Forum de partage sur la spiritualité, l'éveil de l'âme conscience et harmonie

Forum de discussion sur la spiritualité pour la rencontre et le partage dans l'éveil spirituel de la conscience, bouddhisme zen, lithothérapie meditation et citation.
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 L'existence, hors du temps?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Agaldian
Membre


Date d'inscription : 16/05/2011
Nombre de messages : 397
Masculin
Taureau Chien
Age : 34
Ville : marseille

MessageSujet: L'existence, hors du temps?   Dim 22 Juin 2014 - 6:06

Rappel du premier message :

Plusieurs théories ou traditions évoquent une existence hors du temps. J'ai tendance a croire l'existant coherent, et cette idée ne me semble pas resister a une analyse logique.

Avant tout voici 3 notions qui sont intrinsequement liées a celle du temps (même si on pourrait considerer que ces trois notions soient liées, voire sont la même notion):

La progression : je suis a gauche PUIS je me deplace PUIS je suis a droite.

L'évolution : je ne sais oas compter PUIS j'apprends a compter PUIS je sais compter.

La causalité : je tiens une pierre, que je lance PUIS je la lance PUIS/DONC elle est en mouvement PUIS/DONC elle entre en contact avec le mur.

Voici une liste non exhaustive des théories "hors du temps" que j'ai pu croiser :

1- Le temps est une illusion

Comment un "univers" sans progression, évolution ni causalité pourrait "decider" de creer une telle illusion ?
Comment, dans cet "univers" ou cette notion serait étrangere, pourrait on avoir la comprehension a la création et a la coherence de cette illusion : Si je suis hors du temps comment puis je comprendre qu'il faut "faire semblant" que le verre, d'abord plein, est vide une fois bu ?
Cette notion ne m'est elle pas trop completement étrangere pour assurer cette coherence ?

2- Avant le temps

AVANT il n'y avait pas de temps PUIS quelque chose a CHANGÉ : "xxx" a été EN TRAIN de creer le temps PUIS le temps a existé.

Je pense que mon usage des majuscules demontre l'illogisme de cette affirmation.

3- Quelque chose hors du temps (exemple : les annales akashiques)

AVANT je suis hors de la bibliotheque akashique, PUIS j'entre dans ce lieu hors du temps PUIS je retourne dans le temps.



A noter qu'il est, je pense, indeniable que le temps existe dans la matiere. Nous pouvons le voir dans des milliers d'exemple, je peux citer qu'il y a eu un avant et un après la publication de ce post, le cycle jour/nuit, la chaleur qui est le resultat d'une excitation (donc mouvement) atomique ... .

Pour moi ce qui est dans la matière n'a pas d'existence qui lui soit propre, tout n'est que la transposition de ce qui existe a un autre niveau.
Dans ma perception de ce qu'est le temps je vois ça comme la transposition d'un element que je crois immuable : l'évolution de la conscience.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.unedesvoies.123.fr

AuteurMessage
Aimelavie
Membre


Date d'inscription : 15/03/2014
Nombre de messages : 643
Masculin
Cancer Buffle
Age : 31
Ville : Lille

MessageSujet: Re: L'existence, hors du temps?   Ven 30 Jan 2015 - 18:10

sunny Puisque c'est pomp it up, up la boom.

   Certaines connaissances semblent intemporelles, bien qu'elles soient " apparues ", on ne peut les dater. Du point de vue de l'existence humaine nous pourrions dire qu'il y un avant et un après. Pourtant, dans la conscience il est impossible de situer la venue de l'expérience. Est-ce tout simplement la levée d'un voile qui permet à l'individu de se réaliser maintenant et ici en ce qu'il est ? J'explique ainsi une telle connaissance.

Ey J a écrit:
Dans ma perception de ce qu'est le temps je vois ça comme la transposition d'un élement que je crois immuable : l'évolution de la conscience.

