Forum de partage sur la spiritualité, l'éveil de l'âme conscience et harmonie

Forum de discussion sur la spiritualité pour la rencontre et le partage dans l'éveil spirituel de la conscience, bouddhisme zen, lithothérapie meditation et citation.
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Entre deux mondes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Entre deux mondes   Jeu 17 Avr 2014 - 7:39

Salut, je viens sur se forum car j'ai énormément de questions a poser.
Depuis l'adolescence j'ai une sensation étrange qui envahit la perception de mon environnement.
J'ai comme le sentiment d'être sous l'effet d'une drogue. Je plane. J'ai 27 ans et cela fait 10 ans que je vis avec cela.
A vrai dire je suis tout le temps dans cet état. Je peu m'y abandonner ou alors faire semblant d'être quelqu'un de programmé, renié cet état et vivre une vie forcé, qui va donc à l'encontre de cet état car qui dit vivre dans cet état dit ne pas ressembler beaucoup aux humains classiques. Mais je m’efforce à ne pas être tout le temps baigné dans cet état car sinon je pense que je ne travaillerai même plus. En fait, si je m'y abandonne à cet état, il ne se passe plus rien,  je suis comme déprogrammé et cela fait du bien. Lorsque je me laisse allé dans cet état, tout va bien. C'est un état ou il n'y a aucun problème. Quand je suis seul et que l'on ne me vois pas, je m'abandonne totalement dans cet état et c'est bon. Quand je m'y abandonne, j'ai conscience de ne plus avoir l'air très humain car j'ai les yeux exorbités et dans le vide, je suis immobile et presque sans pensées et c'est vraiment bon. Je dis que je suis entre 2 mondes car je ne peu pas me permettre de m'abandonner a cet état qui pourtant me semble naturel, a moins que je me trompe. La plupart du temps j'ai conscience que je fais toujours semblant de vivre. Je me force a faire les choses tout le temps. Seul cet état est vraiment vivant et pas programmé. Cet état c'est quelque chose qui repose le corps et la cervelle. Je lutte contre cet chose en permanence pour continuer a travailler et ne pas paraître allumé mais je me sent donc extrêmement faux. Si je me laissai allé dans cet état en publique je serai pris pour un fou, j'ai pourtant conscience que cette chose qui m'appelle est peut être naturel et que les gens sont bien souvent conditionné a ne pas se laissé aller, se qui peut creer un dysfonctionnement dans les relations. On me prendrai pour un fou car dans cet état je suis comme drogué a la morphine, c'est le bonheur pour aucune raison. Mais je reste malheureux. Je le reste car je sais que cet état est incompatible avec notre société.  Dans cet état il ne peu exister qu'une action spontanée et cela va a l'encontre de tout se que réclame cette société. Une société basé sur la mode, le jugement, le besoin de reconnaissance, la compétition...toutes ses choses.  Pour autant, faire semblant m'épuise,  et plus je m'épuise plus cet état m'appelle.  C'est un cercle vicieux.
Quelqu'un rencontre t-il le même problème que moi?
C'est une chose difficile à expliquer.
Avez vous cette sensation d'abandon total, d'avoir les yeux grands ouverts mais de ne rien regarder en particulier, d'être en total absence?
S'agit il pour vous d'une chose naturel ou pur délire de ma part?
La lutte permanente pour continuer à rester dans le moule de la société cause en moi une grande fatigue. Pour moi, si je m abandonne dans cet etat face a quelqu'un je suis sur qu'il y aura un énorme déséquilibre au niveau de l'échange verbal par exemple, se quelqu'un s'il ne vit pas se que je vis ne pourra pas me comprendre et sera probablement mal a l'aise me prenant pour un fou. Et je ne veux pas mettre les gens mal à l'aise. Donc je renie cet état constamment a longueur de journée.  Cela m'épuise.

Je pense probablement être en train de renier ma propre nature. Mais je dois toujours travailler, gagner de l'argent pour nourrir mes enfants, alors je m’efforce d'avoir une relation psychologique avec mes chefs et mes collègues par exemple. Alors que dans le fond, il y a plein de chose pour lesquels je ne porte pas grand intérêt, dans ma nature intérieur il n'y a pas besoin d'autant de blabla, le simple fait "d'être" et de s'abandonner à cela serai suffisant pour moi, mais je dois toujours manger et assurer une sécurité pour ma femme et mes enfants et j'ai le sentiment que pour assurer cela je me dois d'être faux. C'est donc un effort constant.
Merci de m'avoir lu....
J'aimerais savoir s'il existe des gens dans la même situation que moi, baignant entre deux mondes.....
Revenir en haut Aller en bas
Totem
Membre
avatar

Date d'inscription : 06/03/2013
Nombre de messages : 16136
Féminin
Bélier Chèvre
Age : 62
Ville : la voie lactée

MessageSujet: Re: Entre deux mondes   Jeu 17 Avr 2014 - 11:25

pachyra a écrit:


Je pense probablement être en train de renier ma propre nature. Mais je dois toujours travailler, gagner de l'argent pour nourrir mes enfants, alors je m’efforce d'avoir une relation psychologique avec mes chefs et mes collègues par exemple. Alors que dans le fond, il y a plein de chose pour lesquels je ne porte pas grand intérêt, dans ma nature intérieur il n'y a pas besoin d'autant de blabla, le simple fait "d'être" et de s'abandonner à cela serai suffisant pour moi, mais je dois toujours manger et assurer une sécurité pour ma femme et mes enfants et j'ai le sentiment que pour assurer cela je me dois d'être faux. C'est donc un effort constant.
Merci de m'avoir lu....
J'aimerais savoir s'il existe des gens dans la même situation que moi, baignant entre deux mondes.....

Je connais cet état, je le vis mais j'ai réussi à m'adapter, c'est un peu difficile au début mais on finit par y arriver. Cet état est pour moi la vrai nature de l'être humain mais dans ce monde nous devons vivre, donc on vit sur les deux mondes. Un jour viendra où toute l'humanité retrouvera sa vrai nature et là nous vivrons tous dans le même monde.
En fait en public il te faut vivre le faux comme tu dis, mais en dehors de ça tu peux te laisser aller dans le monde de ta vraie nature, c'est vrai que c'est pas facile mais on n'a pas le choix à moins de faire comme les ermites.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur X
Membre
avatar

Date d'inscription : 16/06/2010
Nombre de messages : 10280
Masculin
Capricorne Singe
Age : 48
Ville : système solaire

MessageSujet: Re: Entre deux mondes   Jeu 17 Avr 2014 - 12:47

hello Pachyra et bienvenue !

