Forum de partage sur la spiritualité, l'éveil de l'âme conscience et harmonie

Forum de discussion sur la spiritualité pour la rencontre et le partage dans l'éveil spirituel de la conscience, bouddhisme zen, lithothérapie meditation et citation.
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le désert

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Le désert   Mer 19 Fév 2014 - 21:49

Rappel du premier message :

Qu'évoque-t-il en vous ?
 :coeur) 
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le désert   Ven 21 Fév 2014 - 16:22

Dans ce désert-là, je me sens chez moi et jamais seul.
 :coeur) 
Revenir en haut Aller en bas
Charles
Membre


Date d'inscription : 08/02/2010
Nombre de messages : 2375
Masculin
Scorpion Dragon
Age : 28
Ville : Lyon

MessageSujet: Re: Le désert   Sam 22 Fév 2014 - 3:01

Ça évoque en moi une présence, constante, si imperturbable..
complète, toute fausseté a été emporté par le vent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
larose
Membre


Date d'inscription : 20/09/2011
Nombre de messages : 90
Féminin
Sagittaire Serpent
Age : 51
Ville : grenoble

MessageSujet: Re: Le désert   Sam 22 Fév 2014 - 12:04

Un très beau souvenir...
"Marche et massage dans le désert" Une très belle semaine qui restera gravée dans ma mémoire. Marche pendant la journée , ponctué par de bon repas locaux.
Et le soir , échange massage , sans huile , uniquement avec le sable fin , autant dire que ma peau était douce comme celle d'un bébé en fin de séjour Smile
J'ai beaucoup appris , car coupé de tout (pas de réseau tel) , le rien , le tout , le silence . Dormir à la belle étoile , admirer le coucher du soleil...
J'en profite pour lancer un petit message personnel :
Merci Marie-Claire d'avoir organiser cette escapade , tu es parti dans la lumière maintenant , mais comme tu l'as dit tu y étais prête ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le désert   Sam 22 Fév 2014 - 13:07

larose,  :coeur) 
Revenir en haut Aller en bas
Loup-blanc
Membre


Date d'inscription : 09/02/2014
Nombre de messages : 737
Masculin
Poissons Chat
Age : 41
Ville : Sirius

MessageSujet: Re: Le désert   Sam 22 Fév 2014 - 18:13

Les Nymphes a écrit:
Pattes, s'aventurer dans le désert sans un guide, c'est du suicide. Ou lorsqu'une personne touche au fond de la souffrance, qu'importe la raison, elle met fin à ses jours. La nature, à l'instar de la société, ne fait point de cadeau.

S'aventurer dans le désert... Ben disons que tu me mets quelques rivières, des arbres, une grotte... J'y vais pas de problème... (le monde est illusion alors je mets mon grain de sel pour co créer un meilleur monde Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le désert   Sam 22 Fév 2014 - 22:34

Revenir en haut Aller en bas
Kouen
Membre


Date d'inscription : 18/01/2012
Nombre de messages : 2757
Féminin
Poissons Singe
Age : 48
Ville : Bretagne

MessageSujet: Re: Le désert   Mar 25 Fév 2014 - 13:17

Hello Les Nymphes !!  :BJR004: 
..ça ressemble étrangement à l'arcane XX du Tarot : " Le Jugement"  I love you 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le désert   Mar 25 Fév 2014 - 14:19



 :smitten) 
 sunny flower
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le désert   Mar 25 Fév 2014 - 18:13

Rimbaud, le poète / Accueil > Tous les textes > Les Déserts de l'amour


LES DÉSERTS DE L'AMOUR


--------------------------------------------------------------------------------

    Il s'agit de deux récits de rêves, précédés d'un "avertissement". L'ensemble tient sur deux feuillets autographes conservés à  la BNF (Bibliothèque Nationale de France) : le premier contient le titre (recto) et l'avertissement (verso) ; le second, les deux récits. Le titre Les Déserts de l'amour est répété en haut de chacune des faces de ce second feuillet. Mais il est clair qu'il s'agit d'un titre général, et point du titre des textes concernés. Aussi choisissons-nous d'utiliser les incipits respectifs des deux récits en guise de titres.  Il est souvent difficile de distinguer dans la graphie de Rimbaud les deux points du point-virgule ou même du point d'exclamation ; le tiret du point ou de la rature. D'où quelques variantes éditoriales (mineures).
    Selon Ernest Delahaye, c'est au printemps 1871 que Rimbaud entreprit d'écrire Les Déserts de l'amour, projet de suite de proses (ou recueil) qui serait resté à l'état d'ébauche. La date est discutée par certains spécialistes : Yves Reboul a démontré la fragilité du témoignage de Delahaye et l'absence d'argument solide en faveur de la date de 1871 ("Sur la chronologie des Déserts de l'amour", Parade sauvage n°8, 1991) ; Steve Murphy choisit la prudence en écrivant que les Déserts de l’amour « sont à peu près certainement de la période 1871-1873 » (SM-IV, p.95). Cependant, en l'absence d'hypothèse plus précise, la plupart des éditeurs continuent à classer ces textes dans la production de l'année 71.        
Avertissement
C'est, certes, la même campagne ...
Cette fois, c'est la Femme ...


On peut consulter un fac-similé des manuscrits ici :

http://www.arthurrimbaud.be/galerie-des-manuscrits-de-rimbaud




--------------------------------------------------------------------------------
Variante.
"... se dégagent . Peut-être se rappellera-t-on ..." (PB). Selon nous, AA et LF ont raison de placer un tiret à la place du point (l'autographe est confus à cet endroit).

AVERTISSEMENT

    Ces écritures-ci sont d'un jeune, tout jeune homme, dont la vie s'est développée n'importe où ; sans mère, sans pays, insoucieux de tout ce qu'on connaît, fuyant toute force morale, comme furent déjà plusieurs pitoyables jeunes hommes. Mais, lui, si ennuyé et si troublé, qu'il ne fit que s'amener à la mort comme à une pudeur terrible et fatale. N'ayant pas aimé de femmes, — quoique plein de sang ! — il eut son âme et son cœur, toute sa force, élevés en des erreurs étranges et tristes. Des rêves suivants, — ses amours ! — qui lui vinrent dans ses lits ou dans les rues, et de leur suite et de leur fin, de douces considérations religieuses se dégagent — peut-être se rappellera-t-on le sommeil continu des Mahométans légendaires, — braves pourtant et circoncis ! Mais, cette bizarre souffrance possédant une autorité inquiétante, il faut sincèrement désirer que cette Âme, égarée parmi nous tous, et qui veut la mort, ce semble, rencontre en cet instant-là des consolations sérieuses et soit digne !

A. RIMBAUD.

Sommaire




--------------------------------------------------------------------------------

Variantes.
"à vitres de papier jaune : " (AA, LF). Selon nous, la solution de PB (le point-virgule), est plus conforme au manuscrit et au sens du texte.

"quoiqu'elle fût belle, et d'une noblesse..." (PB) : "elle fût" est clairement barré sur le manuscrit.

"dont je roulai la peau dans mes deux doigts : " (AA, LF). Selon nous, le manuscrit fait clairement apparaître un point-virgule.

"et de toiles de navire en un coin noir" : La virgule, logique, n'apparaît pas clairement. LF ne la met pas.

commentaire

 C'est certes la même campagne...

    C'est certes la même campagne. La même maison rustique de mes parents : la salle même où les dessus de porte sont des bergeries roussies, avec des armes et des lions. Au dîner, il y a un salon avec des bougies et des vins et des boiseries rustiques. La table à manger est très grande. Les servantes ! Elles étaient plusieurs, autant que je m'en suis souvenu. — Il y avait là un de mes jeunes amis anciens, prêtre et vêtu en prêtre, maintenant : c'était pour être plus libre. Je me souviens de sa chambre de pourpre, à vitres de papier jaune ; et ses livres, cachés, qui avaient trempé dans l'océan !
    Moi j'étais abandonné, dans cette maison de campagne sans fin : lisant dans la cuisine, séchant la boue de mes habits devant les hôtes, aux conversations du salon : ému jusqu'à la mort par le murmure du lait du matin et de la nuit du siècle dernier.
     J'étais dans une chambre très sombre : que faisais-je ? Une servante vint près de moi  : je puis dire que c'était un petit chien : quoique belle, et d'une noblesse maternelle inexprimable pour moi : pure, connue, toute charmante ! Elle me pinça le bras.
    Je ne me rappelle même plus bien sa figure : ce n'est pas pour me rappeler son bras, dont je roulai la peau dans mes deux doigts ; ni sa bouche, que la mienne saisit comme une petite vague désespérée, minant sans fin quelque chose. Je la renversai dans une corbeille de coussins et de toiles de navire, en un coin noir. Je ne me rappelle plus que son pantalon à dentelles blanches. — Puis, ô désespoir, la cloison devint vaguement l'ombre des arbres, et je me suis abîmé sous la tristesse amoureuse de la nuit.

Sommaire




--------------------------------------------------------------------------------

Variantes.
"aussi une détresse me prit :" (LF). La graphie est confuse, mais le "J" qui suit ressemble bien à une majuscule, AA et PB ont sans doute raison d'opter pour le "!".

"et elle, mondaine, qui se donnait : " (PB)

"Une détresse sans nom," (PB,AA).

"vitrages" (minuscule pour PB,AA).

"— ce que je n'aurais jamais présumé. Vrai ..." Pas de tiret fermant pour PB.

 Cette fois, c'est la Femme que j'ai vue dans la ville ...

    Cette fois, c'est la Femme que j'ai vue dans la ville, et à qui j'ai parlé et qui me parle.
    J'étais dans une chambre sans lumière. On vint me dire qu'elle était chez moi : et je la vis dans mon lit, toute à moi, sans lumière ! Je fus très ému, et beaucoup parce que c'était la maison de famille : aussi une détresse me prit ! J'étais en haillons, moi, et elle, mondaine, qui se donnait ; il lui fallait s'en aller ! Une détresse sans nom ; je la pris, et la laissai tomber hors du lit, presque nue ; et, dans ma faiblesse indicible, je tombai sur elle et me traînai avec elle parmi les tapis sans lumière. La lampe de la famille rougissait l'une après l'autre les chambres voisines. Alors la femme disparut. Je versai plus de larmes que Dieu n'en a pu jamais demander.
    Je sortis dans la ville sans fin. Ô Fatigue ! Noyé dans la nuit sourde et dans la fuite du bonheur. C'était comme une nuit d'hiver, avec une neige pour étouffer le monde décidément. Les amis auxquels je criais : où reste-t-elle, répondaient faussement. Je fus devant les Vitrages de là où elle va tous les soirs : je courais dans un jardin enseveli. On m'a repoussé. Je pleurais énormément, à tout cela. Enfin je suis descendu dans un lieu plein de poussière, et assis sur des charpentes, j'ai laissé finir toutes les larmes de mon corps avec cette nuit. — Et mon épuisement me revenait pourtant toujours.
    J'ai compris qu'elle était à sa vie de tous les jours ; et que le tour de bonté serait plus long à se reproduire qu'une étoile. Elle n'est pas revenue, et ne reviendra jamais, l'Adorable qui s'était rendue chez moi, — ce que je n'aurais jamais présumé. — Vrai, cette fois j'ai pleuré plus que tous les enfants du monde.

Sommaire



--------------------------------------------------------------------------------
Revenir en haut Aller en bas
Hidraya
Membre


Date d'inscription : 03/10/2012
Nombre de messages : 3363
Masculin
Lion Singe
Age : 48
Ville : Barcelone

MessageSujet: Re: Le désert   Mar 25 Fév 2014 - 19:48

Ça m inspire, là tout de suite maintenant, Une belle pratique yoguique......

Marcher dans le désert , horizon infini,, sable blanc, Soleil, vent, silence, solitude, Beauté..magie ...  sunny 

Et peut être, éventuellement, Why not, rencontrer le touareg bleu de Biosphère....  Smiley (16).gif 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le désert   Mer 26 Fév 2014 - 9:26

"Ce qui embellit le désert c'est qu'il cache un puits quelque part."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le désert   Dim 9 Nov 2014 - 12:27

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le désert   Dim 9 Nov 2014 - 12:48

Invité a écrit:
Qu'évoque-t-il en vous ?
 :coeur) 

L'espace, le détachement, les épreuves, les surprises, la liberté, le voyage intérieur..
L'exploration, la découverte de source de vie en soi...

L'empreinte, l'effacement...

Le sable et les étoiles qui se confondent...



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le désert   Dim 9 Nov 2014 - 12:54

Et aussi ce poème :



Les Djinns




Murs, ville,
Et port,
Asile
De mort,
Mer grise
Où brise
La brise,
Tout dort.

Dans la plaine
Naît un bruit.
C'est l'haleine
De la nuit.
Elle brame
Comme une âme
Qu'une flamme
Toujours suit !

La voix plus haute
Semble un grelot.
D'un nain qui saute
C'est le galop.
Il fuit, s'élance,
Puis en cadence
Sur un pied danse
Au bout d'un flot.

La rumeur approche.
L'écho la redit.
C'est comme la cloche
D'un couvent maudit ;
Comme un bruit de foule,
Qui tonne et qui roule,
Et tantôt s'écroule,
Et tantôt grandit,

Dieu ! la voix sépulcrale
Des Djinns !... Quel bruit ils font !
Fuyons sous la spirale
De l'escalier profond.
Déjà s'éteint ma lampe,
Et l'ombre de la rampe,
Qui le long du mur rampe,
Monte jusqu'au plafond.

C'est l'essaim des Djinns qui passe,
Et tourbillonne en sifflant !
Les ifs, que leur vol fracasse,
Craquent comme un pin brûlant.
Leur troupeau, lourd et rapide,
Volant dans l'espace vide,
Semble un nuage livide
Qui porte un éclair au flanc.

Ils sont tout près ! - Tenons fermée
Cette salle, où nous les narguons.
Quel bruit dehors ! Hideuse armée
De vampires et de dragons !
La poutre du toit descellée
Ploie ainsi qu'une herbe mouillée,
Et la vieille porte rouillée
Tremble, à déraciner ses gonds !

Cris de l'enfer! voix qui hurle et qui pleure !
L'horrible essaim, poussé par l'aquilon,
Sans doute, ô ciel ! s'abat sur ma demeure.
Le mur fléchit sous le noir bataillon.
La maison crie et chancelle penchée,
Et l'on dirait que, du sol arrachée,
Ainsi qu'il chasse une feuille séchée,
Le vent la roule avec leur tourbillon !

Prophète ! si ta main me sauve
De ces impurs démons des soirs,
J'irai prosterner mon front chauve
Devant tes sacrés encensoirs !
Fais que sur ces portes fidèles
Meure leur souffle d'étincelles,
Et qu'en vain l'ongle de leurs ailes
Grince et crie à ces vitraux noirs !

Ils sont passés ! - Leur cohorte
S'envole, et fuit, et leurs pieds
Cessent de battre ma porte
De leurs coups multipliés.
L'air est plein d'un bruit de chaînes,
Et dans les forêts prochaines
Frissonnent tous les grands chênes,
Sous leur vol de feu pliés !

De leurs ailes lointaines
Le battement décroît,
Si confus dans les plaines,
Si faible, que l'on croit
Ouïr la sauterelle
Crier d'une voix grêle,
Ou pétiller la grêle
Sur le plomb d'un vieux toit.

D'étranges syllabes
Nous viennent encor ;
Ainsi, des arabes
Quand sonne le cor,
Un chant sur la grève
Par instants s'élève,
Et l'enfant qui rêve
Fait des rêves d'or.

Les Djinns funèbres,
Fils du trépas,
Dans les ténèbres
Pressent leurs pas ;
Leur essaim gronde :
Ainsi, profonde,
Murmure une onde
Qu'on ne voit pas.

Ce bruit vague
Qui s'endort,
C'est la vague
Sur le bord ;
C'est la plainte,
Presque éteinte,
D'une sainte
Pour un mort.

On doute
La nuit...
J'écoute : -
Tout fuit,
Tout passe
L'espace
Efface
Le bruit.



Victor Hugo
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le désert   Dim 9 Nov 2014 - 15:03

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le désert   Dim 16 Nov 2014 - 9:31

:coeur)
Revenir en haut Aller en bas
erell
Membre


Date d'inscription : 29/09/2014
Nombre de messages : 7996
Féminin
Lion Serpent
Age : 39
Ville : en chemin...

MessageSujet: Re: Le désert   Dim 16 Nov 2014 - 13:04

Like a Star @ heaven

Comme ça, tout de go, il me fait penser à Antoine de Saint-Exupéry et à son "Petit Prince"... Mais, bien sûr, le désert peut nous faire vagabonder vers d'autres images ou idées... sunny





Antoine de Saint-Exupéry

Le Petit Prince

Extrait, chapitre II


(...) J’ai ainsi vécu seul, sans personne avec qui parler véritablement, jusqu’à une panne dans le désert du Sahara, il y a six ans. Quelque chose s’était cassé dans mon moteur. Et comme je n’avais avec moi ni mécanicien, ni passagers, je me préparai à essayer de réussir, tout seul, une réparation difficile. C’était pour moi une question de vie ou de mort. J’avais à peine de l’eau à boire pour huit jours.

Le premier soir je me suis donc endormi sur le sable à mille milles de toute terre habitée. J’étais bien plus isolé qu’un naufragé sur un radeau au milieu de l’Océan. Alors vous imaginez ma surprise, au lever du jour, quand une drôle de petite voix m’a réveillé. Elle disait :

– S’il vous plaît… dessine-moi un mouton !

– Hein !

– Dessine-moi un mouton…

J’ai sauté sur mes pieds comme si j’avais été frappé par la foudre. J’ai bien frotté mes yeux. J’ai bien regardé. Et j’ai vu un petit bonhomme tout à fait extraordinaire qui me considérait gravement. Voilà le meilleur portrait que, plus tard, j’ai réussi à faire de lui. Mais mon dessin, bien sûr, est beaucoup moins ravissant que le modèle. Ce n’est pas ma faute. J’avais été découragé dans ma carrière de peintre par les grandes personnes, à l’âge de six ans, et je n’avais rien appris à dessiner, sauf les boas fermés et les boas ouverts.

Je regardai donc cette apparition avec des yeux tout ronds d’étonnement. N’oubliez pas que je me trouvais à mille milles de toute région habitée. Or mon petit bonhomme ne me semblait ni égaré, ni mort de fatigue, ni mort de faim, ni mort de soif, ni mort de peur. Il n’avait en rien l’apparence d’un enfant perdu au milieu du désert, à mille milles de toute région habitée. Quand je réussis enfin à parler, je lui dis :

– Mais… qu’est-ce que tu fais là ?

Et il me répéta alors, tout doucement, comme une chose très sérieuse :

– S’il vous plaît… dessine-moi un mouton… (...)

Like a Star @ heaven
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le désert   Dim 16 Nov 2014 - 13:46

drunken
Revenir en haut Aller en bas
erell
Membre


Date d'inscription : 29/09/2014
Nombre de messages : 7996
Féminin
Lion Serpent
Age : 39
Ville : en chemin...

MessageSujet: Re: Le désert   Lun 17 Nov 2014 - 15:56

"Principe du chemin dans le désert .... Ce n'est pas parce que sa vie était trop brève que Moïse n'est pas entré en Canaan, c'est parce que c'était une vie humaine."

Franz Kafka
Journal, 21 août 1913
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le désert
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de partage sur la spiritualité, l'éveil de l'âme conscience et harmonie :: Forum spiritualité et forum ésotérisme sur le partage de l'éveil :: Discussion, rencontre, partage, écoute, dialogue :: Questions et réponses spirituelles-
Sauter vers:  
Spirit Partage - Forum spiritualité de rencontre Montpellier et autre ville
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com