   Oui, selon l'échelle considérée nous entrons dans le relatif ou l'absolu. Le temps semble nécessaire comme tu dis dans la manifestation phénoménale. Cependant, le caractère dynamique de la Conscience est inséparable de son immuabilité. Du point de vue humain, il s'agit d'une constante évolution. Mais il ne me semble pas y avoir d'opposition avec la continuité de la conscience qui au final sort de la définition spatio-temporelle. Le temps et l'espace sont liés aux perceptions. Dans un monde asensoriel, ces conditions n'existeraient pas.

   Ainsi, lorsque les sens évoluent, espace-temps ne sont plus appréhendés de manière linéaire. Si l'aspect énergétique du monde permet d'expliquer cette relativité, la conscience y est forcément apparentée. Selon le flux d'information, les choses se pressent ou se dilatent. Dans une conscience élargie, le temps varie incroyablement. Et puis certaines expériences s'affranchissent de tout. Il n'y a plus d'énergie ou de conscience. Rien qui perçoive, rien qui soit perçu et pourtant ce n'est pas vide. L'inexplicable est hors du temps.

albino
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Agaldian
Membre


Date d'inscription : 16/05/2011
Nombre de messages : 397
Masculin
Taureau Chien
Age : 34
Ville : marseille

MessageSujet: Re: L'existence, hors du temps?   Sam 31 Jan 2015 - 12:27

Avant toute chose « ey j » ? J’ai absolument pas saisi la blague, la référence, ou quoi que ce soit Smile
Citation :
   Certaines connaissances semblent intemporelles, bien qu'elles soient " apparues ", on ne peut les dater. Du point de vue de l'existence humaine nous pourrions dire qu'il y un avant et un après. Pourtant, dans la conscience il est impossible de situer la venue de l'expérience. Est-ce tout simplement la levée d'un voile qui permet à l'individu de se réaliser maintenant et ici en ce qu'il est ? J'explique ainsi une telle connaissance.
Dans mon optique personnelle j’aurais tendance à ajouter une nuance : dans la conscience il est impossible de situer la venue de l’expérience en tant que telle. Il y a une image qui résume bien ce que je pense :

La conscience est celui qui bois à un cours d’eau. Le cours d’eau est l’incarné, les minéraux sur son passage les expériences. Celui qui boit ne connait absolument pas les roches qu’a rencontrées l’eau sur son chemin, par contre c’est grâce à cette rencontre que l’eau a pu acquérir des minéraux, et donc devenir potable, ce qui permet au corps de celui qui boit de se développer.

Ainsi je suis d’accord avec toi sur le fait qu’on ne peut pas dire « j’ai conscience de tel rocher dont j’ai absorbé une partie tel jour a telle heure », par contre il me semble qu’il y a perception de la nature de l’expérience, a défaut de l’expérience elle-même, donc de l’ingestion de l’eau minérale.

Citation :
Oui, selon l'échelle considérée nous entrons dans le relatif ou l'absolu. Le temps semble nécessaire comme tu dis dans la manifestation phénoménale. Cependant, le caractère dynamique de la Conscience est inséparable de son immuabilité. Du point de vue humain, il s'agit d'une constante évolution. Mais il ne me semble pas y avoir d'opposition avec la continuité de la conscience qui au final sort de la définition spatio-temporelle. Le temps et l'espace sont liés aux perceptions. Dans un monde asensoriel, ces conditions n'existeraient pas.
Tu parles de monde asensoriel. Imaginons, si nous restons focalisés sur les sens humains : un flocon de neige, qui n’a aucun sens humain pour percevoir quoique ce soit, peut tout de même être déplacé par le vent ou la gravité, le fait qu’il ne perçoive pas le déroulement du temps ne l’empêche pas d’être dans son courant.
Après si nous nous plaçons à un autre niveau je soupçonne que nous tomberons d’accord sur le fait que le perceptif est le propre de la conscience, et que la conscience est en toute chose, que l’on puisse l’y voir ou pas. J’aurais tendance à penser que l’inversion de cette phrase est vraie aussi : la perception de toute chose est possible à un niveau ou un autre, même si la manière dont nous le percevons le rends méconnaissable. Ainsi de mon point de vue ce que nous percevons comme le temps existera quelle que soit la forme de l’œil qui le regarde, mais la différence du regard pourra en faire quelque chose de totalement diffèrent, en tant qu’objet perçu mais non pas dans sa nature propre.

Citation :
   Ainsi, lorsque les sens évoluent, espace-temps ne sont plus appréhendés de manière linéaire. Si l'aspect énergétique du monde permet d'expliquer cette relativité, la conscience y est forcément apparentée. Selon le flux d'information, les choses se pressent ou se dilatent. Dans une conscience élargie, le temps varie incroyablement.
   
Je vais me baser sur ce que j’ai dit auparavant : le coté linéaire me semble tout à fait entrer dans ce que je considère faire partie de « perceptible à tout niveau sous une forme ou une autre », sans linéarité pas de progression, donc pas d’évolution, et l’évolution est peut-être la seule constante que j’ai pu percevoir à ce jour  (je parle de mon point de vue, me considérant faillible je n’affirme pas cela comme une vérité absolue). Par contre je partage tout à fait ton point de vue en ce qui concerne la possibilité de vivre cette linéarité de manières différentes, je pense même qu’il est possible de la vivre de diverses manières « simultanément ».

Citation :
Et puis certaines expériences s'affranchissent de tout. Il n'y a plus d'énergie ou de conscience. Rien qui perçoive, rien qui soit perçu et pourtant ce n'est pas vide. L'inexplicable est hors du temps.
J’ai relativement souvent été confronté à des choses qu’il m’a été impossible de ramener jusqu’à l’expérience humaine, donc jusqu’à quelque chose que moi, être humain, ait pu réellement percevoir.  Toutefois de par mon vécu j’ai toujours eu la conviction que certaines parts de « moi » y avaient pleinement accès. Ainsi si j’extrapole je considère tout à fait concevable que certaines chose soient inaccessible a la perception du « moi » dont je parlais, quelque soit ou l’on s’y place, mais j’aurais tendance à estimer qu’une chose qui ne me serait imperceptible ne le serait par elle-même, mais simplement parce qu’elle sort de mon « champ de vision », mais que l’élargissement du champ de vision fait partie de l’évolution. Cela ne signifie pas que tout sera forcément perçu à un moment donné, je pense notamment à la possibilité d’une chose a percevoir qui s’éloignerait de notre champ de vision plus vite que ce dernier ne s’agrandirait (par exemple la perception globale de tout ce qui, prenant en compte que cet ensemble évolue, et que notre propre évolution participe à la sienne, il me semble possible, mais pas certain, que cette expérience soit inatteignable), mais cela ne contribue pas à mes yeux à en faire quelque chose d’inexplicable ou d’hors du temps.
Si tu souhaites expliciter ce que tu entends par la ce serait volontiers de mon côté, après je suppose que la réponse risque d’être « je viens de te dire que c’était inexplicable, béta » Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.unedesvoies.123.fr
Aimelavie
Membre


Date d'inscription : 15/03/2014
Nombre de messages : 643
Masculin
Cancer Buffle
Age : 31
Ville : Lille

MessageSujet: Re: L'existence, hors du temps?   Sam 31 Jan 2015 - 22:19

sunny Ey j = Eiji (prénom japonais). Tes deux premières initiales : A G en anglais Aille dji.

Ei ji a écrit:
Dans mon optique personnelle j’aurais tendance à ajouter une nuance : dans la conscience il est impossible de situer la venue de l’expérience en tant que telle.

   Oui tout à fait mon ressenti. C'est à dire que le filtre de l'individu peut se repérer dans une accession temporelle. Par contre la lorgnette mentale ne peut pas appréhender la connaissance véritable. Seul un fragment déformé de l'intensité expérimentée reste perceptible. Pour reprendre ton image, Celui qui boit perçoit tous les degrés de raffinement de la réalité. Mais le ruisseau ingurgité s'exprime comme si lui-même était le buveur alors qu'il n'en est qu'un contenu ou un conteneur. Il parle donc des minéraux qui l'ont nourri mais il ne peut voir comme c'est la Conscience en fait qui se reflète dans ces scènes successives. Ainsi, je dirais que le souvenir le plus réel est un oubli d'un goût indicible.

    Dans mon expérience, la Connaissance se traduit comme une chose dont je voudrais parler mais que je ne saurais pas décrire, les mots m'échappent alors que c'est concret dans mon esprit. Et j'aurais beau essayer désespérément de trouver le concept correspondant je rencontrerais le trou noir. C'est comme un gâteau trop gros pour être avalé d'un coup qui me laisserait les yeux écarquillés et la bouche ouverte. Pas très gracieux, plutôt comique comme toute tentative d'embrasser ce qui est. En fait, je me rends compte que plus je suis présent moins il y a de précision dans la description phénoménale alors que l'espace sensoriel reste très réceptif. Un peu comme un rêve lucide où tout est extrêmement clair et à la fois flottant. On sait et à la fois on ne sait pas.

AG a écrit:
le perceptif est le propre de la conscience, et que la conscience est en toute chose

   La Conscience est en toute chose sauf peut-être là où Elle n'a pas Sa place. Cependant, je ne considère pas qu'Elle soit forcément perceptive du moins dans Son aspect statique. La proposition du temps qui change en fonction du percepteur est intéressante. Je crois que, comme tu dis, au niveau de la Conscience tout est Energie. Mais la Conscience se perçoit-Elle ? Je crois que non (du moins pas au stade de l'Unité) et c'est pour cela qu'Elle se reflète en l'homme (dualisé), pour pouvoir S'expérimenter.

Ey J a écrit:
Par contre je partage tout à fait ton point de vue en ce qui concerne la possibilité de vivre cette linéarité de manières différentes, je pense même qu’il est possible de la vivre de diverses manières « simultanément ».

   Je vois le temps linéaire comme une partie du cercle infini de la Conscience. Lorsque l'espace-temps est bouclé, l'être englobe toute dimension et peut se permettre de perdre de tels repères. D'où l'existence des simultanéités dont tu parles. Par contre, je considère qu'un phénomène est relatif aux individus qui l'expérimentent. Ainsi l'existence du temps n'est pas sûre à mon sens pour un flocon de neige. Peut-être est-il à un niveau de conscience permettant la notion du temps, peut-être pas.

AG a écrit:
j’aurais tendance à estimer qu’une chose qui ne me serait imperceptible ne le serait par elle-même, mais simplement parce qu’elle sort de mon « champ de vision »,

   Effectivement, j'adhère au fait que ce soit le champ de vision comme je l'ai abordé plus haut qui empêche la perception de la réalité. Mais je ne considère pas que ce soit une partie de moi qui puisse découvrir son essence. Au contraire, c'est en me désidentifiant que Ce qui est à même de connaître le réel se révélera. Je crois qu'on peut admettre une explication relativement logique même si ceci sort du champ de la compréhension. La réalité se reflète en elle-même et seule elle-même peut se connaître d'une manière incompréhensible pour l'esprit humain. Ainsi, ce qui est hors des notions est hors du temps. Il ne peut y avoir de réflexions dessus. Et pourtant, c'est tangible.

sunny
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
L'existence, hors du temps?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de partage sur la spiritualité, l'éveil de l'âme conscience et harmonie :: Forum spiritualité et forum ésotérisme sur le partage de l'éveil :: Discussion, rencontre, partage, écoute, dialogue :: Questions et réponses spirituelles-
Sauter vers:  
Spirit Partage - Forum spiritualité de rencontre Montpellier et autre ville
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit | Sciences et Savoirs | Religions