Ce n'est pas te rassurer que d'écrire que je pense que tout le monde connait cet état , c'est faire l'expérience de cette différence entre son essence et sa personnalité , notre être est doté de fonctions différentes que nous utilisons dans notre vie quotidienne , travailler pour nourrir ta famille ce n'est pas pour moi renier sa nature , surtout que tu semble cultiver ce contact avec ton essence , il n'y a là aucune dualité , notre essence naît avec ces capacités fonctionnelles que nous pouvons développer , nous sommes utiles les uns aux autres et c'est un peu pour cela que l'on vit en société , ils nous faut ne pas nous identifier aux rôles que nous tenons dans notre vie sociale .

Il ne faut pas penser que derrière  leurs rôles , les gens que nous côtoyons n'ont pas d'essence , il n'y a pas de séparation entre l'être que nous sommes et les fonctions que nous avons développé , l'être n'a pas d'autre moyen que cette personnalité pour s'exprimer , et se manifester , nous pouvons avoir cette conscience de soi que tu décris dans notre vie quotidienne , et ce lien avec le social me semble même une condition pour retrouver un véritable lien avec soi , il faut éviter il me semble ces fantasmes non-existentiels qui flirt avec la schizophrénie , ou bien avoir vraiment le courage de s'engager dans le cloître et la prêtrise en abandonnant famille et situation pour toujours , love .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entre deux mondes   Jeu 17 Avr 2014 - 12:58

Very Happy Merci de m'avoir répondu totem. Oui c'est quelque chose de pas si évident à vivre. Je ressent cela depuis mes 17 ans et cela c'est grandement amplifié avec le temps. Depuis ses dernières années je suis comme absorbé par cet état donc être faux devient de plus en plus difficile Neutral . J'ai même le sentiment de ne pas choisir cela, cet état vient beaucoup plus vers moi que moi vers lui. Enfin bon, c'est le sentiment que ca me donne. Je ne sais pas si vous avez se sentiment aussi. C'est cette sensation d'être absorbé vers autre choses qui m'a fait m’intéresser très top à la psychologie puis à la spiritualité vers 25 ans. Si je m'abandonnai devant mes parents, mes amis, ils ne me reconnaîtrai même pas, les traits de mon visage sont transformé, j'ai l'air sérieux, mon regard me fait peur et pourtant intérieurement je suis tellement bien. J'ai comme le sentiment a chaque fois que je discute avec quelqu'un de devoir me rabaisser (énergiquement parlant) pour me mettre à son niveau et c'est un grand effort qui deviens très difficile. Parfois après avoir passé des heures avec des gens, quand je rentre chez moi je ressent un besoin de m'enfermer à l'écart du monde pour relâcher toute cette pression lié au fait que j'ai essayé de m'aligner (toujours énergiquement parlant)avec eux toute la journée.
J’espère pouvoir m'y adapter. On parle souvent dans les écrits d'une sensation de plénitude lorsque l'on brûle toute nos illusions, lorsque l'on se déconditionne, serte c'est se qui se produit mais on ne parle pas souvent de "comment vivre avec cela" dans la vie de tous les jours. Pour ma part j'éprouve une certaine tristesse à ne pas pouvoir avoir de "vrai" relation  avec les gens, je veux dire être sur la même longueur d'onde.


Dernière édition par pachyra le Jeu 17 Avr 2014 - 13:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entre deux mondes   Jeu 17 Avr 2014 - 13:11

@Professeur X a écrit:
hello Pachyra et bienvenue !

Ce n'est pas te rassurer que d'écrire que je pense que tout le monde connait cet état , c'est faire l'expérience de cette différence entre son essence et sa personnalité , notre être est doté de fonctions différentes que nous utilisons dans notre vie quotidienne , travailler pour nourrir ta famille ce n'est pas pour moi renier sa nature , surtout que tu semble cultiver ce contact avec ton essence , il n'y a là aucune dualité , notre essence naît avec ces capacités fonctionnelles que nous pouvons développer , nous sommes utiles les uns aux autres et c'est un peu pour cela que l'on vit en société , ils nous faut ne pas nous identifier aux rôles que nous tenons dans notre vie sociale .

Il ne faut pas penser que derrière  leurs rôles , les gens que nous côtoyons n'ont pas d'essence , il n'y a pas de séparation entre l'être que nous sommes et les fonctions que nous avons développé , l'être n'a pas d'autre moyen que cette personnalité pour s'exprimer , et se manifester , nous pouvons avoir cette conscience de soi que tu décris dans notre vie quotidienne , et ce lien avec le social me semble même une condition pour retrouver un véritable lien avec soi , il faut éviter il me semble ces fantasmes non-existentiels qui flirt avec la schizophrénie , ou bien avoir vraiment le courage de s'engager dans le cloître et la prêtrise en abandonnant famille et situation pour toujours , love .



Salut professeur X !!!

Quand je dis "travailler pour nourrir ma famille", ce n'est pas un problème bien au contraire. Se qui est triste c'est les relations qu'ont les gens entre eux. J'ai conscience qu'il faudra toujours travailler, gagner de l'argent mais actuellement les relations entres humain son purement psychologiques. Le travail avec son organisation est le fruit de la pensée et non le fruit du coeur. Quand je dis "coeur" je parle de notre nature intacte et non conditionné, cette nature qui crée l'action juste. Serte le cœur est lié à la pensée mais dès la naissance nous sommes conditionnés à croire se que l'on nous enseigne donc avant même de ressentir sainement, nous allons dans un sens donné, bêtement...C'est le début du reniement du vrai SOI...a moin que je me trompe...et la pensée devrait plutot s'aligner sur le cœur que l'inverse à mon avis. Nous devrions ressentir avant de penser. Mais pour ressentir sainement il faut d'abord s'assurer d'être déconditionné et dénué de toute croyance. Le travail et les relations au travail avec nos chefs et nos collègues seraient plus saines si la pensée s'alignait sur le coeur, hors nous ne ressentons pas assez à mon gout et nous calculons beaucoup trop. C'est cela que je veux dire, j'espère que tu me comprend.
Effectivement je comprend se que tu dis lorsque tu dis qu'il ne faut pas penser que les autres n'ont pas d’essence. Oui effectivement se serai bête de le penser, ils ont une essence. Mais je fais le constat que bon nombre d'individus restent tout de même très encrés dans le calcul, dans se qu'on leur a inculqué. C'est pour cela que les relations sont difficile entre personne ayant reconnu leur essence et personne n'ayant jamais vraiment eue conscience de leur psychologie. Mais oui ils ont une essence.
Tu dis, il faut faire attention avec ses comportements qui flirt avec la schizophrénie.
Quand je parle de cet état qui m'absorbe, cet état n'est pas un état psychologique, il n'est pas en contradiction avec ma pensée puisque la pensée est moi même ou du moins mon outil et je décide de se que va faire cet outil. Je ne suis pas pris entre deux pensées opposées (même si une longue période de ma vie à été ainsi) mais je suis plutôt pris entre ma propre nature et la fausseté des gens ignorants. Donc pour préserver mon travail je reste faux pour ne pas être mis à l'écart.Mais en tout cas, je suis faux consciemment. Je suis en accord avec cette fausseté car c'est moi qui le décide ainsi, peut être que je fais une erreur?!! Mais cela est un effort constant et une perte d'énergie. C'est se que je ressent pour le moment mais comme je ne stagne jamais au niveau de mon raisonnement, il est probable que je tienne un tout autre discours dans les années a venir. Si quelqu'un a vécu se que je décrit et que se quelqu'un a réussi a dépasser cette sensation désagréable lié à cette division entre soi en éveil et les individus endormi, j'aimerai savoir se qu'il l'en a fait sortir!!! Peut-être n'ai-je pas encore posé les yeux la ou il faut.
Peut-être que je ressent tout simplement la souffrance du monde et que je veux m'en défaire ....Peut est-ce la source du problème.
Tu comprend se que je veux dire Professeur x?
Revenir en haut Aller en bas
Totem
Membre
avatar

Date d'inscription : 06/03/2013
Nombre de messages : 16136
Féminin
Bélier Chèvre
Age : 62
Ville : la voie lactée

MessageSujet: Re: Entre deux mondes   Jeu 17 Avr 2014 - 13:49

pachyra a écrit:


Quand je parle de cet état qui m'absorbe, cet état n'est pas un état psychologique, il n'est pas en contradiction avec ma pensée puisque la pensée est moi même ou du moins mon outil et je décide de se que va faire cet outil. Je ne suis pas pris entre deux pensées opposées (même si une longue période de ma vie à été ainsi) mais je suis plutôt pris entre ma propre nature et la fausseté des gens ignorants. Donc pour préserver mon travail je reste faux pour ne pas être mis à l'écart.Mais en tout cas, je suis faux consciemment. Je suis en accord avec cette fausseté car c'est moi qui le décide ainsi, peut être que je fais une erreur?!! Mais cela est un effort constant et une perte d'énergie. C'est se que je ressent pour le moment mais comme je ne stagne jamais au niveau de mon raisonnement, il est probable que je tienne un tout autre discours dans les années a venir. Si quelqu'un a vécu se que je décrit et que se quelqu'un a réussi a dépasser cette sensation désagréable lié à cette division entre soi en éveil et les individus endormi, j'aimerai savoir se qu'il l'en a fait sortir!!! Peut-être n'ai-je pas encore posé les yeux la ou il faut.
Peut-être que je ressent tout simplement la souffrance du monde et que je veux m'en défaire ....Peut est-ce la source du problème.


J'ai vécu lontemps ce que tu dis là, depuis l'enfance d'ailleurs, on disait de moi que j'étais dans la lune, effectivement j'étais ailleurs assez souvent même à l'école.
De toutes le façon au travail si tu laisses ta vraie nature opérer sans avoir des défenses, tu te feras de ennemis, je l'ai vécu et le vit encore aujourd'hui tout simplement parce que les autres ne te comprendrons pas et te trouverons dangereux (les chefs surtout). Pour vivre ta vraie nature pleinement il te faudra laisser le maître intérieur prendre les commandes ce qui n'est pas évident si tu hésites et a peur mais c'est le seul moyen à mon sens pour mieux vivre car tu verras tes semblables d'un oeil différent.....celui de la compassion et tu seras moins atteint par le jugement des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Néhémyo
Membre
avatar

Date d'inscription : 30/10/2013
Nombre de messages : 5318
Féminin
Scorpion Chèvre
Age : 38
Ville : Sud

MessageSujet: Re: Entre deux mondes   Jeu 17 Avr 2014 - 15:10

Pachyra, pour cette sensation de planer que tu décris: il est possible qu'il s'agisse d'un pb d'ancrage, donc pê un travail à faire au niveau du premier chakra...

Je pense que ça peut venir d'un défaut d'incarnation à la naissance, il me semble bien que Christophe Allain en parle dans ses vidéos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entre deux mondes   Jeu 17 Avr 2014 - 15:31

@Totem a écrit:
pachyra a écrit:


Quand je parle de cet état qui m'absorbe, cet état n'est pas un état psychologique, il n'est pas en contradiction avec ma pensée puisque la pensée est moi même ou du moins mon outil et je décide de se que va faire cet outil. Je ne suis pas pris entre deux pensées opposées (même si une longue période de ma vie à été ainsi) mais je suis plutôt pris entre ma propre nature et la fausseté des gens ignorants. Donc pour préserver mon travail je reste faux pour ne pas être mis à l'écart.Mais en tout cas, je suis faux consciemment. Je suis en accord avec cette fausseté car c'est moi qui le décide ainsi, peut être que je fais une erreur?!! Mais cela est un effort constant et une perte d'énergie. C'est se que je ressent pour le moment mais comme je ne stagne jamais au niveau de mon raisonnement, il est probable que je tienne un tout autre discours dans les années a venir. Si quelqu'un a vécu se que je décrit et que se quelqu'un a réussi a dépasser cette sensation désagréable lié à cette division entre soi en éveil et les individus endormi, j'aimerai savoir se qu'il l'en a fait sortir!!! Peut-être n'ai-je pas encore posé les yeux la ou il faut.
Peut-être que je ressent tout simplement la souffrance du monde et que je veux m'en défaire ....Peut est-ce la source du problème.


J'ai vécu lontemps ce que tu dis là, depuis l'enfance d'ailleurs, on disait de moi que j'étais dans la lune, effectivement j'étais ailleurs assez souvent même à l'école.
De toutes le façon au travail si tu laisses ta vraie nature opérer sans avoir des défenses, tu te feras de ennemis, je l'ai vécu et le vit encore aujourd'hui tout simplement parce que les autres ne te comprendrons pas et te trouverons dangereux (les chefs surtout). Pour vivre ta vraie nature pleinement il te faudra laisser le maître intérieur prendre les commandes ce qui n'est pas évident si tu hésites et a peur mais c'est le seul moyen à mon sens pour mieux vivre car tu verras tes semblables d'un oeil différent.....celui de la compassion et tu seras moins atteint par le jugement des autres.

Moi aussi on disait tout le temps que j'étais dans la lune !!!  Very Happy 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entre deux mondes   Jeu 17 Avr 2014 - 15:32

Laam a écrit:
Pachyra, pour cette sensation de planer que tu décris: il est possible qu'il s'agisse d'un pb d'ancrage, donc pê un travail à faire au niveau du premier chakra...

Je pense que ça peut venir d'un défaut d'incarnation à la naissance, il me semble bien que Christophe Allain en parle dans ses vidéos.

Laam est-ce que tu pourrai développer ou m'envoyer un lien s'il te plait?J'aimerai savoir de quoi tu parle!!
J'ai toujours cette sensation d'ébriété incompatible avec le mode de vie actuel. C'est comme demander a quelqu'un de bourré de faire un effort pour être lucide.
Je dis que je suis bien quand je m'y abandonne mais c'est comme pour toutes choses, si l'on ne résiste pas on souffre moin. C'est comme une période j'avais peur de ma propre peur et j'ai fini par comprendre avec le temps le cercle vicieux de se shema mental. J'ai appris à accueillir se qui venait, j'ai appris à souffrir et il est vrai que plus on s'autorise à ressentir plus on se détend dans sa souffrance. Cette sensation de planer tout le temps je l'ai renier pendant des années mais rien n'a jamais changé c'est toujours resté ainsi. Je ne sais pas si cette sensation de planer est à l'origine de ma compréhension du monde mais je crois que si j'étais sain je n'en souffrirai pas. Il doit y avoir des part d'ombres encore non explorés. Donc à la base cette sensation de planer était un véritable souci car comme je le dis, incompatible avec le mode de vie actuel.....Que cela signifit-il? Une période je croyais même avoir une tumeur au cerveau ou une maladie qui pouvais déclencher cet état planant mais j'ai fais une panoplie de testes et les médecins n'ont jamais rien trouvé. Je dis que cet état date de quand j'avais 17 ans mais je crois qu'il y commencé vers 14ans sous une autre forme moin développé car je me souvien à l'époque que je parlai déjà d'avoir le sentiment d'être déconnécté. C'est a 17 ans quand j'ai commencé à rentrer dans la vie active que j'ai commencé a me rendre compte que cet état m'empoisonnai. Il est sur que c'est un poison pour celui qui veut mener une vie normal mais quand on s'abandonne à cet état finalement il n'y a pas de souffrance. Mais dès qu'il faut passer à l'action cet état me ralentit considérablement et je fatigue....
Revenir en haut Aller en bas
Néhémyo
Membre
avatar

Date d'inscription : 30/10/2013
Nombre de messages : 5318
Féminin
Scorpion Chèvre
Age : 38
Ville : Sud

MessageSujet: Re: Entre deux mondes   Jeu 17 Avr 2014 - 17:30

je ne peux pas t'en dire plus, je ne suis pas spécialiste, il faudrait peut-être voir un énergéticien qui testerait tes chakras.
Mais si tu planes ça sonne pour moi comme le fait de pas être tout à fait dans ton corps.

On a plusieurs corps emboités les uns dans les autres mais parfois certains corps sont décalés de leur axe vers la droite, vers la gauche etc et ça peut donner ces symptômes.
Avec les drogues ou l'alcool c'est aussi ce qui se produit sauf que là on a fait qq chose pour.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entre deux mondes   Jeu 17 Avr 2014 - 18:22

Un magnétiseur m'a dit que je n'avais pas d’énergie à gauche !!! Very Happy 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entre deux mondes   Jeu 17 Avr 2014 - 22:15

pachyra a écrit:
En fait, si je m'y abandonne à cet état, il ne se passe plus rien,  je suis comme déprogrammé et cela fait du bien. Lorsque je me laisse allé dans cet état, tout va bien. C'est un état ou il n'y a aucun problème.

j'ai les yeux exorbités et dans le vide, je suis immobile et presque sans pensées et c'est vraiment bon. Je dis que je suis entre 2 mondes car je ne peu pas me permettre de m'abandonner a cet état qui pourtant me semble naturel, a moins que je me trompe.

Cet état c'est quelque chose qui repose le corps et la cervelle.

je suis comme drogué a la morphine, c'est le bonheur pour aucune raison.

Pour autant, faire semblant m'épuise,  et plus je m'épuise plus cet état m'appelle.  C'est un cercle vicieux.

cette sensation d'abandon total, d'avoir les yeux grands ouverts mais de ne rien regarder en particulier, d'être en total absence?

La lutte permanente pour continuer à rester dans le moule de la société cause en moi une grande fatigue.

Mais je dois toujours travailler, gagner de l'argent pour nourrir mes enfants, alors je m’efforce d'avoir une relation psychologique avec mes chefs et mes collègues par exemple.

le simple fait "d'être" et de s'abandonner à cela serai suffisant pour moi, mais je dois toujours manger et assurer une sécurité pour ma femme et mes enfants et j'ai le sentiment que pour assurer cela je me dois d'être faux. C'est donc un effort constant.

Ce que ton texte et ton champ lexical (d'un côté l'abandon, "l'ivresse" et de l'autre l'effort, la fatigue) m'inspirent c'est que tu dois être très fatigué et que cet état est en fait les moments ou tu te reposes. Vivre dois te demander pas mal d'efforts et je te sens noyer par les obligations. Ton rythme et le "poids" de la vie ne se sont pas accéléré il y a dix ans? Ton corps et ton mental t'appelles au calme d'où je pense ce bonheur à ne plus rien faire et plus rien penser. Çà fais longtemps que t'as pas été vraiment au calme, seul, dans un lieux reposant, après plusieurs jours de grasse matinée, à consacrer ton temps uniquement à toi, sans le poids de ces obligations?

Perso, grand dormeur je ressent souvent ce genre de sensations.
Revenir en haut Aller en bas
kelly 7
Membre
avatar

Date d'inscription : 22/06/2013
Nombre de messages : 1396
Féminin
Gémeaux Chien
Age : 59
Ville : laval

MessageSujet: Re: Entre deux mondes   Ven 18 Avr 2014 - 2:14

Pachyra tu es très normal, c'est le reste du monde qui ne sont pas dans leur état normal, car ils sont enchainés à leur mental et donc totalement déconnectés de leur divinité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
did
Membre
avatar

Date d'inscription : 11/01/2014
Nombre de messages : 4625
Masculin
Vierge Serpent
Age : 52
Ville : Planéte Terre

MessageSujet: Re: Entre deux mondes   Ven 18 Avr 2014 - 3:16

pachyra a écrit:
J'ai comme le sentiment d'être sous l'effet d'une drogue. Je plane... Je peu m'y abandonner ou alors faire semblant d'être quelqu'un de programmé, renié cet état et vivre une vie forcé, qui va donc à l'encontre de cet état

"Rechercher l'agréable et fuir le désagréable, telle est la maladie de l'esprit"

Bouddha.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kelly 7
Membre
avatar

Date d'inscription : 22/06/2013
Nombre de messages : 1396
Féminin
Gémeaux Chien
Age : 59
Ville : laval

MessageSujet: Re: Entre deux mondes   Ven 18 Avr 2014 - 4:25

@did a écrit:
pachyra a écrit:
J'ai comme le sentiment d'être sous l'effet d'une drogue. Je plane... Je peu m'y abandonner ou alors faire semblant d'être quelqu'un de programmé, renié cet état et vivre une vie forcé, qui va donc à l'encontre de cet état

"Rechercher l'agréable et fuir le désagréable, telle est la maladie de l'esprit"

Bouddha.
Dans cet enseignement Bouddha parle d'émotion de sentiment, mais nullement de divinité ce qui est notre vrai nature.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entre deux mondes   Ven 18 Avr 2014 - 6:11

DharmaRaza a écrit:
pachyra a écrit:
En fait, si je m'y abandonne à cet état, il ne se passe plus rien,  je suis comme déprogrammé et cela fait du bien. Lorsque je me laisse allé dans cet état, tout va bien. C'est un état ou il n'y a aucun problème.

j'ai les yeux exorbités et dans le vide, je suis immobile et presque sans pensées et c'est vraiment bon. Je dis que je suis entre 2 mondes car je ne peu pas me permettre de m'abandonner a cet état qui pourtant me semble naturel, a moins que je me trompe.

Cet état c'est quelque chose qui repose le corps et la cervelle.

je suis comme drogué a la morphine, c'est le bonheur pour aucune raison.

Pour autant, faire semblant m'épuise,  et plus je m'épuise plus cet état m'appelle.  C'est un cercle vicieux.

cette sensation d'abandon total, d'avoir les yeux grands ouverts mais de ne rien regarder en particulier, d'être en total absence?

La lutte permanente pour continuer à rester dans le moule de la société cause en moi une grande fatigue.

Mais je dois toujours travailler, gagner de l'argent pour nourrir mes enfants, alors je m’efforce d'avoir une relation psychologique avec mes chefs et mes collègues par exemple.

le simple fait "d'être" et de s'abandonner à cela serai suffisant pour moi, mais je dois toujours manger et assurer une sécurité pour ma femme et mes enfants et j'ai le sentiment que pour assurer cela je me dois d'être faux. C'est donc un effort constant.

Ce que ton texte et ton champ lexical (d'un côté l'abandon, "l'ivresse" et de l'autre l'effort, la fatigue) m'inspirent c'est que tu dois être très fatigué et que cet état est en fait les moments ou tu te reposes. Vivre dois te demander pas mal d'efforts et je te sens noyer par les obligations. Ton rythme et le "poids" de la vie ne se sont pas accéléré il y a dix ans? Ton corps et ton mental t'appelles au calme d'où je pense ce bonheur à ne plus rien faire et plus rien penser. Çà fais longtemps que t'as pas été vraiment au calme, seul, dans un lieux reposant, après plusieurs jours de grasse matinée, à consacrer ton temps uniquement à toi, sans le poids de ces obligations?

Perso, grand dormeur je ressent souvent ce genre de sensations.

Oui je me retrouve assez bien dans se que tu décris. C'est comme si j'avais besoin de repose en permanence. Effectivement le rythme de ma vie c'est accéléré il y a dix ans mais je pense que c'est l'âge qui veut ça, la rentrée dans la vie active, le devoir de ramener de l'argent etc...mais ceci arrive pourtant à tout le monde...et tout le monde n'est pas aussi épuisé que moi. Cela dit, j'ai toujours besoin de savoir tout sur tout, je ne supporte pas ne pas savoir et surtout en matière de psychologie, ma passion principale. Les questions que je me posent en matière de psychologie sont peut-être aussi à l'origine de ce sentiment d'ébriété puisque je suis en perpétuel questionnement, raisonnement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entre deux mondes   Ven 18 Avr 2014 - 6:14

@did a écrit:
pachyra a écrit:
J'ai comme le sentiment d'être sous l'effet d'une drogue. Je plane... Je peu m'y abandonner ou alors faire semblant d'être quelqu'un de programmé, renié cet état et vivre une vie forcé, qui va donc à l'encontre de cet état

"Rechercher l'agréable et fuir le désagréable, telle est la maladie de l'esprit"

Bouddha.

cet état est nulement la recherche de l'agréable. Par contre la pensée peut désirer cet état agréable et dans se cas c'est l’ego qui le désire. Mais non, cet état n'est pas le désire de posséder l'agréable. C'est agréable.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entre deux mondes   Ven 18 Avr 2014 - 6:18

[quote="pachyra"]
@did a écrit:
pachyra a écrit:
J'ai comme le sentiment d'être sous l'effet d'une drogue. Je plane... Je peu m'y abandonner ou alors faire semblant d'être quelqu'un de programmé, renié cet état et vivre une vie forcé, qui va donc à l'encontre de cet état

"Rechercher l'agréable et fuir le désagréable, telle est la maladie de l'esprit"

Bouddha.

cet état est nullement la recherche de l'agréable. Par contre la pensée peut désirer cet état agréable et dans se cas c'est l’ego qui le désire. Mais non, cet état n'est pas le désire de posséder l'agréable que je vis. Cet état lui même est agréable. Je n'ai même pas besoin de le désirer puisqu'il est toujours présent. Je peux le fuir mais il sera toujours là. Désire d'agréable ou recherche d'agréable, cela est toujours là malgré qu'en parallèle j'ai tout de même se désire de comprendre l'intégralité de mes schéma mentaux. Se qui peut être drôle c'est que je mène cette quête de compréhension de ma psychologie en même temps que j'ai cet appel à l'abandon à tel point que je perd souvent le fil de ma réflexion pour tomber dans cet état qui est trop puissant et qui m'absorbe...Quelqu'un se reconnais la dedans?
Revenir en haut Aller en bas
Aimelavie
Membre
avatar

Date d'inscription : 15/03/2014
Nombre de messages : 752
Masculin
Cancer Buffle
Age : 32
Ville : Lille

MessageSujet: Re: Entre deux mondes   Ven 18 Avr 2014 - 11:56

Bonjour,

Je ne vis pas ton expérience Pachyra, aussi il se peut que je parle à côté.

Je rejoins ce que Laam a écrit sur le déphasage. Si tu ne te sens pas à ta place dans ce monde peut-être peux-tu aller vers des pratiques d'enracinement (yogas, arts martiaux, danse). Pour les pratiquants de méditation, il arrive de décoller et de ne plus avoir les pieds sur terre. Alors certes cet état est agréable mais mène à une impasse. Un voyage dans l'espace n'est pas sans peine, si tu as vu Gravity ...

Pachyra a écrit:
"j'ai cet appel à l'abandon à tel point que je perds souvent le fil de ma réflexion pour tomber dans cet état qui est trop puissant et qui m'absorbe"

Tu dis que tu ne recherches pas l'agréable de cet état. Mais si tu haïssais cet état ne le fuirais-tu pas ? Pour ma part, quand le téléphone sonne, je décroche ^^.

Pachyra a écrit:
"La lutte permanente pour continuer à rester dans le moule de la société cause en moi une grande fatigue. [...] Je pense probablement être en train de renier ma propre nature. Mais je dois toujours travailler, gagner de l'argent pour nourrir mes enfants"

Je reprends la citation de Did de la citation de Bouddha :  Wink 
"Rechercher l'agréable et fuir le désagréable, telle est la maladie de l'esprit".

Ton expérience actuelle fait que tu ressens de la fatigue face à ces contraintes. Se laisser aller à sa propre nature comme tu dis et vivre en société est certainement difficile. Mais c'est grâce à ces contraintes que ton expérience d'aujourd'hui s'enrichit et apporte changement en toi. Il est vrai qu'à un certain moment, le fait de penser devient difficile et occasionne de la souffrance. Il semble alors impossible d'effectuer la moindre tâche. Pourtant, il existe une façon de travailler tout en maintenant l'état de liberté. Il faut alors mettre en place ses propres "trucs" pour pouvoir agir "normalement" vis-à-vis des gens. Et penser ou ne pas penser, agir ou ne pas agir deviennent aussi aisés. Tout bouge, à toi d'évoluer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entre deux mondes   Ven 18 Avr 2014 - 12:51

pachyra a écrit:

cet état est nullement la recherche de l'agréable. Par contre la pensée peut désirer cet état agréable et dans se cas c'est l’ego qui le désire. Mais non, cet état n'est pas le désire de posséder l'agréable que je vis. Cet état lui même est agréable. Je n'ai même pas besoin de le désirer puisqu'il est toujours présent. Je peux le fuir mais il sera toujours là. Désire d'agréable ou recherche d'agréable, cela est toujours là malgré qu'en parallèle j'ai tout de même se désire de comprendre l'intégralité de mes schéma mentaux. Se qui peut être drôle c'est que je mène cette quête de compréhension de ma psychologie en même temps que j'ai cet appel à l'abandon à tel point que je perd souvent le fil de ma réflexion pour tomber dans cet état qui est trop puissant et qui m'absorbe...Quelqu'un se reconnais la dedans?
[/quote]

Peut être quelques similitude, à toi de voir :

J'ai moi aussi le désire de comprendre l'intégralité des schémas mentaux, le problème la dedans, c'est que c'est l'égo qui le désire, comme tu la dit plus haut, avec la recherche de l'agréable, c'est la même chose avec la recherche des schémas mentaux, et surtout à une identification de ce que l'on aimerais reproduire, mais sa ne fonctionne pas comme ça, au contraire, ça s'échappe, et plus sa s'échappe plus sa met le cerveau en ébullition  Laughing  , plus sa met en ébullition, plus sa fatigue -il consomme le coco- jusqu’à l'épuisement, et la on lâche prise, et l'on ce retrouve de nouveau dedans  Laughing  .

C'est en effet un état d'abandon, pas dans le sens littérale -je pense que tu saisi ce que je souhaites dire- en état d'abandon, l'on reste vide -encore une fois, pas dans le sens littérale-, la schématique mentale ou psychologique est constamment en mouvement en fonction d'un tas de facteurs qui me dépasse, le fait de resté "vide" fait de toute rencontre, chaque seconde, un instant unique, ou ne réside que le présent, je ne dirais pas que je reste constamment dans cet état, j'ai mes périodes d'identification, chaque identification deviens un "challenge", un travail sur soi qui ne peut s'opéré qu'avec l'échange et le partage, mais aussi la transcendance.

Pour ce qui est des analyses psychologique et j'en passe, ça pompe énormément d’énergie, faut dire que sa accroche, avec le temps, ces périodes deviennes de plus en plus courte, suffit juste de dire stop.  Wink 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entre deux mondes   Ven 18 Avr 2014 - 13:13

pachyra a écrit:
Effectivement le rythme de ma vie c'est accéléré il y a dix ans mais je pense que c'est l'âge qui veut ça, la rentrée dans la vie active, le devoir de ramener de l'argent etc...mais ceci arrive pourtant à tout le monde...et tout le monde n'est pas aussi épuisé que moi. Cela dit, j'ai toujours besoin de savoir tout sur tout, je ne supporte pas ne pas savoir et surtout en matière de psychologie, ma passion principale. Les questions que je me posent en matière de psychologie sont peut-être aussi à l'origine de ce sentiment d'ébriété puisque je suis en perpétuel questionnement, raisonnement.

Réfléchir entraîne une consommation d'énergie assez intense, c'est comparable à faire du sport de façon intense. Tu consommes aussi de l'énergie quand tu fais semblant d'être quelqu'un à ton travail ou autres, pareille quand tu "luttes" avec ton environnement.
Le rythme s'accélère pour tout le monde mais beaucoup s'y adapte bien ce qui ne les fatigues pas trop. Contrairement à toi, beaucoup ne se posent pas de questions et se sentent dans leur environnement avec leur collègues ou autres.

Je te conseillerai de lâcher prise plus souvent. Dans le sens de faire moins attention à ce que les autres vont penser de toi, pense plutôt à toi (à ce que ton cœur te dis). Et d'accepter de ne pas toujours savoir, parfois arrête "le perpétuel questionnement" et reste avec le mystère. Crée toi plus de moments de repos, aussi bien physique que mental.
Revenir en haut Aller en bas
did
Membre
avatar

Date d'inscription : 11/01/2014
Nombre de messages : 4625
Masculin
Vierge Serpent
Age : 52
Ville : Planéte Terre

MessageSujet: Re: Entre deux mondes   Sam 19 Avr 2014 - 3:25

Ok pachyra, et bonjour a toi,

Je n'ai sans doute pas compris ton problème en te citant bouddha.
Mais avant de te relancé sur un autre aspect du souci, je voulais t'expliquer un peu quand même ce que j'ai voulu dire hier.

Je t'ai cité cette parole du bouddha car il m'avait semblé que tu vivais deux états, l'un agréable et l'autre "forcé", désagréable, l'un régénérant et l'autre épuisant, et j'ai voulu te proposer d'avoir une considération égale pour ces deux états.
J'ai voulu te dire : et si la solution était de ne pas en aimé un plus que l'autre ?
Pourquoi ne pas les regarder passer, tous les deux devant toi, sans t'attacher a l'un ni rejeter l'autre ?

Car rejeter intérieurement quelque chose créé aussi un lien émotionnel avec la chose, un lien négatif mais un lien quand même, qui nous maintiens en relation avec la chose.

Voilà pour la petite explication de ma réponse d'hier, pour le cas ou.

Mais admettons que ma réponse d'hier soit totalement loupé, je te l'accorde, c'est toi qui sait.
J'ai donc pris le temps de relire ton tout premier massage, et là, qu'est ce que je vois ?!

Tu dis :

"le simple fait "d'être" et de s'abandonner à cela serai suffisant pour moi, mais je dois toujours manger et assurer une sécurité pour ma femme et mes enfants."


Si un autre aspect du problème est bien ici, effectivement ma réponse d'hier était loupé, et complètement.
Cette fois, si je vois juste sur UN aspect de ton souci, tu es tout simplement en train de batailler pour diminuer ton égoïsme :
"...ça serai suffisant POUR MOI, mais je dois toujours manger et assurer une sécurité POUR MA FEMME ET MES ENFANTS"

Pour toi tout seul tu pourrais manger avec le RSA, et donc rester toute la journée scotché.
Mais tu n'est pas tout seul... donc ça donne le scénario que tu nous décris.
Et si je vois juste, ce scénario n'est pas le problème.
Il est simplement la difficulté que tu éprouve dans ton travail pour diminuer ton égoïsme.
Or cette difficulté peut, elle aussi, être diminuée.

Tu dis :

"...et j'ai le sentiment que pour assurer cela - vivre en société - je me dois d'être faux"

Essayes d'être vrai en faisant ça.
Essaye d'être vrai en vivant dans la société POUR TA FEMME ET TES ENFANTS.
Essaye de le faire par amour pour eux.

Et si bien sur tu n'y arrive pas - a le faire par amour pour eux - est ce que demander l'aide de dieu est quelque chose d'envisageable pour toi ?

Que pense tu de cette seconde piste que je te propose aujourd'hui ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entre deux mondes   Dim 20 Avr 2014 - 10:03

LUX

Tu dis:"J'ai moi aussi le désire de comprendre l'intégralité des schémas mentaux, le problème la dedans, c'est que c'est l'égo qui le désire"

Mais l'égo est imaginaire, il ne pense pas et ne vois pas et surtout ne percoit pas. C'est le vrai SOI qui percoit tout le temps mais avec ces histoires d'eveil j'ai le sentiment qu'on croit que le MOI psychologique (l'égo) est une entité indépendante mais c'est pourtant le vrai SOI qui tire toutes les ficelles.

Je me permet de t'envoyer un message que j'ai écrit sur un autre poste qui je trouve colle bien aussi avec cette discution, tu me dira se que tu en pense:


Je parle souvent de la division entre les nations, entre les gens au travail, les jeunes à l'école, il y a de la compétition, de la violence...tout ca divise les humains. J'appel cela la division extérieur.

Mais il y a aussi une division , en chaqu'un de nous. Celle de confondre le "je" que l'on a crée avec le vrai "SOI". C'est se que j'appel la division interieur.

"Nous sommes" avant toute chose et de se "nous sommes" nait le "MOI psychologique". Le Moi psychologique est le fruit de la pensée, pensée qui est nous. Nous nous servons de cette outil qui est la pensée pour vivre au mieu dans cet univers divisé à l'exterieur. La pensée est cet outil permetant de résoudre des problème. "La pensée qui est nous" (je précise pour éviter toute division) crée le "MOI psychologique" qui n'est pas nous.
Longtemps je croyai être séparé de la pensée. Je croyai qu'il y avait une entité exterieur à moi même qui fonctionnai indépendament mais se n'est pas le cas. Nous somme la pensée. Lorsqu'une pensée surgit, on se dit "tiens, voilà une pensée". Au moment ou on la vois et se croit séparé. Mais le seul moyen de la voir c'est d'en être séparé. Comprenez vous se que je dis? Smile
Il n'y a aucune division entre le SOI et la pensée, tout cela est le soi. Le MOI psychologique que nous créons et maintenons comme image au centre de notre conscience est imaginaire. En vérité il n'y a rien d'autre que le SOI, on est toujours authentique mais croyons ne pas l'être. Même l'égo n'existe pas mais nous croyons en lui. Il y a nul-part ou chercher puisqu'il n'y a que nous. C'est pour cela que je trouve même étrange qu'il y ai cette chose à atteindre et que l'on nomme "éveil" puisque nous ne pouvons jamais être autre chose que se que nous sommes vraiment c'est à dire être autre chose que le "soi". Et il n'y a rien d'autre que le "SOI" c'est à dire "nous" qui perçoit. Le MOI psychologique ne percoit pas puisqu'il n'existe pas....
On dit qu'il faut se mettre à la place du vrai SOI, mais je ne comprend pas ces paroles puisque nous ne pouvons pas nous détourner de nous même....
L'observateur est donc l'observé
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entre deux mondes   Dim 20 Avr 2014 - 10:12

DharmaRaza a écrit:
pachyra a écrit:
Effectivement le rythme de ma vie c'est accéléré il y a dix ans mais je pense que c'est l'âge qui veut ça, la rentrée dans la vie active, le devoir de ramener de l'argent etc...mais ceci arrive pourtant à tout le monde...et tout le monde n'est pas aussi épuisé que moi. Cela dit, j'ai toujours besoin de savoir tout sur tout, je ne supporte pas ne pas savoir et surtout en matière de psychologie, ma passion principale. Les questions que je me posent en matière de psychologie sont peut-être aussi à l'origine de ce sentiment d'ébriété puisque je suis en perpétuel questionnement, raisonnement.

Réfléchir entraîne une consommation d'énergie assez intense, c'est comparable à faire du sport de façon intense. Tu consommes aussi de l'énergie quand tu fais semblant d'être quelqu'un à ton travail ou autres, pareille quand tu "luttes" avec ton environnement.
Le rythme s'accélère pour tout le monde mais beaucoup s'y adapte bien ce qui ne les fatigues pas trop. Contrairement à toi, beaucoup ne se posent pas de questions et se sentent dans leur environnement avec leur collègues ou autres.

Je te conseillerai de lâcher prise plus souvent. Dans le sens de faire moins attention à ce que les autres vont penser de toi, pense plutôt à toi (à ce que ton cœur te dis). Et d'accepter de ne pas toujours savoir, parfois arrête "le perpétuel questionnement" et reste avec le mystère. Crée toi plus de moments de repos, aussi bien physique que mental.

Tu a raison DharmaRaza, la réflexion entraîne une grande fatigue. Il est vrai que c'est bon de s'accorder des pauses mais quand le désire est vraiment intense c'est difficile. J'ai le sentiment que le désire intense de se connaitre mène petit à petit à la perte d'autres désires. Comme s'il fallait passé par cette tension de l'égo pour connaitre la détente. C'est se qui se produit pour moi. C'est un effort constant mais petit à petit les attachements tombent, tout le superflu que me prenait du temps auparavant j'en ai plus besoin. C'est SRi Aurobindo qui disait dalleur que le désir ne devait jamais être renié, qu'il fallait le laissé mûrir tant qu'il existait, le laisser agir en nous jusqu'au jours de ca mort ou il fanera et tombera comme une feuille. Le désire et l'ego on leur place au sein de l'eveil à mon avis. Si le désir de comprendre n'existait pas, s'il n'y avait pas l'impulsion de l'égo alors je serai certainement encore entrain de souffrir de mes vieux schémas mentaux auto destructeurs.
Peut-etre qu'un jours viendra ou il n'y aura plus de questions à se poser et le cerveau sera de plus en plus frais....je l'espère, pour l'instant la quête de connaissance est trop forte.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Entre deux mondes   Dim 20 Avr 2014 - 10:28

@did a écrit:
Ok pachyra, et bonjour a toi,

Je n'ai sans doute pas compris ton problème en te citant bouddha.
Mais avant de te relancé sur un autre aspect du souci, je voulais t'expliquer un peu quand même ce que j'ai voulu dire hier.

Je t'ai cité cette parole du bouddha car il m'avait semblé que tu vivais deux états, l'un agréable et l'autre "forcé", désagréable, l'un régénérant et l'autre épuisant, et j'ai voulu te proposer d'avoir une considération égale pour ces deux états.
J'ai voulu te dire : et si la solution était de ne pas en aimé un plus que l'autre ?
Pourquoi ne pas les regarder passer, tous les deux devant toi, sans t'attacher a l'un ni rejeter l'autre ?

Car rejeter intérieurement quelque chose créé aussi un lien émotionnel avec la chose, un lien négatif mais un lien quand même, qui nous maintiens en relation avec la chose.

Voilà pour la petite explication de ma réponse d'hier, pour le cas ou.

Mais admettons que ma réponse d'hier soit totalement loupé, je te l'accorde, c'est toi qui sait.
J'ai donc pris le temps de relire ton tout premier massage, et là, qu'est ce que je vois ?!

Tu dis :

"le simple fait "d'être" et de s'abandonner à cela serai suffisant pour moi, mais je dois toujours manger et assurer une sécurité pour ma femme et mes enfants."


Si un autre aspect du problème est bien ici, effectivement ma réponse d'hier était loupé, et complètement.
Cette fois, si je vois juste sur UN aspect de ton souci, tu es tout simplement en train de batailler pour diminuer ton égoïsme :
"...ça serai suffisant POUR MOI, mais je dois toujours manger et assurer une sécurité POUR MA FEMME ET MES ENFANTS"

Pour toi tout seul tu pourrais manger avec le RSA, et donc rester toute la journée scotché.
Mais tu n'est pas tout seul... donc ça donne le scénario que tu nous décris.
Et si je vois juste, ce scénario n'est pas le problème.
Il est simplement la difficulté que tu éprouve dans ton travail pour diminuer ton égoïsme.
Or cette difficulté peut, elle aussi, être diminuée.

Tu dis :

"...et j'ai le sentiment que pour assurer cela - vivre en société - je me dois d'être faux"

Essayes d'être vrai en faisant ça.
Essaye d'être vrai en vivant dans la société POUR TA FEMME ET TES ENFANTS.
Essaye de le faire par amour pour eux.

Et si bien sur tu n'y arrive pas - a le faire par amour pour eux - est ce que demander l'aide de dieu est quelque chose d'envisageable pour toi ?

Que pense tu de cette seconde piste que je te propose aujourd'hui ?

En fait j'ai peur de perdre certaines choses si je suis vrai. Je veux travailler pour subvenir aux besoin de ma famille mais c'est la manière de le faire qui est forcé. Mes relations avec les gens sont forcés. En réalité je suis quelqu’un de calme, qui ne parle pas beaucoup, non pas par timidité mais parce que je n'aime pas rentrer dans des grands discours politiques, juger les gens et toutes ses choses....J'ai le sentiment que si j'étais naturel je ferai peur aux gens. Je ne serai pas agressif pourtant, je ne leur ferai aucun mal et leur serai toujours amical mais je n'ai pas du tout l'esprit de compétition, je ne fronce pas des surcil comme les gens stréssé en besoin de reconnaissance au travail, non moi je suis calme et j'aime le contacte avec la nature plus que me confronter à l’Ego des gens. Mon comportement est l’extrême opposé de beaucoup de gens que je cotois et c'est pour cela que pour maintenir mon travail je suis faux, je fais souvent semblant de rentrer dans le jeux des gens, je leur donne raison car je sais que si je ne rentre pas dans leur jeux il y aura un conflit mais en réalité je me contre fiche de se qu’ils disent, leurs histoires ne m'interesse pas, mais j'ai tout de même envie de les aider, ils s'empoisonnent la vie avec leur quête de devenir ceci et cela..Et beaucoup ne sont pas pret à entendre certaines vérités...Parfois au travail il y a des choses sur lesquel j'aimerai passer du temps comme rester là à regarder un belle arbre avec tous mes sens, mais qu'est-ce que j'aurai l'air d'un con, après on dirai de moi que je suis un fainéant, un rêveur et tout un tat d'autre chose qui ne me blesserai jamais mais le souci c'est qu'il faut que je préserve mon travail et certains bien pour subvenir à mes besoin etc....tu vois le problème? Si j'étais vrai tout de suite j'irai voir mon employeur et lui dirait "j’arrête les espaces verts (je suis paysagiste) vous ne touchez plus à rien, on laisse la nature reprendre son cour, on ne fait que de l'utile et on arrete l'éstetique....là je me ferai virer à cou sur...
voilà le probleme que je vis
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Entre deux mondes   

Revenir en haut Aller en bas
 
Entre deux mondes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 6Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de partage sur la spiritualité, l'éveil de l'âme conscience et harmonie :: Forum spiritualité et forum ésotérisme sur le partage de l'éveil :: Psychologie et développement personnel-
Sauter vers:  
Spirit Partage - Forum spiritualité de rencontre Montpellier et autre ville
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit