mais pour lui transmettre un message, à savoir qu'elle ne s'écoute plus et ne se respecte plus depuis un temps plus ou moins long... Dire à un être humain qu'il est responsable de son mal-être comme de son bien-être est à mes yeux la plus grande preuve de respect que l'on puisse lui témoigner. Cela revient à lui dire: "Tu existes. Tu as la possibilité, le pouvoir et le droit de souffrir, de tomber malade ou de te faire du mal, de même que tu as la possibilité, le pouvoir et le droit de ne pas souffrir, de guérir, de bien te porter et de te faire du bien." C'est aussi lui dire qu'il est tout-puissant vis-à-vis de lui-même et que personne d'autre que lui ne peut guérir à sa place ou le guérir. C'est aider la personne à retrouver sa capacité à vivre pleinement le moment présent et à retrouver son autonomie, la maladie correspondant à une perte d'autonomie, à une démission face à la vie et à une soumission au mental. Quant à celui qui est censé aider, il doit faire preuve d'une grande humilité et témoigner à la personne souffrante une profonde confiance en ses capacités à progresser vers le mieux-être et la guérison.

Elle ne donne aucune prise aux médicaments, quels qu'ils soient. Ceux-ci peuvent être employés de façon très spécifique, pendant une courte période, afin de soulager certains maux, mais en aucun cas ils ne sont une finalité en eux-mêmes. Les antidépresseurs et les autres médicaments de ce type seront dans la mesure du possible évités, car ils masquent ou diminuent la perception et le rapport aux émotions qui doivent être ressenties et exprimées pour qu'un mieux-être apparaisse. La voie non institutionnelle favorise le vécu des émotions bloquées par le mental. Toute médication ou approche thérapeutique allant dans le sens contraire ne peuvent être considérées comme valables à moyen et long terme.
Elle permet à la personne souffrante de se battre pour elle-même et non contre la maladie ou contre des symptômes... C'est une vérité absolue. Lutter contre n'est pas positif et ne devrait pas constituer une fin en soi; lutter pour soi-même est la seule chose qui soit réellement importante. Vivre bien et heureux ne constitue-t-il pas, finalement, le but essentiel? L'intention qui sous-tend ce que l'on entreprend est très importante: dans le cas d'une "lutte contre", notre intention est de vaincre dans un combat qui nous oppose à un virus, une bactérie ou des cellules anormales. Afin de parvenir à notre but, nous employons divers moyens qui visent la destruction de "l'ennemi" avec tous les effets secondaires connus, sans nous poser aucune question sur nous-mêmes et notre maladie. C'est ainsi que l'on en arrive à de véritables contradictions: la médecine utilise certains médicaments très puissants, bien qu'elle sache qu'ils font encourir des risques vitaux au patient. Au contraire, si l'intention de fond est de lutter pour soi ou pour le patient, l'approche privilégiera la personne, non le traitement, et ce afin d'aider celui ou celle qui souffre à retrouver sa dignité et son autonomie en tant qu'être humain à part entière. Quoi de plus beau que cette démarche?

********

Reconnaître les émotions liées à l'abandon

Du fait de notre mental, le mot"abandon", ou ses synonymes, peut rester un simple mot et n'être relié à aucune émotion. Je suis toujours étonné de notre capacité à prononcer des mots sans ressentir du tout l'émotion qui se trouve derrière. L'abandonnique ne fait pas exception à cette règle. Après avoir accepté intellectuellement qu'il a été quitté ou abandonné par l'autre, il a l'impression (ou il fait semblant!) d'en avoir terminé avec son traitement. Il n'en est évidemment rien, car une reconnaissance intellectuelle n'est en aucun cas synonyme de mieux-être... Il va donc falloir que la personne souffrante se pose la question de ce qu'elle ressent comme émotion.

Que peut-on ressentir lorsque l'on est abandonné ou que l'on se sent abandonné? Le mot "ressentir" est très souvent interprété par la personne comme une invitation à dire ce qu'elle pense du fait qu'elle a été abandonnée. Elle va par conséquent partir dans une grande diatribe sur ce qu'elle pense ou ne pense pas par rapport à cet acte. Si elle réalise que la question posée ne concerne pas ce qu'elle pense, mais bien ce qu'elle ressent un silence règne souvent, car pas plus que la plupart d'entre nous elle n'est habituée à se pencher sur ses émotions, trop occupée à réfléchir avec son brillant mental.

Après ce moment de silence, un autre type de réponse est parfois fait: "Je me sens abattu, fatigué" ou "Je suis sans ressort, comme épuisé", ou encore: "Je me sens démotivé." Il arrive aussi que la personne décrive ce dont elle souffre sur le plan physique... La question s'impose alors naturellement: "Que ressentez-vous?" Deux réponses sont possibles, car il n'y a pas pléthore de familles d'émotions: la tristesse ou la colère. En se penchant sur le sujet de façon intellectuelle (puisque nous en sommes toujours à ce niveau!), l'abandonnique, par réflexe, se refuse le droit d'être triste: "Je n'ai pas pour habitude de m'apitoyer sur moi-même", dit-il; il ne s'autorise pas davantage à être en colère "Je ne suis pas quelqu'un de colérique." S'il accepte d'avancer dans sa réflexion, la tristesse va souvent lui apparaître comme plus acceptable - car mieux acceptée! - que la colère. Il va cependant minimiser sa tristesse; il dira, par exemple, qu'il est triste "mais pas énormément" ou que sa tristesse n'est pas assez importante pour qu'il pleure. Toutes les excuses lui sont bonnes pour ne pas accepter réellement et franchement que l'acte d'abandon qu'il a subi génère inévitablement de la tristesse.

Inutile de dire que, vis-à-vis de la colère, le mental va se déchaîner. En fait, il va tout faire pour nier cette émotion qui est pourtant au cœur de tout abandon. Tout d'abord, le mot "colère" est souvent repoussé avec force; il est en effet "trop fort" pour beaucoup de personnes. La tolère a une connotation négative, et elle est trop souvent associée à la violence verbale ou physique dont sont victimes nombre d'enfants et d'adultes. En réalité, la colère est confondue avec la rage. Il est pourtant essentiel de faire la différence entre l'émotion de colère et la rage qui est, elle, une construction de notre mentaL La famille des colères est absolument nécessaire à la vie de l'individu, au même titre que la famille des joies et celle des tristesses. L'enfant qui vient de naître n'éprouve ni peurs ni remords, il n'exprime aucune rage, pas plus qu'il ne fait de dépression nerveuse, tout simplement parce que son mental n'existe pas.

C'est au fur et à mesure que le mental de l'enfant se développe que les crises de rage apparaissent dans sa vie. En effet, sous la pression de l'éducation et des règles lui interdisant de se mettre en colère (des règles nourrissant le mental), l'enfant va réprimer sa colère, jusqu'au moment où, n'en pouvant plus, il explose et fait une crise de rage, ce qui est fort violent et destructeur. Juste après, l'enfant se sent coupable et s'excuse, il essaie de se contrôler et réprime encore plus ce qu'il ressent, jusqu'à la prochaine fois ...

Nous sommes ici dans un cercle vicieux dirigé et animé du début jusqu'à la fin par le mental. Il en va bien entendu de même pour l'adulte parent qui fait subir des crises de rage à son entourage et marque ainsi à vie ses enfants. Cette rage n'a rien à voir avec la colère dont l'expression, comme nous le verrons, ne porte atteinte à l'intégrité physique et psychique de personne et se fait dans la solitude à seule fin de se faire du bien.

Il est souvent utile d'expliquer tout cela à l'abandonnique afin qu'il comprenne que la colère est dénuée de toute violence et qu'il est absolument normal, et même nécessaire, qu'un être humain ressente cette émotion. Néanmoins, la personne préfère la plupart du temps d'autres termes qui sont moins"chargés", tels que"rogne", "contrariété", "énervement", "exaspération", "ressentiment". Le choix des mots importe peu, pourvu que l'individu accepte de reconnaître qu'il éprouve une émotion de la famille des colères face à ce qu'il a subi. Reconnaître qu'avoir été rejeté ou abandonné puisse engendrer de la tristesse et de la colère est en soi une étape importante sur le chemin de la guérison, mais ne veut pas dire pour autant que l'abandonnique s'accorde le droit de ressentir ces émotions ...

(...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Itxaso
Membre
avatar

Date d'inscription : 09/03/2014
Nombre de messages : 2187
Féminin
Bélier Tigre
Age : 43
Ville : le monde

MessageSujet: Re: Prendre conscience de ses souffrances    Mer 4 Fév 2015 - 10:16

Oh, merci Erell, il a l'air très chouette ce livre!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Prendre conscience de ses souffrances    Mer 4 Fév 2015 - 17:53

Revenir en haut Aller en bas
erell
Membre
avatar

Date d'inscription : 29/09/2014
Nombre de messages : 8614
Féminin
Sagittaire Dragon
Age : 40
Ville : en chemin...

MessageSujet: Re: Prendre conscience de ses souffrances    Mer 4 Fév 2015 - 18:23

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Prendre conscience de ses souffrances    Mer 4 Fév 2015 - 19:08

Laam a écrit:


Jyotananda Sathyam:



La RÉALITÉ du PASSÉ c'est quand il se re-PRÉSENTE à tous les jours.


© Jyotananda Sathyam


Citation :
Faire la PAIX avec son PASSÉ nécessite qu’il soit PRÉSENT et qu’on puisse atteindre la RACINE (en matière ou en énergie)!

Aller jusqu’à la racine d’une souffrance, d’un inconfort, d’une blessure pour qu’elle guérisse --plutôt que de ne plus nous faire souffrir momentanément – nécessite temps, bienveillance et profondeur.

Ceiba :
Ces deux  phrases résonnent très fort en moi…
Je dirais que je suis passée par là… et je  continue encore aujourd’hui ce travail ( 8 années de travail sur moi) qui devrait aboutir vers une certaine Libération…

Oui il est nécessaire et douloureux de revivre son Passé...
C’est par ce travail qu’un soir je suis entrée dans La Lumière.en pardonnant à l’impardonnable en Février 2013… Le travail jusqu’à la racine…OUI…
On revit son passé comme si ça se passait là aujourd’hui… le Passé devient alors présent jusqu’aux douleurs dans le ventre… l’envie de crier… hurler…mais rien ne sort au départ… on entend aussi  les voix de ses bourreaux comme s'ils étaient là collés à soi… On revit chaque scène du passé comme si c’était là… les temps passé et présent se mélangent… il faut pouvoir…au fil des jours en comprendre le sens …
Bref Oui pour mon expérience ces deux phrases sont empreintes d’une grande vérité et c’est une clé qui nous mène vers une certaine Libération … trouver la Paix intérieure… Pardonner mais aussi se pardonner pour les souffrances qu’on laisse croître en nous… déculpabiliser… la culpabilité tient aussi une place dans le processus de  la souffrance… au moins en ce qui me concerne…!
Il faut se défaire de cette culpabilité... pas facile dans ce monde de dualité...!



Je  terminerais en acquiesçant pour cette troisième phrase:


Citation :
Partir avec violence, agression ou dualité … ne permet pas de FAIRE LA PAIX AVEC SON PASSÉ!

J’ai connu aussi cette violence, cette haine au fond de moi pendant longtemps… seuls le sport, la musique et une thérapie m’ont aidée à faire face… je me défoulais au sport jusqu'à avoir mal parfois… je voulais ressentir une douleur physique plus forte pour ne plus avoir à souffrir au fond de moi…
Cette violence est destructrice… je l’ai très vite compris… mais j’avais l’impression au départ d’avoir moins mal… Et puis est venu le temps où j'ai pu évacuer cette haine...!

La haine et la violence entretiennent... nourrissent la souffrance...!


Merci Laam pour ce texte et à tous pour ces partages... Love...

Amour... Paix... Guérison...
Revenir en haut Aller en bas
porte
Membre
avatar

Date d'inscription : 08/02/2014
Nombre de messages : 3857
Masculin
Lion Serpent
Age : 63
Ville : Pays de Loire

MessageSujet: Re: Prendre conscience de ses souffrances    Jeu 5 Fév 2015 - 19:17

La souffrance n'est pas ennemie, mais révélatrice.

Cette prise de conscience mène vers celle des autres moi-même dans des circonstances que leur configuration occupe, le dessein de l'âme explorant le créé.

L'on peut même être heureux de la souffrance (paradoxal certes, mais apportant une clarté quant à son caractère initiatique), lorsque est perçu le but et ses révélations. L'on s'en libère lorsque s'achève la compréhension.

La cause principale de la souffrance se tient dans l'ignorance.

Le pardon est un antidote efficace pour peu qu'il viennent du coeur et non de la raison.

Se pardonner la souffrance que l'on inflige à l'autre et à soi-même par effet pour s'en remettre au Divin est transformateur, libérateur et transcendant. L'état d'égalité est à rechercher en ce sens autant que celle du plaisir, du bonheur. L'esprit tranquille voit qu'il n'y a ni l'une ni l'autre en réalité, seulement des états que nous traversons.

Le reflet de la souffrance n'est pas la souffrance.

Notre vision limitée de la Vie et de son sens par nos sens doivent faire appel à la Présence sise dans le secret de l'abandon.

Fraternellement :petitcoeur) en partage avec La Présence... drunken

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Totem
Membre
avatar

Date d'inscription : 06/03/2013
Nombre de messages : 14498
Féminin
Bélier Chèvre
Age : 62
Ville : la voie lactée

MessageSujet: Re: Prendre conscience de ses souffrances    Jeu 5 Fév 2015 - 20:37



:jap:Je ne peux qu'approuver ce que tu dis là mais voilà c'est difficile de communiquer cela....ce n'est que lorsqu'on est passé par là qu'on réalise que ce que d'autres nous avaient déjà dit était vrai...c'est dire si le mental/ego est un affabulateur... :twisted:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
porte
Membre
avatar

Date d'inscription : 08/02/2014
Nombre de messages : 3857
Masculin
Lion Serpent
Age : 63
Ville : Pays de Loire

MessageSujet: Re: Prendre conscience de ses souffrances    Ven 6 Fév 2015 - 0:09




*RE: C'est ce qui s'appelle: "Chasser le mendiant du temple..."

Fraternellement :petitcoeur) en partage  Wink

La souffrance reste un oubli à soi-même dans le SOI. Sachant cela, il reste à se le communiquer en soi, pour s'y relier et s'y rallier. Tout est dans le consentement...il y a celui qui pèse le pour et le contre et ne veux rien lâcher (remarquable dans notre cycle de matérialisme à outrance), en croyant gagner, il a déjà perdu ne le sachant, l'escroc s'accroche à ses possessions... Rolling Eyes oui!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur X
Membre
avatar

Date d'inscription : 16/06/2010
Nombre de messages : 9523
Masculin
Capricorne Singe
Age : 48
Ville : système solaire

MessageSujet: Re: Prendre conscience de ses souffrances    Ven 6 Fév 2015 - 11:27

@Totem a écrit:
Je ne peux qu'approuver ce que tu dis là mais voilà c'est difficile de communiquer cela....ce n'est que lorsqu'on est passé par là qu'on réalise que ce que d'autres nous avaient déjà dit était vrai...c'est dire si le mental/ego est un affabulateur...

Him , on passe pas tous par le même goulot , on ne peut étendre sa propre démarche spirituelle à tout le monde , le fait que notre existence est unique comme notre chemin peut faire souffrir dans la mesure ou l'on essaie de comprendre l'autre à travers la subjectivité de sa propre" voie ", on cherche chez l'autre des corrélations , une accréditation , on échange des lieux communs spirituels , " le mental/ego est un affabulateur " , bin c'est sur et nous sommes des anges qui subissons ce méchant " mental/ego ", on s'invente des souffrances par les causes subjectives que nous lui trouvons , love .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nécro
Membre
avatar

Date d'inscription : 04/05/2014
Nombre de messages : 349
Masculin
Gémeaux Dragon
Age : 53
Ville : montreal,que

MessageSujet: Re: Prendre conscience de ses souffrances    Dim 8 Fév 2015 - 4:07

Bien le bonjour et Bien le bon soir ! dacodac avec les intervenant prcédant .

        Si il n y aurait seulement que de la joie en ce monde , y aurait t'il un mot pour désigner cette dernières.  Je crois que si la joie ,se nomme la joie ses parce que nous donnons le droit au  malheur d'exister , il y a d'inombrables façon de choisir de souffrir  , Je dis (choisir) parceque inconsciament ,ses nous qui fesons ce choix,de par nos action , mais par contre je crois qu'il n'y a qu'une seul joie en ce monde , et  elle est équanime . Smile    .   A chaqun de nous de faire son choix !!

   amicalement votre nécro jocolor
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Prendre conscience de ses souffrances    Lun 2 Nov 2015 - 14:36

Un lien très intéressant pour prendre conscience de l'origine de ses souffrances : http://www.tdah-adulte.org/ study


Dernière édition par Âliya le Mar 3 Nov 2015 - 22:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
did
Membre
avatar

Date d'inscription : 11/01/2014
Nombre de messages : 4234
Masculin
Vierge Serpent
Age : 51
Ville : Planéte Terre

MessageSujet: Re: Prendre conscience de ses souffrances    Mar 3 Nov 2015 - 7:45

Ah oui Aliya, ce site m'a bien aidé a une époque.

je voulais préciser quand même qu'en page d'accueil, le site a une approche médicale classique, matérialiste : " C'est le cerveau, les agités ont le cerveau bleu mauve". Ensuite, en prenant le temps de le parcourir, j'ai découvert qu'ils étaient très critique sur les soins par médicaments chimiques : parfois utile mais pas le seul traitement. ils pronent tout ce qu'on aime bien ici : l'hygiène de vie, les plantes médicinales, la pratique spirituelle, et bien évidemment la compréhension du problème, sa conscientisation qui est le premier pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pulsar
Membre
avatar

Date d'inscription : 08/10/2015
Nombre de messages : 2716
Masculin
Lion Dragon
Age : 53
Ville : Noland

MessageSujet: Re: Prendre conscience de ses souffrances    Mar 3 Nov 2015 - 8:35

Prendre conscience, est-ce autre chose qu' accueillir au sein même de l' Acte de présence ? Par cet Acte, l'unité de ce que Je Suis est instantané et spontané. Cet Acte , qui tranche le lien d' attachement particulier à cette forme particulière par laquelle Je m' exprime et par laquelle je jouis et je souffre , est l' Acte par lequel l' Amour vient à être , à chaque "maintenant".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nécro
Membre
avatar

Date d'inscription : 04/05/2014
Nombre de messages : 349
Masculin
Gémeaux Dragon
Age : 53
Ville : montreal,que

MessageSujet: Re: Prendre conscience de ses souffrances    Mar 3 Nov 2015 - 15:29

bien le bonjour et bien le bon soir !    

EURÉKA

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Prendre conscience de ses souffrances    Mer 4 Nov 2015 - 10:31

Prendre conscience de ce qui génère une souffrance en nous est le plus important.

La souffrance en elle-même n'est qu'un symptôme lié à un fonctionnement mental particulier. Nous pourrions la comparer à la douleur physique, qui est également un symptôme lié quant à lui à un fonctionnement corporel particulier.

Identifier les racines de cette souffrance psychologique consiste donc à trouver les causes mentales qui la génère. Souvent, c'est le "moi" ou "ego" qui souffre, dans son rapport au monde, et par rapport à ses attentes, en réponse aux événements du monde relativement à lui-même.

Si nous réussissons à déterminer avec précision les raisons qui provoquent cette souffrance, nous pouvons alors plus facilement trouver le moyen de les déraciner. Par exemple, si nous constatons une souffrance liée à l'indifférence des autres, ou à leur rejet, la première étape est de comprendre que la racine de cette souffrance est en nous, en réponse à ces actes ou paroles, et que pour qu'il n'y ait plus de souffrance, il faut changer en nous notre façon d'accueillir ces actes ou paroles afin qu'il ne nous affectent plus de cette façon.

Prenons par exemple, une personne qui aurait été injuriée par une autre sur ses origines. Elle pourrait en "souffrir", ou bien réagir avec "colère" en retour. Ce sont deux types de réactions différentes de son ego, parce qu'elles correspondent à une situation relative à sa personne.

Si elle s'en rend compte, et qu'elle tend à élargir sa conscience pour sortir de sa propre propre existence afin d'avoir un point de vue plus "global", elle se rendra compte que la personne qui l'a injurié est celle qui a un problème, qui manque d'Amour car illusionnée par les apparences qui l'empêchent de voir l'Être qu'il y a derrière chaque Vie. Comment en réalisant cela, peut-elle se sentir "personnellement" atteinte par ces injures ?

Les vibrations négatives générées par la personne injurieuse ne s'accrochent plus au mental d'une personne qui a une conscience plus vaste, son mental n'éponge plus ces ondes négatives, n'en fait pas echo non plus, sans pour autant devenir inapte à l'analyse objective de ces propos. Un tel mental abouti rapidement à la Vérité sous-jacente qui est que cette personne, pour en arriver à prononcer de telles injures, doit avoir une conception erronée de la Vie en général, et il devient alors même possible de lui apporter de l'aide, par notre réponse, afin qu'elle atteigne aussi un point de vue plus global et se débarrasse de ces idées néfastes. L'écho alors produit par les actes ou les paroles ne sont pas des ondes négatives reflétées bêtement, ce sont des ondes positives, évolutives, créatrices, qui reviennent à l'envoyeur, qui le surprenne et qui sont les seules capables de le "transformer" vers une vibration plus "haute" (plus Amour).

Cela rejoint les paroles de Jésus qui expliquait qu'il fallait "tendre l'autre joue" : une façon imagée de nous expliquer le principe qu'il ne faut pas faire un écho négatif à la négativité, tendre l'autre joue consiste à mettre l'autre devant son propre acte, devant sa propre image, afin de lui permettre de se voir lui-même, tel qu'il est en train d'agir. Les ondes reflétées par cette réponse à la violence ne sont pas négatives, et certains critiquent l'aspect de "soumission" que l'idée de tendre l'autre joue implique au premier degré, mais s'arrêter à une analyse superficielle mène à une opinion superficielle et empêche de comprendre la véritable leçon qui se situe dans cette simple acte de "tendre l'autre joue" tel qu'il est présenté, comme une image.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Prendre conscience de ses souffrances    Dim 22 Mai 2016 - 12:43

Tu as raison prof ,

je me trouve toujours des trucs pour remonter la souffrance , un peu comme une droguée qui a besoin de sa dose ...

oui, jai constatée qu'à chaque fois que je suis bien , il y a toujours quelque chose de negatif qui remonte, une pensée , un truc triste pf

bon apres un ti recul sur cela , je pense que ca doit venir de certaines promesses qui n'ont pas été tenue par mon environnement famillial dans mon enfance

la joie d'avoir, cassé par la deception ( l'espoir doit se ressentir à petite dose sinon c'est toxique je pense) on est tous passé par la , mon ego mal degrossi a garder , je pense que les emotions négatives de ce côté là

et je remarque que je n'arrive plus depuis un bon moment a ressentir la joie , pas que ca me manque , j'ai presque oublié ce que c'était mais je sais la douleur si elle vient a disparaitre trop vite ,

les mots n'ont presque plus d'effet sur moi , j'ai tellement lu de bouquin spirituels que j'en ai fais une overdose , les spy : bof ,

des fois , je me dis que le fait d'evoluer et de ne plus avoir de predateur naturels n as crée en nous , nos propres monstres qui peuvent nous tuer bien plus insidieusement .... Sad

Revenir en haut Aller en bas
Professeur X
Membre
avatar

Date d'inscription : 16/06/2010
Nombre de messages : 9523
Masculin
Capricorne Singe
Age : 48
Ville : système solaire

MessageSujet: Re: Prendre conscience de ses souffrances    Dim 22 Mai 2016 - 15:35

Hello Po et rebienvenue , nous désirons être , à travers nos pensées , nos sensations , nos émotions , ces différents aspects de notre êtreté on tous la particularité d'avoir un coté positif et un coté négatif , le plaisir coexiste avec la douleur pour le corps , le oui et le non , l'antagonisme , coexistent en permanence dans le mental , la joie et la tristesse coexistent dans notre coeur , nous pouvons souffrir de ces aspects négatifs propres à chaque fonctions si nous courrons après une existence qui serait sans douleur  , sans ambiguïté , sans émotions négatives , nous risquons de ne plus rien ressentir , arrêter de souffrir est bien la pire chose qui puisse nous arriver , nous n'avons pas de bon rapport avec la souffrance , nous nous y identifions comme à toute chose , cela nous fait barjoter , on lui cherche une cause , une raison , on l'oppose à notre vision d'une vie de paix de joie et de plaisir , on pense que si nous sommes débarrassés de cette souffrance nous pourrons avoir cette vie là , mais cette vie est déjà là elle est simplement mêlée à cette souffrance qui nous obnubile , love .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Prendre conscience de ses souffrances    Dim 22 Mai 2016 - 16:03

Prendre conscience de ses souffrances.

Vais m'en tenir au titre, prendre conscience de ses souffrances, implique que l'on à pas conscience de ses souffrances, alors est ce vraiment de la souffrance dont il est question.
Revenir en haut Aller en bas
Figaro
Membre


Date d'inscription : 28/02/2016
Nombre de messages : 7268
Masculin
Capricorne Rat
Age : 44
Ville : Chez toi

MessageSujet: Re: Prendre conscience de ses souffrances    Dim 22 Mai 2016 - 16:32

Je lui ai ouvert les portes et j'ai discutée avec.

Po

:jap:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Prendre conscience de ses souffrances
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de partage sur la spiritualité, l'éveil de l'âme conscience et harmonie :: Forum spiritualité et forum ésotérisme sur le partage de l'éveil :: Psychologie et développement personnel-
Sauter vers:  
Spirit Partage - Forum spiritualité de rencontre Montpellier et autre ville
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit